Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

L'agriculture

L’agriculture des plus anciennes communautés rurales d’Italie1

Maria Follieri

Résumé

Les témoignages les plus anciens de plantes cultivées que nous connaissons jusqu’à présent pour l’Italie sont des grains de Triticum aestivum/durum et d’Hordeum de la 1ère phase du village de Rendina (Italie méridionale), antérieurs à 5160 ans B.C. Un tableau de la distribution géographique en Italie des céréales cultivées les plus anciennes et des premières trouvailles de légumineuses du Néolithique est présenté.

Texte intégral

  • 1 Recherches conduites dans les programmes du Projet « Paletnobotanica » de l’Université de Rome « La (...)

1Les régions de la péninsule italique auxquelles abordèrent les premiers agriculteurs-navigateurs provenant des côtes orientales de la Méditerranée semblent être celles de l’Italie du Sud, dans les lieux où l’abord était facile, où remonter le cours des fleuves était aisé, où le terrain était bon pour la culture.

2La vocation ancienne pour la culture des céréales du Tavoliere di Puglia semble être confirmée par les résultats obtenus dans quelques sites étudiés récemment. Les recherches accomplies à ce jour en Italie du Sud n’ont pas encore complètement résolu le problème central du sujet, c’est-à-dire n’ont pas encore vérifié si les communautés rurales reconnues pendant le Néolithique sont les plus anciennes. Nous avons cependant les datations absolues de quelques anciennes communautés agricoles.

3L’hypothèse sur la néolithisation d’après le modèle migrationiste de L. Bernabò Brea (1958) est encore valable, même après les dernières recherches. La diffusion du Proche-Orient vers la Méditerranée occidentale de l’économie productive fondée sur l’agriculture semble confirmer, avec les recherches les plus récentes, que la colonisation avançait en séquence chronologique relativement rapide atteignant d’abord les côtes de l’Italie du Sud (environ 5.500 ans B.C.) (Follieri, 1977-82).

4Deux sites néolithiques de l’Italie du Sud semblent être jusqu’à présent les plus significatifs à cet égard, le village de Rendina (Follieri, 1977-82) et le village de Passo di Corvo (Follieri, 1973), le premier situé entre le Tavoliere di Puglia et les Murge, le deuxième dans le Tavoliere même. Dans le village de Rendina on peut distinguer trois phases au point de vue archéologique. Le 14C donne à la base de la phase II une datation de 5160 B.C., vers le sommet de la phase II, 4810 B.C. et au contact entre les phases II et III, 4490 B.C.

5A Rendina, dans le sédiment de la phase I, qui est plus ancien que 5 160 ans B.C., nous avons trouvé des grains de Triticum aestivum/durum et d’Hordeum. Ces trouvailles sont les témoignages des plantes cultivées les plus anciennes que nous connaissons jusqu’à présent pour l’Italie (Follieri, 1977-82).

6Les niveaux de Masseria Santa Tecchia du Tavoliere di Puglia, dans lesquels Sargent (1983) a identifié Triticum monococcum et T. dicoccum, ne sont pas plus anciens que les niveaux inférieurs de la phase II de Rendina.

Figure 1 : Diffusion de Triticum et/ou Hordewn au Néolithique ancien. 1 : Rendina (Follieri, 1977-82) - 2 : Masseria Santa Tecchia (Sargent, 1983) - 3 : M. Aquilone (Evett, Renfrew, 1971) - 4 : Villaggio Leopardi (Evett, Renfrew, 1971) - 5 : Albinea e Chiozza di Scandiano (Evett, Renfrew, 1971) - 6 : Vhô di Piadena (Castelletti, 1975) - 7 : Grotte de l’Uzzo (Costantini, 1983).

7Il faut aussi attribuer au Néolithique ancien les grains de blé et d’orge de l’Uzzo en Sicile occidentale (4 900 ans B.C.). Il s’agit de Triticum dicoccum et T. aes-tivum (Costantini, 1983) et peut-être aussi T. durum.

