Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Les débuts de l'élevage

L’exploitation des ressources alimentaires carnées en Corse du VIIe au IVe millénaire

Jean-Denis Vigne

Résumé

Les ossements de 7 ensembles stratigraphiques montrent qu’en l’absence de gros gibier indigène, la chasse, du VIP au IVe millénaire, s’est portée sur de petites espèces marines et terrestres. La part de la prédation dans l’économie carnée diminue rapidement avec l’installation de la domestication.
L’évolution de l’élevage boucher est marquée par la progression constante du Bœuf, au détriment des Caprines, puis des Suinés. Dès son installation, le Bœuf est l’objet d’efforts zootechniques, alors que les Caprines et les Suinés deviennent de moins en moins rentables pour la production carnée.

The faunal associations from 7 stratigraphie units at Araguina and Basi shows that, in the absence of an indigenous large fauna on Corsica, hunting in the VII th through the IV th millennia b.c. involved small terrestrial and aquatic species. The importance of hunting in the animal economy diminishes rapidly with the arrivai of domestic animais on the island.
The development of a meat-producing animal husbadry is marked by tye rise of cattle, at the expense of sheep and goat, and then pig.
From its arrivai, the cattle are the object of breeding efforts, while the sheep/goat and the pig become less efficient meat-producers.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

  • 2 Centre d'Anthropologie des Sociétés rurales (E.R. 289) ; 56 rue du Taur, 31000 TOULOUSE.

1Colonisée par l’Homme dès le VIP millénaire et postée sur un grand axe maritime de migration des idées et des techniques qui sont à l’origine de la néolithisation, la Corse constitue un terrain privilégié pour l’étude des premières économies de production.2

2Un travail archéologique de longue haleine a été entrepris depuis quelques années sur ce sujet. Les sites se rapportant au « Pré-Néolithique » et au début du Néolithique sont encore peu nombreux. La présente synthèse paléo-ethno-zoologique repose donc sur un échantillonnage réduit et nos conclusions sur les caractéristiques de la prédation et de la production carnée doivent encore être considérées comme des hypothèses de travail que les découvertes ultérieures devront tester, affiner ou modifier.

I) Présentation des ensembles fauniques

3Ce travail repose sur l’étude de près de 44 000 ossements issus de quatre sites corses :

  • Araguina-Sennola (Bonifacio), fouillé par F. de Lanfranchi et M.-C. Weiss (Lanfranchi & Weiss, 1972, Lanfranchi et Weiss, 1978), est un abri sous roche situé à l’extémité sud de l’île, à 200 m de la mer. Outre l’écosystème côtier, son environnement comporte le vaste plateau calcaire de Bonifacio où poussent actuellement des pelouses sèches, des garrigues et des bosquets de Chêne vert de l’étage méditerranéen inférieur.

  • Basi (Serra-di-Ferro), fouillé par G. Bailloud (1969 a et b, 1972), est implanté dans un chaos granitique de la région de Propriano (quart sud-ouest de la Corse), sur une colline côtière qui culmine à 200 m. Son environnement immédiat est constitué du maquis à Myrthes de l’étage méditerranéen inférieur, mais l’écosystème côtier est à quelques dizaines de minutes de marche.

  • Strette (Barbaggiu), fouillé par J. Magdeleine (rapp. fouilles inédits), est implanté au pied d’une falaise calcaire de Corse septentrionale, non loin de Saint-Florent. La mer est à un km à vol d’oiseau, et l’environnement est comparable à celui d’Araguina-Sennola, quoique plus accidenté.

  • Scaffa-Piana (Poggio d’Olette), fouillé par J. Magdeleine (Magdeleine et Ottaviani, 1983 et sous presse), est un abri sous roche très proche de Strette. Le matériel osseux a été étudié par T. Poulain (sous presse).

4Il s’agit donc de quatre sites côtiers, comparables par leur environnement.

5Pour la période en question, ces gisements ont livré sept ensembles stratigraphiques qui couvrent une période comprise entre le milieu du VIP millénaire et le troisième quart du IVe millénaire, soit du « Pré-Néolithique » à la fin du Néolithique moyen.

