Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Cinquième partie. Sécurité sanitaire de l'alimentation

5.8. L’évaluation des risques alimentaires associés aux plantes génétiquement modifiées

Agnès Ricroch

Texte intégral

1La transgénèse végétale a été inventée en 1983. La définition d’un organisme génétiquement modifié (OGM*) au sens européen est donnée dans la Directive 2001/18/CE. L’autorisation de culture et de mise sur le marché de plantes génétiquement modifiées (PGM) a une durée de 10 ans (renouvelables).

2Depuis 1996 des PGM sont commercialisées. En 2013, 27 pays (19 en développement et 8 industrialisés) en cultivent : soja, maïs, colza, betterave, papaye, luzerne, tomate, etc. Les États-Unis sont le 1er producteur suivi par le Brésil, l’Argentine, l’Inde, le Canada et la Chine. Sur 18 millions d’agriculteurs, 90 % sont des agriculteurs pauvres. Les PGM ont un ou plusieurs caractères (résistance à certains insectes, ou virus, tolérance à un herbicide, ou au stress hydrique). Cinq pays de l’UE ont planté des variétés de maïs résistant à la pyrale* et la sésamie* (avec le transgène Mon810) : Espagne, Portugal, République Tchèque, Slovaquie et Roumanie. L’Espagne, 1er producteur, cultive plus de 100 variétés de ce maïs ; la France a pris en 2014 la décision de ne pas autoriser sa culture mais importe par ailleurs des produits dérivés de 47 types de PGM (surtout du soja pour l’alimentation animale).

Les tests de sécurité alimentaire

3Les risques en matière de sécurité sanitaire liée à la consommation de PGM ne sont pas fondamentalement différents de ceux posés par les plantes non GM avec des caractères similaires. La démarche de l’évaluation des risques est qu’au regard des résultats de multiples analyses, la PGM ou les produit dérivés (comme l’huile) doivent présenter le même niveau de sécurité qu’un comparateur (la plante non GM avec un fonds génétique le plus proche de la PGM).

4En 1986 l’OCDE a publié des réflexions sur la sécurité des organismes dérivés des techniques d’ADN recombinant. Elle a proposé une démarche au cas par cas et pas à pas. L’OCDE en 1998 et l’EFSA en 2011 ont publié des documents guide destinés aux industriels et aux instituts publics. L’évaluation suit une démarche dite « d’équivalence substantielle » basée sur la comparaison des caractéristiques de la PGM et de son équivalent non GM. Les tests portent sur :

  • La caractérisation moléculaire (information relative à la modification génétique et à la plante GM).
  • La caractérisation de composition, agronomique et phénotypique, par une évaluation comparative. La PGM est comparée à une variété témoin et à des variétés commerciales représentant la variabilité de la plante étudiée. Depuis 2006 l’EFSA préconise au moins 8 sites et 6 variétés commerciales dans le plan d’expérience. Les composés mesurés sont ceux classiquement évalués chez l’espèce : protéines, lipides, hydrates de carbone, cendres, eau, fibres, acides aminés, acides gras, minéraux, vitamines et facteurs antinutritionnels (gossypol* ou acide phytique*) et métabolites secondaires. Les caractéristiques agronomiques et phénotypiques sont évaluées sur une dizaine de paramètres classiquement mesurés : stress abiotiques, maladies, germination des grains, viabilité du pollen.
  • L’évaluation de la toxicité aiguë. La protéine nouvellement produite fait l’objet d’un test chez des rongeurs (rat ou souris) par administration unique et/ou répétée in vivo.
  • L’étude de toxicité subchronique de 90 jours in vivo chez des rongeurs par administration répétée de l’aliment dérivé de la PGM (par exemple des graines de maïs ou tourteaux toastés de cotonnier) n’est pas incluse systématiquement au Canada ni aux États-Unis. L’EFSA la demandait au cas par cas et depuis 2013 l’UE l’exige pour chaque PGM. Le but est de mettre en évidence des effets imprévisibles ayant une signification toxicologique selon les lignes directrices 408 de l’OCDE en 1998 et de l’EFSA en 2011. Définie initialement pour l’évaluation de la toxicité des substances chimiques, cette étude a ensuite été appliquée à celle des « nouveaux aliments » ainsi qu’à celle des PGM avant leur mise sur le marché. Elle comporte des examens cliniques, hématologiques, de biochimie sanguine et urinaire, un examen macroscopique et microscopique des organes ou tissus. Ces données sont fournies par un laboratoire agréé quant aux bonnes pratiques de laboratoire. Si un doute subsiste, un test de plus longue durée peut être conduit. Il convient de souligner que les tests imposés aux variétés conventionnelles (non GM) n’incluent pas les tests in vivo.
  • Le potentiel allergénique de la protéine est évalué selon 4 critères : l’absence d’allergénicité de la source de la protéine, l’absence d’homologies de séquence globale et locale entre la protéine exprimée et les allergènes avérés d’une banque de données, la digestibilité par les protéases digestives mesurée par des tests in vitro, la très faible concentration de la protéine exprimée de la PGM.
  • L’évaluation nutritionnelle (ou tests d’alimentarité) est faite in vivo sur des poulets alimentés pendant 42 jours avec des quantités élevées de la PGM et des comparateurs, ces tests permettant de conclure à l’équivalence de composition.

Fig. 1 – Campagne publicitaire pour la journée anti-OGM

Avis des agences

5L’avis est favorable quand l’ensemble de ces éléments ne conduit pas à la mise en évidence d’un risque sanitaire. Le risque potentiel est rigoureusement évalué dans l’UE qui exige une évaluation de la toxicité subchronique de 90 jours par principe de précaution. L’EFSA est chargée de procéder à l’évaluation et de rendre un avis à la Communauté Européenne ; elle doit communiquer ces données aux personnes qui le demandent.

Bibliographie

Références bibliographiques

• James C., Global Status of Commercialized Biotech/GM Crops. ISAAA Brief No. 46, Ithaca, NY, 2013.

• Kuntz M., OGM, la question politique, PUG, Grenoble, 2014.

• Kuiper H. et al., « New EU legislation for risk assessment of GM food : no scientific justification for mandatory animal feeding trials », Plant Biotechnol J 2013 ; 11 : 781-4.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Campagne publicitaire pour la journée anti-OGM
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10426/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 544k

Auteur

Généticienne
UFR « Génétique Évolutive et d’Amélioration des Plantes »
AgroParisTech
Paris
agnes.ricroch@agroparistech.fr

© CNRS Éditions, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search