Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Cinquième partie. Sécurité sanitaire de l'alimentation

5.14. La perception des risques alimentaires : un paradoxe contemporain

Jocelyn Raude

Texte intégral

1Depuis quelques décennies, les experts de la sécurité sanitaire sont confrontés à un paradoxe remarquable de la modernité alimentaire qui tient en la coexistence de deux phénomènes contradictoires. Il s’agit, d’une part, de l’amélioration continue et incontestable de l’état de santé des populations, au moins dans les pays développés où les données épidémiologiques disponibles sont de bonne qualité, et d’autre part d’une inquiétude de plus en plus manifeste dans nos sociétés par rapport aux risques toxicologiques et nutritionnels potentiels liés à l’alimentation « moderne ». Les données des enquêtes récentes montrent en effet qu’une majorité de nos citoyens considèrent que les risques alimentaires sont aujourd’hui beaucoup plus élevés qu’ils ne l’étaient dans le passé, alors que la qualité sanitaire des aliments n’a probablement jamais été aussi bonne. De même, les consommateurs semblent s’inquiéter bien davantage des risques toxicologiques invisibles et difficiles à objectiver (résidus de pesticides ou d’antibiotiques, perturbateurs endocriniens) que des risques nutritionnels manifestes (alimentation hypercalorique, alcoolisme, carences nutritionnelles) qu’ils peuvent contrôler dans une large mesure et qui constituent une cause majeure avérée de maladies chroniques comme le diabète, l’hypertension, ou l’athérosclérose.

Une tragédie du sens commun ?

2D’une manière générale, cette représentation dominante du monde a été attribuée à ce que certains auteurs ont appelé la « tragédie du sens commun » : les jugements populaires vis-à-vis des risques seraient affectés dans une large mesure par de graves déficits d’information scientifique, un innumérisme prégnant, un manque de culture critique, un recours systématique aux heuristiques cognitives*, ainsi que la persistance de théories toxicologiques naïves dans nos sociétés. Ces phénomènes de rationalité individuelle limitée sont aujourd’hui bien documentés dans la littérature et peuvent sans aucun doute contribuer à l’explication de ce paradoxe.

3Néanmoins, ils ne permettent pas de comprendre la distribution sociologique de la sensibilité au risque alimentaire. En effet, les adeptes de l’alimentation biologique ou les opposants à l’utilisation de la chimie de synthèse en agriculture ou dans la cosmétique ne sont pas majoritairement issus des milieux populaires mais des « élites » sociales, c’est-à-dire parmi les groupes sociaux les plus éduqués, les plus informés et les plus cultivés. Ainsi, on observe aujourd’hui une corrélation positive entre le niveau d’étude et la peur de l’intoxication.

Un monde de plus en plus incertain

4Ce paradoxe peut néanmoins être dépassé si l’on prend en compte le fait que nous vivons – comme le soulignent de nombreux sociologues – dans un monde de moins en moins risqué mais de plus en plus incertain. L’analyse du risque toxicologique a en effet été radicalement transformée ces dernières années par le développement d’instruments et de méthodes de mesure toujours plus sophistiqués. Ces évolutions technologiques ont rendus les « organes sensoriels » de la science infiniment plus sensibles et plus perméables aux signaux faibles qu’ils ne l’étaient auparavant. Par ailleurs, la compétition exacerbée entre les acteurs militants mais aussi scientifiques pour l’accès à des ressources matérielles (souscriptions, budgets, contrats) ou immatérielles (notoriété, prestige, reconnaissance) limitées facilite l’émergence de discours et d’experts dissidents généralement alarmistes, comme le rappellent les controverses récurrentes sur les OGM. Dans ces conditions, la fiabilité des données scientifiques publiées et plus encore de leurs interprétations, est sujette à discussion, compte tenu du fait que les effets épidémiologiques ou toxicologiques observés sont de plus en plus complexes et incertains. Ce contexte d’incertitude sanitaire croissant favorise la multiplication des alertes et des avertissements de la part des experts, lesquels sont largement relayés sinon amplifiés par les grands médias et les réseaux électroniques. Il facilite la diffusion chez nos concitoyens de la représentation d’un environnement et d’une alimentation « toxique » ou « cancérigène ».

5Ainsi, comme on l’avait relevé aux États-Unis dès les années 1980, la méfiance et le doute sont structurellement consubstantiels de la démocratisation sanitaire des sociétés développées. Il convient donc de considérer davantage les attitudes de la population dans la perspective d’une rationalité située que dans celle d’une rationalité limitée. En d’autres termes, l’inflation des peurs ressenties par les consommateurs contemporains reflèterait dans une large mesure l’environnement cognitif dans lequel nous vivons, et il apparaît aujourd’hui clairement que ce dernier présente une forte propension à mettre en évidence les signaux faibles de risque – qui restent souvent hypothétiques quand ils ne sont pas artéfactuels – et qui émanent d’un univers épistémique* de plus en plus instable.

Bibliographie

Références bibliographiques

• Raude J., Fischler C., « Food risks and scares », The Wiley Blackwell Encyclopedia of Health, Illness, Behavior, and Society, 2014 : 567-71.

• Sparks P., Shepherd R. « Public perceptions of the potential hazards associated with food production and food consumption : an empirical study », Risk Analysis 2014 ; 14 : 799-806.

• Waters E.A. et al. « Perceived risk and health risk communication », The Routledge Handbook of Language and Health Communication, 2014 : 47-60.

• Slovic P. « Perceived risk, trust, and democracy », Risk Analysis 1993 ; 13 : 675-82.

© CNRS Éditions, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search