Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Septième partie. Alimentation, environnement et territoire

7.7. Sécurité alimentaire : un problème d’accès plus que de disponibilité

Nicolas Bricas

Texte intégral

1Disettes et famines ont nettement diminué en Europe à partir du milieu du XIXe siècle (sauf dans des zones en guerre). L’exploitation des ressources non renouvelables, énergétiques et minérales, ont en effet permis de développer les transports et surtout, à partir du XXe siècle, d’intensifier la production agricole par la mécanisation motorisée et l’usage des engrais chimiques. La forte augmentation de la production agricole qui en a résulté a permis alors de voir s’éloigner les pénuries alimentaires. Les grandes crises qui se sont poursuivies durant le XXe siècle (Chine, Ukraine et Russie, Bengale, Sahel et Afrique de l’Est) ont eu lieu là où ces systèmes de production intensifs n’étaient pas (encore) diffusés. Les dernières, dans les années 1970 et 1980, sont survenues alors que de nombreux pays produisaient désormais des céréales en excédent, qu’ils ont pu alors écouler sous forme d’aide alimentaire.

Un changement d’approche

2Jusqu’aux dernières famines des années 1970, l’attention a été focalisée sur les équilibres entre offre et demande. En 1974, la Conférence mondiale de l’alimentation définissait la sécurité alimentaire comme « Disposer à chaque instant d’un niveau adéquat de produits de base pour satisfaire la progression de la consommation et atténuer les fluctuations de la production et des prix ». Dans la lignée des analyses de Malthus, les politiques de sécurisation alimentaire visaient alors à limiter la croissance de la demande par la régulation des naissances (par exemple en Chine, au Vietnam ou en Inde), à augmenter rapidement l’offre par l’utilisation de nouvelles techniques agricoles intensives (révolution verte), et à constituer des stocks de sécurité pour faire face aux aléas. Il s’agissait avant tout de maîtriser les disponibilités alimentaires. Le calcul du nombre de personnes en insécurité alimentaire était basé sur une estimation de la population vivant dans des pays où les disponibilités caloriques moyennes étaient insuffisantes pour couvrir les besoins nutritionnels.

3À partir des années 1980, un grand nombre de pays ont dépassé le seuil de disponibilités alimentaires par personne et par an suffisant pour les préserver de la faim. Pour autant, l’insécurité alimentaire subsistait dans des pays qui devenaient excédentaires, le Brésil ou l’Inde par exemple. Analysant les causes de la famine du Bengale, l’économiste indien A. Sen a alors montré que ceux qui ont faim sont ceux qui n’ont pas accès à des moyens de produire ou d’acheter leur nourriture. Le problème de la faim n’est donc pas tant le manque de disponibilités que la pauvreté. Il n’est pas tant un problème technique qu’un problème politique. Ce changement de perspective se lit concrètement dans la définition de la sécurité alimentaire adoptée lors de la conférence mondiale de l’alimentation en 1996 et qui reste celle utilisée aujourd’hui encore : « Accès physique et économique pour tous les êtres humains, à tout moment, à une nourriture suffisante, salubre et nutritive, leur permettant de satisfaire leurs besoins énergétiques et leurs préférences alimentaires pour mener une vie saine et active»

La persistance d’une insécurité alimentaire

4Depuis les années 1980, les disponibilités alimentaires par habitant n’ont cessé de croître sur tous les continents à un rythme qui n’a pas ralenti jusqu’à présent. La hausse des prix sur les marchés internationaux depuis 2007 n’est pas le signe d’une pénurie alimentaire à l’échelle de la planète. La terre produit globalement largement plus que ses besoins nutritionnels et gaspille une large part de sa production. L’insécurité alimentaire touche aujourd’hui majoritairement de petits agriculteurs ne disposant pas de suffisamment de terres, de moyens de production et d’accès à des innovations, ou de moyens de négocier des prix de vente rémunérateurs pour leurs produits. Elle touche aussi plus généralement tous ceux qui n’ont pas un pouvoir d’achat suffisant pour acheter de quoi s’alimenter correctement. Elle touche enfin les populations de pays en guerre ou affectés par des catastrophes climatiques.

5L’augmentation de la production ne s’avère nécessaire que dans certaines zones limitées, aux conditions de fertilité et de climat difficiles, mais surtout pour une partie de la population pauvre et marginalisée. Mais le développement agricole ne suffit pas à réduire la malnutrition. Il l’aggrave même parfois. Car la malnutrition est loin de n’avoir que des causes alimentaires. Elle dépend aussi de la santé et des soins et ces facteurs peuvent être affectés par le développement agricole : l’irrigation (ou certains traitements) peut engendrer de nouvelles maladies, la spécialisation faire courir de nouveaux risques économiques aux agriculteurs, l’accroissement du travail des femmes se traduire par une dégradation des soins prodigués aux enfants. Ces résultats militent pour la reconnaissance du caractère multifactoriel de la faim et par conséquent pour son traitement multisectoriel, associant agriculture, santé, emplois, protection sociale, commerce, éducation, etc.

6Cela dit, si l’équilibre offre/demande n’est plus aujourd’hui la question centrale de la sécurité alimentaire, il pourrait le redevenir à l’avenir. Car si les disponibilités ont pu croître suffisamment vite pour permettre la transition démographique de la planète et son urbanisation accélérée, c’est qu’elles ont été rendues possibles par la captation de ressources non renouvelables. L’épuisement de celles-ci remet en cause non plus seulement les modes de production agricole, mais aussi les modes de consommation.

Bibliographie

Références bibliographiques

• Dury S, Alpha A., « Identifier et limiter les risques d’interventions agricoles sur la nutrition », Working Paper Moisa, 2014-1. http://www1.montpellier.inra.fr/bartoli/moisa/bartoli/download/moisa2014_pdf/WP_1_2014.pdf

• FAO, L’état de l’insécurité alimentaire dans le monde, FAO, Rome, 2013.

• Sen A.K., Poverty and famines. An essay on entitlement and deprivation, Clarendon Press, Oxford, 1982.

© CNRS Éditions, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search