Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Troisième partie. Les systèmes alimentaires

3.7. Le système agroindustriel tertiarisé

Jean-Louis Rastoin

Texte intégral

1Le système alimentaire mondial est, selon Louis Malassis, « […] la façon dont les hommes s’organisent dans l’espace et dans le temps pour obtenir et consommer leur nourriture ». Un système alimentaire est constitué d’un ensemble d’acteurs interdépendants dont la fonction est de nourrir une population sur un territoire donné et, le cas échéant, à l’extérieur de ce territoire par des exportations. Tout système alimentaire mobilise de nombreux professionnels : aujourd’hui agriculteurs, industriels, commerçants, restaurateurs, transporteurs, fonctionnaires de l’administration, chercheurs et formateurs. Dans la plupart des pays, le système alimentaire reste de loin le premier secteur économique.

Les âges de l’alimentation

2On peut distinguer dans l’histoire des systèmes alimentaires différentes périodes caractérisées par une division croissante du travail productif et par une modification des modèles de consommation. Ces « âges » de l’alimentation sont : l’ère « agricole », l’ère « artisanale », l’ère « agroindustrielle », l’ère « agrotertiaire ». Ces quatre périodes sont marquées par une accélération des mutations technologiques : en Europe, 10 000 ans pour la première, quelques siècles pour la seconde, moins d’un siècle pour la troisième et quelques décennies pour la quatrième.

3On peut estimer à environ 23 % des budgets des ménages (de moins de 10 % à plus de 50 % selon le revenu par tête) la part consacrée à l’achat de produits alimentaires dans le monde, ce qui représente, en 2012, un marché de plus de 12 000 milliards de dollars. Plus le consommateur est riche, plus son assiette et son verre sont garnis par l’industrie alimentaire : 80 % du budget alimentaire des ménages va aux produits transformés dans les pays à haut revenu, 65 % dans les pays à revenu intermédiaire et 50 % dans les pays à faible revenu. Cette diversité s’explique par l’habitat (rural ou urbain), la structure de la population active (et notamment le travail féminin hors domicile), le mode de vie (temps consacré à la préparation des repas).

Un système dominant

4Le système agroindustriel tertiarisé* ou agrotertiaire est désormais le plus répandu dans le monde, car il concerne au moins la moitié de l’humanité. Il se caractérise par son caractère intensif, spécialisé, concentré, globalisé et financiarisé. Intensif, car les rendements techniques sont très élevés à l’hectare pour l’agriculture, au mètre carré d’usine ou de grande surface pour l’industrie alimentaire ou la distribution, et par travailleur dans les trois cas. Par exemple, un hectare irrigué peut produire près de 20 tonnes de maïs, une fabrique de fromage 150 000 camemberts pasteurisés par jour.

5Le système agroindustriel tertiarisé est spécialisé, en raison de la sélection d’un petit nombre de plantes et d’espèces animales dans les systèmes agricoles contemporains. Les scientifiques estiment que sur un potentiel de 30 000 végétaux comestibles, 9 seulement assurent 75 % des besoins alimentaires de la population mondiale. Spécialisé également au niveau de l’industrie agroalimentaire, ce qui conduit aujourd’hui à une industrie d’assemblage d’ingrédients venus des quatre coins du monde, en fonction des coûts relatifs.

6Le système agroindustriel tertiarisé est concentré. En France, par exemple, les deux tiers de la production agricole sont assurés par moins du quart des agriculteurs, les deux tiers du chiffre d’affaires de l’industrie agroalimentaire par moins de 10 % des entreprises, et 90 % du commerce de détail alimentaire en libre-service par six entreprises. Dans certains secteurs comme les produits laitiers ultrafrais, les huiles de table, le sucre, les boissons non alcoolisées, les produits de grignotage, une poignée de firmes contrôle entre les deux-tiers et les trois-quarts du marché.

7Le système agroindustriel tertiarisé est financiarisé. Les firmes leaders de l’agro-industrie et de la grande distribution sont toutes cotées en bourse et elles sont en conséquence soumises à la volonté de leurs actionnaires qui, de plus en plus, sont des fonds dont les gestionnaires raisonnent en investisseurs et non en industriels, privilégiant croissance et rentabilité à court terme. La financiarisation*, c’est aussi l’intervention de hedge funds (fonds spéculatifs) sur les bourses commerciales internationales comme celle de Chicago, New York ou Londres qui traitent des commodités*, avec des effets amplificateurs de volatilité. On a pu ainsi assister en 2007 et 2008 à un triplement des prix de certaines denrées agricoles (céréales et oléagineux) puis à une division par deux, soit des oscillations d’amplitude 5. La financiarisation* concerne également le recours massif à l’endettement bancaire et aux assurances.

8Enfin, le système agroindustriel tertiarisé est en voie de globalisation*. On assiste à un triple phénomène : croissance du commerce international, développement des investissements directs étrangers et diffusion du modèle de consommation occidental par les mass medias. Les échanges internationaux de biens alimentaires (près de 1 000 milliards de dollars en 2012) ont augmenté, depuis un demi-siècle, deux fois plus vite que la production. Les firmes multinationales contrôlent les deux-tiers des transactions internationales et ont considérablement augmenté leurs implantations à l’étranger. Enfin, la promotion, à travers d’énormes budgets publicitaires, des produits des multinationales agroalimentaires élargit les marchés pour un nombre limité de marques. Les produits agroalimentaires tendent à devenir globaux et contribuent ainsi à uniformiser le modèle de consommation selon les standards de ces firmes.

Un modèle à faire évoluer

9Le bilan du modèle agroindustriel est mitigé. La production de masse a permis de fournir des aliments sûrs, pratiques et peu coûteux et donc de faire reculer significativement la faim dans le monde en proportion de la population. L’industrialisation de l’alimentation a également accompagné efficacement l’urbanisation en améliorant la conservation des aliments, leur praticité d’utilisation et leur acheminement rapide vers les consommateurs.

10Certes, l’agro-industrialisation est parvenue à éradiquer la plupart des maladies infectieuses d’origine alimentaire, mais d’autres sont apparues : pandémies du type vache folle ou grippe aviaire et surtout les maladies chroniques, en partie liées à la composition des produits agroindustriels, ont explosé (obésité, maladies cardiovasculaires, diabète, cancers). Les nuisances d’origine agroindustrielle ont pris une grande ampleur ainsi que les gaspillages.

11Les filières d’approvisionnement, très longues, sont géographiquement asymétriques, complexes, opaques et souvent peu équitables. Enfin, le patrimoine et les cultures culinaires sont fortement érodés. Les nouveaux défis alimentaires tels que la santé publique, le changement climatique et le partage de la valeur vont impliquer des efforts soutenus d’innovation, de formation et d’information pour inscrire le système agroindustriel tertiarisé dans une optique de développement durable.

Bibliographie

Références bibliographiques

• Esnouf C. et al., Pour une alimentation durable. Réflexion stratégique duALIne, Quae, Paris, 2011.

• Malassis L., Nourrir les hommes, Flammarion, Paris, 1994.

• Rastoin J.-L., Ghersi G., Le Système alimentaire mondial, concepts et méthodes, analyses et dynamiques, Quae, Paris, 2010.

Auteur

Économiste et sciences de gestion
Chaire UNESCO en Alimentations du monde
Montpellier SupAgro
rastoin@supagro.inra.fr

© CNRS Éditions, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search