Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

L'agriculture

Le Néolithique, ancien littoral et la diffusion des céréales dans les Pouilles durant la vie millénaire : les sites de Fontanelle, Torre Canne et Le Macchie.

Donato Coppola et Lorenzo Costantini

Résumé

Dans une première partie, les auteurs définissent quelques phases du développement du Néolithique ancien (VIe millénaire), à travers l’analyse des trouvailles réalisées sur trois sites du littoral adriatique des Pouilles (Fontanelle, Torre Canne et Le Macchie).
Dans la seconde partie, ils présentent les analyses d’échantillons d’enduits de cabanes qui ont permis une reconstitution paléobotanique à travers l’étude des empreintes des restes végétaux identifiés dans chaque gisement. Cette étude permet de préciser les caractéristiques de l’agriculture néolithique du VIe millénaire.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Note portant sur l’auteur2

Texte intégral

1Quoique les ensembles de témoignages attribuables au Néolithique ancien en Pouilles soient nombreux, ce qui apparaît surtout c’est la carence d’informations systématiques et contrôlées. Ce n’est que ces dernières années que des aires différentes ont été examinées pour tenter d’ordonner méthodologiquement les datations pour une meilleure compréhension des nombreux problèmes connexes aux origines de la néolithisation. Les recherches ont surtout tenté de focaliser les aspects les plus évidents de l’apparition de l’économie de production, accordant peu d’attention aux substrats locaux et ainsi aux éventuels rapports avec les cultures préexistantes dans les divers contextes territoriaux. Un regard sur le panorama des études récentes montre combien il y a de points de vue différents sur l’existence d’un substrat épipaléolithique bien définissable avec ses connotations économiques propres, et précédant les plus antiques témoignages néolithiques.

2On a supposé que dans le Salento les ultimes phases épigravettiennes (Romanellien) nous documenteraient sur une adaptation à la récolte des mollusques de la part des derniers chasseurs du Paléolithique supérieur apulien, peut-être dans une phase déjà intégrée à l’Holocène ; ainsi, plus qu’un Mésolithique vrai, ce pourrait être une perduration dans cette aire des mêmes Romanelliens (Palma di Cesnola, 1979).

3D’autres soutiennent, au contraire, que les témoignages jusqu’à présent retrouvés sont suffisants pour affirmer que même pour cette zone, on peut parler d’une attribution des trouvailles au Mésolithique, aussi bien pour les caractéristiques économiques que pour les industries lithiques (Radmilli, Cremonesi, Tozzi 1975). Il se confirme donc que, à un Romanellien typique, fait suite un Romanellien final suivi d’un Epiromanellien avec d’évidents phénomènes de spécialisation comme la présence de géométriques trapézoïdaux (Palma di Cesnola 1976, Tozzi 1977) attestés à Torre Testa et par ailleurs déjà sporadiquement notés dans le niveau BI de la Grotte del Cavallo et dans le niveau 1 de la Grotte delle Cipolliane (Cremonesi 1967 et 1978).

4Les récentes recherches nous renseignent sur la diffusion de ces industries, particulièrement dans les zones côtières et littorales avec une concentration de découvertes le long du littoral adriatique, ceci étant peut-être lié à la récolte de mollusques marins, ressource économique de remplacement des derniers chasseurs de tradition romanellienne.

5Partant de ces prémisses, il a été conduit une enquête topographique dans les régions de Brindisi et Tarente sur une portion de territoire comprise entre les mers Ionienne et Adriatique et caractérisée par la présence d’un plateau calcaire, qui en occupe la partie centro-septentrionale, et deux versants côtiers avec couverture de dépôts quaternaires. Les résultats de l’enquête peuvent se résumer ainsi :

  1. Il est évident qu’il y a une concentration de vestiges épipaléolithiques le long du versant adriatique, particulièrement dans les zones côtières et sub-côtières.

  2. Le long de ce même versant adriatique, de nombreuses aires possédant des témoignages épipaléolithiques présentent également des traces de fréquentation au Néolithique ancien (Fig. 1, aires inscrites dans les cercles).

