Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Quatrième partie. Nutrition et santé

4.24. Nutrition et cognition

Pascale Barberger-Gateau

Texte intégral

1L’alimentation apporte un ensemble de nutriments indispensables au développement et au fonctionnement du cerveau, dès la vie intra-utérine, et a donc un impact sur les fonctions cognitives*, notamment aux âges vulnérables que sont l’enfance et la vieillesse. Inversement, un excès d’apport énergétique entraîne obésité et diabète, qui ont des répercussions néfastes sur le cerveau. L’alimentation pourrait donc moduler le fonctionnement cognitif tout au long de la vie et notamment retarder les effets du vieillissement cérébral.

Les nutriments, aliments et régimes bénéfiques pour le cerveau

2Les acides gras oméga 3 à longue chaîne, acides eicosapentaénoïque (EPA*) et docosahexaénoïque (DHA*), sont essentiellement apportés par la consommation de poisson et produits de la mer car leur synthèse par l’organisme est très faible. Le DHA est un composant majeur des membranes des neurones, dont il assure notamment la fluidité, facilitant la transmission synaptique. De plus, EPA et DHA ont des propriétés anti-inflammatoires et anti-thrombotiques qui protègent le cerveau vieillissant.

Fig. 1 – Aliments et nutriments bénéfiques pour le cerveau

3Les fruits, légumes et céréales sont de bonnes sources d’antioxydants, ils apportent les vitamines B et diminuent l’index glycémique. Les poissons gras apportent oméga-3 et sélénium, et les huiles végétales acides gras et vitamine E.

4Les fruits et légumes sont source de nombreux nutriments bénéfiques pour le cerveau, notamment la vitamine C, les caroténoïdes et les polyphénols qui exercent entre autres des effets antioxydants (voir encadré), et des folates, indispensables à la constitution du cerveau chez l’embryon et qui contribuent à abaisser le taux d’homocystéine dans le sang.

5Le régime dit « méditerranéen » se caractérise par une consommation importante de fruits, légumes, légumineuses et céréales, une consommation régulière de produits de la mer mais une faible consommation de viande et de produits laitiers. La principale source de matières grasses ajoutées est l’huile d’olive. Dans certains pays, il s’accompagne d’une consommation modérée de vin. Plusieurs études réalisées en Europe et aux États-Unis, ont montré l’effet protecteur de ce régime alimentaire contre le déclin cognitif chez les personnes âgées. Cet effet peut s’expliquer par la combinaison de nutriments bénéfiques pour le cerveau, mais aussi par le mode de vie plus sain souvent adopté par les personnes qui suivent ces habitudes alimentaires.

Les compléments alimentaires ?

6De nombreuses études ont essayé de reproduire les bienfaits des nutriments apportés par les aliments en administrant des compléments alimentaires qui contiennent des doses généralement élevées. La plupart de ces supplémentations se sont avérées extrêmement décevantes quant à leur impact sur le fonctionnement cognitif.

7Parmi les nombreuses raisons qui peuvent être évoquées pour expliquer cet échec, on peut mentionner l’inutilité de supplémenter des individus qui couvrent déjà leurs besoins grâce à l’alimentation et l’inaptitude des compléments alimentaires actuellement disponibles à reproduire la complexité des nutriments apportés en doses et proportions optimales par une alimentation équilibrée. En l’état actuel de nos connaissances il n’est donc pas recommandé de recourir aux compléments alimentaires pour prévenir le déclin cognitif, en l’absence de toute carence nutritionnelle avérée.

Antioxydants et neurodégénéresence
Sophie Guyonnet
L’accumulation de radicaux libres* à l’origine de dommages oxydatifs est un facteur possible du déclin cognitif et de la démence. Les systèmes de défense antioxydants comme la vitamine E, la vitamine C, les caroténoïdes et les cofacteurs enzymatiques de la superoxyde dismutase* et de la glutathion peroxydase* (zinc, sélénium, cuivre) peuvent réduire les dommages neuronaux et la mort cellulaire via des réactions oxydatives qui permettront de diminuer la formation des espèces réactives de l’oxygène, la peroxydation lipidique, l’apoptose, l’oxydation des protéines, les dommages membranaires et/ou de l’ADN, et la toxicité du peptide β-amyloïde*.
Les données épidémiologiques* sont en faveur d’un rôle protecteur d’une alimentation riche en antioxydants dans la prévention du déclin cognitif et de la maladie d’Alzheimer bien que persistent certaines divergences. Les données des études randomisés* chez des sujets âgés sans affection cognitive n’ont pas permis à ce jour de démontrer l’efficacité d’une supplémentation en vitamine E en prévention du déclin cognitif. Un essai a montré un effet bénéfique sur les fonctions cognitives d’une supplémentation sur le long-terme en β-carotène. D’autres études ont testé l’efficacité d’une combinaison d’antioxydants sur les performances cognitives avec globalement des résultats positifs.
Enfin, une méta-analyse* de 2007 a montré une augmentation du risque de mortalité chez des sujets recevant une supplémentation à base de β-carotène, de vitamine A et de vitamine E. Les données utilisées étaient cependant insuffisantes pour conclure au rôle potentiel de la vitamine C et du sélénium sur le risque de mortalité.
D’après les données actuellement disponibles il semble plus adapté d’envisager une combinaison équilibrée de plusieurs nutriments antioxydants pour espérer obtenir un effet significatif en terme de prévention. À ce stade, il reste difficile de proposer des recommandations spécifiques pour la prévention du déclin cognitif et de la maladie d’Alzheimer. ■

Bibliographie

Références bibliographiques

• Barberger Gateau P. et al., « Acides gras oméga-3 et déclin cognitif : la controverse », Cahiers de Nutrition et de Diététique 2013 ; 48 : 170-4.

• Barberger Gateau P. et al., « Phytomicronutriments, fonctions cognitives et maladies neuro-dégénératives », in Les phytomicronutriments, Amiot-Carlin M.J. et al. éd. Tec & Doc, Paris 2012 : 159-69.

• Barberger Gateau P., Feart C., Nutrition des séniors : impact sur les fonctions cognitives, Les Entretiens de Bichat, Paris, 2012, p 329-33.

• Barberger-Gateau P. et al., « Alimentation et vieillissement cérébral : une relation complexe », Gérontologie et Société 2010 ; 134 : 107-21.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Aliments et nutriments bénéfiques pour le cerveau
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10403/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 571k

Auteur

Épidémiologiste
Équipe « Épidémiologie de la Nutrition »
Centre de Recherche INSERM
« Épidémiologie et Biostatistique » Université de Bordeaux
Bordeaux
pascale.barberger-gateau@isped.u-bordeaux2.fr

© CNRS Éditions, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search