Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Les débuts de l'élevage

Discussion

Texte intégral

Les débuts de l’élevage

L. Chaix

1M. Camps, en ce qui concerne ces moutons à sphéroïdes, je fais des fouilles dans le Nord du Soudan et nous avons trouvé dans des tombes de la civilisation de Kerma (c’est-à-dire vers 3000 bc) des momies de moutons très bien conservées avec des sphéroïdes en plumes d’autruche, un bonnet de cuir et des pendentifs d’oreilles en améthyste, non sur une figuration, mais sur l’animal lui-même.

G. Camps

2Vous me faites un très grand plaisir car c’est une chose très importante.

3M. Vigne, sur la liste de la faune corse au Néolithique ancien, je n’ai pas vu figurer le sanglier et le mouflon corses, alors j’aimerais savoir à quelle époque ils sont apparus.

J.-D. Vigne

4Le mouflon est absent de tous les sites du pléistocène supérieur, moyen et même inférieur de Corse et de Sardaigne. Le mouflon est même absent de tous les sites du Pléistocène supérieur de France, d’Italie, enfin d’Europe occidentale. Il n’y a que des mouflons au Pléistocène moyen, mais qui sont très différents, beaucoup plus énormes par rapport au mouflon d’Europe occidentale actuel. La date d’apparition du mouflon est quelque chose de très difficile parce que je travaille dans l’optique d’une introduction par l’homme. On voit mal pourquoi l’homme se serait amusé à aller chercher un mouflon au Proche-Orient ou ailleurs et l’amener en Corse, si ce n’est sous un statut d’animal domestique. D’autre part les premiers ovins que l’on trouve en Corse montrent une structure d’élevage tout à fait caractéritique. Ce sont des animaux domestiques. Pour ce qui est de l’émergence du mouflon, elle se fait au Néolithique moyen ou final. Mais étant donné que les mouflons actuels ont la même taille que ces ovins du Néolithique ancien, et que le seul critère que l’on puisse utiliser est un critère métrique puisque les critères morphologiques sont tout à fait inutilisables, on ne peut pas le distinguer clairement. On commence à voir apparaître ce mouflon seulement au Néolithique final et de manière sûre en tout cas aux Ages des Métaux où, à la faveur d’une diminution de la taille des ovins domestiques, on voit la persistance d’un très petit nombre d’individus de grande taille. La date d’émergence précise reste un point d’interrogation. Pour ce qui est du sanglier, c’est un problème délicat étant donné que la présence du sanglier au Pléistocène supérieur en Corse et en Sardaigne repose sur la découverte de vestiges très fragmentaires. J’en ai repris un certain nombre, systématiquement, et je suis tombé sur des erreurs de détermination. D’autre part, il y a un certain nombre de restes qui ont été publiés extrêmement rapidement et dont je n’ai pas d’autres nouvelles. Je suis donc un peu en interrogation sur ce suidé du Pléistocène supérieur. Qui plus est si c’est véritablement le descendant direct du suidé du Pléistocène moyen de Sardaigne, qui est un peu mieux connu, c’est un suidé qui est extrêmement petit et qui ne peut en aucun cas avoir donné naissance au sanglier actuel de Corse. Les suidés on les voit apparaître avec les moutons de Basi, dans le Cardial. Quant à la distinction sanglier/cochon, j’ai essayé beaucoup de choses comme D. Helmer, pas exactement les mêmes parce que je n’ai pas regardé les trous mentonniers, mais j’ai regardé à peu près tous les critères et je me suis rendu à l’évidence que je n’y arriverai pas, du moins pour l’instant. Si l’on considère qu’en Corse l’hypothèse de l’origine du sanglier par marronage est réelle (c’est-à-dire que le sanglier corse en fait, comme pour le mouflon, est un cochon domestique, qui se serait ensauvagé) à partir de ce moment-là et à partir du moment où l’on sait qu’il y a des contacts génétiques permanents entre les deux populations sauvage et domestique, il apparaît vraiment impossible de faire une différence entre les deux.

G. Camps

5Il y a un argument qui est très fort, me semble-t-il, en faveur de l’hypothèse de M. Vigne, c’est que le mouflon de Corse a le même cariotype que l’ovis orientalis et que l’ovis aries, c’est-à-dire 54 chromosomes.

