Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Les débuts de l'élevage

Les suidés du cardial : sangliers ou cochons ?

Daniel Helmer

Résumé

Si la domestication de la chèvre et du mouton semble s’être généralisée assez rapidement au cours du VIP millénaire au Proche-Orient, il n’en a pas été de même pour le porc. Son élevage a pu commencer assez tôt au milieu du 7e millénaire à Jarmo (Irak) et Nea Nikomedeia (Grèce) ou se dérouler plus tardivement au milieu du 6e à Ras-Shamra (Syrie). Par conséquent la présence du porc au 6e millénaire en France est à vérifier.
Les suidés sont rares dans les faunes et la distinction porc/sanglier est très délicate. Ceci explique les difficultés de détermination. Les critères employés concernent presque entièrement le crâne : proportions du front, longueur de M3, morphologie du lacrymal, différence d’usure des molaires, enfin, fréquence des classes d’âge.
En conclusion, dans les rares sites du Cardial ancien le sanglier est seul présent. Pour le Cardial moyen et supérieur, il est probable que ce dernier ne fait pas encore l’objet d’un élevage.

Texte intégral

1C’est au début du VIIe millénaire qu’au Proche-Orient apparaissent les premiers animaux domestiques : le mouton et la chèvre. Leur domestication se généralise assez rapidement à travers le Levant. Il n’en est pas de même pour le bœuf et le cochon. L’élevage de ce dernier a pu commencer assez tôt : deuxième moitié du VIIe millénaire à Jarmo (Irak) et à Nea Nikomedeia (Grèce) ou se dérouler plus tardivement au milieu du VIe à Ras Shamra (Syrie).

2En France, si le bœuf, le mouton et la chèvre sont pleinement domestiques dès le Cardial ancien (Helmer 1979), le problème se pose pour les Suidés.

3Les déformations dues à la domestication portent essentiellement sur la tête : il y a raccourcissement du crâne. Ceci entraîne la déformation de certains os, une diminution en longueur des M3 et un déplacement des trous mentonniers sur la mandibule. De fin et allongé, le crâne de sanglier devient plus court et proportionnellement plus large. Ce raccourcissement concerne surtout l’avant crâne, ce qui aboutit à un redressement du frontal.

4Le squelette postcéphalique montre une variation de taille entre le sanglier et les cochons primitifs. Toutefois, la variabilité élevée des Suidés, le dimorphisme sexuel rendent aléatoire l’utilisation des mesures. Comme l’indiquent Jarman et Wilkinson (1972), la taille seule ne peut être employée comme critère sûr de domestication.

5Cette étude ne portera que sur les critères crâniens : diamètre transverse et antéro-postérieur des M3, morphologie du lacrymal, distance entre les trous mentonniers et enfin, fréquence des classes d’âge. Les critères morphologiques énumérés ci-dessus ne sont valables que sur des adultes.

6La fréquence des restes de Suidés est assez élevée dans le Cardial (jusqu’à 32 % à Fontbrégoua), alors qu’elle est faible par la suite et ne redevient forte qu’à l’âge du Bronze (36,5 % à la Grotte Murée). Il est toutefois difficile de distinguer les cochons des sangliers du fait de l’extrême fragmentation des restes liée à la présence de très nombreux animaux juvéniles. Fontbrégoua semble faire exception parmi les sites du Cardial par la présence de fosses-dépotoirs contenant des restes crâniens mieux conservés que dans les niveaux d’habitat proprement dits. Notamment, ce site est le seul qui jusqu’ici contienne suffisamment de dents pour établir une courbe d’âge.

Étude morphologique

7Un des problèmes de l’archéozoologie concerne les collections de comparaisons : si de nombreuses institutions possèdent des os d’animaux sauvages, ce sont surtout des crânes et beaucoup plus rarement des squelettes complets. Elles ne possèdent que rarement des restes d’animaux domestiques et presque essentiellement des crânes.

8D’autre part, les comparaisons d’animaux fossiles avec les actuels se heurtent à un autre problème : la diminution de taille des animaux sauvages pendant l’holocène (Davis 1981). Cette variation est sensible en moyenne quand on compare les sangliers néolithiques et les sangliers actuels. Ces comparaisons doivent donc être faites avec précaution et porter sur les variations qualitatives et les indices.

9Le problème se complique énormément avec les formes domestiques. Avec quelles races de porcs faut-il travailler ? Les races élevées aujourd’hui en France sont trop différentes des races primitives. De rares races à morphologie primitive sont connues, comme les cochons mangés par les populations chrétiennes du Sénégal. Il s’agit d’un isolat, ces porcs ont été amenés au 15e siècle par les Européens. Dans ce cas, quelle est la dérive génétique ? En l’absence d’étude sur ces races « primitives », le parti pris ici est, quand cela est possible, de se référer à des séries de Suidés du Mésolithique à la fin du Néolithique. En dehors des faunes du Midi de la France, le choix s’est porté sur Roucadour (niveaux C et B) et sur les très belles séries suisses.

