Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Les débuts de l'élevage

Le mouton au Néolithique ancien dans les pays de la Méditerranée occidentale

Gabriel Camps

Résumé

Toute étude des cultures préhistoriques du Bassin occidental de la Méditerranée serait tronquée si on continuait d’oublier la longue façade maghrébine au sud de ce bassin. L’origine de l’élevage du mouton est mise en parallèle avec le développement des navigations méditerranéennes. En occident il ne semble pas qu’il y ait eu d’ovin sauvage fossile susceptible d’avoir été la souche du mouton. Si en Europe la question peut encore être posée (mouflon de Corse), en Afrique du Nord elle est parfaitement résolue, le mouflon à manchettes n’étant pas un ovin. L’art rupestre nord-africain nous donne une image très réaliste de ces premiers moutons dépourvus de laine.

Any study of prehistoric cultures of the Western Mediterranean Basin would be incomplète if the long Maghrebine front to the South of the Basin is continually ignored. The origin of sheep rearing is compared with the development of Mediterranean navigation. In the West it does not appear that there would have been an ovine capable of having been at the origin of sheep. If this question can still be raised in Europe (Corsican Mouf-flon) in North Africa it is perfectly resolved, the Barbary Sheep (Ammotragus lervia) not being an ovine. North African rock art gives us a very realistic image of these first wool-less sheep.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

1Le Bassin occidental de la Méditerranée n’est pas seulement bordé de pays européens comme les Préhistoriens du nord de la Méditerranée ont un peu trop tendance à le croire, oubliant la longue façade africaine qui le ferme au sud. Or certains problèmes peuvent recevoir une partie de leur solution si on veut bien ne pas négliger les faits maghrébins. Celui des origines du mouton domestique dans nos régions est de ceux-là. Le colloque « Les origines de l’élevage et de la domestication » lors du IXe Congrès de l’U.I.S.P.P., largement dominé par les Anglo-Saxons, n’a réservé aucune place aux phénomènes culturels de la Méditerranée occidentale, si ce n’est pour présenter une curieuse hypothèse sur la domestication du mouflon à manchettes (Ammotragus lervia) par les Ibéromaurusiens, hypothèse insoutenable et qui ne résiste pas à une étude quantitative (1).

2Il me semble que toute hypothèse fantaisiste mise à part, l’étude des origines du mouton domestique dans nos régions méditerranéennes peut s’organiser autour de trois questions :

  1. Existe-t-il en Occident, c’est-à-dire en Europe du sud-ouest, dans les îles méditerranéennes et en Afrique du Nord, une ou plusieurs espèces d’ovins indigènes susceptibles d’être la ou les souches du mouton domestique ?

  2. Existe-t-il des présomptions d’élevage du mouton qui soient antérieures au VIP millénaire, époque où des échanges commencent à s’organiser ou à devenir possibles à travers la Méditerranée ?

  3. Quel était l’aspect du mouton du Néolithique ancien ?

3Notre propos est de montrer que la présence du mouton dans un gisement ou un niveau dit mésolithique est simplement l’indice de contacts entre ce groupe et les populations littorales ayant acquis, du fait des relations maritimes, une avance technique certaine.

4Plusieurs auteurs, M. Boule, J. Murray, P. Ducos, J. Courtin (2) ont cependant exprimé l’opinion que le mouton domestique d’Europe occidentale pouvait avoir une origine indigène. Cette opinion repose sur l’existence d’un ovin sauvage qui, il faut le croire, aurait trouvé, dans les régions méditerranéennes, un biotope particulièrement favorable. Effectivement, sont souvent cités des restes d’ovins manifestement sauvages reconnus dans des gisements paléolithiques. A vrai dire, si ces sites sont fréquemment cités, leur nombre et surtout les restes osseux qui ont permis cette identification sont d’une grande rareté. Le tableau n° 1 donne, pour la France méridionale, la liste de ces occurences.