8Parmi les empreintes de graines il faut rappeler les identifications données par Jane M. Renfrew (Evett, Renfrew, 1971) pour des sites du Néolithique ancien : Triticum monococcum à M. Aquilone, en Italie du Sud, T. dicoccum et orge à Villaggio Leopardi, en Italie centrale, orge à Albinea et à Chiozza di Scandiano, en Italie du Nord.

9T. monococcum identifié dans une couche de l’Italie du Nord à Vhò di Piadena (Campo Ceresole) par Castelletti (1975) appartient encore au Néolithique ancien.

10Il faut situer dans le Néolithique moyen les niveaux qui sont au-dessus de la couche datée de 4 490 ans B.C. au Rendina et contenant Triticum monococcum, T. dicoccum, T. aestivumldurum, T. cf. spelta, Hordeum, Vicia faba, Lens cf. culinaris (Follieri, 1977-82).

11Plus ou moins contemporains sont les niveaux de Passo di Corvo en Italie du Sud avec Triticum monococcum, T. dicoccum, T. aestivum/durum, T. cf. spelta, Hordeum vulgare, Avena cf. sativa, Vicia faba (Follieri, 1973), de l’Uzzo en Sicile, où l’ensemble des niveaux F4, F5 et F6 présente Triticum monococcum, T. dicoccum, Hordem, Vicia cf. faba, Lens culinaris (Costantini, 1983) ; de Catignano en Italie centrale avec Triticum monococcum, T. dicoccum, T. compactum, daté de 4200 ans B.C. (Costantini, 1983).

Figure 2 : Diffusion de Triticum et/ou Hordeum au Néolithique moyen. 1 : Rendina (Follieri, 1977-82) - 2 : Grotte de S. Angelo di Ostuni (Castelletti, 1972) - 3 : Passo di Corvo (Follieri, 1973) 4 : Catignano (Costantini, 1983) 5 : Ripoli (Evett, Renfrew, 1971) - 6 : Pienza (Castelletti, 1976) - 7 : Arène Candide (Evett, Renfrew, 1971) - 8 : Chiozza di Scandiano (Evett, Renfrew, 1971) - 9 : Fimôn (Jarman, 1973) - 10 : Ledro (Beug, 1964) - 11 : La Vela (Castelletti, 1977) - 12 : Isolino di Varese (Evett, Renfrew, 1971) - 13 : Grotte de l’Uzzo (Costantini, 1983).

12Castelletti (1972) a attribué encore au Néolithique moyen Triticum dicoccum de la Grotte de S. Angelo di Ostuni en Italie du Sud.

13On a trouvé des empreintes de grains dans les niveaux du Néolithique moyen (Evett, Renfrew, 1971) : Triticum dicoccum et Hordeum à Ripoli en Italie centrale, de l’orge à Chiozza di Scandiano en Italie du Nord, Triticum dicoccum et Hordeum à Arene Candide et à Isolino di Varese en Italie du Nord.

14Encore dans le Néolithique moyen en Italie du Nord à Fimòn (Vicenza) on a trouvé Triticum (Jarman, 1973), et à La Vela (Trento) Triticum monococcum, T. dicoccum et Hordeum (Castelletti, 1977).

15Beug (1964) a identifié du pollen du type Triticum et du type Hordeum dans le Néolithique moyen de Ledro (Trento).

16A Pienza (Siena), en Italie centrale, dans le Néolithique moyen et final (peut-être aussi dans le Néolithique ancien ?), on a trouvé Triticum dicoccum, T. aestivo-compactum et Hordeum (Castelletti, 1976).

17Une révision du Néolithique final de La Lagozza di Besnate a été faite par Castelletti (1975/76), qui a identifié encore Triticum monococcum, T. aestivum, et de l’orge à 4 rangs.

18On a attribué à la culture du type Lagozza (Néolithique final) Triticum compactum de la Grotta di Agnano en Italie centrale (D’Amato Avanzi, 1953).

19Il faut rappeler pour le Néolithique final aussi des empreintes de Triticum aestivum et Hordeum à S. Maria in Selva en Italie centrale (Evett, Renfrew, 1971).

