Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Première partie. Le mangeur au centre de l'alimentation

1.3. Neurosciences et comportement alimentaire – Le plaisir de manger

Charles-Henri Malbert

Texte intégral

1Manger constitue une expérience agréable et enrichissante. Il n’est donc pas surprenant que les centres du cerveau impliqués dans le plaisir et la récompense soient activés lorsque nous mangeons. Les mécanismes neurobiologiques fondamentaux propres à la récompense alimentaire sont d’une importance considérable pour comprendre comment est régulé le poids corporel. La prise d’aliments est motivée non seulement par la nécessité de rétablir l’homéostasie* énergétique mais aussi par le plaisir attaché au goût des aliments. La quête du plaisir alimentaire a conduit à la notion d’alliesthésie, qui suppose qu’un stimulus capable d’améliorer l’état du milieu interne, en l’occurrence maintenir l’homéostasie énergétique, est perçu comme agréable.

Activation des réseaux de la récompense par le repas

Fig. 1 – Aires cérébrales mises en jeu en réponse à la présentation d’un aliment convoité. Ces structures fonctionnent de concert pour créer un réseau hédonique

2La théorie de la « saillance incitative », i.e. le fait que les stimuli plaisants soient dotés de propriétés les distinguant et les rendant désirables, a été utilisée massivement pour mieux comprendre les mécanismes de la récompense alimentaire. On distingue ainsi le « Liking » du « Wanting » comme composants des signaux hédoniques* et motivationnels induisant l’activation de réseaux cérébraux distincts. Le « Liking » est l’élément hédonique qui reflète l’expérience immédiate ou l’anticipation du plaisir, alors que le « Wanting » est associé à la recherche d’une récompense ce qui conduit notamment à un appétit accru. Ces deux dimensions sont chez l’individu sain étroitement associées alors qu’elles sont dissociées chez le patient atteint de boulimie alimentaire par exemple.

3Les circuits neuronaux qui contribuent au plaisir alimentaire ont été localisés en plusieurs points : à l’avant du cerveau, sur la face interne des hémisphères cérébraux et dans leurs parties ventrales. Bien qu’il soit difficile d’établir une barrière infranchissable entre les structures cérébrales associées respectivement au « Liking » et au « Wanting », il reste possible d’établir une différenciation entre ces dernières Ainsi, les structures associées au « Liking » sont essentiellement le noyau accumbens et le pallidum ventral qui portent toutes deux la capacité d’une amplification du plaisir alimentaire. Le réseau mésolimbique dopaminergique et les projections vers le cortex préfrontal, orbito-frontal et l’amygdale portent la valence motivationnelle du plaisir alimentaire, c’est-à-dire le « Wanting ».

4Qu’elle passe par l’un ou l’autre des signaux hédoniques et motivationnels, l’activation des réseaux de la récompense au cours d’un repas provient d’abord d’informations classiques parvenues de l’environnement, par la vue, le goût, l’olfaction. De façon plus surprenante, l’absorption par le tube digestif de nutriments à forte valence affective provoque également la mise en œuvre des réseaux hédoniques. Les signaux en provenance de cet organe sont capables de mettre en relation le système mésolimbique de la récompense et les systèmes hypothalamiques homéostatiques de contrôle pondéral. Cette interaction joue probablement un rôle majeur dans la modulation alliesthésique de la valeur hédonique et motivationnelle des récompenses alimentaires.

5L’activation des réseaux de la récompense et donc l’effet hédonique d’un aliment sont fortement modulés par l’état nutritionnel de l’individu. Cette modulation intervient principalement au travers d’hormones qui sont sécrétées selon l’état nutritionnel. Ainsi, une réponse altérée du striatum à la présentation d’un aliment peut être provoquée par des administrations de leptine, une hormone produite notamment par le tissu adipeux. De même, une hormone digestive, le PYY, libérée au cours du repas, possède un impact significatif sur l’aire tegmentale ventrale et le striatum ventral.

Plaisir alimentaire et comportement addictif*

6Chez l’homme comme chez l’animal, existe un chevauchement des structures impliquées dans l’utilisation des substances addictives et dans les réseaux hédoniques mis en jeu par le comportement alimentaire. Ainsi, les cartes d’activation cérébrale observées chez l’obèse sont pour partie identiques à celles obtenues au cours de l’utilisation de substance addictives. Cependant, et en dépit des nombreuses similarités entre les deux situations, il n’existe pas actuellement de preuve formelle que la consommation excessive d’aliments très palatables* puisse être reliée à une addiction telle que celle induite par l’utilisation de stupéfiants.

Modification des réseaux de la récompense par l’obésité

7La découverte d’une désactivation des réseaux de la récompense chez l’obèse et plus particulièrement du cortex préfrontal et du striatum a conduit à l’élaboration de la théorie de l’hypo-réceptivité à la nourriture des régions hédoniques dans ce cas de figure. Les individus ingèrent alors des quantités excessives d’aliment afin de compenser l’insuffisance de la récompense alimentaire.

8À l’opposé de cette conception d’hypo-réactivité, les individus susceptibles de devenir obèses et plus particulièrement au début de l’accroissement pondéral, présentent une réponse accrue à des stimuli alimentaires au niveau du cortex insulaire. C’est pourquoi on a proposé un modèle de vulnérabilité dynamique pour lequel les individus à risque trouvent plus de plaisir à ingérer le repas du fait de cette réponse accrue du cortex insulaire. Cette phase provoque naturellement une prise pondérale significative qui à son tour conduit à la désactivation des réseaux de la récompense entretenant ainsi la surcharge pondérale.

Bibliographie

Références bibliographiques

• Cabanac M., « Physiological role of pleasure », Science 1971 ; 173 : 1103-7.

• Berridge K.C., « “Liking” and “wanting” food rewards : brain substrates and roles in eating disorders », Physiol Behav 2009 ; 97 : 537-50.

• García-García I. et al., « Reward processing in obesity, substance addiction and non-substance addiction », Obes Rev 2014 ; 15 : 853-69.

• Burger K.S., Stice E., « Variability in reward responsivity and obesity : evidence from brain imaging studies », Curr Drug Abuse Rev 2011 ; 4 : 182-9.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Aires cérébrales mises en jeu en réponse à la présentation d’un aliment convoité. Ces structures fonctionnent de concert pour créer un réseau hédonique
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10244/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

Auteur

Neurophysiologiste
Plateforme d’imagerie cérébrale
ANISCAN
INRA
Rennes
charles-henri.malbert@rennes.inra.fr

© CNRS Éditions, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search