Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Troisième partie. Les systèmes alimentaires

3.14. La faim dans le monde

Sylvie Brunel

Texte intégral

1On peut souffrir de la faim sans ressentir forcément la sensation de faim. C’est le cas de toutes les populations qui vivent en situation d’insécurité alimentaire. La sécurité alimentaire est la capacité pour tout individu à tout moment et en tout lieu de bénéficier d’une nourriture saine, suffisante et acceptable culturellement. Pour que la faim ne sévisse pas, il faut donc que la nourriture puisse être physiquement disponible, qu’elle existe matériellement, mais aussi que cette nourriture soit accessible, c’est-à-dire que l’on puisse se la procurer, soit qu’on la produise soi-même, soit qu’on puisse l’acheter, soit que l’on reçoive une assistance alimentaire.

Un phénomène très répandu

2Environ 850 millions de personnes ne satisfont pas leurs besoins alimentaires dans le monde et se trouvent donc en situation de faim, soit que celle-ci soit ressentie par l’organisme, ce qui est le cas de toutes les situations de disette, de soudure*, de pénurie alimentaire, soit que celle-ci se traduise par un déséquilibre de la ration alimentaire, insuffisante en quantité (sous-nutrition) et/ou inappropriée en qualité (malnutrition).

3Comment mesurer la faim ? Soit par une estimation des disponibilités caloriques par personne, obtenue en croisant la population du pays, les récoltes, les importations et les exportations alimentaires, soit par des observations faites au niveau des familles (enquêtes alimentaires), soit par échantillonnages statistiques à partir des hôpitaux de références ou des ONG. Seule la corrélation de toutes ces données permet de déterminer l’ampleur de la faim dans un pays.

4Mais il subsiste toujours une marge d’incertitude : une partie de la nourriture disponible peut ne pas être visible car obtenue par la contrebande, le troc ou l’autoconsommation ; une situation locale ne peut pas nécessairement être extrapolée à l’ensemble du pays ; les disponibilités ne disent rien sur la répartition exacte de la nourriture entre les régions ou au sein du foyer ; le statut social d’un individu se mesure à la quantité et à la qualité de la nourriture à laquelle il a accès. Qu’il s’agisse des petites filles et des femmes en Asie, des cadets ou dominés, des lignages, clans, ethnies ou castes considérés comme inférieurs dans leur pays d’appartenance, des minorités périphériques, qu’elles soient religieuses, politiques, géographiques, ou sociales, la faim cible partout les dominés, comme si la quantité de nourriture disponible était forcément insuffisante pour permettre son accessibilité à tous. Malthus l’observait dans son Essai sur le principe de population en 1798 (« Au banquet de la terre, tous les pauvres ne peuvent avoir leur place »). Et l’administration coloniale britannique jugeait qu’il ne fallait rien faire pour secourir les « starving sections » (sections affamées) indiennes ou irlandaises de peur de voir s’accroître leur nombre, ce qui n’aurait fait que reculer le problème.

Un phénomène persistant

5Le développement durable a réintroduit la notion de « capacité de charge »* des terres et l’acceptation implicite de « régulateurs » obligés, qui sous-estiment la façon dont les progrès agricoles relèvent les prétendus seuils démographiques. La capacité de charge d’un territoire dépend des moyens mis en œuvre pour produire de la nourriture : l’essartage, qui repose sur de longues jachères, suppose une grande quantité de terres disponibles. Le surpeuplement y commence au-dessus de 10 hab/km2. Au contraire, la riziculture irriguée en milieu tropical avec ses deux, voire trois récoltes par an sans épuiser la terre, peut en nourrir 1 000 au km2. La notion de surpeuplement ne veut donc rien dire sans prendre en compte les techniques.

6Pourtant, même si les « révolutions vertes » ont permis de multiplier par deux et demi le volume des disponibilités alimentaires mondiales en soixante ans (1 milliard de tonnes de céréales produites en 1960, 2,5 milliards aujourd’hui), la « starving section » mondiale oscille toujours autour de 850 millions de personnes, malgré de faibles variations annuelles liées aux récoltes, à la volatilité du prix de la nourriture sur les marchés alimentaires, à l’action volontariste ou au contraire à l’indifférence des gouvernements.

7Certes, dans les années 1970, les malnutris formaient le tiers de la population des pays en développement (3 milliards de personnes), contre moitié moins aujourd’hui (15 %) bien que leur population ait doublé (6 milliards de personnes) ; mais le nombre absolu des malnutris stagne. S’ils ont permis d’accompagner la croissance démographique, les progrès agricoles n’ont donc pas fait reculer le nombre de malnutris, malgré l’engagement pris par la communauté internationale de les diviser de moitié d’ici 2015 (Sommet mondial de l’Alimentation, Rome, 1996 ; Objectifs du millénaire pour le développement, New York, 2000). Malgré les progrès réalisés dans les pays émergents, le plafond des 400 millions de malnutris ne cesse de s’éloigner.