J.-D. Vigne

6Au niveau de l’hémoglobine, il y a également un critère qui intervient. L’hémoglobine du mouflon de Corse est exactement la même que l’hémoglobine des moutons et elle diffère de celle des mouflons du Proche-Orient et du Moyen-Orient.

H.-P. Uerpmann

7J’aimerais ajouter quelques mots sur l’origine du mouflon. Le mouflon ressemble beaucoup au mouton sauvage et son pelage en est très proche comme l’a montré M. Ryder. Il reste un seul caractère de l’origine domestique : la coupe des cornes. Elle a un aspect très proche de celle du mouton domestique du Moyen Orient. Pour moi, il n’y a pas de doute possible : le mouflon de Corse et de Sardaigne dérive des premiers moutons domestiques introduits par les premiers habitants néolithiques. G. Camps a déjà dit la même chose en insistant sur le fait que le premier mouton domestique était dépourvu de laine. Ils étaient du même type, avec le même type de pelage, que l’ovis orientalis sauvage de l’Asie du Sud-Ouest.

P. Ducos

8Je crois qu’il y a un trait important dans le début de la domestication dans la zone qui nous intéresse, trait que nous aurions tort de considérer comme une curiosité. Il s’agit du faible pourcentage des premiers animaux domestiques lorsqu’ils apparaissent. Ils apparaissent sous la forme du mouton et David Geddes nous a parlé des sites de Gazel et autres sites de l’Aude et je regrette un peu que Jean-Denis Vigne ait un peu éludé la question pour Araguina qui me paraît un point intéressant. Or les choses ne se passent pas du tout de la même manière au Proche-Orient : lorsque la domestication apparaît dès le début elle devient l’élément essentiel de l’économie alimentaire. Par conséquent ceci pose un problème qui me paraît très important parce que, d’une part, il nous conduit à nous demander si la domestication peut être considérée dans la zone méditerranéenne occidentale comme un trait pertinent de la néolithisation. Ensuite cela pose un problème socio-économique important car ces sociétés qui vivaient de chasse et de cueillette, et qui vivaient dans l’abondance, ont adopté, à titre d’appoint, des animaux domestiques alors que cela ne faisait que leur compliquer leurs problèmes. Il y a donc là une question assez cruciale. Il faut donc développer les méthodes de recherches sur ces populations pour comprendre pourquoi elles ont eu à un certain moment besoin de modifier un peu leur système.

J. Roussot-Larroque

9Je voudrais poser à M. Camps une question parce qu’il a éloigné comme Néolithique, et je m’en félicite puisque c’est mon opinion, les sites de Rouffignac, du Martinet, de Cuzouls et de Téviec, mais ce que je ne comprends pas bien, j’avoue, c’est pourquoi il a dissocié le cas du Castelnovien d’une part, parce qu’à mon avis c’est chronologiquement et culturellement un phénomène très parallèle. D’autre part, je ferai moins bon marché des questions du mouton de Gramari et d’autres parce qu’il semble de plus en plus que ce n’est pas au niveau des industries à trapèzes que se produit la néolithisation mais avant. Et la mutation technologique qui amène les trapèzes est plutôt induite par le changement techno-économique que le contraire. C’est au sein du dernier sauveterrien ou du montclusien, qu’on voit, par exemple à la Poujade, apparaître le Néolithique ; de même c’est apparemment dans la phase finale du site de Gramari qu’on voit apparaître la domestication. Donc je ne dissocierai pas, pour ma part, ces deux aires géographiques.

G. Camps

10Je n’ai fait cette dissociation géographique que pour prendre, d’une part, ce qui était vraiment méditerranéen et, d’autre part, les régions proches de l’Atlantique, mais effectivement tout ceci est dans la même contemporanéité. Je voulais insister surtout sur le fait que l’apparition en chronologie plus ou moins absolue est toujours antérieure à une date où nous avons une quasi certitude de l’existence de relations plus ou moins lointaines dans le monde méditerranéen. Enfin je pense que cette domestication s’est faite par l’apport d’animaux déjà domestiqués et qu’il n’y a pas eu de domestication sur place.

