Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Troisième partie. Les systèmes alimentaires

3.2. Prédateurs : chasseurs-cueilleurs d’hier et d’aujourd’hui

Serge Bahuchet

Texte intégral

1Pendant 2 millions d’années, soit 99,6 % de son histoire, le genre Homo a fondé son système alimentaire sur l’utilisation de la flore et de la faune spontanées. C’est seulement depuis les derniers 10 000 ans que la domestication des espèces a augmenté sa maîtrise de l’apport calorique. De nos jours quelques dizaines de groupes vivent encore de chasse et de collecte, bien qu’en interaction depuis des millénaires avec des agriculteurs et en lien avec le monde extérieur depuis des siècles.

Fig. 1 – Un essart de forêt équatoriale. Ngbatea, République centrafricaine, 1982, photo Serge Bahuchet

2Paradoxalement c’est le régime alimentaire des chasseurs-cueilleurs modernes qui nous est le mieux connu, celui des hommes de la Préhistoire étant sujet à reconstructions complexes. En effet, les sites archéologiques révèlent presqu’exclusivement les restes animaux issus de la chasse, conduisant ainsi à l’illusion d’un régime exclusivement carné. Toutefois, les techniques de fouilles plus fines (recherche des microrestes végétaux tels que phytolithes ou pollens), la tracéologie (étude des traces – stries, frottements, usures – laissées sur les outils par les usages de divers matériaux tels que bois, peaux, os), l’analyse de la composition des os humains (isotopes) et la prise en compte des besoins et capacités physiologiques permettent de poser des hypothèses différentes sur la nutrition préhistorique. Ainsi le débat porte sur le besoin énergétique pour l’encéphalisation des Homo, nécessitant un fort apport calorique dont peu d’aliments sont capables, et suggérant la nécessité de l’usage du feu pour augmenter la digestibilité des ressources. L’étude des restes végétaux a pu montrer que l’on collectait en Israël des glands depuis 50 000 ans et des graines de graminées depuis 20 000 ans.

Une grande diversité de styles alimentaires

3Le régime alimentaire est étroitement lié aux ressources disponibles et donc au climat et aux écosystèmes ; il y a, de ce fait, une grande diversité de styles alimentaires dans le temps et dans l’espace. La part des aliments végétaux dans la diète décroît de l’Équateur vers le nord et le sud des continents. L’apport calorique est réalisé par des tubercules (comme les ignames), des fécules (de bulbes, de palmiers), des graines ou des noix dans les régions tropicales et tempérées ; dans les régions arctiques et subarctiques ce sont la viande et la graisse qui jouent ce rôle, provenant des gibiers terrestres et des ressources aquatiques, diversement associés sur toutes les côtes, y compris avec les coquillages. L’association des ressources alimentaires de toutes origines caractérise donc le repas des chasseurs-cueilleurs.

4La variation saisonnière des aliments est partout très marquée, conduisant à des repas très différents. En forêt tropicale, dominent le miel en saison sèche, les larves d’insectes en saison des pluies ; dans l’Arctique, l’été permet de consommer des baies et des plantes. Sur les côtes froides d’Amérique du nord, le cycle alimentaire est rythmé par la migration d’énormes bancs de saumons dans les rivières.

5Quelques régions fournissent en très grandes quantités des aliments caloriques, que l’on peut préserver et stocker, garantissant ainsi un approvisionnement continu : ainsi pratiquaient les habitants de la Colombie britannique avec le saumon, ou les Indiens de Californie avec les glands. Dans ces contextes, les communautés ont établi des habitats sédentaires avec une densité de population importante, et des sociétés souvent socialement complexes, alors que la majorité des groupes de chasseurs-cueilleurs du reste du monde sont ou étaient essentiellement mobiles sur des vastes territoires. En régions froides, les viandes sont conservées mêlées à la graisse (pemmican*). Le problème de la saisonnalité de l’approvisionnement et la difficulté de conserver la plupart des aliments ont conduit les sociétés à des pratiques de partage très précises, instaurant des règles de réciprocité et d’entraide telles que l’on a pu parler « du partage du risque » : dans ce type de sociétés, ce sont les liens sociaux soigneusement entretenus qui compensent la difficulté du stockage des denrées.

Un système complexe

6On doit relever que nombre de communautés de chasseurs-cueilleurs modernes côtoient des agriculteurs, avec lesquels ils échangent des biens et des aliments depuis des siècles : ainsi leur travail repose sur la prédation, mais le régime alimentaire peut comporter des plantes cultivées chez les autres.

7Les observations opérées auprès des sociétés contemporaines ont permis aux préhistoriens, avec précaution, d’analyser différemment les restes archéologiques. En particulier, l’interprétation des potentialités offertes par les différents écosystèmes et la prise en compte de la saisonnalité laissent supposer la présence de végétaux dans les régimes alimentaires préhistoriques, malgré l’absence de traces archéologiques. Les irrégularités saisonnières entraînent des variations physiologiques marquées par l’alternance d’amaigrissement et d’engraissement (ce qui conduit au surpoids lorsque ces sociétés basculent dans l’abondance), ainsi que par l’importance culturelle des sensations de satiété, de réplétion et de faim accompagnant le manque de l’aliment dominant (viande, miel, igname ou poisson).

8La reconstruction du régime alimentaire préhistorique, notamment les spéculations sur la part respective des plantes et des viandes, a pris récemment un tour polémique, alors que la « diète paléolithique » (prenant notamment en compte le rôle des graisses animales dans l’apport calorique) est proposée par certains comme modèle pour l’homme contemporain, susceptible de lui éviter les « maladies de civilisation » (obésité, diabète, maladies cardiovasculaires).

Bibliographie

Références bibliographiques

• De Beaune S. A., Chasseurs-cueilleurs : comment vivaient nos ancêtres du Paléolithique supérieur, CNRS Éditions, Paris, 2013.

• Lee R.B., Daly R., The Cambridge Encyclopedia of Hunters and Gatherers, Cambridge University Press, 1999.

• Panter-Brick C. et al., Hunter-Gatherers. An interdisciplinary perspective, Cambridge University Press, 2001.

• Wrangham R., Catching fire. How cooking made us human, Basic Books, New York, 2009.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Un essart de forêt équatoriale. Ngbatea, République centrafricaine, 1982, photo Serge Bahuchet
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10323/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M

© CNRS Éditions, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search