Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Quatrième partie. Nutrition et santé

4.14. Alimentation et cancer

Philippe Bougnoux et Charles Couet

Texte intégral

Alimentation et cancer : relations étroites et enjeux différents

1L’alimentation est un des plus importants facteurs environnementaux modificateurs du risque de cancer et pourrait rendre compte de 25 à 40 % des causes de cancer accessibles à la prévention.

2La cancérogenèse est un processus à étapes multiples provenant à l’origine d’altérations cellulaires. Celles-ci résultent de l’accumulation d’altérations acquises de gènes qui contrôlent les processus clés de la transformation maligne : prolifération, différenciation, migration et invasion, apoptose. Les aliments peuvent contenir des composés mutagènes, responsables directement d’une altération des gènes exposés. De tels composés génotoxiques peuvent être directement cancérigènes. L’exemple connu est celui des hydrocarbures polycycliques mutagènes formés lors de la cuisson de certains aliments. Toutefois, la plupart des composants naturels ou contaminants des aliments ne sont pas génotoxiques et leur rôle dans l’apparition des cancers est le plus souvent indirect. Tel est le cas des carcinogènes agissant par voie épigénétique, des aliments générant un stress oxydant, des perturbateurs endocriniens.

3Ainsi, l’apparition de plusieurs types de cancers pourrait être retardée si les apports en composants alimentaires qui stimulent les étapes du développement tumoral étaient restreints dans l’alimentation ou, à l’inverse, si des facteurs à activité inhibitrice étaient apportés. Plus grande est leur activité inhibitrice, plus l’émergence clinique du cancer est tardive, ce qui contribue à expliquer la variabilité des taux d’incidence des cancers entre différents pays en influençant la cinétique de leur apparition. En retardant l’émergence des métastases, l’une des principales causes de mortalité des cancers les plus communs, l’alimentation peut diminuer la mortalité liée au cancer. Elle peut également influer sur le traitement de la maladie cancéreuse en majorant l’efficacité des agents anti-cancéreux et en luttant contre le processus de dénutrition.

4L’alimentation a donc un potentiel considérable de prévention des cancers, de modification de la réponse aux traitements ou de diminution de la mortalité, sous réserve que les composants pertinents soient identifiés et que leur mode d’action soit compris.

Mécanismes d’action des composants alimentaires

5Certains mécanismes passent par la modification de la composition des tissus. C’est particulièrement vrai pour les lipides qui modifient la composition spécifique des rafts lipidiques* et les propriétés fonctionnelles des protéines impliquées dans le transport (canaux ioniques, transporteurs, jonctions communicantes) ou dans la signalisation (récepteurs de facteurs de croissance peptidiques, transduction membranaire du signal). Ils peuvent également intervenir par leurs effets anti-inflammatoires et leur conséquence sur la réponse immune antitumorale. Du fait de leur grande susceptibilité à l’oxydation, certains lipides comme les acides gras polyinsaturés* n-3 (par ailleurs bénéfiques sur certaines fonctions) peuvent causer des dommages cellulaires irréversibles et augmenter la susceptibilité à l’apoptose des cellules transformées cancéreuses dont les mécanismes de défense contre le stress oxydant sont diminués ou perdus. Ces acides gras peuvent également influer sur d’autres processus tels que la migration de la cellule endothéliale ou de la cellule cancéreuse, ses propriétés d’invasion, soit directement soit indirectement par l’intermédiaire de la vascularisation de la tumeur. Enfin, les acides gras membranaires peuvent agir de façon encore plus indirecte en modifiant le métabolisme des stéroïdes sexuels comme les oestrogènes et/ou l’action de facteurs de croissance comme l’insuline-like growth factor 1 (IGF-1).

Quand l’alimentation agit-elle sur le risque de cancer ?

6Si certains aliments ou composants alimentaires sont porteurs d’allégations favorables à une régression de la tumeur ou à une diminution du niveau de risque, le niveau de preuve est souvent difficile à établir. En effet, le nutriment ou le composant incriminé est inclus dans un aliment faisant lui-même partie d’une alimentation diversifiée. L’alimentation de type méditerranéen riche en fruits, légumes, fibres, antioxydants, acides gras monoinsaturés et polyinsaturés constitue l’exemple du profil alimentaire favorable à la diminution du risque de cancer. L’alimentation hypercalorique, riche en matière grasses saturées et en sel et pauvre en fruits et en légumes en est un contre-exemple. La prise de nutriment isolé à dose pharmacologique (complément alimentaire) ne peut donc être recommandée à ce jour.

7L’exemple de l’action des acides gras sur la cancérogenèse mammaire expérimentale chez le rongeur est particulièrement instructif. Au-delà de leur influence sur la densité énergétique de l’alimentation, la proportion relative d’acides gras saturés, monoinsaturés, polyinsaturés n-3 ou n-6, ainsi que la présence et la quantité d’agents antioxydants sont aussi déterminantes les unes que les autres.

8Ces composés agissent très précocement, en période pré pubertaire chez le rat, et pourraient modifier la dynamique de la différenciation du tissu glandulaire mammaire, le rendant ainsi plus ou moins sensible à la transformation maligne. Tous ces arguments incitent à penser que la base de la prévention des cancers devrait être une éducation de toute la vie, démarrant dès l’enfance, et peut-être même avant, dès la gestation.

Bibliographie

Références bibliographiques

• Bougnoux P. et al., « Alimentation, lipidome et cancer du sein », in Cancer du sein, Brettes J.P. et al. éd. Masson Elsevier, Paris, 2007 : 18-25.

• Interview par Sylvie Berthier, Mission Agrobiosciences, « La mer au secours du cancer », http://www.agrobiosciences.org/article.php3?id_article=2867

• Rapport AFSA 2003 sur acides gras polyinsaturés et cancer http://www.inra.fr/reseau-nacre/comite/Synthese_afssa_Nacre.pdf

Auteurs

Cancérologue
Unité INSERM « Nutrition, croissance et cancer »
Université François Rabelais et CHU Bretonneau
Tours
philippe.bougnoux@univ-tours.fr

Nutritionniste
Unité INSERM « Nutrition, croissance et cancer »
Université François Rabelais et CHU Bretonneau
Tours
charles.couet@univ-tours.fr

© CNRS Éditions, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search