20En ce qui concerne les légumineuses les trouvailles de Vicia faba de Passo di Corvo (Follieri, 1973) et de Rendina (Follieri, 1977-82) sont presque contemporaines, comme celles de Lens culinaris de Rendina (Follieri, 1977-82) et de Uzzo (Costantini, 1983) : toutes ces pièces sont du Néolithique moyen (de 4 200 ans environ B.C.). Il s’agit probablement de la documentation la plus ancienne pour ces espèces.

21Au Néolithique final il y a des Légumineuses aussi en Italie du Nord : la lentille à La Lagozza et Pisum a Rivarolo Mantovano (Biagi, Nisbet, 1983).

22Mais voyons maintenant quelles sont les structures et les outils d’origine végétale qui font partie du contexte de vie des paysans néolithiques.

23L’expérience technologique développée chez les paysans néolithiques de Fimôn Molino Casarotto dans l’Italie du Nord est très intéressante. L’étude histologique-technologique et dendrochronologique du bois des pilotis des cabanes a permis d’établir, entre autres, la chronologie de l’expansion du territoire occupé par des habitations, de reconnaître les plantes employées, de faire la chronohistoire du progrès technologique atteint par les paysans du site dans l’utilisation du bois. Les pilotis de la phase la plus ancienne du village ont été tirés de différentes espèces d’arbres, pas toutes de bonne conservation dans l’eau. Les pilotis de la dernière phase chronologique sont tous des Alnus glutinosa, dont le bois se conserve dans l’eau d’une façon excellente (Corona, D’Alessandro, Follieri, 1974).

24Dans les tourbières de l’Italie du Nord nous trouvons souvent aussi des outils en bois utilisés dans la vie quotidienne par les habitants des cabanes. Parmi ces objets nous pouvons reconnaître des outils pour les travaux agricoles, domestiques, artisanaux : faucilles pour les moissons, haches pour le bois, spatules pour le tissage, récipients pour contenir des liquides, pelle de boulanger pour mettre le pain au four. Pour certains d’entre eux il semble qu’on a toujours utilisé le même type de bois, selon une tradition qui persiste du Néolithique au Bronze. On peut essayer de faire une typologie des outils en bois comme on a fait pour les outils en pierre, en céramique, etc. (Follieri, 1970 ; Follieri, 1974 ; Coccolini, 1981).

25La connaissance du milieu au Néolithique ancien est essentielle à la compréhension des modes de vie de l’homme. La palynologie nous renseigne à ce sujet.

26On place en général la diffusion de la culture néolithique en Italie au passage du Boréal (chaud et sec) à l’Atlantique, d’abord frais-humide, ensuite chaud-humide (Lona, Bertoldi, 1968).

27En Italie du Nord le commencement du Boréal est caractérisé par la diffusion soudaine du Noisetier dans la chênaie mixte au Sud du Lago di Garda (Bertoldi, 1968). L’Atlantique commence avec la diminution de Corylus et la diffusion graduelle de Fagus toujours dans la chênaie mixte.

28Dans les vallées qui sont un peu plus au Nord, dans la plaine au pied des Alpes, le développement de la chênaie mixte dans le Boréal est toujours évident, mais il n’y a pas de grandes fluctuations de Corylus et l’Atlantique est marqué par la culmination d’Alnus dans la chênaie mixte. L’influence de l’homme de la culture de La Lagozza du Néolithique final se révèle à travers l’analyse pollinique du Lago di Biandronno près du Lago di Varese en Italie du Nord, daté de 3340 B.C. A ce moment la courbe des Céréales monte, et la forêt s’éclaircit (Schneider, 1978).

29En Italie du Sud, les analyses polliniques du Postglaciaire ont été faites exclusivement sur des sédiments de montagne (Ferrarini, Padula, 1969 ; Ferrarini, Totaro, 1978) qui ne donnent pas de renseignements exacts sur les variations de la végétation dans la plaine où il y avait des villages néolithiques.

