Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Quatrième partie. Nutrition et santé

4.18. L’allergie alimentaire de l’enfant

Christophe Dupont

Texte intégral

1L’allergie est un phénomène qui emprunte deux étapes. La première, dite de sensibilisation, déclenche un processus de reconnaissance de l’allergène, et la seconde est l’apparition de manifestations cliniques chaque fois que l’organisme est à nouveau au contact avec cet allergène. L’allergie alimentaire, qui touche plus de 5 % des enfants, est de plus en plus reconnue dans la pathologie digestive mais aussi cutanée et respiratoire. Elle débute en général tôt, parfois dès la naissance, ce qui pose la question d’une sensibilisation très précoce, probablement dès la vie intra-utérine. Elle touche plus souvent le nourrisson et le jeune enfant et elle a tendance à s’atténuer lorsque l’enfant grandit et que se développent les allergies respiratoires.

Les causes

2Tous les aliments peuvent déclencher une allergie mais certains sont plus fréquemment en cause : lait, blé, œuf, soja, cacahuète. Les autres aliments souvent concernés sont les poissons et fruits de mer et les fruits à coque.

3Deux mécanismes immunologiques sont en cause. Les manifestations dites IgE-dépendantes sont proches des allergies aux pneumallergènes, telles que l’asthme, la rhinite allergique. Elles sont diagnostiquées par les tests cutanés et les dosages sanguins des IgE spécifiques, c’est-à-dire les anticorps qui se fixent sur les cellules et déclenchent la réaction allergique quand l’allergène vient à leur contact.

4Les manifestations non IgE-dépendantes, autrefois dites cellulaires, sont également liées à une anomalie immunitaire, induisant une réactivité à l’aliment, mais sans que les IgE spécifiques soient détectables. Un continuum existe entre les deux formes, incluant notamment la pathologie dite à éosinophiles, en expansion actuellement, où l’anomalie dominante est l’infiltration d’un ou de plusieurs organes digestifs par une des polynucléaires à éosinophiles*.

Les symptômes

5Les manifestations varient en fonction de l’âge de l’enfant, plus volontiers non IgE-dépendantes chez le nourrisson et IgE-dépendantes lorsque l’enfant grandit. Chez le petit nourrisson, l’une des principales manifestations est la dermatite atopique*. L’atteinte digestive, fréquente également, se traduit par des coliques, un reflux gastro-œsophagien, de la diarrhée, une constipation. Chez l’enfant plus grand, l’allergie alimentaire se focalise sur certains aliments très réactogènes comme l’arachide ou le poisson et les fruits de mer, avec un risque vital qui croît avec l’âge.

6Certains tableaux ont une fréquence grandissante. L’entérocolite aux protéines alimentaires est une réaction violente au contact de certains aliments, comme le lait, avec vomissements et diarrhée, nécessitant une réhydratation efficace. L’œsophagite à éosinophiles, présente aussi chez les adultes, se traduit par un reflux sévère et un aspect typique à l’endoscopie, et peut aboutir à des blocages alimentaires dans l’œsophage.

Traitements et prévention

7Les allergies souvent multiples de la toute petite enfance, même sévères, ont tendance à disparaître vers 2 à 3 ans. Les allergies alimentaires persistant après 5 ans sont en revanche volontiers définitives. Le traitement actuel est le régime d’éviction strict et l’utilisation, en remplacement des aliments de base comme le lait, de formules de substitution à base de protéines hydrolysées, c’est-à-dire fragmentées en petits peptides non réactogènes.

8Le risque des allergies IgE-dépendantes est l’anaphylaxie, c’est-à-dire la réaction en chaîne des cellules réactives, aboutissant au choc, et dont le traitement urgent est nécessaire. Pour tenter de venir à bout de ces formes résistantes de l’allergie, la recherche s’est orientée vers la désensibilisation ou immunothérapie, faite par des centres spécialisés, selon plusieurs voies, orale, sublinguale et épicutanée.

9La prévention de l’allergie alimentaire suit deux approches. La première est la réduction de la charge allergénique, par l’utilisation de formules à base de protéines hydrolysées qui semblent réduire la survenue de l’eczéma. La seconde est l’augmentation de la « compétence » immunitaire ou de la tolérance, en utilisant des probiotiques*, ou des prébiotiques*, dont le bénéfice n’est pas encore prouvé.

La théorie hygiéniste des allergies
Christophe Dupont
La « théorie hygiéniste » de David Strachan date de la fin des années 1980. Elle postule que l’excès d’hygiène et d’antibiotiques dans la petite enfance favorise l’essor des maladies allergiques, auto-immunes, inflammatoires et même l’obésité. Lors du développement de l’être humain, dans un milieu hostile, le système immunitaire luttait contre les microbes et les virus mais les vaccins et les antibiotiques ont diminué le nombre d’infections. Déstabilisé, notre système immunitaire s’est mis à lutter contre des éléments apparemment inoffensifs, comme les pollens ou les acariens.
La « théorie hygiéniste » s’appuie sur de nombreuses études : les enfants vivant dans des fermes, c’est-à-dire en présence de micro-organismes se développant au contact des animaux, présentent moins d’allergies que ceux vivant dans des villes. De même, des enfants vivant dans des familles nombreuses, fréquemment en contact avec des microbes ou virus, ont moins de manifestations allergiques.
Elle s’applique également aux maladies auto-immunes, comme le diabète, la sclérose en plaque, la polyarthrite rhumatoïde, au cours desquelles l’organisme fabrique des anticorps contre ses propres composants. Là encore, ce serait l’« inoccupation » du système immunitaire qui expliquerait le renversement de son action à l’encontre de l’organisme qu’il est censé protéger, profitant notamment de la capacité de certains de nos récepteurs de reconnaître à la fois des microbes et nos propres molécules.
D’autres facteurs interviennent. Nos habitations mieux isolées, plus petites et plus chauffées favorisent le développement des acariens. Le paysage modifié lors de ces trente dernières années aboutit à une explosion de quantités de pollens dans l’environnement. Les habitudes de consommation ont changé, les gens appréciant de plus en plus les menus, goûts et aliments traditionnels de pays étrangers : le kiwi n’était jamais consommé en France il y a 40 ans

Bibliographie

Référence bibliographique

• Jones S.M. et al., « State of the art on food allergen immunotherapy : oral, sublingual, and epicutaneous », J Allergy Clin Immunol 2014 ; 133 : 318-23.

Auteur

Pédiatre nutritionniste
Service Explorations Fonctionnelles Digestives
Hôpital Necker-Enfants Malades et Université Paris Descartes
Paris
christophe.dupont@nck.aphp.fr

© CNRS Éditions, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search