Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Troisième partie. Les systèmes alimentaires

3.9. Pertes et gaspillages alimentaires

Barbara Redlingshöfer

Texte intégral

1La lutte contre les pertes et gaspillages alimentaires occupe une place grandissante dans l’espace public et politique. Elle est considérée comme un levier important pour orienter nos systèmes alimentaires vers plus de durabilité. Elle contribuerait à relever des défis tels que la sécurité alimentaire mondiale, le changement climatique, la préservation des ressources naturelles et des écosystèmes ou l’accès à l’alimentation pour les démunis. Alors même qu’il n’a pas rempli sa fonction initiale, celle de nourrir, un aliment jeté a consommé de l’énergie et de l’eau, a occupé du sol et de la main-d’œuvre, généré des pollutions le long de la filière jusque dans les ménages : il a un coût, individuellement pour celui qui l’a acheté, et collectivement pour la société qui supporte le déchet.

2Dans la société on observe un malaise croissant, tandis qu’au niveau des individus, la reconnaissance du rôle de chacun dans la prévention fait défaut.

Un phénomène important

3Au niveau mondial, des études estiment les pertes et gaspillages à environ 30 % tout au long de la chaîne alimentaire, avec des variations entre différentes catégories de produits : les produits périssables comme les fruits et légumes frais, les racines et tubercules, les viandes et poissons, les céréales (sous forme de pain dans les pays du Nord) sont parmi les plus concernés. Une étude pour la FAO (2011) a calculé qu’entre 208 et 300 kg par tête et par an de nourriture sont perdus ou gaspillés tout au long de la chaîne alimentaire dans les pays d’Europe et d’Amérique du Nord, dont 95 à 115 kg par les consommateurs ; dans les pays d’Afrique subsaharienne et d’Asie du Sud et du Sud-Est, ce sont 120 à 170 kg par tête et par an, dont seulement 6 à 11 kg par les consommateurs.

4Entre pays du Nord et pays du Sud, les pertes et gaspillages alimentaires ne surviennent donc pas aux mêmes stades du système alimentaire (Tableau) : dans les seconds, c’est après la récolte, au cours des premières opérations de transformation, de stockage et de transports (pertes post-récolte) ; dans les premiers, c’est majoritairement au stade de la distribution, de la restauration et de la consommation qu’elles interviennent. On dispose de peu de données pour les grands pays émergents comme la Chine, l’Inde ou le Brésil, caractérisés à la fois par une agriculture de subsistance et des systèmes industrialisés, ni pour les grandes villes des pays du Sud. Si les systèmes alimentaires sont de plus en plus connectés à l’échelle mondiale, il n’y a toutefois pas de vases communicants : la faim dans le monde ne serait pas éliminée par de la nourriture récupérée dans le Nord.

5Caractériser les pertes et gaspillages alimentaires présente plusieurs difficultés. Les données sont encore peu précises, éparses, établies avec différentes méthodes, et pas toujours disponibles pour tous les stades de la chaîne alimentaire. Il n’existe pas d’analyse fine des causes et déterminants des pertes et gaspillages. Il n’y a pas non plus, à ce jour, de définition consensuelle et reconnue, que ce soit en termes de contenu ou de terminologie, du fait de la divergence d’intérêts entre les acteurs. Enfin, l’organisation très hétérogène et complexe des filières pour l’alimentation humaine fait de l’analyse et de la quantification des pertes et gaspillages un réel défi.

De multiples solutions

6Afin de limiter les pertes et gaspillages, des politiques publiques et privées se mettent en place. Les initiatives citoyennes et associatives foisonnent sur le terrain. On peut distinguer deux pistes : la prévention des pertes et gaspillages et la valorisation des déchets et des co-produits.

Tableau. Déterminants et localisations principales des pertes et gaspillages alimentaires dans les pays du Nord et du Sud

Stade de génération des pertes et gaspillages

Pays du Nord

Pays du Sud

- à la récolte

Non-récolte, retraits de marché (fruits et légumes) et épandage / compostage / alimentation animale

Outillage, accidents, dégâts de ravageurs et/ou de microbes, accès limité au champ

- au stockage (ferme, entrepôt…)

Température, humidité, déshydratation, retraits de marché

Dégâts de ravageurs et/ou de microbes, absence de chaîne du froid, récipients et emballages

- au transport (à plusieurs stades)

Emballages, température, manipulations

Accidents, barrages, infrastructure, véhicules

- à la transformation (1re, 2e…)

Pertes liées au procédé, standardisation

Outillage, accidents

- à la distribution (marchés, magasins…)

Refus et retours, date limite de consommation (DLC) approchée, détérioration, normes

Standards et normes de la grande distribution et des marchés extérieurs

- à la consommation (hors foyer, domestique)

Ultra-précaution sanitaire, modes de gestion domestique optimisés sur d’autres critères, portions inadaptées, valeur accordée à l’alimentation

Détérioration, modes de consommation occidentalisés

7Différentes mesures peuvent être envisagées. D’abord au niveau technologique, visant par exemple à une meilleure coordination de l’offre et de la demande ou cherchant à améliorer la qualité des emballages. Des procédés permettent de valoriser pour l’alimentation humaine des produits hors standards de qualité, tels que les écarts de tri en fruits et légumes, ou le blé hors qualité boulangère. Des initiatives citoyennes et associatives permettent de récupérer de la nourriture en faveur de personnes dans le besoin. Sont également à envisager la coordination et l’adaptation de différentes réglementations à l’origine de pertes et gaspillages, notamment en matière sanitaire où l’on a instauré des marges de sécurité très importantes. Enfin, des mesures de sensibilisation et de formation sont nécessaires.

8La réutilisation et le recyclage des ressources alimentaires non utilisées pour l’alimentation humaine sont considérés comme des options vertueuses : elles préserveraient des ressources brutes et diminueraient ainsi la concurrence entre productions alimentaires et non-alimentaires. Les multiples voies de valorisation des ressources organiques (alimentation pour animaux d’élevage et de compagnie, énergie, matériaux pour l’industrie chimique, cosmétique et pharmaceutique, etc.) montrent que ces différentes filières constituent de facto un seul système.

9Du fait du très grand nombre d’acteurs impliqués et de l’intrication de leurs différents intérêts, seules des actions communes et concertées permettront de progresser vers une meilleure utilisation des productions agricoles pour l’alimentation humaine. Parallèlement, la valorisation des co-produits et des déchets issus des pertes et gaspillages alimentaires justifie pleinement une analyse systémique de la production et de l’utilisation de la biomasse agricole dans son ensemble.

Bibliographie

Références bibliographiques

• Gustavsson J. et al., Pertes et gaspillages alimentaires dans le monde, FAO, Rome, 2011.

• Ministère de l’agriculture, de l’agro-alimentaire et de la forêt, Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire, Dossier de presse, Paris, 2013.

• Redlingshöfer B., Soyeux A., « Pertes et Gaspillages », in Esnouf et al. Éds, Pour une alimentation durable. Réflexion stratégique duALIne, Éditions Quae, Paris, 2011, p 143-63.

• Stuart T., Global gâchis : Révélations sur le scandale mondial du gaspillage alimentaire. Rue de l’échiquier, Paris, 2013.

Auteur

Écotrophologue
Mission d’anticipation Recherche/Société & Développement durable
INRA
Paris
barbara.redlingshofer@paris.inra.fr

© CNRS Éditions, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search