  3. Le peuplement néolithique, même dans les phases successives du développement (du VIe au début du IIIe millénaire) se concentre seulement dans le domaine des versants côtiers, sans intéresser les aires internes du plateau calcaire, où les témoignages sont complètement absents.

  4. Au travers des types lithologiques des terrains agricoles présents dans l’aire d’utilisation caractérisée du peuplement néolithique, ont été choisis préférenciellement les terrains sur tufs, généralement considérés comme les mieux adaptés à l’agriculture, que ce soit par la composition granulométrique ou par les caractères chimiques.

  5. Toujours dans le domaine néolithique a été montré un net déséquilibre entre la densité des établissements de plein air et la rareté des fréquentations en grotte : sur 82 gisements individualisés, les établissements de plein air attribuables aux VI-Ve millénaires sont au nombre de 53, tandis que les grottes, avec des restes peut-être du VIe mais plutôt du V-IVe millénaire, sont seulement 13. De plus, dans les phases anciennes du Néolithique, la localisation des grottes, la plupart situées dans le voisinage immédiat ou le long des escarpements calcaires qui dominent les aires de concentration de cabanes, nous informe, plus que sur une différenciation du peuplement néolithique, sur des aspects particuliers et complémentaires de l’organisation même des communautés, affermissant l’hypothèse d’une utilisation cultuelle et funéraire des grottes, sur la base des témoignages mis au jour.

6Les sites du Néolithique ancien de ce versant littoral, comme Torre S. Sabina, Puntore, Fontanelle, Torre Canne, Torre Bianca (Coppola 1977, 1981, 1983) se situent tous dans le domaine des sillons d’érosion (lames) ; les découvertes de Fontanelle semblent avoir un caractère d’archaïsme majeur, comme nous allons le voir ci-dessous.

Fontanelle (Ostuni)

7L’établissement n’est pas encore régulièrement fouillé même si pendant de nombreuses années ont été effectuées diverses récoltes de surface. Il existe des traces évidentes d’éléments moustériens ou attribuables au Paléolithique supérieur. L’absence complète de grattoirs courts et très courts, ou même circulaires, indique, d’autre part, qu’il n’y a pas d’éléments typiques du Romanellien. L’industrie lithique présente un fort pourcentage d’instruments spécialisés comme les pointes à dos et les géométriques, qui nous orientent plutôt à considérer ces éléments comme une évolution sélective postérieure à la tendance déjà entrevue à Torre Testa. Tandis que la découverte des industries sur lames sur obsidienne, des outils en pierre polie et des céramiques imprimées nous indique clairement l’existence d’un contexte néolithique. Il s’ensuit qu’à Fontanelle, ou bien il existe un substrat culturel avec une forte composante de type épipaléolithique, sur laquelle s’amorce un processus de néolithisation, ou bien les industries lithiques se rapportent intégralement au Néolithique. L’état physique identique des patines des objets et les caractéristiques de l’industrie lithique sur lames, plutôt de petites dimensions, font ressortir l’homogénéité du contexte, nous permettant de l’attribuer, en première analyse, à la phase néolithique. Les céramiques décorées par impression, significativement rares par ailleurs, comportent pour la plupart une pâte grossière très riche en éléments calcaires. Sur la bande côtière enfin, dans l’aire d’un résidu de dépôts se rapportant à une cabane presque complètement érodée, a été récoltée in situ, une grande quantité de fragments d’enduits argileux cuits, dont une partie a été soumise à l’analyse paléobotanique. L’extension des recherches nous a démontré que les géométriques trapèzoïdaux se retrouvent dans de nombreux autres contextes néolithiques de la zone. Et pourtant, le site de Fontanelle peut être considéré, probablement, comme le plus ancien exemplaire de néolithisation connu jusqu’à présent en Italie sud-orientale, avec des caractères particuliers du substrat local typiquement épiromanellien. Cela nous induit à croire possible sa situation chronologique comprise, à titre préliminaire, entre la fin du VIIe et les débuts du VIe millénaire (Coppola 1983).

