Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Première partie. Le mangeur au centre de l'alimentation

1.16. Statut socio-économique et alimentation

Céline Laisney et Christophe Serra Mallol

Texte intégral

A. Les différences sociales

1L’alimentation a longtemps servi à afficher un statut social, et les mets présents à la table des rois, des bourgeois ou des paysans étaient très différents, de même que les manières de table. Malgré l’essor de la consommation de masse, on observe encore dans les pays développés des différences non négligeables, recoupant les catégories sociales ou les niveaux de revenu.

Budget des ménages

2Plus les ménages sont pauvres, plus la part de leur budget consacrée à l’alimentation est élevée, illustrant la loi d’Engel* : les 20 % de ménages les plus modestes consacraient, en 2011, 19 % de leur budget à l’alimentation, tandis que pour les 20 % les plus aisés, cette part n’était que de 13,8 % (INSEE). Alors qu’une certaine convergence était à l’œuvre sur le long terme, ce rapprochement s’est ralenti ces dernières années. Mais si la part du budget est moins élevée à mesure qu’on monte dans l’échelle sociale, le montant absolu consacré à l’alimentation, lui, augmente tout de même : il est 2,6 fois plus élevé pour les foyers gagnants plus de 3 500 euros par mois que pour ceux gagnant moins de 1 000 euros par mois.

Des « marqueurs sociaux »

3Par ailleurs, certains produits constituent de véritables marqueurs sociaux. Les cadres mangent davantage de fruits et légumes et de poisson, tandis que les ouvriers consomment plus de pommes de terre ou de riz, de boissons sucrées, de sandwichs ou de pizzas. Certains produits ont en revanche « changé de camp » : la consommation de vin était fortement ouvrière au début du XXe s., elle concerne surtout les catégories supérieures aujourd’hui. La viande, qui a longtemps été l’apanage des groupes aisés, est aujourd’hui davantage consommée par les ouvriers. Enfin, la consommation de produits transformés, réservée à l’origine aux couches favorisées, s’est largement diffusée à mesure que leur prix relatif baissait. Aujourd’hui, c’est la part de produits frais qui est plus élevée à mesure qu’on monte dans l’échelle sociale.

Des pratiques contrastées

4Le nombre de repas et de plats est plus faible pour les personnes à revenus modestes que pour les personnes plus aisées. D’une manière générale, les individus ayant les revenus les plus élevés déclarent moins souvent dîner seuls, passent plus de temps à table et déjeunent ou dînent plus souvent en dehors de leur domicile. Ces différences résultent également de valeurs et de normes propres à chaque groupe social. Bien se nourrir ne revêt en effet pas le même sens pour tous : en schématisant, pour les catégories aisées, cela revient à consommer des produits jugés sains (fruits, légumes, poisson), alors que les catégories modestes sont plutôt portées vers les aliments nourrissants. Si des évolutions sont possibles, notamment lorsque l’individu change de catégorie sociale, le poids des traditions et des habitudes familiales reste généralement fort.

B. Les inégalités sociales en matière d’alimentation

Inégalités, interdits et séparations

5Si l’alimentation est facteur de distinction et de commensalité, elle est également facteur d’inégalités. L’anthropologie a montré cette double fonction, notamment sous la forme des interdits et des séparations alimentaires. L’exemple le plus extrême est sans doute celui des îles polynésiennes pré-européennes qui ont fait de la sacralisation de certains aliments tabou un outil de contrôle des ressources, avec des interdits nombreux, occasionnels ou permanents, liés au statut, au genre ou à l’âge, qui marquaient les modes d’alimentation entre groupes sociaux. Leur disparition progressive au cours des deux derniers siècles associée à la prégnance sur place des modèles corporels anciens a abouti de nos jours à des niveaux d’obésité record : 60 à 80 % de la population.

Des facteurs sociaux prégnants

6Le facteur économique est important aujourd’hui, mais non exclusif. Au-delà des facteurs sociaux tels que l’origine des personnes composant le ménage et la composition de ce dernier, le lieu de résidence, ainsi que les valeurs et les normes propres déterminent les modes d’alimentation des personnes. L’élévation généralisée du niveau de vie n’a donc pas réduit les différences entre groupes sociaux : les enquêtes montrent qu’il existe toujours des différences qualitatives entre les aliments consommés par les ménages les plus pauvres et par les ménages les plus aisés, et qu’on s’alimente d’autant plus selon les recommandations nutritionnelles que les revenus et le niveau d’éducation sont élevés. L’autoconsommation, facteur de réduction de ces inégalités économiques, ne constitue plus qu’une part négligeable de l’alimentation, sauf auprès des ménages producteurs (agriculteurs, éleveurs, pêcheurs) ou grâce à de rares structures appropriées (réseaux d’échanges avec les zones de production, apport de jardins ruraux ou urbains).

Des inégalités au niveau mondial

7Les inégalités entre groupes sociaux en France et dans les pays occidentaux se retrouvent entre pays au niveau mondial, où 800 millions de personnes souffrent de sous-alimentation surtout dans les pays les moins développés (Afrique sub-saharienne, Inde), autant de surpoids ou d’obésité, et parfois du « double fardeau ». De fortes inégalités persistent entre régions du globe, du fait de l’absence de politiques globales prenant en compte des objectifs de santé, de justice sociale et d’écologie.

Bibliographie

Référence bibliographique

• Gojard S. et al., Sociologie de l’alimentation, La Découverte, Paris, 2006.

Référence bibliographique

• Dubois L., Burnier D., « Inégalités socio-nutritionnelles », Dictionnaire des cultures alimentaires, Poulain J.-P. éd. PUF, Paris, 2012 : 732-6.

Auteurs

Prospectiviste
Société Alim Avenir
Paris
claisney@gmail.com

Sociologue et Anthropologue
UMR « Centre d’Étude et de Recherche Travail Organisation Pouvoir »
CNRS - Université Toulouse
Jean-Jaurès
Toulouse
christophe.serra-mallol@univ-tlse2.fr

© CNRS Éditions, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search