Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Cinquième partie. Sécurité sanitaire de l'alimentation

5.12. Les résidus de pesticides

Claude Vergnet et Thierry Mercier

Texte intégral

1On appelle résidus de pesticides une ou plusieurs substances présentes dans ou sur des produits végétaux, dans des produits d’origine animale, l’eau potable ou l’environnement, et constituant le reliquat d’une substance pesticide, y compris ses métabolites et les produits issus de sa dégradation.

2La notion de résidu s’applique à des substances de synthèse, des substances d’origine naturelle (extrait de végétaux) ou vivantes (micro-organisme). Pour chaque substance on distingue la définition du résidu utilisée pour le contrôle dans les denrées et celle destinée à évaluer le risque pour le consommateur. La première permet de disposer d’un marqueur simple à mettre en œuvre pour vérifier la présence des résidus dans les denrées et la deuxième est utilisée pour estimer l’exposition du consommateur aux substances et métabolites résultant de l’utilisation d’un pesticide.

Des niveaux de résidu réglementés

3Un dispositif règlementaire international encadre les niveaux de résidus acceptables dans les aliments. Il a un double objectif, sanitaire et commercial, il repose sur la fixation de LMR (Limites Maximales applicables aux Résidus). Les LMR sont établies par la FAO afin d’assurer la conformité des productions avec un usage autorisé et de garantir que la consommation de l’ensemble des aliments contenant des résidus demeure inférieure aux valeurs toxicologiques de référence (VTR). On définit deux VTR : la dose de référence aiguë, caractérisant le risque ponctuel d’une forte exposition et la dose journalière admissible, caractérisant le risque chronique.

4Les teneurs en résidus attendues sont déterminées dans chaque matrice lors d’essais conduits selon la pratique agricole proposée. Sont pris en compte les résidus résultant des applications directes sur les cultures, ceux issus des transformations, ceux attendus dans les animaux nourris avec des cultures traitées, et ceux issus d’un sol préalablement traité (voir encadré chlordécone).

5Les niveaux de consommation sont estimés pour différentes populations (tranches d’âge, régime alimentaire, etc.). L’exposition, définie par la FAO, est évaluée par des modèles déterministes, qui considèrent la définition du résidu utilisé pour l’évaluation, les consommations moyennes (risque chronique), ou les forts consommateurs uniquement (risque aigu). Lorsque ces expositions théoriques sont inférieures aux VTR pour l’ensemble des populations et des usages envisagés, une LMR est considérée comme acceptable, et un usage peut être autorisé.

Surveillance et évolution des méthodologies d’évaluation

6Les plans de surveillance mis en place chaque année par les États membres de la FAO permettent de vérifier le respect des conditions d’usage et la pertinence de l’évaluation a priori. L’acceptabilité des expositions réelles est vérifiée sur cette base par l’EFSA au niveau européen, et si nécessaire, des mesures correctives sont mises en œuvre. Certains États membres conduisent également des études sur l’Alimentation Totale, telles celles réalisées par l’Anses (EAT2) en France, pour encore mieux appréhender les risques sanitaires liés à notre alimentation.

7Les méthodologies d’évaluation sont en constante évolution afin de prendre en compte les modifications de comportements alimentaires, la sensibilité des méthodes analytiques, mais aussi la meilleure connaissance des substances, de leurs utilisations et de leurs effets. L’évaluation du risque évoluera dans un proche avenir vers une meilleure prise en compte des effets toxicologiques cumulés en se fondant sur des méthodes probabilistes.

Le chlordécone dans les Antilles
Maud Moinecourt
Le chlordécone est un pesticide organochloré considéré comme un polluant organique persistant, car non biodégradable. Sa production a été interdite en 1976 aux États-Unis suite à un accident de production. En 1981, en France, le chlordécone a obtenu l’autorisation de mise sur le marché suite à des cyclones qui ont rendu les bananiers antillais sensibles à un ravageur. Le produit a été utilisé jusqu’à fin 1993.
En 1999, les services de l’État détectent une forte contamination des eaux en Guadeloupe. En 2006, un syndicat agricole antillais porte plainte. En 2007, des écrivains martiniquais publient deux livres sur la pollution au chlordécone. En parallèle, une étude relie la prévalence des cancers de la prostate aux Antilles avec la pollution au chlordécone. Ce produit devient un symbole dans la lutte contre l’agriculture productiviste, malgré des mesures de gestion mises en place dès 2000. Les premières limites maximales de résidus (LMR) sont fixées en France en 2005. Au niveau international, le chlordécone est ajouté à la liste des polluants organiques persistants les plus nocifs. À partir de 2008, les recommandations nutritionnelles accompagnent les LMR. À la même époque, une équipe teste aux Antilles les produits des potagers privés et la pêche est réglementée.
Un dispositif de recherche est mis en place pour caractériser le risque du chlordécone pour la santé publique. L’étude Karuprostate montre en 2010 que la conjugaison de l’exposition au chlordécone, d’antécédents familiaux et d’une période de résidence en pays occidental quintuple la probabilité d’occurrence du cancer de la prostate. Publiée en 2012, l’étude Timoun montre que l’exposition prénatale au chlordécone a un effet sur le développement nerveux des bébés au moins jusqu’à sept mois. Cette étude révèle également que l’exposition au chlordécone augmente le risque de naissance prématurée. ■
Référence bibliographique
• Multigner L. et al., « Chlordecone exposure and risk of prostate cancer », J Clin Oncol 2010 ; 28 : 3457-62.
• Dallaire et al., « Cognitive, visual and motor development of 7-month-old Guadeloupean infants exposed to chlordecone », Environ Res 2012 ; 118 : 79-85.

Bibliographie

Références bibliographiques

• FAO, 2009. http://www.fao.org/icatalog/search/dett.asp?aries_id=110815

• FAO, 2010. http://www.fao.org/fileadmin/templates/agphome/documents/Pests_Pesticides/JMPR/TrainingManualJMPR.pdf

• ANSES, EAT2. http://www.anses.fr/fr/content/les-%C3%A9tudes-de-lalimentation-totale-eat

• EFSA, 2013. http://www.efsa.europa.eu/fr/efsajournal/pub/3130htm

Auteurs

Toxicologue
Unité Résidus et Sécurité des Aliments
Direction des Produits Règlementés
ANSES
Maisons-Alfort
claude.vergnet@anses.fr

Toxicologue
Direction des Produits Règlementés
ANSES
Maisons-Alfort
thierry.mercier@anses.fr

© CNRS Éditions, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search