5L’existence d’ovins durant le Paléolithique est donc à peu près sûre mais aucun caractère ne permet d’établir une filiation indubitable jusqu’à l’Ovis aries domestique. Nous pouvons donc reprendre la conclusion de M. Boule (3) : « Ce qui semble certain c’est qu’il y a eu dans nos pays pendant toute la durée des temps pléis-tocènes diverses espèces du genre Ovis ». Nous serons bien plus réservés à l’égard d’une autre conclusion : « Les moutons domestiques auraient donc une origine polyphilétique et leurs diverses races auraient pris naissance dans les pays mêmes où vivaient leurs ancêtres sauvages ». En suivant un raisonnement pareil, on affirmerait l’origine autochtone du cheval domestique dans nos mêmes régions puisque le cheval sauvage y a abondé durant le Pléistocène et le début de l’Holocène.

6Il existe donc un ovin paléolithique, rare et dont nous ne savons pas grand chose, alors que les restes du genre Capra sont assez fréquents, abondants même dans la Péninsule ibérique. De ces espèces sauvages paléolithiques il subsiste le bouquetin, capridé dont nous ne tiendrons pas compte, le mouflon (Ovis musimon) de Sardaigne et de Corse, le mouflon à manchettes (Ammo-tragus lervia) du nord de l’Afrique. Nous ne retiendrons pas, bien qu’il ait occupé la même niche écologique, le Myotragus des Iles Baléares puisque c’est une espèce fossile. Le mouflon à manchettes n’est pas un ovin et ne peut, en aucune façon, être compté parmi les souches du mouton domestique. C’est un capridé, en fait il constitue le genre Ammotragus dont il est le seul représentant. Au Maghreb, il occupa la niche écologique du bouquetin et du mouflon.

7Quant au seul mouflon subsistant en Europe, l’Ovis musimon de Corse et de Sardaigne, il a le même caryotype (54 chromosomes) qu’Ovis orientalis, le mouflon asiatique, et bien sûr que le mouton domestique qui en est issu. Les restes fossiles de ce mouflon sont très rares et leur absence même, en Corse, a permis à F. Poplin (4) de présenter l’hypothèse selon laquelle le mouflon de Corse serait tout simplement un mouton redevenu sauvage. Pour être acceptée, cette hypothèse devrait être étendue aussi à la Sardaigne et (pourquoi pas ?) à Chypre.

8A l’Holocène, les faits prennent une autre ampleur. Le mouton a été signalé dans cinq gisements non méditerranéens, dans des niveaux considérés comme antérieurs au Néolithique : 3 dans le Sud-Ouest (Cuzoul de Gramat, Le Martinet et Rouffignac), 1 en Bretagne (Téviec), 1 au Portugal (Muge). Nous pouvons cependant, dès maintenant, éliminer tous ces sites car ils sont tous, sans exception, postérieurs ou au mieux contemporains du Néolithique ancien. C’est un fait démontré pour Rouffignac (5050 ± 50 b.c.), le Cuzoul de Gramat et le « Tardenoisien III » du Martinet qui n’est pas antérieur au IVe millénaire (5). Les sites atlantiques qui, comme Muge ou Téviec, ont livré de rares restes de mouton appartiennent à un Mésolithique tardif contemporain des groupes du Néolithique ancien méditerranéen.

9Voyons maintenant les sites proprement méditerranéens ou peu éloignés de la zone littorale : nous trouvons des moutons considérés comme domestiques dans les sites suivants : Châteauneuf-les-Martigues et Gramari, en Provence, Gazel et Abri Dourgne en Languedoc.