Figure 1 : Carte géologique et morphologique schématique de la région de Brindisi et de Tarente. 1. : Calcaire du Crétacé - 2 : Dépôts quaternaires. Peuplement néolithique avec les gisements de plein air (■) et en grotte ().

Torre Canne (Fasano)

8Une phase ultérieure de la civilisation identifiée à Fontanelle semble se trouver à Torre Canne où ont été effectuées des fouilles systématiques en 1971 (Coppola 1981, Nuove ricerche).

9De cette aire provenait environ un millier d’éléments lithiques, pour la plupart attribuables au Paléolithique moyen-supérieur, les autres constituant une abondante série épipaléolithique avec des pointes, grattoirs, dos abattus et géométriques (Punzi 1969).

  • 3 Une datation sur torchis a fourni le résultat suivant : GIF - 6725, 6900 ± 80 B.P.

10Dans la fouille partielle d’un fond de cabane reposant sur la terre rouge stérile, on a trouvé un gros amas de fragments d’enduits de cabane, qui a été partiellement utilisé pour les études paléobotaniques, et les résidus de diverses autres structures3. Du dépôt archéologique, épais environ de cinquante centimètres, provenaient : 547 fragments de céramique, dont 426 en pâte grossière soit 77,9 % du total (174 non ornés ou attribuables à des parties non décorées, 40,8 % ; 14 avec incisions, 3,2 % ; 238 décorés avec impressions, 55,8 %). généralement gravé « a tremolo » mais aussi incisés ou impressionnés 14 %). Le fort pourcentage de céramique grossière ornée d’impressions et la présence de types en argile pure grise-verdâtre avec une surface recouverte d’une fine engobe noirâtre diluée nous oriente sur une comparaison avec la période I de l’établissement de Rendina et, partant, à une datation de cette phase dans la moitié du VIe millénaire (Coppola 1983).

Le Macchie (Polignano a Mare)

11Le site est localisé le long d’une terrasse côtière dans une zone riche en vestiges anciens. La fouille régulière, même dans une phase préliminaire, nous documente sur l’aspect du Néolithique ancien qu’on doit considérer comme comparable à celui de Torre Canne. Les céramiques imprimées et incisées semblent proposer à nouveau les mêmes thèmes décoratifs avec la présence d’éléments différents tels que les rockers cardials et les céramiques peintes à bandes étroites brunes. La découverte de quelques fragments imprimés à sec des types attribuables au style de Guadone, et celle de céramique peinte à bandes étroites brunes, que nous pourrions considérer comme une phase archaïque de la gamme des céramiques peintes successives du style Masseria-La Quercia, mieux connues dans le « Tavoliere foggiano », nous oriente à dater cette phase de la seconde moitié du VIe millénaire (Coppola, Costantini, Radina, Scali, 1983).

12Avec l’analyse de ces trois sites appartenant à un domaine côtier homogène, il nous a paru possible de tracer une ligne de développement unitaire qui, à partir du substrat épiromanellien, nous documente sur différentes phases du Néolithique ancien jusqu’à l’apparition des céramiques peintes. Outre les éléments courants comme les céramiques imprimées, qui donnent une consistance à la continuité avec leur typologie répétitive, un lien très étroit entre les sites de Torre Canne et Le Macchie est donné par la présence de fragments de pied de rhyta, vases zoomorphes jusqu’à présent connus en Italie dans des contextes plus tardifs. Dans le domaine adriatique on a des trouvailles similaires dans la culture de Cakrani, en Albanie côtière et dans celle de Kakanj et Danilo en Yougoslavie avec de nombreux sites parmi lesquels celui de l’Obre I où la période B est mise en parallèle (d’âge et de culture) avec la phase Guadone, attestée par quelques fragments céramiques typiques de l’établissement de Torre Canne (Coppola, Costantini, Radina, Scali, 1983).

Figure 2 : Fontanelle : empreinte d’un épi de Triticum dicoccum.

