Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Quatrième partie. Nutrition et santé

4.25. Alimentation et épigénétique

Claudine Junien

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La découverte que l’environnement peut laisser des marques « sur » notre génome, sans altérer sa séquence, comble le fossé conceptuel entre l’inné et l’acquis. Nos 60 000 milliards de cellules sont inséparables de leur environnement qui peut changer à tout instant, que celui-ci soit nutritionnel, physique, chimique, psycho-affectif, socio-économique ou bactérien/viral. À la naissance le génotype rend compte de 30 % de la variabilité phénotypique* et les interactions gène-environnement, liées à des processus épigénétiques, de 70 %.

La notion d’épigénétique, restreinte, en 1942, aux processus de biologie du développement, est entrée dans l’ère de la biologie moléculaire vers les années 1970 et a beaucoup évolué depuis, entraînant des perceptions différentes, sources de confusion pour des termes comme héritabilité, dynamique ou réversibilité.

Image 10000000000004C200000290D953BD60.jpg

Exemples de voies impliquées dans les modifications épigénétiques par les nutriments et autres facteurs environnementaux. (1) activation ou inhibit...

Auteur

Généticienne
Unité « Biologie du Développement et Reproduction » INRA
Jouy-en-Josas
claudine.junien@jouy.inra.fr

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search