Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Cinquième partie. Sécurité sanitaire de l'alimentation

5.15. La perception du risque alimentaire : une histoire de longue durée

Madeleine Ferrières

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nous vivrions dans une société du risque : objectivement plus sûre, mais où le seuil de tolérance au risque diminue. Pour étayer leur démonstration, les théoriciens de la modernité s’appuient sur une vision particulière du passé, opposant modernité et tradition : face à des dangers objectivement plus nombreux, le mangeur d’autrefois aurait été passif, dans un environnement plus sécurisant de sous-médicalisation et de sous-médiatisation. Ce n’est qu’à partir du XVIIe siècle qu’on aurait basculé d’une société de la fatalité à une société de la sécurité. Postulat séduisant, mais auquel un historien ne saurait souscrire…

Le risque n’existe que dans la mesure où l’homme le fait surgir là où chacun croyait devoir subir, résigné, les coups du sort. Si le risque alimentaire est un syntagme récent, c’est aussi une notion pensée depuis que l’omnivore est confronté au paradoxe majeur : la nourriture nous fait vivre, mais elle peut nous faire mourir. Les conceptions et les usages du risque se so...

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540