Figure 3 : Torre Canne : empreinte et grain de Hordeum vulgare.

13L’importance des trouvailles nous suggère à nouveau le rôle tenu par cette aire géographique dans la néolithisation de cette région, d’une part à cause des témoignages faunistiques (à Le Macchie, nous avons exclusivement des animaux domestiques : Ovis ou Capra, Sus domesticus, Bos taurus), mais plus encore, à cause des très nombreuses graminées identifiées qui attestent déjà, dans le site de Fontanelle, l’existence d’un stade économique fortement subordonné à l’agriculture dès le début du VIe millénaire.

L’agriculture à la lumière des évidences paléobotaniques

Au cours de cette phase préliminaire des analyses paléoethnobotaniques, qui entrent dans un programme plus vaste d’enquêtes bioarchéologiques du territoire des Pouilles, ont été examinés des fragments d’enduits de cabanes recueillis pendant les enquêtes archéologiques sur les sites de Fontanelle, Torre Canne et le Macchie. Le matériel est examiné à partir de 40 à 60 échantillons choisis parmi les nombreux fragments retrouvés pour chaque site. Ce matériel a été brisé volontairement pour isoler les nombreuses empreintes qu’il contenait. Souvent on retrouve les restes végétaux carbonisés qui sont à l’origine de l’empreinte. Il s’agit pour la plupart d’empreintes et restes carbonisés de céréales, blé et orge, dont la paille était couramment mélangée à l’argile pour la fabrication des « enduits ».

Les fragments d’enduits du gisement néolithique de Fontanelle (fin du VIIe millénaire ), situé sur le territoire d’Ostuni entre le Lido Camerini et la Lama d’Antelmi, sont caractérisés par une dureté élevée due à la « cuisson » qui a permis de conserver, surtout dans les parties les plus internes des petits blocs d’argile, de nombreux restes carbonisés. Mais l’échantillon qui a retenu le plus l’attention est l’empreinte d’un épi, pratiquement entier, avec les caractères qu’on peut rapprocher du froment tetraploïde.

Dans cette empreinte, qui a conservé non altérés quelques fragments de glume non carbonisés, ont été isolés des cariossides carbonisés qui par leur morphologie et leur biométrie peuvent être rapprochés de Triticum dicoccum.

Dans le même échantillon ont été isolées quelques empreintes de petits épis de Triticum monococcum et Hordeum distichum qui montrent encore en place les restes carbonisés. En substance, ces trois espèces, engrain, amidonnier et orge à deux rangs caractérisent tous les fragments analysés et seulement un présentait l’empreinte d’une portion de rachis constitué de trois internodes en connection qu’on peut rapporter à Triticum durum-aestivum. L’incertitude de la détermination est due à l’état précaire de conservation qui ne permet pas de préciser s’il s’agit d’un fragment du froment tetraploïde (Triticum aestivum).

Le second site où ont été faites des recherches est le gisement de Torre Canne, qui même s’il est déjà connu du point de vue paléoethnobotanique pour avoir été étudié par Renfrew, qui a identifié Triticum monococcum, Triticum dicoccum et Hordeum sp. (Evett, Renfrew 1971), a été inclus dans cette recherche car dès la première analyse il a révélé un haut potentiel d’information.