10A Châteauneuf, le mouton aurait été domestiqué dès le Castelnovien qui est la dernière culture mésolithique antérieure au Néolithique Cardial, en fait, on peut tout aussi bien le qualifier de Néolithique sans poterie. En 1977, reprenant l’étude de la faune de ce gisement, P. Ducos (6) rappelait la position qui avait été la sienne en 1958 lorsqu’il présentait l’alternative suivante : « ou bien le mouton des niveaux mésolithiques est sauvage, dès lors il aurait existé en Europe occidentale une espèce d’Ovis sauvage autre qu’Ovis musimon et cette espèce aurait été la souche de la forme domestique — ou bien, dès le Mésolithique, le mouton est domestique, ce qui semble reculer beaucoup l’apparition de l’élevage en France et place les premières manifestations avant que la poterie ne soit en usage ». En 1977, P. Ducos optait pour cette seconde proposition étant donné que depuis 1958 aucun vestige sûr d’ovis n’avait été trouvé dans les niveaux antérieurs au Castelnovien de Châteauneuf. Or quel est l’âge ou plus exactement l’antiquité du Castelnovien ? Les niveaux 7 et 8 de Châteauneuf ont fait l’objet de 6 datations par le C 14 : 4470 ± 120 bc, 4830 ± 240 bc, 5320 ± 220 bc, 5400 ± 100 bc, 5565 ± 100 bc et 5880 ± 170. Ces dates, au lieu de « reculer beaucoup l’apparition de l’élevage en France », pour reprendre les termes de P. Ducos, sont singulièrement basses. Une nouvelle campagne de fouille sous la direction de J. Courtin en 1979 modifie sensiblement ces données : en premier lieu aucun reste de mouton ne fut trouvé dans les niveaux castelvoniens et on put observer qu’aucune lacune ne s’intercalait entre les occupations mésolithiques les plus récentes et les foyers les plus anciens du Néolithique. Cette quasi contemporanéité est d’ailleurs prouvée par de nouvelles séries de datations : le Castelnovien final se situant entre 5680 ± 180 bc et 4770 + 140 bc, le Cardial ancien entre 4950 ± 100 bc et 4250 + 100 bc (L’Anthropologie, t. 89, 1985, p. 543-556).

11Il nous faut donc admettre que le Castelnovien de Châteauneuf est antérieur à 5000 bc mais nous savons que cette culture survivra encore à la fin du VIe millénaire à la Baume de Montclus (niveau 16 : 5590 ± 160 bc, niveau 8 : 5070 ± 140 bc et même niveau 8 : 4280 ± 150 bc) dates qui paraissent encore trop jeunes à moins d’admettre, ce qui n’est nullement irrecevable, que des groupes sans céramique de tradition mésolithique aient continué à subsister à proximité de populations ayant acquis depuis plusieurs siècles les techniques nouvelles de la domestication, de l’agriculture et de la céramique. L’ethnologie nous révèle bien de telles contemporanéités fondées sur des genres de vie différents.

12Quand on parle de mouton domestique du Castelnovien, il ne faut pas se laisser piéger par les mots, on doit tenir compte de ce que représente réellement cet animal dans l’économie et l’alimentation du groupe. Les décomptes des restes osseux permettent de le mesurer : dans l’alimentation carnée des Castelnoviens de Châteauneuf le mouton ne représente que 2 %, il est vrai qu’il vient en tête des espèces de taille moyenne ou grande tandis que le lapin atteint 95,6 %, or dès le début du Cardial les données s’infléchissent : mouton 27,6 % et lapin 65,3 % et dans les niveaux 4 et 5, les chiffres s’inversent, le mouton représente 61,8 % et le lapin tombe à 3,9 %.

