Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Première partie. Le mangeur au centre de l'alimentation

1.9. L’alimentation des personnes âgées

Estelle Masson et Philippe Cardon

Texte intégral

A. Pratiques et représentations des séniors

1À bien des égards, les séniors en bonne santé paraissent être des mangeurs comme les autres. Leurs représentations alimentaires portent l’empreinte de la société dans laquelle ils vivent et leurs pratiques alimentaires s’inscrivent dans la continuité des habitudes qu’ils ont acquises tout au long de leur vie. En France, on observe chez cette population une forte valorisation de la commensalité et des plaisirs liés au partage alimentaire tout comme la persistance de cultures alimentaires régionales spécifiques. Inscrites dans une société en mouvement, les transformations du rapport à l’alimentation des personnes âgées reflètent les évolutions sociétales en cours. Ainsi, sur le plan de la santé, l’importance primordiale qu’accordaient les séniors de la fin des années 1960 aux facultés roboratives de l’alimentation a progressivement été évincée par le souci et la recherche d’une alimentation variée et équilibrée. Cependant, les personnes âgées restent aujourd’hui très largement résistantes à la notion d’une subordination stricte de leurs pratiques alimentaires aux problématiques de santé et persistent à concevoir en premier lieu l’alimentation comme une source potentielle de plaisir et une occasion privilégiée de convivialité.

2Les contenus de l’alimentation des personnes âgées en France se distinguent par la prédominance de produits frais et la rareté voire l’absence de produits très transformés tels que les plats préparés. On observe cependant, comme pour les autres classes d’âge, de fortes disparités selon l’appartenance sociale, la région d’habitation et la composition des ménages.

3Le départ des enfants du foyer familial, la cessation de l’activité professionnelle, le désengagement progressif de la vie sociale et la perte du conjoint contribuent pour la plupart des séniors au rétrécissement progressif des cercles sociaux auxquels ils participent. Si les courses, la préparation et la prise des repas continuent le plus souvent à rythmer leur quotidien, les occasions de manger à plusieurs se font plus rares et le plaisir associé aux repas s’amoindrit considérablement. Manger seul apparaît alors comme le révélateur d’une solitude subie et non choisie. Le rapport à l’alimentation de ces personnes se caractérise alors par la perception d’un manque : manque de quelqu’un avec qui manger, manque d’envie de préparer, manque d’appétit.

4La perte d’autonomie liée à la dégradation de l’état général de santé et l’apparition de maladies chroniques liées à la sénescence constituent un facteur de rupture dans les pratiques alimentaires des séniors et contribuent à la progressive délégation des tâches liées à l’alimentation.

B. Vieillissement et délégation alimentaire

5L’alimentation et les activités qui s’y rapportent occupent une place centrale dans la vie quotidienne des personnes retraitées. Avec l’avancée en âge, émergent des problèmes physiques ou psychiques qui rendent difficile la réalisation de tout ou partie de ces activités alimentaires. Ces problèmes peuvent conduire à une dépendance culinaire impliquant une délégation de tout ou partie de ces activités à un tiers.

6La délégation augmente avec l’avancée en âge et elle s’exerce de plus en plus en dehors du ménage et de la famille, le plus souvent au profit d’un tiers professionnel. La délégation des achats alimentaires tend à réduire la diversité des achats : ce n’est pas tant le fait de bénéficier d’une aide ou non pour l’approvisionnement qui diminue la variété de l’alimentation, mais le fait que cette aide provienne d’une personne qui ne cohabite pas avec la personne âgée.

7Outre ces évolutions macrosociologiques, il faut tenir compte de l’expérience quotidienne du vieillissement. La dépendance culinaire redessine les frontières entre « vouloir » et « pouvoir » faire dans une tension qui redéfinit la vie quotidienne, les habitudes et l’identité des personnes. Elle met en jeu la capacité de contrôle plus ou moins conservée par les personnes sur leur alimentation, à travers les « tactiques » et les « arrangements pratiques » mis en place au quotidien pour pallier ce qui ne peut plus être accompli et maintenir l’essentiel. Ces arrangements pratiques bouleversent les routines quotidiennes, notamment liées aux assignations domestiques sexuées, la gestion et la préparation quotidienne des repas restant pour ces générations majoritairement des activités féminines. Or, selon les différentes configurations de dépendance culinaire et d’arrangements, les habitudes alimentaires se trouvent plus ou moins transformées, pouvant conduire, dans certains cas, à un « réenchantement alimentaire » ou au contraire à un « désintérêt », voire à un « sentiment de dépossession » pour l’alimentation quotidienne. Par exemple, la situation dans laquelle une femme, qui jusqu’alors assurait la préparation des repas et est atteinte de la maladie d’Alzheimer, est remplacée par son mari conduit à un appauvrissement et une monotonie alimentaire davantage que si c’est le mari qui est atteint de la maladie d’Alzheimer. Sont en jeu ici les compétences culinaires des hommes. L’alimentation et ses évolutions au fil du vieillissement, notamment dans le contexte de la dépendance culinaire, sont ainsi des indicateurs pertinents de l’expérience du vieillir. Les politiques préventives à destination des personnes âgées devraient prendre en compte les effets des interactions sociales liées à la délégation.

Bibliographie

Références bibliographiques

• Cardon P., « Regard sociologique sur les pratiques alimentaires des personnes âgées vivant à domicile », Gérontologie et société 2010 ; 3 : 31-42.

• Masson E et al., Les représentations et rôles dans la vie des seniors de l’alimentation liquide et solide, Rapport de fin de recherche. EHESS-Ministère de l’agriculture, Paris, 2000.

Références bibliographiques

• Cardon P., Gojard S., « L’alimentation au prisme du vieillissement », Vieillesses et vieillissements, Caradec V et al. éd. Rennes, Presses Universitaires de Rennes : 293-304.

• Cardon P., Gojard S., « Les personnes âgées face à la dépendance culinaire : entre délégation et remplacement », Retraite et société 2009 ; 56 : 169-193.

© CNRS Éditions, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search