Les racines de la malnutrition et de la famine

8Dans une économie mondiale caractérisée par les échanges et le marché, ceux qui souffrent de la faim sont toujours les pauvres, ceux qui n’ont pas de pouvoir d’achat : la nourriture disponible s’adapte à la demande solvable. On peut ainsi, comme en Inde, souffrir de la faim à côté d’entrepôts pleins dans un pays qui exporte de la nourriture. Les malnutris souffrent à la fois d’un problème de disponibilité de nourriture – ils ne produisent pas assez pour se nourrir – et d’accessibilité : leurs revenus sont insuffisants pour se la procurer. Ce sont majoritairement des ruraux (deux tiers des malnutris), mais aussi les « déclassés » des villes, qui n’ont ni revenus ni réseaux d’entraide, les personnes isolées et vulnérables : migrants en provenance des campagnes, foyers monoparentaux, vieillards, malades, handicapés…

9Pour lutter contre la malnutrition, il faut à la fois mettre en œuvre des programmes de distribution sociale bien ciblés, à l’image de la Bolsa familia* brésilienne, mais aussi agir pour élever la productivité rurale : avec une tonne de céréale à l’hectare ou un demi-litre de lait par vache et par jour, un paysan ne peut pas nourrir sa famille et dégager les revenus qui lui permettront de faire face aux aléas. Seul et sans formation, il est forcément spolié, bradant sa récolte pour payer ses dettes pour, quelques mois plus tard, acheter la nourriture à des prix prohibitifs quand arrive la soudure. Les coopératives, les syndicats, les groupements de producteurs lui permettent de renforcer sa capacité de négociation et de mieux défendre ses droits. La malnutrition est ainsi un produit du sous-développement et de la pauvreté, aggravés par l’ignorance nutritionnelle, mais elle n’est jamais insurmontable : privé de disponibilités alimentaires, un individu peut toujours migrer, solliciter une assistance ou bénéficier d’un programme d’aide.

Fig. 1 – Carte de la faim dans le monde (prévalence (%) de sous-alimentation) (Source : FAO 2014)

10Dans la famine au contraire, qui est la rupture absolue de nourriture pour des populations entières, les affamés n’ont pas la possibilité de mettre en œuvre un mécanisme de réponse, ou celui-ci leur est dénié. Il existe ainsi entre la malnutrition et la famine une différence non de nature, mais de degré : à l’ère du village planétaire, des systèmes d’alerte précoce et de la galaxie des ONG, une pénurie alimentaire, qui s’annonce généralement de longs mois en amont, peut toujours être combattue car il existe suffisamment de nourriture sur la terre pour nourrir le monde. Si elle persiste jusqu’à la famine, c’est que l’accessibilité de certaines populations à la nourriture a été volontairement déniée. Les tactiques du siège, de la terre brûlée, du blocus, du ghetto, qui ont toujours existé dans l’histoire de l’humanité, font de la famine une arme de guerre, un outil géopolitique, qui cible des populations indésirables ou haïes et les dépossède. Attila autrefois, Staline hier face à la résistance ukrainienne (Holodomor, 1932-1933) comme Bachir El Assad en Syrie aujourd’hui savent qu’affamer une population, c’est la faire céder.

11Comment lutter contre la faim ? Par les 7 P. La Paix, donc la démocratie. Les Prix : ils doivent rémunérer le producteur tout en rendant la nourriture accessible au consommateur. Ce qui suppose de bonnes Politiques. Les Pluies, car aucune plante ne pousse sans eau, mais aussi les Puits : l’irrigation, le stockage, rendus plus nécessaires encore face aux incertitudes que soulève le changement climatique. La Protection des producteurs contre la volatilité extrême des cours. La Propriété foncière enfin : sans confiance envers l’avenir, aucun producteur n’investit sur sa terre. Lorsque ces conditions sont réunies, la faim disparaît. Encore faut-il vouloir les mettre en œuvre.

Bibliographie

Références bibliographiques

• Brunel S., Nourrir le monde, vaincre la faim, Larousse, Paris, 2009.

• Parmentier B., Nourrir l’humanité, La Découverte, Paris, 1996.

• Sen A., Poverty and famines : An essay on entitlement and deprivation, Clarendon Press, Oxford, 1982.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Carte de la faim dans le monde (prévalence (%) de sous-alimentation) (Source : FAO 2014)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10347/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 657k

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search