Les troisièmes molaires

10La longueur des troisièmes molaires est le critère le plus employé et celui qui donne les meilleurs résultats.

11Pour M3 (fig. 1), le diagramme DAP/DT montre deux ensembles assez nets. La présence d’un Sus mésolithique par essence non domestique (le site de la Montagne est daté de 7050 BC), indique que le nuage de points supérieurs est formé par les dents de sangliers. Sur les 10 dents du Cardial et du Protochasséen (5 cardiales, 3 protochasséennes, une couche intermédiaire, 1 cardial ou protochasséen -Remanié-) une seule se trouve dans l’ensemble inférieur : celle de la couche intermédiaire.

12Nous pouvons également remarquer que les dents de la couche C de Roucadour se trouvent dans l’ensemble supérieur.

13Pour M3 (fig. 2) il y a aussi deux grands ensembles dont le supérieur est identifié par la présence de sangliers mésolithiques. Tous les Suidés du Cardial et du Protochasséen s’inscrivent dans cet ensemble ainsi que ceux de la couche C de Roucadour.

14Sont donc attribuables à des sangliers :

  • toutes les M3 du Cardial,

  • toutes les dents du Protochasséen de Fontbrégoua,

  • toutes celles de la couche C de Roucadour.

15Une seule exception : une M3 de Fontbrégoua. A-t’elle appartenu à un cochon ? Un seul individu de morphologie proche des animaux domestiques dans un échantillon à morphologie moyenne de type sauvage n’indique pas obligatoirement qu’il appartient à un animal domestique. Il ne montre peut-être que l’accentuation de caractères déjà présents dans l’ensemble de la population sauvage (Ducos et Helmer 1981). Si l’on se reporte aux diagrammes, les Suidés du Midi de la France se retrouvent dans la partie inférieure du nuage de points des sangliers. Il pourrait donc s’agir pour cette dent, d’un cas extrême. D’autre part, les néolithiques avaient l’habitude de creuser des fosses. Ceci peut être fort intéressant pour l’étude des milieux clos, mais dans notre cas fort désagréable, car il y a plus ou moins dispersion du matériel de remplissage et les restes éparpillés sur le sol ont pu tomber dans la fosse ou y être entraînés lors de son comblement. Il y a donc doute sur l’attribution à un cochon de cette molaire.

Les lacrymaux

16La morphologie de cet os est donnée par la plupart des auteurs comme caractéristique. Il est rectangulaire à trapézoïdal toujours allongé chez le sanglier, court et trapézoïdal chez le cochon. Cependant, Cabon (1958) montre que la forme varie avec l’âge : chez les animaux de moins d’un an, il est impossible de différencier les deux formes de Suidés.

17En l’absence d’une bonne série de fossiles nous nous sommes référés à trois populations actuelles : des sangliers de Pologne (Cabon 1958), des sangliers de Suisse (collection du Muséum de Genève) et des cochons du Sénégal (collection Ducos).

Figure 1 : Troisièmes molaires supérieures.

Figure 2 : Troisièmes molaires inférieures.
SUISSE
1 Néolithique moyen et final
2 Mésolithique ROUCADOUR
3 Couche B
4 Couche C MIDI DE LA France
5 Chalcolithique
R Cardial ou Protochasséen – remanié
6 Protochasséen O Cardial
7 Mésolithique

18Nous avons calculé l’indice longueur du bord postérieur x 100 sur hauteur du bord inférieur :

19Chez les Suidés du Néolithique âgés de plus d’un an, nous possédons 7 lacrymaux du Cardial et 2 du Protochasséen :

20Une seule mesure du Cardial entre dans l’écart de variation des porcs, mais reste dans celui des sangliers (fig. 4). Par conséquent, nous considérons que ces lacrymaux ont appartenu à des sangliers.

21Pour le Protochasséen, si un des os est attribuable au sanglier, l’autre est de statut plus discutable. Il se trouve dans la zone de recouvrement de l’écart de variation sanglier/porc.

Les trous mentonniers

22Ce critère est en cours d’étude, mais nous pouvons donner ici un premier résultat.