Le matériel examiné peut être rapporté à la phase néolithique archaïque caractérisée par la céramique impressionnée, chronologiquement un peu postérieure au site de Fontanelle (moitié du VIe millénaire). Les fragments analysés présentent un degré de conservation très différent dû au type de la pâte, pour lequel n’a pas toujours été employée l’argile, et au type de « cuisson », très poussé pour quelques fragments et totalement absent pour d’autres. En ce qui concerne la composition des fragments d’enduit, en particulier pour quelques fragments non soumis à la « cuisson », les analyses ont montré que pour la pâte on n’a pas utilisé l’argile et la paille mais plutôt des terres très peu argileuses, semblables aux limons des zones marécageuses ou palustres, mélangées à des végétaux divers. Ainsi, en plus des empreintes et restes carbonisés des espèces déjà identifiées par Renfrew, Triticum monococcum et Triticum dicoccum ont été retrouvés des empreintes et restes carbonisés d’orge à deux rangs (Hordeum distichum) et d’orge à polystique (Hordeum vulgare), des graines et autres parties de plantes telles que Agrostemma et Polygonum mais surtout des carios-sides carbonisés de Bromus et Lolium qui représentaient probablement les principales plantes parasites qui infestaient les céréales et qui étaient ramassées ensemble. Mais la présence de cette espèce pouvait être en quelque sorte prévue car elle rentre dans le paysage typique des cultures. Les trouvailles de lentille, olive et raisin ont bien plus de signification. La lentille (Lens culinaris Medik.) est représentée par une gousse entière et des petites graines de forme plus ou moins arrondie, qu’on peut rapporter à la sous-espèce microsperma caractérisée effectivement par des petites gousses et des petites graines (Barulina 1930, Zohary 1972, Zohary et Hopf 1973). La présence d’olives (Olea europaea) a été attestée par quelques empreintes de noyaux, retrouvées dans les fragments d’enduit qui n’ont pas subi le phénomène de la « cuisson » et qui n’ont pas permis de récupérer les noyaux. La vigne (Vitis sp.) est représentée par un seul échantillon constitué d’un fragm nt carbonisé, qui est le pédicelle d’attache d’un fruit à la grappe.

Le troisième gisement, Le Macchie, culturelle-ment identique à Torre Canne, est situé sur le territoire de Polignano a Mare, 20 km au nord de Torre Canne, toujours dans la bande côtière qui contient les deux premiers sites. Les analyses effectuées (Costantini 1983) ont permis de noter la présence à l’intérieur des fragments d’enduits de nombreuses empreintes de céréales, Triticum monococcum, Triticum dicoccum, Hordeum distichum, et Hordeum vulgare, et aussi des empreintes qu’on peut rapporter à Galium sp. et Euphorbia elioscopia.

Réflexions

N’ayant pas à notre disposition des sites archéologiques couvrant une grande tranche de temps, on a essayé de rechercher à travers l’étude des enduits de cabane de gisements chronologiquement voisins mais successifs, toujours compris entre la fin du VIIe millénaire et toute la deuxième moitié du VIe millénaire, quelles étaient les plantes de base de l’économie agricole néolithique. Les informations tirées des fragments d’enduits de cabane analysés, indiquent avec une évidente concordance d’espèces, qu’au début du VIe millénaire l’agriculture apulienne était caractérisée par les mêmes graminées domestiques déjà développées dans le Proche et Moyen Orient et dans la Méditerranée orientale. Les céréales qui sont à la base de cette économie sont l’engrain, l’amidonnier, l’orge à deux rangs et l’orge à polystique et seulement dans un deuxième temps probablement s’est développé un intérêt agricole pour les légumineuses, pendant que les plantes à fruits, telles que l’olivier et la vigne, constituaient des compléments alimentaires.

Les mêmes débuts d’économie agricole ont été retrouvés à la Grotte de Franchthi en Grèce (Hansen et Renfrew 1978) et dans la grotte de l’Uzzo en Sicile (Costantini 1982) où le passage de l’économie mésolithique à l’économie néolithique est très évident. Pour les Pouilles on ne connaît pas encore les ressources végétales de l’économie mésolithique et il est donc difficile d’évaluer la portée et les modalités du changement d’économie, mais les évidences néolithiques, au moins pour ces sites côtiers de la façade Adriatique, démontrent que l’agriculture au début du VIe millénaire s’est développée au travers de la culture des céréales et des légumineuses, comme en Grèce et en Sicile.

Bibliographie

Bibliographie

Coppola (D.) 1977. Civiltà antiche nel territorio di Torre S. Sabina (Carovigno-Brindisi) ; Richerche e Studi 10 : 47-110.