13Le mouton castelnovien apparaît donc plus comme une curiosité que comme un élément fondamental de l’économie. Mais le cas de Châteauneuf est peut-être particulier en raison de l’abondance exceptionnelle du lapin. Ainsi à Gramari, du mouton aurait été reconnu dès le niveau 7 qui serait un Sauveterrien relativement ancien (7360 ± 60 bc) mais il ne s’agit que d’une incisive (7). Gramari est un habitat de plein air, ce qui, entre autres, pourrait expliquer les nombreuses anomalies constatées dans les datations C14. En fait le mouton est dûment constaté dans la couche 3 qui est encore nettement mésolithique, il représenterait 20 % des individus dans le sol 2 de 3 b mais il est encore concurrencé par le cerf. Les dates, suivant les analyses et les laboratoires, accusent des variations considérables, ainsi l’ensemble de la couche 3 accuse un âge oscillant entre 6888 ± 60 bc (Kn 387) et 3140 ± 300 bc (Gif 263). En tout état de cause, le mouton de Gramari ne paraît pas plus ancien que celui de Châteauneuf dont l’âge ne semble guère antérieur à 6000 bc.

14Les gisements languedociens prénéolithiques ayant livré des restes de mouton ne sont pas plus anciens. On connaît bien, à la suite des travaux de J. Guilaine et de D. Geddes (8), le cas de la grotte Gazel et de l’abri Dourgne aussi nous ne retiendrons que les faits suivants : à Gazel les ovins sont présents dès le Mésolithique à triangles, soit au début du VIe millénaire (C6 porche est daté de 5810 ± 75 bc, C4 de 4950 ± 90 bc), et dès ce moment le mouton représente 20 % des espèces entrant dans l’alimentation carnée. A Dourgne le phénomène est semblable, le mouton apparaît ici aussi dans la couche 8 qui renferme un Mésolithique à triangles qui succède à une industrie de style sauveterroïde, où d’emblée il représente 38 % des espèces, cette proportion est ramenée à 29 % dans la couche 7 datée de 4900 ± 100 bc, et baissera encore curieusement dans les niveaux à céramique C6 et C5 (Néolithique ancien du Ve millénaire).

15En bref, le mouton apparaît en France brusquement à la fin du Boréal, jamais avant 6000 bc et c’est sur le littoral que sa manifestation est la plus ancienne. A cette époque, les navigations maritimes sont assurées depuis longtemps, la Corse et la Sardaigne ont été peuplées par des groupes venus nécessairement en bateau : l’obsidienne circule par voie maritime depuis les îles, Eoliennes, Pontiennes, Sardaigne et Pantelleria vers le Continent : en Ligurie, le gisement d’Arma dello Stefanin (9) reçoit l’obsidienne dès la fin du Mésolithique (6450 ± 100 et 6150 ± 90 bc) antérieurement aux niveaux culturels à céramique cardiale.

16Ces considérations, renforcées par l’hypothèse de F. Poplin sur l’origine exotique du mouflon de Corse, nous conduisent à rechercher au-delà de nos régions l’origine du mouton domestique et de lier son apparition en Occident aux progrès de la navigation.

17Après les excès de la théorie diffusionniste érigée en système d’explication automatique de toute évolution culturelle et technique de l’humanité préhistorique, il ne faut pas, aujourd’hui, tomber dans les excès contraires et tout aussi ridicules fondés sur le polygénisme et l’évolution sur place. Nous sommes de plus en plus convaincus que l’homme de la fin du Paléolithique n’était ni un nomade errant ni un casanier à l’horizon borné, en fait le monde commence à s’ouvrir et des relations, certes à très faible débit, s’établissent, en particulier le long du littoral. En reprenant les critères de l’état domestique fixés par Bokonyi (10) nous conclue-rons que le mouton des pays méditerranéens d’Europe occidentale est un animal domestique importé. Comme l’a montré Uerpmann (11) la présence du mouton en Espagne n’est assurée qu’au Néolithique affirmé, dans des cultures connaissant la céramique comme à Ver-delpino où moutons et chèvres représentent 20 % des restes osseux. L’étude très poussée de M. Perez sur la faune de la Cova de l’Or (12) confirme ces données, chèvres et moutons domestiques représenteraient ensemble 56,2 % des restes et des individus, les restes sûrs de mouton sont proches de 19 %.