Figure 3-A : Mesures prises sur la mandibule.
Dfm Dfm - Distance entre les foramen mentalia
Hmdfm - Hauteur de la mandibule prise perpendiculairement à Dfm
Emdfm -Épaisseur maximale de la mandibule prise parallèlement à Hmdfm

Figure 3-B : Diagramme de dispersion Dfm/Emdfm.
SUISSE – Néolithique moyen et final
8 Sangliers 9 Cochons
MIDI DE LA France
7 Chalcolithique 6 Protochasséen 0 Cardial

1. Sangliers de Pologne – 2. Sangliers de Suisse – 3. Cochons du Sénégal.

23L’échantillon de référence est formé d’un lot de 109 mandibules du Néolithique moyen et final de Suisse. L’âge de ces Suidés s’étend de quelques mois aux adultes de plus de 5 ans. Nous ne parlerons dans cette étude que des animaux âgés de plus de 2 ans. Les mesures sont :

  1. la distance entre les trous mentonniers,

  2. la hauteur prise perpendiculairement à la première entre P 2 et P 3,

  3. l’épaisseur de la mandibule prise perpendiculairement à la hauteur.

24Dans un premier temps, un simple diagramme a été réalisé, 1 par rapport à 3 (fig. 3). Les résultats sont identiques si l’on prend 1 et 2.

25Les sangliers ont été différenciés des porcs par les mesures des M 3.

26Dans les faunes du Midi étudiées ici, nous n’avons trouvé que 6 mandibules mesurables âgées de plus de 2 ans. (2 dans le cardial, 2 dans le Protochasséen, 3 dans le Chalcolithique).

27L’interprétation de la figure 4 est simple : les mandibules du Chalcolithique ont appartenu à des cochons, les autres à des sangliers.

Étude statistique - Fréquence des classes d’âge

28Une première étude avait porté sur les niveaux d’habitat des carrés IJKL (N = 30). La courbe obtenue ne montrait pas de choix. Les fouilles ultérieures ont mis à jour 17 dents. Une nouvelle courbe a donc été calculée : le khi 2 est de 41.45. L’écart est donc significatif et il y a eu choix des animaux tués, principalement entre 6 mois et un an. La morphologie étant de type sauvage, deux hypothèses peuvent être émises :

  • Ce sont des animaux ayant été domestiqués depuis peu.

  • Il s’agit d’une chasse sélective du sanglier.

29La courbe porte sur l’ensemble du Cardial de Fontbrégoua, soit presque un millénaire. Or, chez les animaux de cette taille ayant un taux de reproduction élevé, les déformations dues à la domestication sont pratiquement fixées au bout de 30 générations (Bököny 1969 et 1976). Il y aurait donc obligatoirement dans ces Suidés des animaux à morphologie domestique, ce qui n’est pas le cas. Par conséquent, il semble plus sage de prendre en compte la deuxième hypothèse avec cependant une nuance quant à la sélectivité.

30Le site n’a probablement pas été un habitat permanent (présence de pelotes de réjection de rapaces, petites fosses ou plutôt amas d’os provenant d’un seul repas, peu d’os présentant un poli de piétinement) mais plutôt un gîte temporaire probablement une bergerie (Helmer 1979 et 1984). Les hommes ont, au plus tard, occupé la grotte au printemps. Les laies mettant bas elles aussi à cette époque (mars à juin), il est donc normal de retrouver un excédent de jeunes dans la classe 6 à 12 mois, (voir fig. 5)

Réflexions

31Ainsi, la répartition des M3, l’indice d’allongement du lacrymal et la distance entre les trous mentonniers sont semblables à ceux des sangliers. L’hypothèse de travail émise en 1979 semble toujours valable : les Suidés du Cardial sont sauvages. Dans les sites du Cardial que nous avons étudiés jusqu’ici, les hommes n’ont pas élevé de cochons.

32Au point de vue des animaux domestiques, le bœuf, le mouton et dans une moindre mesure la chèvre, devaient suffire à leurs besoins.

33La chasse reste cependant non négligeable et porte sur de nombreuses espèces : cerfs et sangliers pour les plus fréquents, chevreuils, aurochs, bouquetins, blaireaux, martres, fouines, loups, chats, etc… Bref, une chasse assez éclectique. Il ne semble pas qu’il s’agisse d’une activité annexe et de la perduration d’une pratique en déclin, mais au contraire d’un complément de nourriture souvent important, les animaux domestiques pouvant être considérés comme un stock de viande de réserve.

34Cependant, même si la chasse joue un rôle important dans l’apport de nourriture carnée, l’élevage occupe une place privilégiée et il est intéressant de remarquer qu’une fois acquis, il n’a jamais été abandonné, même dans les milieux riches en faune sauvage comme ceux de Suisse (L. Chaix - communication personnelle).

35Le cas du cochon est intéressant en ce sens qu’il montre que la présence d’une forme domesticable n’induit pas obligatoirement son élevage quand les hommes possèdent cette technique.

