Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Cinquième partie. Sécurité sanitaire de l'alimentation

5.5. Médicaments vétérinaires et santé humaine

Pascal Sanders

Texte intégral

1Les médicaments vétérinaires peuvent être destinés aux animaux producteurs de denrées alimentaires (viande, lait, œufs, poissons, miel). Compte tenu de possibles effets délétères de contaminants alimentaires à faibles doses, les traitements médicamenteux sont très encadrés chez ces animaux. Le principal enjeu est de limiter les niveaux d’exposition du consommateur à des mélanges de contaminants à faible concentration.

2Selon le code de la santé publique, un médicament vétérinaire se définit par son indication thérapeutique pour prévenir et soigner les maladies animales. L’encadrement réglementaire européen et national les soumet à une procédure d’Autorisation de Mise sur le Marché (AMM). En France, l’autorité compétente est, au sein de l’ANSES, l’Agence Nationale du Médicament Vétérinaire qui travaille en collaboration étroite avec l’Agence Européenne du Médicament.

Caractérisation des risques

3Les caractéristiques toxicologique et pharmacologique des substances entrant dans la composition d’un médicament sont étudiées pour définir les dangers associés à leur utilisation. Ces données sont utilisées pour évaluer les risques professionnels des personnes impliquées dans la fabrication et l’utilisation de ces produits et pour établir les mesures de protection appropriée.

4Afin de prévenir l’exposition à des résidus de médicaments lors de la consommation de denrées produites par un animal traité, l’évaluation du risque réalisée par un comité d’experts ad hoc de l’agence européenne du médicament conduit à l’établissement d’une Dose Sans Effet (DSE) et du Facteur de sécurité (F) permettant le calcul de la Dose Journalière Acceptable (DJA = DSE/F).

5Les processus d’absorption, de distribution, de métabolisme et d’excrétion des substances actives sont étudiés chez les animaux de laboratoire et chez les principales espèces productrices de denrées alimentaires. En analysant les données collectées, des Limites Maximales de Résidus (LMR) sont établies pour réduire le risque d’exposition du consommateur à des quantités de résidus supérieures à la DJA. Pour chaque nouvelle formulation de médicament, ce risque est géré en fixant le temps d’attente entre la dernière administration du médicament à un animal et la date de vente des denrées qu’il produit.

Autorisations légales

6Seules les substances autorisées et répertoriées au niveau européen peuvent être légalement utilisées comme médicament vétérinaire destiné à des animaux producteurs de denrées alimentaires. Pour les résidus, les auto-contrôles de l’industrie agro-alimentaire et les contrôles officiels menés par l’État encadrent le bon usage vétérinaire des médicaments.

7Dans l’Union Européenne, les antibiotiques sont des médicaments vétérinaires. Leur utilisation contribue à la pression de sélection de la résistance aux antibiotiques chez les bactéries zoonotiques comme Salmonella ou Campylobacter ou présentes dans le microbiote des animaux (E. coli, Enteroccocus). Ce risque pour la santé publique fait l’objet de programmes européens de surveillances de l’usage et de la résistance afin d’encourager des politiques de réduction et de maîtrise de l’antibiothérapie chez l’animal.

Auteur

Pharmacologue
Laboratoire de Fougères
ANSES
Fougères
pascal.sanders@anses.fr

© CNRS Éditions, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search