Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Quatrième partie. Nutrition et santé

4.21. Les régimes amaigrissants

Irène Margaritis et Martine Duclos

Texte intégral

1Face au surpoids, réel ou supposé, les régimes amaigrissants font l’objet de propositions commerciales diversifiées par leurs stratégies mais qui partagent les mêmes objectifs et entraînent les mêmes risques sanitaires. L’attrait du résultat immédiat, rarement pérenne, en nourrit le succès. Or la pratique du régime amaigrissant est le plus souvent à l’origine de surpoids et plus tard d’obésité, ce qui en fait un enjeu de santé publique.

Le lourd tribut de la perte de poids

2Les stratégies d’amaigrissement consistent à créer un déséquilibre nutritionnel afin de libérer les acides gras du tissu adipeux pour compenser le déficit énergétique causé par la restriction alimentaire. La contrainte physiologique et psychologique est majeure. La perte de poids initiale est liée à la déplétion* du glycogène* hépatique et musculaire et à l’eau qui y est liée (9 g d’eau pour 1 g de glycogène) ; puis les réserves adipeuses et musculaires sont mobilisées tandis qu’une résistance de l’organisme à la perte de poids se met en place. En réponse à la réduction des apports énergétiques, les dépenses sont réduites : l’organisme fonctionne en mode « économie » (diminution du métabolisme de repos, de la thermogénèse) d’où la fatigue et la sensation de froid qui s’installent durablement si la restriction persiste.

La lutte permanente contre l’histoire naturelle de la reprise de poids

3Face à la diminution des réserves énergétiques (masse grasse) et quel que soit l’indice de masse corporel (IMC*) (normal, surpoids ou obésité), le cerveau réagit aussi et augmente, entre autres, les signaux de faim. Pour lutter contre la faim, la personne ayant perdu du poids oppose en permanence restriction et contrôle cognitifs de la prise alimentaire.

4Le contrôle permanent finit par perturber le ressenti des signaux de faim, de rassasiement et de satiété. La concordance entre besoins nutritionnels et prise alimentaire est rompue. La pratique du régime restrictif est alors à l’origine de troubles du comportement alimentaire conduisant dans certains cas à une perte totale du contrôle de la prise alimentaire.

La masse musculaire à préserver et surveiller

5Toute perte de poids, même dans le cas d’un régime bien équilibré, conduit à une perte de masse grasse (75 %) et de masse musculaire (25 %). Or la quantité de masse musculaire détermine la dépense énergétique de repos. Pour maintenir à long terme une perte de poids, il faut alors réduire plus encore les apports alimentaires ou augmenter les dépenses énergétiques. Et c’est là que l’activité physique joue un rôle majeur, bien au-delà de son effet sur la dépense énergétique.

L’activité physique : au-delà des calories dépensées

6Les effets de l’activité physique (AP) sur la santé sont majeurs et se manifestent par la réduction de risque de nombreuses pathologies (syndrome métabolique, certains cancers, diabète de type 2, maladies cardio-vasculaires). Tous les effets de l’AP sont de nature à réduire la prise de poids, à accompagner la pratique d’amaigrissement puis à maintenir l’équilibre pondéral.

7Au-delà du nombre de calories dépensées, les effets physiologiques même de l’AP sont à l’origine d’un cercle vertueux. L’AP maintient en très grande partie la masse musculaire à l’origine de l’utilisation des substrats énergétiques : plus on est physiquement actif, plus la dissipation de chaleur est élevée, au repos également. La pratique d’une AP participe à la régulation de la glycémie, du métabolisme hormonal et énergétique. L’hypothèse avancée d’un effet anorexigène de l’AP est actuellement explorée.

Fig. 1 – Diagramme ternaire des contributions des glucides, lipides et protéines à l’apport énergétique total (AET) pour les femmes ayant suivi les 15 régimes analysés, et des consommations de la population générale (Inca2) comparées aux Apports Nutritionnels Conseillés (Anses 2011)

8Agissant par ailleurs comme régulateur de l’humeur et de la réponse au stress, elle agirait sur le comportement alimentaire en partie sous l’influence de ces deux facteurs. De toute évidence l’évolution des habitudes alimentaires doit s’accompagner d’une AP régulière et d’une limitation du temps de sédentarité (temps assis), a fortiori associé à des risques de grignotage.

Les risques sanitaires des régimes amaigrissants

9Quinze régimes ont été étudiés par l’ANSES en 2011 : tous visent une restriction énergétique par un contrôle de la prise alimentaire, supprimant une ou plusieurs catégories d’aliments, générant des déficits en certains minéraux, vitamines, fibres ou des excès en protéines, sodium (Figure 1). L’analyse montre que les risques de ces régimes sont liés aux conséquences psycho-comportementales, biologiques, physiopathologiques des déséquilibres nutritionnels. Les atteintes portent sur la masse musculaire, l’équilibre hormonal, le statut osseux, les fonctions rénales et hépatiques.

