Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Quatrième partie. Nutrition et santé

4.8. Lipides et maladies cardiovasculaires

Jean Dallongeville

Texte intégral

1Les maladies cardiovasculaires forment un ensemble hétérogène de pathologies – coronaire, vasculaire cérébrale, insuffisance cardiaque, arrythmies – sensibles, à des degrés divers, aux équilibres nutritionnels de l’alimentation. La prévention des maladies cardiovasculaires est fondée sur le contrôle de facteurs de risque tels que l’hypercholestérolémie, le diabète et l’hypertension artérielle. L’obésité, notamment dans sa forme abdominale, contribue également, par son impact sur l’insulino-sensibilité et l’inflammation, à un surcroît de risque vasculaire.

2En France, la consommation quotidienne de graisses alimentaires (triglycérides) varie entre 50 à 100 grammes selon l’âge et le sexe. Une consommation excessive augmente les niveaux sanguins de LDL-cholestérol. Les graisses sont aussi une source important de calories et dès lors contribuent au risque d’obésité et de ses complications (insulino-resistance et diabète) lorsqu’elles sont consommées en excès.

Les effets différenciés des acides gras

Fig. 1 – Structure de quelques lipides impliqués dans l’homéostasie cardiovasculaire et ses dérèglements.
Triglycéride : une molécule de glycérol (en rouge) est estérifiée par trois acides gras.
Cholestérol : son métabolisme conduit à de nombreuses molécules essentielles comme les hormones stéroïdes.
Acides gras monoinsaturés : La conformation spatiale de l’acide gras est différente lorsque les hydrogènes de la double liaison sont du même côté (cis) ou opposés (trans).
Acides gras polyinsaturés : Les chimistes numérotent les carbones à partir du groupe carboxyle (en bleu), les biologistes à partir du carbone terminal ω (dernière lettre de l’alphabet grec) (en rouge). La première double liaison rencontrée occupe le troisième rang (ω-3) ou le sixième (ω-6)

3Les graisses alimentaires sont constituées de différentes molécules (acides gras) dont la structure chimique diffère par le nombre d’atomes de carbone, la présence de double liaison et la configuration spatiale entre les atomes de carbone (cis-trans). Les effets des acides gras sur les facteurs de risque dépendent de la structure chimique des acides gras.

4Les acides gras mono et polyinsaturés diminuent le LDL-cholesterol. L’acide oléique est le principal représentant des acides gras monoinsaturés. La consommation d’acide gras monoinsaturé est associée à une amélioration du profil lipidique sanguin caractérisée par une élévation du rapport HDL/LDL-cholestérol et une diminution des niveaux de triglycérides.

5Les acides gras trans d’origine alimentaire sont produits par l’hydrogénation des huiles végétales et chez les ruminants. Comparativement à l’acide oléique, les acides gras trans augmentent le LDL, diminuent le HDL-cholestérol et altèrent donc le profil lipidique sanguin. Le contenu en acide gras trans des aliments est limité par la législation.

6Les acides gras n-6 sont la principale source d’acide gras polyinsaturés de l’alimentation (85 % à 90 % des apports). L’acide linoléique est le plus abondant des acides gras n-6 alimentaires. L’acide alpha-linolénique, l’écosapentaénoique (EPA) et le docosahéxaénoique (DHA) sont les principaux représentant de la famille des acides gras n-3. Les acides gras polyinsaturés (n-6 et n-3) diminuent les niveaux de LDL-cholestérol et à un moindre degré les niveaux de triglycérides sanguins comparativement aux acides gras saturés. En plus de leurs effets sur les niveaux sanguins de cholestérol l’EPA* et le DHA* diminuent les taux de décès après un infarctus du myocarde en prévenant les troubles du rythme cardiaque post-infarctus.

7En conclusion, une alimentation peu calorique, équilibrée en acides gras et en sucres rapides, ainsi que la pratique régulière d’une l’activité physique, jouent un rôle majeur dans la régulation des facteurs de risque vasculaire et la prévention des maladies cardiovasculaires.

Bibliographie

Référence bibliographique

• Mozaffarian D., Wu J.H., « Omega-3 fatty acids and cardiovascular disease : effects on risk factors, molecular pathways, and clinical events », J Am Coll Cardiol 2011 ; 58 : 2047-67.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Structure de quelques lipides impliqués dans l’homéostasie cardiovasculaire et ses dérèglements.Triglycéride : une molécule de glycérol (en rouge) est estérifiée par trois acides gras.Cholestérol : son métabolisme conduit à de nombreuses molécules essentielles comme les hormones stéroïdes.Acides gras monoinsaturés : La conformation spatiale de l’acide gras est différente lorsque les hydrogènes de la double liaison sont du même côté (cis) ou opposés (trans).Acides gras polyinsaturés : Les chimistes numérotent les carbones à partir du groupe carboxyle (en bleu), les biologistes à partir du carbone terminal ω (dernière lettre de l’alphabet grec) (en rouge). La première double liaison rencontrée occupe le troisième rang (ω-3) ou le sixième (ω-6)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10367/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 546k

Auteur

Nutritionniste épidémiologiste
Département Santé Publique et Épidémiologie
Institut Pasteur de Lille
jean.dallongeville@clermont.inra.fr

© CNRS Éditions, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search