Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Troisième partie. Les systèmes alimentaires

3.15. Des famines d’aujourd’hui à celles d’hier

Laurent Feller

Texte intégral

1Les famines ont longtemps été considérées comme des phénomènes cataclysmiques liés au dérèglement du climat, aux caprices de la météorologie ou, en général aux phénomènes naturels : relevant du domaine de la fatalité, elles faisaient vivre une partie de l’humanité dans la menace d’une mort atroce. Elles sont désormais intégrées à des schémas d’explication dans lesquels le fonctionnement des marchés et la pauvreté des consommateurs jouent un rôle central. Cette perspective modifie les approches des historiens en accentuant le caractère monstrueux de la mort par la faim.

Reconsidérer les grandes famines du passé

2L’idée dominant l’historiographie occidentale dans les années 1950-1990 était qu’il existe un rapport direct entre les ressources disponibles et le nombre d’hommes à nourrir. L’accroissement des ressources est possible mais n’est pas infini. De ce fait, après une phase de croissance de plus ou moins longue durée, comme celle qui s’étend du XIe au XIIIe siècle en Occident, les besoins en produits alimentaires excèdent ce que l’agriculture est susceptible de fournir et, mécaniquement, une « trappe » doit s’ouvrir dans laquelle disparaîtra le surplus de population : la crise de la fin du Moyen Âge comme les crises de la période moderne seraient donc provoquées par l’inadéquation des ressources alimentaires aux besoins d’une population devenue trop nombreuse.

3Prendre en considération la pauvreté et le « droit d’entrée » (le « titre » des économistes) des consommateurs sur le marché des biens alimentaires permet de dépasser cette explication en montrant que, en plus des facteurs naturels et des quantités produites, il faut aussi prendre en considération le mécanisme par lequel des populations entières sont exclues du marché des biens alimentaires, alors que ceux-ci existent bel et bien. La question essentielle devient alors celle de l’indisponibilité de ces biens pour certains consommateurs.

4Un exemple médiéval éclaire ce point. En 1124, une famine épouvantable sévit en Flandres, provoquée par une série de mauvaises récoltes dues aux intempéries. Face à cette situation, le comte de Flandre, Charles le Bon, ordonna notamment que de petites sommes d’argent fussent distribuées chaque jour à ses dépendants. Cette mesure, apparemment de pure charité, fut accompagnée d’une obligation pour les boulangers, celle de diminuer de moitié le poids des pains qu’ils mettaient en vente : le comte pouvait espérer que, de la sorte, les plus démunis, ceux qui recevaient une allocation de sa part, pourraient se mettre à acheter du pain. Il fournit donc un titre, un droit d’entrée, aux plus pauvres qui leur ouvrait le marché du produit alimentaire de base. La famine n’était en effet pas uniquement provoquée par le manque de céréales, mais par les prix que le pain avait atteints et qui empêchaient les plus démunis de se procurer les petites quantités mises en vente à un prix trop élevé : faire baisser le poids du pain est une mesure palliative permettant de donner l’impression d’une baisse du prix. De fait, on sait que, en 1124, des réserves en céréales étaient disponibles : les plus pauvres mouraient donc de faim à côté de greniers pleins.

Famine et spéculation

5Si, au départ d’une crise alimentaire, on trouve toujours un déficit de production, l’essentiel se déroule au moment de la mise sur le marché. Il suffit en effet que le bruit coure que la récolte sera insuffisante pour que s’enclenchent des phénomènes de spéculation. Les autorités médiévales comprenaient en général fort bien ce mécanisme et savaient lutter contre lui, au moins dans une certaine mesure. Ainsi, à Florence, à partir du XIVe siècle, une véritable politique économique et commerciale fut élaborée pour lutter contre les hausses excessives des prix. L’organisation d’achats de céréales à l’étranger, parfois jusque sur les rives de la Mer Noire, avait pour but non seulement de combler des déficits, habituels étant donné l’exiguïté du territoire agraire florentin, mais aussi de casser les mouvements spéculatifs : l’annonce du départ d’un convoi de grain, même d’une contrée éloignée, suffisait à faire baisser les prix et à arrêter la logique spéculative amorcée par les perspectives de mauvaises récoltes.

Fig. 1 – Mémorial de la Grande Famine, Dublin, photo Ardfern

6L’efficacité de telles mesures était réelle mais limitée et les prix atteignaient parfois des niveaux insoutenables pour les salaires des ouvriers. En ville, la politique annonaire*, jointe à un exercice très diffus de la charité, permettait de retarder voire de limiter les difficultés alimentaires. À la campagne, les journaliers n’avaient pratiquement aucune protection. Les propriétaires ou les chefs d’exploitation disposaient, pour leur part, d’un peu d’élasticité grâce au bétail et aux terres dont ils pouvaient se séparer dans les moments de difficultés extrêmes, pour acquérir les quantités de monnaie nécessaires à l’achat de denrées alimentaires. C’était souvent une illusion car l’afflux d’offres en terres et en têtes de bétail faisait baisser leur prix. Une fois ce capital bradé, il n’y avait plus de solutions de survie.

7Hier comme aujourd’hui, la famine n’est donc pas une fatalité exclusivement provoquée par des phénomènes naturels sur lesquels l’homme n’a pas de prise, mais aussi un fait économique lié à la structure de l’offre et de la demande ainsi qu’à l’organisation des marchés, c’est-àdire des institutions sur lesquelles il est possible d’agir.

Bibliographie

Références bibliographiques

• Sen A., Poverty and famines : An essay on entitlement and deprivation, Clarendon Press, Oxford, 1982.

• Jordan W. C., The great Famine. Northern Europe in the early fourteenth century, Princeton University Press, 1996.

• Bourin M et al., Les disettes dans la conjoncture de 1300 en Méditerranée occidentale, École française de Rome, Rome, 2012.

• Benito i Monclus P., Crisis alimentarias en la Edad Media, Milenio Publicaciones, Lleida, 2012.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Mémorial de la Grande Famine, Dublin, photo Ardfern
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10349/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,2M

Auteur

Historien du Moyen Âge
UMR « Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris »
Université Paris 1
Panthéon-Sorbonne
Paris
laurent.feller@univ-paris1.fr

© CNRS Éditions, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search