Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Quatrième partie. Nutrition et santé

4.22. Jeûne et santé : approche anthropologique

Gilles Boëtsch et Magali Cocaul-André

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le jeûne, pratique millénaire, revient à la mode. Les médias en font l’apologie, comme s’il s’agissait d’un traitement miracle. Pour appréhender les origines et retentissements de ces pratiques, revenons à la définition.

Une définition du jeûne

Qu’est-ce qui différencie jeûne et interdits alimentaires ? Le carême est un jeûne, et pourtant on ne supprime durant cette période que certains aliments, temporairement « prohibés ». Il existe des jeûnes secs, où l’on doit supprimer aliments solides et liquides, et des jeûnes où les boissons sont autorisées, jeûnes totaux ou partiels, pouvant durer quelques heures ou plusieurs semaines.

Le mot jeûne vient du latin jejunium, répondant à la forme sanscrite yayamana, « qui a dompté sa faim » (yam = dompter). À l’inverse de sa dérive dans les mots « déjeuner » ou examen « à jeun » (période qui débute théoriquement 6 h après avoir mangé), le fait de jeûner implique un effort, une souffrance ou une pénitence. La pratique du...

Auteurs

Anthropologiste
CNRS
Unité Mixte Internationale « Environnement, Santé, Sociétés »
Dakar Sénégal
gilles.boetsch@gmail.com

Endocrinologue Nutritionniste
Hôpital de l’Hôtel-Dieu
Université Paris Descartes
Paris magali.cocaul@gmail.com

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540