Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Septième partie. Alimentation, environnement et territoire

7.4. Marquage, terroir et identité spatiale

Gilles Fumey

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La mondialisation a fait circuler produits et plats à une vitesse et à des échelles jamais connues dans l’histoire. Le prix à payer en a été un accroissement du doute sur l’identité des nourritures et la qualité perçue. Certes, les plats sont estampillés par leurs origines (pizza évoquant l’Italie, sushis parlant du Japon ou kebab de la Turquie) mais ces désignations sont insuffisantes. « Nous sommes ce que nous mangeons », pensait Hippocrate, insistant, par là, sur le fait que nous avons besoin d’être renseignés sur notre alimentation pour savoir qui nous sommes.

Une préoccupation ancienne

Les êtres humains ont toujours eu recours pour se nourrir à des aliments allochtones, parce que les périodes de soudure* étaient incertaines et qu’il fallait trouver des produits sains à stocker. D’où les échanges. Ces catégories de produits très mobiles ont nécessité tôt des marquages pour rassurer les mangeurs et communiquer sur les qualités : en Europe, ce furent les vins et le...

Auteur

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540