Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Septième partie. Alimentation, environnement et territoire

7.2. Le marché mondial de l’alimentation

Agneta Forslund et Alexandre Gohin

Texte intégral

Volume et évolution

1L’alimentation dans le monde est principalement constituée de produits végétaux représentant en moyenne 82 % des calories totales ingérées par jour et par personne, soit 2 362 sur 2 868 kcal en 2011. Le reste est composé des produits animaux, viande et lait notamment, avec des variations régionales très importantes selon le niveau de développement des pays. Parmi les végétaux, les céréales sont prédominantes avec presque la moitié des calories totales ingérées, suivies par les huiles végétales.

2Alors que la population mondiale a augmenté de l’ordre de 85 % en l’espace de 40 ans, l’utilisation de céréales pour l’alimentation humaine a plus que doublé, passant de 505 Mt en 1971 à 1 014 Mt en 2011, soit de 135 à 147 kg/hab/an. Les consommations humaines des autres produits ont nettement plus augmenté, avec une croissance de 120 % pour les produits laitiers, de 182 % pour les viandes et jusque 264 % pour les huiles. Nous avons donc assisté à une évolution des régimes alimentaires partiellement expliquée par les facteurs économiques, comme l’augmentation des revenus réels ainsi que la baisse des prix réels de l’alimentation favorisée par les gains de productivité. Le marché mondial de l’alimentation se caractérise aujourd’hui par une part plus importante de la demande des produits végétaux concourant à l’alimentation animale en vue de la production de viande et de lait.

3Depuis le début des années 2000, ce marché est également caractérisé par une concurrence nouvelle, celle de la demande pour des utilisations non alimentaires : pour les céréales, elles ont été multipliées par 17 depuis 40 ans et pour les huiles par 12, se rapprochant pour ces dernières des tonnages employés pour l’alimentation humaine. Quasi inexistants il y a une dizaine d’années, les utilisations pour les biocarburants absorbent à présent environ 10 % de la production mondiale d’huiles et 5 % de la production mondiale de céréales (près de 15 % pour le maïs).

Volatilité des prix

4La croissance de la demande mondiale de produits agricoles et alimentaires a longtemps été satisfaite par une croissance encore plus forte de l’offre, conduisant à la baisse des prix réels de l’alimentation et à une augmentation des stocks. La production agricole a en effet progressé de plus du double en 50 ans grâce essentiellement à une amélioration des rendements et plus marginalement à l’accroissement, de l’ordre de 15 %, des surfaces cultivées.

Fig. 1 – Indice FAO des prix des produits alimentaires (2002-2004 = 100) et stocks mondiaux de céréales (% de la consommation) (Source : FAO)

5Mais, depuis le début des années 2000, la progression de l’offre est devenue inférieure à celle de la demande, conduisant progressivement à une baisse des stocks. Les prix mondiaux sont alors devenus plus volatils suite à des chocs de production ou de demande, les stocks ne pouvant plus autant servir de variables d’ajustement des marchés. L’indice des prix des produits alimentaires de base calculé par la FAO (base 100 = 2002-2004) a atteint un premier pic de 226 en juin 2008 pour tomber à 143 en février 2009. Un deuxième pic historique a été enregistré en février 2011 à 240. Depuis fin 2013, l’indice s’est stabilisé en-dessous de 210, un niveau largement supérieur à celui du passé.

6Les prix mondiaux des céréales et des huiles végétales ont connu des fluctuations très fortes et notamment de fortes augmentations en 2007-2008. Compte tenu du rôle spécifique de ces produits dans l’alimentation, de telles évolutions ont fortement impacté les populations vulnérables dans certains pays en développement et pays pauvres, provoquant les émeutes de la faim en 2007-2008. Ces phénomènes ont pu être amplifiés par les aléas de l’offre (liés par exemple à des facteurs climatiques), la volatilité des prix de l’énergie et la spéculation sur les marchés financiers.

Barrières aux échanges

7Le renforcement des barrières aux échanges introduits par des gouvernements voulant protéger leur population a accentué les mouvements de prix par des impacts négatifs sur l’offre mondiale (mesures restrictives à l’export) et positifs sur la demande (mesures favorisant les imports). Si les multiples négociations commerciales multilatérales menées dans le cadre du GATT* ou de l’OMC ont conduit à une baisse des régulations, ces dernières restent élevées dans l’agriculture et l’agroalimentaire. Elles peuvent prendre des formes directes, comme les droits de douane et les subventions, ou indirectes, comme les barrières sanitaires et techniques.

8À la suite des conséquences humaines de la crise alimentaire de 2007-2008, les pays membres du G20* se sont accordés sur un plan d’action pour limiter la volatilité des prix et ses impacts négatifs. Ce plan comprend des mesures de court terme comme la mise en place d’un système d’information assurant une plus grande transparence des marchés (AMIS*) qui doit permettre de détecter des situations de crise. Il comprend aussi des mesures de long terme visant à accroître la production agricole et à constituer des stocks via des investissements publics en recherche et développement, notamment dans les pays les moins avancés. D’autres mesures ont été annoncées mais sans réelle application car elles sont moins consensuelles. Cela inclut la limitation des barrières aux échanges et la régulation de la spéculation financière sur les produits alimentaires.

Bibliographie

Références bibliographiques

• Cordier J., Gohin A., « Quelle intervention publique pour la gestion des risques en agriculture ? », INRA Sciences Sociales, 2011, n° 4-5.

• Jean S. et al., « Commerce international, volatilité des prix et standards durables », in Réflexion stratégique duALIne, Esnouf C. et al. éd. Quae, Paris, 2011 : 165-81.

• Dronne Y., Forslund A., « Le rôle croissant des huiles tropicales sur les marchés internationaux : principaux acteurs et produits », OCL Oléagineux Corps Gras Lipides 2009 ; 16 : 184-92.

• Guyomard H. et al. Forslund A., « Biofuels and world agricultural markets : outlook for 2020 and 2050 », in Economic effects of biofuel production, dos Santos Bernardes M.A. éd., InTech Éditions, 2011 : 129-63.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Indice FAO des prix des produits alimentaires (2002-2004 = 100) et stocks mondiaux de céréales (% de la consommation) (Source : FAO)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10470/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

Auteurs

Économiste
Département « Sciences Sociales, Agriculture et Alimentation, Espace et Environnement »
INRA
Rennes
agneta.forslund@rennes.inra.fr

Économiste
UMR « Structures et Marchés Agricoles, Ressources et Territoires »
INRA
Rennes
alexandre.gohin@rennes.inra.fr

© CNRS Éditions, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search