Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Première partie. Le mangeur au centre de l'alimentation

1.5. L’alimentation du jeune enfant

Séverine Gojard et Benoist Schaal

Texte intégral

A. Le choix d’allaiter

1L’alimentation du nouveau-né est un sujet de préoccupation pour les parents comme pour les pouvoirs publics. Pour les parents, il s’agit de faire un des premiers choix pour l’enfant qui vient de naître ; pour les pouvoirs publics, il s’agit de promouvoir un mode d’alimentation considéré comme le meilleur pour la santé de l’enfant. Cependant ce choix ne s’opère pas de manière uniforme selon le contexte (historique, national, social).

2Dans la plupart des pays occidentaux, le XXe siècle a été marqué par un double mouvement concernant l’allaitement. Sous les effets conjugués de l’amélioration des formules lactées et des stratégies marketing, de l’extension du salariat féminin et de l’emprise de certaines théories féministes, la pratique de l’allaitement au sein a décru pendant la première moitié du XXe siècle ; elle était ainsi minoritaire en France au cours des trente Glorieuses (un peu plus du tiers des femmes allaitaient dans les années 1970). Cette situation a conduit à mettre en place des politiques de promotion de l’allaitement maternel dans les dernières décennies du XXe siècle.

3Une plus grande proximité sociale entre les mères et les professionnels de la santé tend à favoriser la diffusion des normes médicales, dont celle de l’allaitement maternel. Aujourd’hui, l’allaitement est plus fréquent chez les femmes qui ont un niveau de diplôme élevé. Cette tendance générale est contrebalancée par un allaitement plus fréquent chez les femmes issues de la migration : quoique moins diplômées en moyenne, elles bénéficient souvent de la transmission de modèles de soins aux nourrissons qui incluent la pratique de l’allaitement. Les femmes qui ne bénéficient pas de cette transmission et qui n’ont pas intégré les normes médicales diffusées par l’institution scolaire tendent à allaiter moins souvent. Dans la plupart des pays occidentaux, les incitations à allaiter s’inscrivent dans des discours moralisateurs qui insistent sur la fragilité du nourrisson et sur les risques multiples qu’il encourt. La forte culpabilisation qui pèse sur les femmes qui choisissent de ne pas allaiter au sein ou qui ne parviennent pas à le faire nie les difficultés réelles que certaines femmes rencontrent, et les conditions sociales dans lesquelles se déroule l’accueil de l’enfant. L’allaitement tel qu’il est actuellement perçu dans la majorité des pays occidentaux nécessite une forte disponibilité maternelle peu compatible avec le maintien d’autres investissements (conjugaux, familiaux, professionnels).

Fig. 1 – Publicité californienne en faveur de l’allaitement maternel

Fig. 2 – Initiation de l’allaitement et diplôme de la mère, en France (Source : enquête Elfe 2011)

4Ainsi, le choix d’allaiter n’est pas libre de toute contrainte. Les conditions matérielles et les représentations associées à l’exercice d’une activité professionnelle jouent plutôt en faveur d’une alimentation au biberon, tandis que la promotion de l’allaitement maternel constitue une source de pression morale.

B. L’expérience périnatale des odeurs et le comportement alimentaire de l’enfant

5Nos préférences alimentaires sont façonnées dès le développement le plus précoce, puis confirmées et ajustées au long de la vie. L’expérience fœtale aboutit ainsi à un nouveau-né déjà instruit de son environnement futur, les odorants transférés in utero induisant une réponse d’attraction chez le nouveau-né. Ce principe, découvert chez les fœtus animaux, prévaut aussi chez le fœtus humain, comme l’attestent les réponses d’appétence de nouveau-nés envers des arômes d’ail, d’anis ou d’alcool lorsqu’ils y ont été exposés in utero.

6En termes psychologiques, la transmission maternelle de traces odorantes in utero induirait chez le nouveau-né des attentes sensorielles. De telles attentes peuvent être illustrées par le syndrome de dépendance que développent des enfants nés de mères consommatrices d’alcool, tabac ou autres drogues. Mais, outre ces cas extrêmes doublés d’effets pharmacologiques, des attentes néonatales moins impérieuses existent pour les flaveurs des aliments reçues in utero. L’une des premières attentes néonatales se situerait autour de la qualité du lait : si l’on donne au nouveau-né le choix entre l’odeur d’un lait aligné sur les attentes formées in utero et celle d’un lait non aligné sur ces attentes, l’enfant tendra à s’orienter vers la première.

7Mais, bien qu’il se fonde sur ce qu’il a appris auparavant, le nouveau-né ne cesse d’enrichir son répertoire de connaissances olfactives, avec le bénéfice de pouvoir ainsi s’adapter à des situations non attendues, comme l’exposition aux odeurs de laits artificiels ou de personnes non familières. Cette aptitude à acquérir des odeurs nouvelles est facilitée immédiatement après la naissance, mais reste ensuite difficile avant l’âge de 4-5 mois. Par exemple, certains laits artificiels acides, amers et malodorants comme les hydrolysats de protéines sont moins bien acceptés s’ils sont introduits avant 4-5 mois.

8Plus tard, chez le nourrisson, l’acceptabilité des aliments est aussi conditionnée par l’exposition antérieure à la variété chimio-sensorielle, en particulier à travers le lait. Les arômes des aliments transférés au lait maternel exposent le nourrisson à une palette large et variable de stimulations chimiques que les laits artificiels ne peuvent promouvoir. Le développement alimentaire précoce se fonde ainsi sur l’opération simultanée d’attentes sensorielles traduites en préférences pour le semblable et d’une tolérance à accepter des substances non alignées sur ces attentes. Le principe de continuité chimio-sensorielle, décrit pour la transition périnatale, continue à opérer au cours de la prime enfance, facilitant d’autant plus l’acceptation d’aliments nouveaux qu’ils sont teintés de familiarité chimio-sensorielle.

Fig. 1 – Test de préférence entre deux odeurs chez le nouveau-né (photo M. Delaunay-El Allam)

Bibliographie

Références bibliographiques

• Andrews T., Knaak S., « Medicalized mothering : experiences with breastfeeding in Canada and Norway », The Sociological Review, 2013 ; 68 : 88-110.

• Gojard S., Le Métier de mère, La Dispute, Paris, 2010.

• Murphy E., « Expertise and forms of Knowledge in the Government of Families », The Sociological Review, 2003 ; 51 : 433–62

Références bibliographiques

• Lecanuet J.-P., Psychobiology of fetal perception, Erlbaum, Mahwah (NJ), 1995.

• Schaal B., Soussignan R. éd., L’Enfant face aux aliments, PUF, Paris, 2008.

• Zucco G.M, Herz R.S., Schaal B. éd., Olfactory cognition, Benjamins, Amsterdam, 2002.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Publicité californienne en faveur de l’allaitement maternel
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10247/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 2 – Initiation de l’allaitement et diplôme de la mère, en France (Source : enquête Elfe 2011)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10247/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 1 – Test de préférence entre deux odeurs chez le nouveau-né (photo M. Delaunay-El Allam)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10247/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

© CNRS Éditions, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search