18En Afrique du Nord la dévastation des grands gisements littoraux au cours du dernier tiers du xixe siècle et au début de ce siècle, en particulier les grottes au voisinage d’Oran, d’Alger et Constantine, et le petit nombre de fouilles modernes n’apportent que peu d’éléments à la connaissance. Quelques faits importants sont cependant acquis :

  1. L’absence de tout oviné, sauvage ou domestique, dans les niveaux prénéolithiques — les restes qui ont parfois été attribués à des moutons sont des os de femelle de mouflon à manchettes.

  2. La présence du mouton dans le Néolithique cardial de la région de Tanger aussi bien dans les grottes d’El Khril (13) que de Mugharet es-Safia, Mugharet el-Khaïl, Mugharet el-Aliya (14).

  3. L’absence ou la grande rareté du mouton dans le Néolithique à céramique imprimée des grottes d’Oran : R. Vaufrey (15) signale des restes d’Ovis dans trois gisements seulement : Grottes de la Forêt, des Troglodytes et du Ciel ouvert. Cette rareté est confirmée par mes propres fouilles dans les grottes de l’Oued Guettara où une seule molaire d’Ovis a été recueillie, et encore dans une couche superficielle ; la faune, étudiée par L. Jour-dan, est essentiellement constituée par l’antilope bubale, le mouflon à manchettes et un grand boviné (Bos primigenius ou Homoïoceras antiquus). Des os humains ont été datés de 4860 ± 300 bc. Le mobilier céramique est celui de la poterie imprimée du littoral, très semblable à celle du sud de l’Espagne.

19Sur le littoral donc, il est très tentant d’associer l’apparition du mouton à celle de la céramique cardiale. Le Néolithique de tradition capsienne, celui des Hauts Plateaux et des Chaînes de l’Atlas fournit en revanche une documentation intéressante : dans la grotte Cap-peletti (Khanguet si Mohamed Tahar, Aurès), dès les premières fréquentations datées de 4850 ± 250 bc, le mouton, il est vrai non distingué de la chèvre, représenterait 89,7 % des espèces (16), pourcentage très fort qui se retrouve cependant dans le Néolithique débutant d’Argissa (83,52 %) et de l’Achileion (82 %) en Grèce (17). Plus intéressantes encore sont les figurations d’ovins dans l’art rupestre de l’Atlas qui, dans ses phases les plus anciennes (gravures fines et grandes représentations de style naturaliste) représente un mouton domestique d’une manière si réaliste qu’il est possible de reconnaître le type ou la race (18). Le corps est étroit, la croupe toujours ravalée aux gigots plats, la queue mince et longue. Dans ces figurations la tête est plus courte que dans la réalité, avec une convexité accentuée. Qu’ils soient mâles ou femelles, ces animaux portent des cornes petites, grêles, à simple courbure, incurvées vers l’arrière pour revenir vers l’avant au-dessous de l’œil. Le pelage est rarement figuré, par un pointillé, parfois cloisonné pour indiquer les variations de couleur. Le beau bélier de Bou Alem est particulièrement détaillé ; sur le poitrail et le garrot des poils assez longs sont figurés par des stries du plus bel effet.

20L’ensemble des caractères fidèlement reproduits sur les gravures permet de reconnaître des moutons appartenant à une ou plusieurs variétés de moutons à poils de la sous-espèce Ovis longipes Fitzinger qui a disparu aujourd’hui du Maghreb mais qui subsiste dans le Sahel depuis la Mauritanie jusqu’au Tchad (19). Ces moutons à poil ras sont les représentants d’une très vieille race domestique que l’Égypte a connu jusqu’au Moyen Empire, c’est le bélier de Mendès, Ovis palaegyptiaca, qui se distingue de celle de l’Atlas par une encornure à spires lâches développées horizontalement, caractère qui subsiste dans certaines variétés du Sahel (race peul de Sambouran en particulier). Non seulement la parure qui orne de nombreux béliers à bonnet (bélier à « sphéroïde ») agrémenté de plumes ou de rameaux, colliers divers et caparaçon prouve le statut domestique de ces animaux mais aussi confirme leur importance culturelle. Ces gravures ne prouvent pas, comme on l’a trop souvent dit, un « culte du bélier » (20), car l’orant qui précède le plus souvent le bélier lui tourne le dos. Nous pensons plutôt que cet animal était une victime de choix parée pour le sacrifice.

