Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Troisième partie. Les systèmes alimentaires

3.11. Le végétarisme

Laurence Ossipow

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Qu’est-ce que le végétarisme ?

Si l’on peut faire remonter certaines pratiques prônant l’abstinence totale de viande jusqu’à l’Antiquité, le terme « végétarisme » vient de l’anglais vegetarianism et s’est progressivement implanté après la fondation de la société végétarienne anglaise (1847) qui promut aussi le slogan live and let live (« vivre et laisser vivre »). Quant au véganisme, il désigne le courant apparu en 1944 avec la fondation de l’American Vegan Society, qui défend un végétalisme radical bannissant tous les sous-produits animaux et toute exploitation animale (cuirs, fourrures, ornements, cosmétiques, tests sur cobayes, spectacles, etc.). Il s’inspire des thèses défendues notamment par le philosophe Peter Singer, antispéciste, c’est-à-dire refusant l’énonciation d’une différence entre les espèces du vivant qui entraînerait leur hiérarchisation.

La diète végétarienne la plus communément répandue se réfère aux pratiques ovo-lacto-végétariennes qui éliminent ...

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search