D. Geddès

11M. Ducos, est-ce que les chasseurs-cueilleurs vivent dans un état d’abondance ou pas ? Je pense que c’est une recherche ethnographique, archéologique et c’est peut-être une question de base presque philosophique. Cela peut diviser les préhistoriens de savoir si cela constituait vraiment un besoin d’avoir un mouton domestique ou si les préhistoriques ont tout naturellement adopté le mouton au moment où il est arrivé. En fait, je ne sais pas. Le phénomène intéressant réside dans le processus d’intégration de ce mouton, qu’il soit tardif ou qu’il soit plus précoce comme sur le littoral. Sur la question de l’origine du mouflon, nous avons trouvé très récemment, à la Direction des Antiquités de Toulouse, un spécimen assez intéressant qui vient du site de la Spugo à Ganties dans les Pyrénées. On peut le dater de la fin du 5e millénaire plus ou moins, c’est certainement dans l’Atlantique. Ce spécimen n’a rien à voir avec le mouton domestique de Méditerranée occidentale, curieusement aussi il n’a rien à voir avec les chevilles osseuses des premiers moutons de Grèce dans le Néolithique pré-céramique ou dans le Néolithique à céramique. Est-ce que c’est un mouflon, dans le sens moderne du terme, c’est-à-dire un animal qui est redevenu sauvage ou est-ce que c’est un bélier typique du mouton du 5e millénaire qui montre que le mouflon actuel est le mouton domestique du Néolithique ancien ? Il y a un problème de terminologie certainement.

J.-D. Vigne

12A Basi j’ai reconstitué avec pas mal de petits morceaux une cheville osseuse qui ressemble considérablement à celle-ci. Selon toute vraisemblance il s’agit d’une cheville osseuse d’un animal domestique dans la mesure où l’on y trouve des traces de malnutrition, ce n’est pas un critère définitif, bien entendu, mais c’est une indication.

H.-P. Uerpmann

13Voici quelques coupes de la base des cornes de moutons venant du Moyen Orient et d’autres de la Méditerranée.

14Dans la première série vous avez les cornes de moutons sauvages de la période proto-néolithique, à peu près contemporains du Natoufien, post-pléistocène mais sans domestication. Vous remarquez que ces premiers moutons sauvages du Moyen Orient ont une coupe de la base des cornes de forme triangulaire. Sur le devant on peut noter une arête bien marquée.

15Cela est tout à fait différent de ce que vous voyez ici où le devant de la base des cornes est arrondi. Il s’agit du premier mouton domestique de Turquie, daté du 7e millénaire B.C. Ici vous pouvez remarquer l’arrondissement de la face antérieure de la base des cornes. Voici un spécimen d’Argissa Magula avec le type domestique à arête frontale arrondie.

16Ici vous avez un ovis d’origine plus orientale. Il s’agit de la seule population existante de moutons sauvages ayant les mêmes caractères que les anciens ovins. Ils représentent une population isolée d’une île du Lac d’Ourmia. Dans ce cas seulement on peut retrouver le type ancien mais la plupart des moutons sauvages d’aujourd’hui ont changé à cause de l’influence de la domestication autour d’eux.

17Vous voyez que la question est complexe. Ce que je vous ai montré ici indique très clairement à ma vue l’origine domestique de ces moutons.

J. Estevez

18On considère souvent les caractères biométriques pour attester la domestication. Mais ce sont des caractères qui ne disent rien sur le type de relation homme-animal, ce type de relation que nous appelons domestication et sur lequel il faudra se mettre d’accord. On nous a présenté la comparaison entre les mesures des animaux du Proche-Orient et celles des animaux de la grotte de Zuheros datés du 5e millénaire. Or la domestication au Proche-Orient, selon Bokonyi, est bien établie au 7e millénaire et peut-être a-t-elle commencé au 8e millénaire. Alors il faudrait peut-être regarder ce qui se passe avec les bouquetins occidentaux dans les 7e et 8e millénaires. Le fait de regarder vers le Proche-Orient n’exclut pas la possibilité d’envisager d’autres pôles de domestication. De plus entre le Néolithique et aujourd’hui, des races plus rentables ont pu être substituées aux premières compliquant l’origine des races actuellement. Bien sûr on n’a pas encore trouvé de mouton mésolithique ici en Occident mais ça ne doit pas nous surprendre. On a bien trouvé des moutons au Pléistocène moyen, dans toute la Catalogne. De plus, au Sud des Pyrénées et jusqu’à Valence on a très peu de gisements étudiés au plan faunique et il y a beaucoup d’animaux sur lesquels on n’a presque pas de documentation. Par ailleurs il y a des animaux qui sont très rares et qu’on peut très bien ne pas trouver. C’est un problème d’échantillonnage et rien de plus.

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search