30En Italie centrale, d’après l’analyse pollinique, la chênaie mixte est bien répandue pendant le Boréal et s’enrichit d’éléments océaniques dans l’Atlantique (Bonatti, 1970 ; Follieri, Coccolini, 1980). Au Rendina, de nombreux fragments de charbons de bois de chênes cadu-cifoliés trouvés dans les différentes phases chronologiques du site témoignent de la diffusion de la chênaie. Les dates au radiocarbone pour Rendina, toutes de la phase II, sont comprises chronologiquement dans l’Atlantique. La même chose arrive à Passo di Corvo.

31Nous avons jusqu’à maintenant seulement des données fragmentaires. Il faut les enrichir par d’autres recherches et les composer patiemment ensemble comme une mosaïque.

Bibliographie

Bibliographie

Bernabò Brea (L.) 1958. Alt Sizilien. Colonia.

Bertoldi (R.) 1968. Ricerche pollinologiche sullo sviluppo délia vege-tazione tardiglaciale e postglaciale nella regione del lago di Garda. St. Trentini Se. Nat, Sez. B, 45 : 87-162.

Beug (J.-J.) 1964. Untersuchungen zur spät-und postglazialen Vegeta-tionsgeschichte in Gardaseegebiet unter besonderer Berücksich-tigung der mediterranen Arten. Flora, 154 : 401-444.

Biagi (P.), Nisbet (P.) 1983. Le più antiche comunità agricole dell’Italia settentrionale. Résumé des communications, Colloque International « Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale », Montpellier.

Bonatti (E.) 1970. Pollen sequences in the lake sediments, in : Hutchin-son G.E. et alii, 1970, lanula : an account of the history and development of the Lago di Monterosi, Latium, Italy. Trans. Am. Philos. Soc, n.s., 60 (4) : 26-31.

Castelletti (L.) 1972. Contributo alle ricerche paletnobotaniche in Ita-lia. Rendiconti Isi. Lombardo. Acc. Scienze e Lettere. Classe Lett., 106 : 331-374.

Castelletti (L.) 1975. Resti vegetali macroscopici di Campo Ceresole -Vhô di Piadena (neolitico inferiore). Preist. Alpina, 11 : 125-126.

Castelletti (L.) 1975-76. Agricoltura neolitica a Sud delle Alpi. Atti Ce. St. e Docum. It. Romana, 7: 105-112.

Castelletti (L.) 1976. Rapporto preliminare sui resti vegetali macroscopici della serie neolitico-bronzo di Pienza (Siena). Riv. Archeol. Antica Provincia e Diocesi di Como, Como, apud Forni, 1979.

Castelletti (L.) 1977.I resti vegetali de La Vela, notizie preliminari inedite, apud Forni, 1979.

Coccolini (G.B.L.) 1981. Proposta di sintesi per la tipologia del manu-fatti lignei della Palafitta del Lago di Ledro (Trento). Congr. Naz. Soc. Bot. It, Camerino, 115-117.

Corona (E.), D’Alessandro (R.), Follieri (M.) 1974.1 pali lignei dell’abi-tato neolitico di Fimòn-Molino Casarotto (Vicenza). Ann. Bot. (Roma), 33 : 237-258.

Costantini (L.) 1983. Semi e carboni del mesolitico e neolitico délia Grotta dell’Uzzo, Trapani. Quaternaria, 23 (1981) : 233-247.

D’Amato Avanzi (M.-G.) 1953. Il grano della popolazione con civiltà tipo Lagozza della grotta di Agnano (Pisa). L’Agricolt. Ital., 53 : 308-316.

Evett (D.), Renfrew (J.-M.) 1971. L’agricoltura neolitica italiana : una nota sui cereali. Riv. Se. Preistoriche, 26 : 403-409.

Ferrarini (E.), Padula (M.) 1969. Indagini sui pollini fossili di alcune località della Calabria (Sila piccola e Serre), con osservazioni sulla vegetazione attuale. Giorn. Bot. Ital., 103 : 547-595.

Ferrarini (E.), Totaro (M.) 1978. Analisi polliniche di depositi lacustri delle pendici del M. Vulture in Basilicata. Giorn. Bot. Ital., 112 : 209-213.

