Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Troisième partie. Les systèmes alimentaires

3.4. Les modèles de consommation

Bruno Laurioux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans les sociétés européennes de l’Antiquité au XVIIIe siècle la consommation alimentaire s’organisait selon une répartition fondamentalement hiérarchique. Même s’il ne faut pas généraliser les épisodes de disettes et de famines, les masses paysannes se contentaient le plus souvent de céréales et de légumes. On a parlé pour décrire la consommation des élites de distinction ou de consommation ostentatoire, dans le cadre d’une compétition incessante où la notion de don alimentaire occupait une place prépondérante.

Manger plus et manger mieux

L’un des moyens fondamentaux de marquer sa prééminence sociale était de manger plus. Lié à une distribution très inégale de la production agricole, ce privilège permettait de partager et de redistribuer, en vertu de la charité, tout en s’assurant des fidélités et des clientèles. Ainsi s’expliquent les énormes rations théoriquement disponibles que les historiens ont pu calculer à partir des comptabilités anciennes – jusqu’à 5 000 voire 7 000 kilocalo...

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search