21Le mouton des rives nord de la Méditerranée avait-il le même aspect ? Il est, bien entendu, impossible de l’affirmer mais il est permis à coup sûr de penser que ces premiers moutons n’étaient pas encore ces porteurs de laine à toison suffisamment abondante pour qu’Ulysse et ses compagnons puissent s’y accrocher et échapper ainsi à la vindicte de Polyphème.

22Le mouton primitif avait une toison courte et jarreuse, peut-être plus développée en Europe, comme chez le mouflon de Corse, qu’en Afrique. Cet animal ne connaissait pas encore la croissance permanente du poil (fait unique chez les mammifères et qui caractérise la laine) mais des mues comme cela existe encore chez certaines races primitives et chez les mouflons.

Figure 1 : Béliers à sphéroïde de l’Atlas saharien (Algérie).
1. Hadjerat Sid Bou Beker, sphéroïde sans ornement et collier.
2. Guelmouz el Abiod, sphéroïde à rameaux courbes, gros collier d’épaule et parure d’échine (« caparaçon »).

Figure 2 : Bélier à sphéroïde de Bou Alem (Algérie).
Sphéroïde à jugulaires, plumes uraeiformes, gaine de cou, collier d’épaule et parure d’échine (« caparaçon »).

Figure 3 : Moutons à poils ras du Sahel.
1. Mouton maure (Mali) - 2. Mouton targui de la variété Ara-Ara (Niger).

23L’homme n’avait pas encore songé à sélectionner les variétés présentant la mutation dite « angora » entraînant précisément la croissance régulière et l’allongement des poils de la toison permettant le filage. Je serais très tenté de mettre en parallèle le caractère primitif de ces moutons sans laine et l’absence de fusaïole dans tous les niveaux, européens, insulaires et africains du Néolithique ancien.

Bibliographie

Bibliographie

(1) Saxon (E.C.). 1976. The evolution of domestication : a reappraisal of the Near Eastern and North african evidence. IXe Congr. de l’U.I.S.P.P., Origines de l’élevage et de la domestication, Nice, p. 180-226.

Camps (G.) et Morel (J.). 1978. Alimentation à l’Epipaléolithique. Encyclopédie berbère, cahier n° 22.

(2) Boule (M.) et Villeneuve de (L.). 1927. La Grotte de l’Observatoire à Monaco. Archiv. de l’Instit. de Paléont. humaine, I, Paris, Mas-son, p. 46-49.

Ducos (P.). 1958. Le gisement de Châteauneuf-les-Martigues. Les mammifères et les problèmes de la domestication en France. La Préhistoire française, t. II, p. 165-171.

Murray (J.). 1970. The first european agriculture, a study of the astrological and botanical evidence until two thousands B.C. Univ. Press. Edinburgh.

Courtin (J.). 1977. Les animaux domestiques du Néolithique provençal. L’élevage en Méditerranée occidentale. CNRS, p. 67-76.

(3) Boule (M.) et Villeneuve (L.) de, op. 1., p. 49.

(4) Poplin (F.). 1977. Paléontologie du mouton. Les débuts de l’élevage du mouton. Colloque d’Ethnozoologie, p. 9-10.

(5) Roussot-Larroque (J.). 1977. Néolithisation et Néolithique ancien d’Aquitaine. Bull, de la Soc. préhist. franc., t. 74, p. 559-582.