Follieri (M.) 1970. Tipologia paletnobotanica del manufatti lignei di Bar-che di Solferino e di Polada. Bullett. Paletn. Ital, 79 : 245-270.

Follieri (M.) 1973. Cereali del villaggio neolitico di Passo di Corvo (Fog-gia). Ann. Bot. (Roma), 32 : 49-61.

Follieri (M.) 1974. Wood technology of the Bronze age in Northern Italy. Ann. Bot. (Roma), 33 : 1-9.

Follieri (M.) 1977-82. Le più antiche testimonianze dell’agricoItura neolitica in Italia meridionale. Origini, 11 : 337-344.

Follieri (M.), Coccolini (G.) 1980. Late Quaternary palynology in valle di Castiglione (Rome). 5 Internat. Palynological Conference, Abstracts, 137.

Forni (G.) 1979. Origini delle strutture agrarie dell’Italia preromana. Le grandi epoche dell’evoluzione agricola preistorica in Italia, in « L’azienda agraria nell’Italia centro-settentrionale dall’antichità ad oggi », Atti del Convegno di Verona, 1977. Giannini ed., Napoli.

Hansen (J.), Renfrew (J.-M.) 1978. Paleolithic-Neolithic seed remains at Franchthi Cave, Greece. Nature, 271 : 349-352.

Jarman (H.-N.) 1973. In Bagolini (B.), Barfield (L.-H.), Broglio (A.) 1973. Notizie preliminari delle ricerche sull’insediamento neolitico di Fimôn-Molino Casarotto (Vicenza) (1969-1972). Riv. Sc. Preist., 28 : 163-215.

Lona (F.), Bertoldi (R.) 1968. Piante e ambiente dell’Olocene, in Regno Verde, Milano, 2157-2161.

Renfrew (J.-M.) 1973. Agriculture, in Theocharis D.R., 1973, Neolithic Greece. Nat. Bank Greece, 147-164.

Sargent (A.) 1983. Neolithic plant remains from the Tavoliere of Apulia, in Cassano (S.-M.), Manfredini (A.), 1983, Studi sul neolitico del Tavoliere della Puglia. BAR Internat. Ser., 160, 350-252.

Schneider (R.) 1978. Pollenanalytische Untersuchungen zur spät-und postglazialen Vegetationsgeschichte am Südrand der Alpen zwis-chen Turin und Varese (Italien). Bot. Jahrb. Syst., 100 : 26-109.

Notes

1 Recherches conduites dans les programmes du Projet « Paletnobotanica » de l’Université de Rome « La Sapienza ».

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Diffusion de Triticum et/ou Hordewn au Néolithique ancien. 1 : Rendina (Follieri, 1977-82) - 2 : Masseria Santa Tecchia (Sargent, 1983) - 3 : M. Aquilone (Evett, Renfrew, 1971) - 4 : Villaggio Leopardi (Evett, Renfrew, 1971) - 5 : Albinea e Chiozza di Scandiano (Evett, Renfrew, 1971) - 6 : Vhô di Piadena (Castelletti, 1975) - 7 : Grotte de l’Uzzo (Costantini, 1983).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1039/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Figure 2 : Diffusion de Triticum et/ou Hordeum au Néolithique moyen. 1 : Rendina (Follieri, 1977-82) - 2 : Grotte de S. Angelo di Ostuni (Castelletti, 1972) - 3 : Passo di Corvo (Follieri, 1973) 4 : Catignano (Costantini, 1983) 5 : Ripoli (Evett, Renfrew, 1971) - 6 : Pienza (Castelletti, 1976) - 7 : Arène Candide (Evett, Renfrew, 1971) - 8 : Chiozza di Scandiano (Evett, Renfrew, 1971) - 9 : Fimôn (Jarman, 1973) - 10 : Ledro (Beug, 1964) - 11 : La Vela (Castelletti, 1977) - 12 : Isolino di Varese (Evett, Renfrew, 1971) - 13 : Grotte de l’Uzzo (Costantini, 1983).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1039/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 151k

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search