Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Septième partie. Alimentation, environnement et territoire

7.8. Les méthodes d’analyse de l’impact environnemental de l’alimentation

Joël Aubin et Hayo van der Werf

Texte intégral

1L’augmentation de la pression démographique et le changement climatique en cours font courir le double risque d’un manque de ressources face à une demande alimentaire croissante et d’une menace sur la production future des aliments à cause d’atteintes irréversibles à l’environnement. Au cœur de cette question, coexistent deux enjeux en interaction : les modes de production des aliments et l’évolution des régimes alimentaires. Il s’agit d’un côté d’améliorer le bilan environnemental de la production des aliments et de l’autre de proposer des régimes alimentaires qui combinent un équilibre nutritionnel et le respect de normes culturelles.

2Pour assurer le suivi de ces enjeux, trois méthodes sont régulièrement utilisées : l’Empreinte Carbone, l’Empreinte Écologique et L’Analyse du Cycle de Vie. Avec des objectifs et des spectres d’analyse différents, ces méthodes ont en commun une vision élargie qui prend en compte les implications environnementales (utilisations de ressources et émissions de polluants) de la production des intrants, et la notion de cycle de vie qui embrasse l’ensemble des étapes de la vie d’un produit depuis son élaboration, son utilisation, jusqu’à sa fin de vie (mise en déchet, recyclage).

Empreinte Carbone et Empreinte Écologique

3Le terme Empreinte Carbone (EC) couvre différentes méthodes ayant pour objectif d’évaluer l’émission de gaz à effet de serre associée à un produit ou à une activité. Les émissions prises en compte sont principalement : le gaz carbonique (CO2), le méthane (CH4), le protoxyde d’azote (N2O), et les hydrofluorocarbures (HFC). La contribution de ces gaz au changement climatique est exprimée relativement à celle du CO2. L’EC propose un indicateur synthétique de l’impact potentiel d’une activité ou d’un produit sur le changement climatique, mais qui diffère en fonction de l’organisme qui l’a produit et des outils qu’il propose (guide, calculateur, base de données). Il s’agira par exemple du Bilan Carbone de l’ADEME* en France et du PAS2050 du BSI (British Standards Institute) en Grande-Bretagne. Plusieurs études ont ainsi pu montrer des différences entre les régimes alimentaires, selon leur composition en produits d’origine animale ou issus de l’agriculture biologique. Monocritère et facile à comprendre, l’EC est utilisée pour l’affichage environnemental des produits de consommation courante.

4L’empreinte écologique (EE) estime la surface minimale de terres et d’eaux dont une population humaine, utilisant les technologies existantes, a besoin pour produire les ressources qu’elle consomme et assimiler les déchets qu’elle produit. Méthode monocritère comme l’EC, l’EE prend en compte la consommation d’énergie non-renouvelable en estimant la surface de forêt qui serait nécessaire pour produire l’énergie consommée. L’EE est un indicateur qui parle au grand public et aux décideurs politiques, elle fournit une valeur de référence, la « surface équitable » (fair earth share) qui permet de situer la valeur de l’EE d’une personne.

L’Analyse du Cycle de Vie (ACV)

5L’ACV évalue l’impact environnemental d’un produit, d’un service ou d’un système en relation à une fonction particulière et ceci en considérant toutes les étapes de son cycle de vie. Suivant le sujet des études, l’ACV peut s’étendre jusqu’à la transformation, la distribution et même la consommation des aliments (Figure). L’analyse est appliquée à une unité fonctionnelle qui est la base de calcul des impacts : il s’agit généralement d’un poids de produit agricole, mais il peut s’agir aussi d’une quantité de protéine ou d’un repas. L’ACV est une analyse multicritères normalisée qui couvre un grand nombre d’enjeux environnementaux, qu’ils soient locaux ou régionaux, comme l’eutrophisation ou l’acidification, ou plus globaux, comme le changement climatique. Elle permet de déterminer les principaux contributeurs aux impacts et donc de définir les priorités d’amélioration, et aussi de mettre en évidence les éventuels transferts entre les différents impacts suite aux modifications du système étudié.

6L’ACV a aussi des limites. Ne couvrant pas l’ensemble des enjeux environnementaux (notamment la biodiversité), elle nécessite un grand nombre de données de bonne qualité. En France, le projet AGRIBALYSE de l’ADEME a permis la construction d’une base de données agricole en associant la recherche et les instituts techniques agricoles, étape vers le partage des méthodes et des données.

7De nombreuses questions restent à explorer. Les règles d’allocation des impacts entre les différents coproduits (comme par exemple entre le tourteau et l’huile issus du colza), ne font pas l’objet de consensus. L’unité fonctionnelle doit probablement évoluer pour prendre en compte le rôle nutritionnel des aliments, voire leur multifonctionnalité (nutrition, santé, hédonisme).

8Capables de dresser le bilan environnemental des systèmes alimentaires, les méthodes d’analyse doivent concourir à une véritable éco-conception des systèmes alimentaires pour relever les défis locaux et globaux de l’alimentation. L’ACV a par exemple été utilisée pour comparer l’effet de modes de production conventionnel ou Bio des aliments. Néanmoins, il est nécessaire de leur adjoindre d’autres méthodes pour éclairer parallèlement les champs de l’économie et de la sociologie essentiels pour qualifier le développement durable des systèmes alimentaires.

Fig. 1 – Principe du cycle de vie d’un produit alimentaire appliqué au cas du pain

Bibliographie

Références bibliographiques

• Darmon N., Soler L.G., « Impact carbone et qualité nutritionnelle des régimes alimentaires en France », in Pour une alimentation durable, Réflexion stratégique duALIne, Esnouf C. et al. éd. Quae, Paris, 2011 : 205 - 32.

• Jolliet O. et al., Analyse du cycle de vie. Comprendre et réaliser un écobilan, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, Lausanne, 2010.

• Cooper J.M. et al., « Life cycle analysis of greenhouse gas emissions from organic and conventional food production systems, with and without bio-energy options », NJAS - Wageningen Journal of Life Sciences 2011 ; 58 : 185-92.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Principe du cycle de vie d’un produit alimentaire appliqué au cas du pain
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10483/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 395k

Auteurs

Agronome
UMR « Sol Agro et Hydrosystème Spatialisation »
INRA
Rennes
joel.aubin@rennes.inra.fr

Agronome
UMR « Sol Agro et Hydrosystème Spatialisation »
INRA
Rennes
hayo.vanderwerf@rennes.inra.fr

© CNRS Éditions, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search