Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Troisième partie. Les systèmes alimentaires

3.3. Les « prisons de longue durée » : l’Europe du blé

Philippe Meyzie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour l’historien Fernand Braudel, la domination du blé de la fin du Moyen Âge au XVIIIe siècle représente l’une de ces permanences que seuls les siècles parviennent à faire évoluer, « une réalité que le temps use mal et véhicule très longuement ». Le blé qui regroupe alors sous le même terme toutes les céréales (froment, seigle, épeautre, méteil, orge, millet) sert d’aliment de base. Depuis le milieu du XVIe siècle, la ration de céréales dans le régime populaire augmente au détriment de la viande et les champs de céréales gagnent sur les pâturages pour parvenir à nourrir une population de plus en plus nombreuse. Si, dans les consommations urbaines de l’Europe méditerranéenne, le froment est le plus représenté, il n’en est pas de même dans les campagnes de l’Europe septentrionale où les céréales secondaires sont très présentes : le seigle en Pologne et en Allemagne, l’avoine de l’Irlande à la Norvège.

Sous forme de pain levé cuit au four, de galettes, de bouillies ou de pâtes alimenta...

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540