Coppola (D.) 1981. La distribuzione degli insediamenti e delle grotte nel brindisino e nel tarantino : contributo alio studio delle origini e délia diffusione délia civiltà neolítica ; Lingua e Storia in Puglia 11 : 73-116.

Coppola (D.) 1981. Nuove ricerche neU’insediamento neolítico di Torre Canne (Fasano-Brindisi) ; Rivista di Scienze Preistoriche. In stampa.

Coppola (D.) 1983. Le origini di Ostuni. Testimonianze archeologiche degli awicendamenti culturali ; Monografía n.l del Museo di Civiltà preclassiche délia Murgia meridionale, Martina Franca.

Coppola (D.), Costantini (L.), Radina (F.), Scali (S.) 1983. Indagini palet-nologiche su un insediamento neolítico in località « Le Macchie » (Polignano a Mare-Bari). In stampa.

Cremonesi (G.) 1967. Industria litica di tradizione Paleolitico superiore rinvenuta a Torre Testa (Brindisi) ; Rivista di Scienze Preistoriche 22 : 251-279.

Cremonesi (G.) 1978. Nuovi rinvenimenti del Paleolitico superiore e Mesolitico a Torre Testa (Brindisi) ; Rivista di Scienze Preistoriche 33 : 109-159.

Palma di Cesnola (A.) 1967. Il Paleolitico délia Puglia, Memorie del Museo Cívico di Storia Naturale di Verana 15 : 1-84.

Palma di Cesnola (A.) 1979. Il Paleolitico della Puglia; La Puglia dal Paleolitico al Tardoromano, Milano.

Punzi (Q.) 1969. L’insediamento neolitico di Torre Canne ; Ricerche e Studi 4.

Radmilli (A.), Cremonesi (G.), Tozzi (C.) 1975. A propos du mésolithique en Italie ; L’épipaléolithique méditerranéen Actes du colloque d’Aix-en-Provence, juin 1972.

Tozzi (C.) 1967. Il passaggio dal Paleolitico al Neolitico sul versante adriatico della penisola italiana. Aspetti economici e culturali ; Abruzzo, Rivista dell’Istituto di Studi abruzzesi 15 : 59-81.

Bibliographie

1. – Barulina (H.-I.) 1930. Lentils of the U.S.S.R. and other countries ; Bull. Appl. Bot. Genet. Plant. Breed. Supp. 40 : 1-319.

2. – Costantini (L.) 1983. Semi e carbon del mesolitico e neolitico délia Grotta dell’Uzzo, Trapani ; Quaternaria, XXIII : 233-247.

3. – Costantini (L.) 1983. Cereali carbonizzati e impronte del neotico pugliese. In stampa.

4. – Evett (D), Renfrew (J.) 1971. L’agricoltura neolitica italiana : una nota sui cereali ; Riv. Sc. Preistoriche 26 : 403-409.

5. – Hansen (J.), Renfrew (J.) 1978. Paleolithic - Neolithic seed remains at Franchthi Cave, Greece ; Nature 271 : 349-352.

6. – Zohary (D.) 1972. The wild progenitor and the place of origin of the cultiveted lentil : Lens culinaris ; Economic Botany 26 : 326-332.

7. – Zohary (D.), Hopf (M.) 1973. Domestication of puises in the Old World ; Science 182 : 887-894.

Notes de fin

3 Une datation sur torchis a fourni le résultat suivant : GIF - 6725, 6900 ± 80 B.P.

1 Istituto di Civiltà préclassiche - Université di Bari.

2 M.N.A.O. et Is. M.E.O., Roma.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Carte géologique et morphologique schématique de la région de Brindisi et de Tarente. 1. : Calcaire du Crétacé - 2 : Dépôts quaternaires. Peuplement néolithique avec les gisements de plein air (■) et en grotte ().
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1041/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Figure 2 : Fontanelle : empreinte d’un épi de Triticum dicoccum.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1041/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Légende Figure 3 : Torre Canne : empreinte et grain de Hordeum vulgare.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1041/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1041/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 265k

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search