Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Première partie. Le mangeur au centre de l'alimentation

1.15. Régime et observance

Tristan Fournier

Texte intégral

Régime alimentaire et régime amaigrissant

1Issu du latin regere, le terme régime renvoie à la manière dont les individus « dirigent » leurs conduites alimentaires. Un régime peut ainsi être adopté pour diverses raisons, parfois associées : médicale, esthétique, éthique, politique. Par exemple, un régime végétarien pourra combiner engagement éthique (lutte contre la souffrance animale) et considérations de santé (prévention de certaines maladies, notamment cardio-vasculaires). Cette volonté de contrôle et de maîtrise traduit une montée de la réflexivité alimentaire, caractéristique des sociétés occidentales contemporaines, qui consiste à davantage considérer l’impact potentiel de l’alimentation sur l’état de santé, le bien-être et le corps.

2Dans le sens commun, faire un régime, c’est avant tout modifier son alimentation dans le but de perdre du poids. Il suffit, pour s’en rendre compte, d’inscrire ce mot dans un moteur de recherche pour voir s’afficher des dizaines de types de régimes amaigrissants, et ce majoritairement à destination du public féminin. L’idéal de minceur s’est effectivement imposé comme norme corporelle chez les femmes occidentales. La minceur hérite aujourd’hui des attributs hier associés à l’embonpoint : symbole de beauté et de désir (association largement véhiculée par les médias), mais aussi de santé (surtout depuis le développement de l’obésité) et d’un certain statut social : si, autrefois, les femmes « bien en chair » témoignaient physiquement de leur capacité économique à manger copieusement dans un contexte marqué par un accès difficile à la nourriture, la situation actuelle d’abondance alimentaire appelle à une autre forme de distinction sociale, la maîtrise du corps par celle de l’appétit. Certains auteurs parlent d’une « épidémie de régimes », pour insister sur le fait que l’idéal de minceur banalise le recours aux régimes amaigrissants mais aussi pour attirer l’attention sur l’aspect récurrent du recours à ces régimes, et donc sur leur échec.

Fig. 1 – Publicités pour les programmes d’amaigrissement Weight Watcher

De l’observance thérapeutique à l’observance diététique

3Que ce soit pour les régimes amaigrissants ou les régimes à visée diététique (régime « anticholestérol » par exemple), les études scientifiques mettent généralement l’accent sur les difficultés à initier des changements alimentaires et/ou à les maintenir sur le long terme. Un concept, issu du milieu médical, gagne à être mobilisé pour penser les modalités de suivi d’un régime : l’observance. Il doit cependant être retravaillé. D’abord en raison des aspects moralistes, normatifs et paternalistes dont il est porteur : l’observance* traduit la norme de comportement qu’un patient doit adopter face à une prescription médicale, la non-observance étant analysée en termes d’irrationalité. De nombreuses études ont ainsi tenté d’en identifier les déterminants de manière à rendre plus « observants » les individus jugés récalcitrants. Ces recherches sont restées peu concluantes du fait qu’elles ne s’intéressaient pas au sens que les patients accordent à leur problème médical ou au traitement prescrit. En fait, la non-observance thérapeutique peut constituer un acte conscient, anticipé et même revendiqué. Elle peut être l’expression d’un désaccord avec le médecin, la conséquence logique de contraintes économiques ou encore la réponse rationnelle à une série de réalités sociales comme le rejet de la médicalisation quotidienne. Le second élément à déconstruire tient au fait que le concept d’observance renvoie au suivi d’une prescription médicamenteuse et non diététique. Il s’agit donc d’opérer un transfert de connaissances, point qui n’est pas anodin. Un nombre conséquent de mécanismes sont impliqués dans l’acte alimentaire : socialisation, création et entretien des liens sociaux, construction et affirmation des identités sociales et culturelles. Tenter de modifier les habitudes alimentaires d’un individu, c’est donc prendre le risque d’entrer en interférence avec ces mécanismes.

Les déterminants socio-culturels de l’observance diététique

4Une lecture critique du concept d’observance permet de sortir de la vision rationaliste selon laquelle les individus opéreraient des choix (alimentaires) de manière parfaitement autonome et en dehors de tout contexte d’interactions. Qu’il s’agisse d’un régime décidé à l’échelle individuelle ou prescrit par un acteur du monde médical, plusieurs déterminants de l’observance diététique sont identifiables.

5Le niveau de gestion alimentaire doit d’abord être considéré. L’individu cuisine-t-il ? Fait-il les courses ? À quelle fréquence mange-t-il en dehors de son domicile ? Ces éléments permettent de saisir le niveau de prise qu’un individu a sur son alimentation et donc sa capacité à la modifier. Ce niveau de gestion alimentaire est lui-même à croiser avec des critères socio-démographiques (la situation familiale, le lieu de résidence ou encore le sexe, les hommes étant toujours bien moins investis que les femmes dans les activités alimentaires). Le contexte du repas est également essentiel à considérer. S’agit-il d’un déjeuner entre collègues le lundi midi ? D’un repas conjugal à la maison ? D’un dîner entre amis au restaurant ? Le type de repas et les formes d’interactions sociales qui le caractérisent modulent la prise alimentaire en elle-même.

6Ces influences sont fonction de variables sociales mais aussi culturelles, le modèle alimentaire français valorisant la convivialité. L’observance diététique, comme l’acte alimentaire en lui-même, est une décision sous contraintes.

Bibliographie

Références bibliographiques

• Fournier T., « Observance diététique », Dictionnaire des cultures alimentaires, Poulain J.-P. éd. PUF, Paris, 2012 : 955-60.

• Germov J., Williams L., « Epidémie de régime », ibid : 1118-27.

• De Saint Pol T., Le corps désirable. Hommes et femmes face à leur poids, PUF, Paris, 2010.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Publicités pour les programmes d’amaigrissement Weight Watcher
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10274/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

Auteur

Économiste
UMR « Innovation et Développement dans l’Agriculture et l’Agro-Alimentaire »
Montpellier SupAgro
Montpellier
stephane.fournier@supagro.inra.fr

© CNRS Éditions, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search