36Il semble que les cardials se sont contentés des animaux domestiques qu’ils possédaient et n’ont pas puisé dans le stock local. S’agit-il d’un concept hors de leur compréhension, du poids de la tradition ? Nous ne pouvons que nous interroger.

Sites étudiés

France :

- Fraischamp II - Fraischamp clairière - La Roque-sur-Pernes - 84

- La Balance - rue Ferruce et place du Palais -Avignon - 84

- La Lauzière - Lourmarin - 84

- La Font des Pigeons - Châteauneuf-les-Martigues-13

- La Montagne - Sénas - 13

- St-Mitre - Reillanne - 04

- Grotte de l’Église - Baudinard - 83

- Fontbrégoua - Salernes - 83

- Le Jas des Chèvres - - 26

- La Baume Ronze - Orgnac - 07

- L’aven Jacques - - 07

- Combe obscure - Lagorce - 07

- Roucadour - Thémines - 46

- La Baume d’Oullins - Le Garn - - 30

Suisse :

37Auvernier - St-Aubin - Treytel - Yvonand

38Je tiens à remercier Monsieur Louis Chaix, conservateur du département d’Archéozoologie du Muséum d’Histoire Naturelle de Genève, pour son amabilité et le concours précieux qu’il m’a apporté lors de l’étude des collections et les renseignements qu’il m’a donnés sur les Suidés de l’Abri Stauber (Mésolithique), site en cours d’étude.

Bibliographie

Bibliographie

Bokonyi (S.) 1969. Archaelogical problems and methods of recognising animal domestication in Ucho (P.), Dimbleby (G.) (Eds) The domestication and exploitation of plants and animais, London, p.219-229.

Bokonyi (S.) 1976. Development of early stock rearing in the Near East. Nature, V, 264, Nov. 4, p. 19-23.

Cabon (K.) 1958. Untersuchungen über die Schädelvariabilität des Wildschweines, Sus scrofa L. aus Nordspolen. Acta theriologica, Bialowieza, VII, 6, p.107-120.

Chaix (L.) 1976. La faune néolithique du Valais (Suisse). Document du Département d’Anthropologie de l’Université de Genève 3. Imprimerie Nationale, Genève - VI planches, 380 p.

Davis (S.) 1981. The effects ot temperature change and domestication on body size of Late Pleistocene to Holocene mammals of Israël, Paleobiology 7, n° 1, p.101-114.

Ducos (P.) 1968. L’origine des animaux domestiques en Palestine, Bordeaux, Ed. Delmas, 191 p. (Mémoire n°6 des Publications de l’Institut de Préhistoire de l’Université de Bordeaux).

Ducos (P.) et Helmer (D.) 1981. Le point actuel sur l’apparition de la domestication dans le Levant, Préhistoire du Levant, Éditions du C.N.R.S., Paris, p.523-528.

Jarman (M.-R.) et Wilkinson (P.-F.) 1972. Criterai of animal domestication in E. S. Higgs (Ed) -Papers in economic prehistory, Cambridge, University press, p.83-96.

Helmer (D.) 1972. Recherches sur l’économie alimentaire et l’origine des animaux domestiques d’après l’étude des mammifères postpaléolithiques (du Mésolithique à l’âge du Bronze) en Provence. Thèse de 3e cycle, 2 volumes, Unviersité des Sciences et Techniques du Languedoc, Montpellier, 330 p.

Helmer (D.), à paraître en 1984. Le parcage des moutons et des chèvres au Néolithique Ancien et Moyen du Sud de la France. 4e Congrès de l’International council of archeozoology -Avril 1982- British Archaeological Reports.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Troisièmes molaires supérieures.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1027/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Figure 2 : Troisièmes molaires inférieures.SUISSE1 Néolithique moyen et final2 Mésolithique ROUCADOUR3 Couche B4 Couche C MIDI DE LA France5 ChalcolithiqueR Cardial ou Protochasséen – remanié6 Protochasséen O Cardial7 Mésolithique
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1027/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1027/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1027/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 3-A : Mesures prises sur la mandibule.Dfm Dfm - Distance entre les foramen mentaliaHmdfm - Hauteur de la mandibule prise perpendiculairement à DfmEmdfm -Épaisseur maximale de la mandibule prise parallèlement à Hmdfm
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1027/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Figure 3-B : Diagramme de dispersion Dfm/Emdfm.SUISSE – Néolithique moyen et final8 Sangliers 9 CochonsMIDI DE LA France7 Chalcolithique 6 Protochasséen 0 Cardial
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1027/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende 1. Sangliers de Pologne – 2. Sangliers de Suisse – 3. Cochons du Sénégal.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1027/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1027/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1027/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1027/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 191k

Auteur

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search