Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Troisième partie. Les systèmes alimentaires

3.1. Les agricultures vivrières : 1 001 manières de produire le pain quotidien

Serge Bahuchet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Image

Hungry Planet – Familles du monde. La famille Ayme (Tingo, Équateur), pose avec sa consommation alimentaire hebdomadaire. Budget : 31,55 $. Photo Peter Menzel / Cosmos

Prédominante jusqu’au XIXe siècle, l’agriculture vivrière n’a pas disparu : elle assure la nourriture de près de la moitié de l’humanité, 3 milliards d’hommes et de femmes dont les techniques culturales occupent près de 60 % des terres cultivées, en particulier dans la ceinture intertropicale. Cette agriculture à finalité domestique, où producteur et consommateur sont identiques, est destinée à l’alimentation directe de la famille, du groupe. Toutefois vivrier ne signifie pas autarcique, car les aliments circulent entre les familles et les villages, notamment lors des grands repas d’apparat accompagnant les événements de la vie religieuse et sociale, où de larges communautés se réunissent. L’agriculture de marché n’exclut pas l’agriculture vivrière, car le paysan peut consacrer une partie de ses récolte...

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search