10De plus, l’effet à court terme, parfois spectaculaire, de ces régimes masque les risques sanitaires associés à la reprise de poids quasi systématique : 80 % des cas un an après la cure et 95 % des cas dans un délai de cinq ans. Plus grave, le régime amaigrissant est vécu comme une parenthèse alors même qu’il devrait être la voie d’accès à un comportement alimentaire de nature à pérenniser le retour à l’équilibre pondéral souhaité, voire viser une amélioration des paramètres métaboliques, cardiovasculaires, psychologiques. Or, la contrainte en tant que telle génère des stress psychologiques et physiologiques auxquels peu sont en mesure de faire face longtemps. C’est dans ce contexte que l’AP et la nutrition prennent toute leur place pour le maintien à long terme de l’état de santé.

L’accompagnement individuel du professionnel de santé

11La représentation subjective de l’image du corps préside le plus souvent au choix d’un régime et l’objectif fixé n’est pas cohérent avec le maintien de l’état de santé : selon une enquête nationale de 2011, 45 % de femmes sans surpoids, dont 15 % de minces (IMC* < 22), avaient suivi un régime dans l’année. Le surpoids réel peut trouver ses origines parmi les erreurs alimentaires, le mode de vie, le stress, l’inactivité physique, l’âge, des troubles métaboliques et/ou hormonaux.

12Dès lors que les facteurs déclenchants et/ou d’entretien ne sont pas identifiés, la lutte contre le surpoids s’installe. Le diagnostic et le suivi individualisé d’un professionnel de santé – médecin nutritionniste, diététicien – sont à ce titre incontournables. Ils permettent a minima de maîtriser les éventuelles conséquences sanitaires d’une approche nutritionnelle déséquilibrée.

13Par nature, un même régime ne peut être adapté à des milliers de personnes. Toute approche doit ainsi être individualisée, tant pour ce qui relève de pratiques alimentaires, que de l’hygiène de vie intégrant l’activité physique au sens le plus large du terme.

Les régimes hyperprotéiques
Claire Gaudichon et Gilles Fromentin
La plupart des régimes pratiqués en France pour le contrôle du poids sont dits hyperprotéiques (HP), car la contribution des protéines à l’apport énergétique y atteint au moins 25 %. En termes de grammage, si l’apport protéique recommandé est de 0,83 g/kg de poids corporel/j, il est admis qu’il peut sans risques avérés atteindre 2,2 g/kg/j de protéines, ce qui peut représenter 30 % de l’apport énergétique. Sur le plan pratique, il est difficile de concevoir avec les seuls aliments courants des régimes dépassant ce pourcentage, et le recours aux sachets et barres hyperprotéinées est alors courant.
Concernant l’intérêt de ces régimes, il faut distinguer deux situations : celle d’une restriction calorique (la majorité des cas) et celle d’une alimentation à volonté. Dans une alimentation à volonté, l’emploi des régimes HP conduit à une diminution de la prise énergétique spontanée. En revanche, dans le cas d’une restriction calorique, la composition du régime a peu d’impact sur la perte de poids et de masse grasse. Pendant la phase de stabilisation, les régimes HP permettent toutefois un regain de poids plus modéré tout en diminuant les sensations de faim et en améliorant le bien-être des personnes. Par ailleurs, leur capacité à contrer la perte de masse maigre lors de l’amaigrissement est admise mais reste limitée. Comme il n’existe pas d’études sur plus de 2 ans, il est difficile de conclure clairement à l’intérêt de ces régimes.

Bibliographie

Références bibliographiques

• « Évaluation des risques liés aux pratiques alimentaires d’amaigrissement », ANSES, Rapport d’expertise collective 2011.

• « Activité physique : contexte et effets sur la santé », Expertise collective INSERM, 2008.

Références biblographiques

Westerterp-Plantenga M.S. et al., « Dietary protein, weight loss, and weight maintenance », Annu Rev Nutr 2009 ; 29 : 21-41.
• Sacks F.M.
et al. « Comparison of weightloss diets with different compositions of fat, protein, and carbohydrates », N Engl J Med, 2009 ; 360 : 859-73.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Diagramme ternaire des contributions des glucides, lipides et protéines à l’apport énergétique total (AET) pour les femmes ayant suivi les 15 régimes analysés, et des consommations de la population générale (Inca2) comparées aux Apports Nutritionnels Conseillés (Anses 2011)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10396/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 130k

Auteurs

Physiologiste nutritionniste
Unité d’Évaluation des Risques Nutritionnels
ANSES
Maisons-Alfort
irini.margaritis@anses.fr

Endocrinologue et physiologiste Service de Médecine du Sport et des Explorations Fonctionnelles
CHU Gabriel Montpied et Unité de Nutrition Humaine Clermont-Ferrand
mduclos@chu-clermontferrand.fr

© CNRS Éditions, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search