(6) Ducos (P.). 1977. Le mouton de Châteauneuf-les-Martigues. L’élevage en Méditerranée. CNRS, p. 77-85.

(7) Poulain (Th.). 1971. Le Camp mésolithique de Gramari à Méthamis (Vaucluse). Etude de la faune. Gallia Préhistoire, t. XIV, p. 121-131.

(8) Geddes (D.). 1981. Les débuts de l’élevage dans la vallée de l’Aude. Bull, de la Soc. préhist. franc., t. 78, p. 370-378.

(9) Williams Thorpe (O.), Warren (S.E.), Barfield (L.H.). 1979. The sources and distribution of archaeological obsidian in Northern Italy. Preistoria alpina, t. 15, p. 73-92.

(10) Bokonyi (S.). 1974. History of domestic mammals in central and eastern Europ Akademiai Kiado, Budapest.

(11) Uerpmann (H.P.). 1977. Elevage néolithique en Espagne. L’élevage en Méditerranée, C.N.R.S., p. 87-94.

(12) Perez Ripoll (M.). 1980. Cova de l’or (Beniarrès-Alicante), vol. II, La fauna de vertebrados, p. 193-256.

(13) Jodin (A.). 1958-1959. Les grottes d’El Khril à Achakar, Province de Tanger. Bull. d’Archéol. maroc, t. III, p. 249-313.

(14) Gilman (A.). 1975. A later prehistory of Tangier, Morocco, American School of Prehistoric Research, Bull. n° 29.

(15) Vaufrey (R.). 1955. Préhistoire de l’Afrique, t. I, Le Maghreb, p. 346-355.

(16) Roubet (C). 1979. Économie pastorale préagricole en Algérie orientale. Le Néolithique de tradition capsienne. Paris, CNRS, p. 386-393. Ces pourcentages qui sont toujours très élevés tout le long de l’occupation du site (84,7 %, 90,4 % et 70 %) s’expliquent par le fait que P.L. Carter et E.S. Higgs n’ont pu toujours distinguer le mouton et la chèvre et que le mouflon (Ammotragus larvia), pourtant si abondant dans les gisements épipaléolithiques et néolithiques du Maghreb, n’a pu être « positively identified ». La situation est exactement l’inverse dans le gisement contemporain de l’Oued Guettara où L. Jourdan a surtout reconnu du mouflon et une seule dent de mouton.

(17) Bokonyi (S.). 1977. The introduction of sheep breeding to Europe. Les débuts de l’élevage du mouton, p. 65-70.

(18) Camps (G.). 1980. Le bélier à sphéroïde des gravures rupestres de l’Afrique du Nord. Encyclopédie berbère, cahier n° 22.

(19) Doutressoulle (G.). 1924. L’élevage du Niger. Id (1952), L’élevage au Soudan français.

(20) Joleaud (L.). 1933-1934. Gravures rupestres et rites de l’eau. J. de la Soc. des African., t. III, p. 197-222 et t. IV p. 285-302.

Notes de fin

1 Laboratoire d’Anthropologie et de Préhistoire des Pays de la Méditerranée occidentale (CNRS L.A. 164).

Table des illustrations

Légende Tableau 1.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1025/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Figure 1 : Béliers à sphéroïde de l’Atlas saharien (Algérie).1. Hadjerat Sid Bou Beker, sphéroïde sans ornement et collier.2. Guelmouz el Abiod, sphéroïde à rameaux courbes, gros collier d’épaule et parure d’échine (« caparaçon »).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1025/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Figure 2 : Bélier à sphéroïde de Bou Alem (Algérie).Sphéroïde à jugulaires, plumes uraeiformes, gaine de cou, collier d’épaule et parure d’échine (« caparaçon »).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1025/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Figure 3 : Moutons à poils ras du Sahel.1. Mouton maure (Mali) - 2. Mouton targui de la variété Ara-Ara (Niger).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1025/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.