Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Quatrième partie. Nutrition et santé

4.2. Alimentation et espérance de vie

Emmanuelle Kesse-Guyot, Pilar Galan et Serge Hercberg

Texte intégral

1L’augmentation de l’espérance de vie est récente. Elle a poursuivi une progression linéaire depuis le milieu du XIXe siècle, mais ne concerne en fait que quatre générations et non les 8 000 qui nous ont précédés. Les facteurs favorables les plus souvent cités concernent la médecine : découverte des antiseptiques puis des antibiotiques, vaccins, chirurgie, pharmacologie. Il convient cependant de noter que l’espérance de vie en bonne santé (absence de maladie chronique) reste stable depuis 2005. Le rôle de l’évolution de l’alimentation reste difficile à préciser. Des données expérimentales montrent que la restriction de l’apport calorique serait un facteur favorisant l’augmentation de la durée de vie. Ces données ont été obtenues le plus souvent chez des espèces animales particulières comme le nématode Caenorhabditis elegans ou la drosophile. Chez l’homme, la dénutrition est au contraire un facteur aggravant des pathologies de la personne âgée.

Une approche globale

2De nombreux travaux visent à comprendre le rôle de la nutrition dans la qualité du vieillissement et la mortalité prématurée. Une approche réductionniste visant à montrer l’effet d’un nutriment ou d’un aliment particulier est la plus souvent utilisée. Cependant, l’alimentation comprend une grande variété d’aliments associée à des combinaisons complexes en apport de nutriments. L’alimentation doit donc être considérée dans une approche globale.

3Un exemple de cette approche concerne le régime méditerranéen. Une étude a ainsi montré que le risque de mortalité associé aux maladies cardiovasculaires était réduit de 8 % chez les personnes suivant strictement ce régime. Ce risque est également réduit chez les sujets présentant un comportement alimentaire de type « prudent », « sain » ou « traditionnel ». Finalement, cet effet bénéfique de l’alimentation est probablement dû à la réduction du risque de surpoids et/ou d’obésité et des perturbations métaboliques associées.

4Au-delà du nombre d’années de vie gagné, une alimentation riche en produits végétaux ou proche du régime méditerranéen a été associée de manière favorable à des indicateurs liés au fonctionnement cérébral, aux cancers et maladies cardiovasculaires.

5Enfin, l’alimentation est partie prenante d’un ensemble multidimensionnel de facteurs, incluant un haut niveau de fonction physique, cognitif et social. La promotion d’une alimentation variée et équilibrée à tous les stades de la vie devrait donc permettre de réduire le risque des maladies liées au vieillissement tout en améliorant la santé et l’espérance de vie.

Bibliographie

Références bibliographiques

• Alles B. et al., « Dietary patterns : a novel approach to examine the link between nutrition and cogni tive function in older individuals », Nutr Res Rev 2012 ; 4 : 1-16.

• Kant A.K., « Dietary patterns : biomarkers and chronic disease risk », Appl Physiol Nutr Metab 2010 ; 35 : 199-206.

• Sofi F. et al., « Accruing evidence on benefits of adherence to the Mediterranean diet on health : an updated systematic review and meta-analysis », Am J Clin Nutr 2010 ; 92 : 1189-96.

• Rowe J.W., Kahn R.L., « Successful aging ». Gerontologist 1997 ; 37 : 433-40.

Auteurs

Épidémiologiste nutritionniste
Centre de Recherches Épidémiologiques et Statistiques de Sorbonne
Paris Cité
Bobigny
e.kesse@uren.smbh.univ-paris13.fr

Épidémiologiste nutritionniste
Centre de Recherches Épidémiologiques et Statistiques de Sorbonne
Paris Cité
Bobigny
p.galan@uren.smbh.univ-paris13.fr

© CNRS Éditions, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search