Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Cinquième partie. Sécurité sanitaire de l'alimentation

5.8. L’évaluation des risques alimentaires associés aux plantes génétiquement modifiées

Agnès Ricroch

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La transgénèse végétale a été inventée en 1983. La définition d’un organisme génétiquement modifié (OGM*) au sens européen est donnée dans la Directive 2001/18/CE. L’autorisation de culture et de mise sur le marché de plantes génétiquement modifiées (PGM) a une durée de 10 ans (renouvelables).

Depuis 1996 des PGM sont commercialisées. En 2013, 27 pays (19 en développement et 8 industrialisés) en cultivent : soja, maïs, colza, betterave, papaye, luzerne, tomate, etc. Les États-Unis sont le 1er producteur suivi par le Brésil, l’Argentine, l’Inde, le Canada et la Chine. Sur 18 millions d’agriculteurs, 90 % sont des agriculteurs pauvres. Les PGM ont un ou plusieurs caractères (résistance à certains insectes, ou virus, tolérance à un herbicide, ou au stress hydrique). Cinq pays de l’UE ont planté des variétés de maïs résistant à la pyrale* et la sésamie* (avec le transgène Mon810) : Espagne, Portugal, République Tchèque, Slovaquie et Roumanie. L’Espagne, 1er producteur, cultive plus de 10...

Auteur

Généticienne
UFR « Génétique Évolutive et d’Amélioration des Plantes »
AgroParisTech
Paris
agnes.ricroch@agroparistech.fr

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540