6Le « Pré-Néolithique » est représenté par la couche XVIII d’Araguina-Sennola (A 18), datée de 6570 b.c. et n’ayant pas livré de céramique.

7Le début du Néolithique ancien est illustré par :

  • La couche 7 de Basi (B7), à l’abondante céramique cardiale. Elle est datée de 5750 b.c., ce qui semble un peu « haut » et doit sans doute être ramené aux alentours du dernier quart du VIe millénaire (Guilaine et Bailloud, com. orale).

  • La couche XIV a de Strette (fouilles 1980-81 ; S 14), cardiale, est vraisemblablement contemporaine de Basi. Elle recouvre directement un horizon (XIV b, fouilles 1982) appartenant sans doute à un « Pré-Néolithique » comparable à celui de A 18 (Magdeleine, com. orale).

8Pour la fin du Néolithique ancien, nous avons :

  • La couche XVII d’Araguina-Sennola (A 17) que la céramique et les datations permettent d’attribuer à une phase de type Epi-Cardial (Guilaine, 1976 ; Lewthwaite, 1984).

  • La couche XIII de Strette (fouilles 1980-81 ; S 13).

9Le Néolithique moyen regroupe deux ensembles :

  • Les couches XVI, XV et XIV d’Araguina-Sennola (A 16-14) que Lanfranchi et Weiss (1977) situent aux environs du deuxième et troisième quart du IVe millénaire.

  • Les couches XXIII à XX de Scaffa Piana (SP) qui ont été datées de 3410 et 3370 b.c. et représentent une culture semblable à celle de A 16-14.

II) La prédation et sa place dans l’économie carnée

1) Évaluation des ressources cynégétiques lors de l’arrivée de l’Homme en Corse

a) Les mammifères

10La faune mammalienne terrestre corso-sarde du Pleistocène supérieur, connue par un certain nombre de travaux (Bonifay, 1976 ; Malatesta, 1970,1977 ; Azzoroli, 1971 ; Gliozzi et Malatesta, 1980 ; Poplin, 1979...), comprend 8 à 10 espèces : une grande Musaraigne (Epi-soriculus corsicanus), un Canidé (Cynotherium sardous), peut-être le Renard (Vulpes vulpes), un ou deux genres de Loutre (Nesolutra ichnusae et Lutra sp. ?), un petit Lagomorphe Ochotonidé à la morphologie proche de celle du Lapin (Prolagus sardus), deux Rongeurs de la taille du Rat (Rhagamys orthodon et Meridiopitymys henseli), un Éléphant nain (Palaeloxodon antiquus meli-tensis) et un Cervidé mégacérin de petite taille (Neso-leipoceros cazioti).

11Le total isolement dans lequel s’est trouvée la Corse depuis cette époque, ainsi qu’un certain nombre d’extinctions tardi-glaciaires, ont considérablement réduit cette faune puisque, lors de l’arrivée de l’Homme (A 18), il ne reste plus que la grande Musaraigne, Prolagus et les deux Rongeurs. Il faut peut-être y ajouter le Renard qui, s’il était présent au Pléistocène supérieur, a persisté durant les VIP et VIe millénaires, car on le retrouve à B 7 et A 14. Mais il n’y avait ni Cerf, ni Aurochs, ni Sanglier, ni Mouflon dont l’apparition s’est faite par marronnage d’Ovins domestiques néolithiques (Poplin, 1979, Poplin et Vigne, 1983).

12Dans l’écosystème terrestre, les premiers hommes ne disposaient donc que de petit gibier. Il était cependant abondant, notamment en ce qui concerne Prolagus qui pullulait, comme en témoigne la forte densité de ses restes à A 18 (près de 2 500 au m3) et surtout à A 17 (plus de 14 000 m3).

13En milieu marin, le Phoque moine se reproduisait déjà à cette époque sur les côtes corses, comme le montre la découverte d’os à A 18 et A 15. Il représentait une cible sans doute moins abondante, mais ô combien plus substantielle.

b) Les oiseaux

14Contrairement aux Mammifères, les Oiseaux étaient très variés. On trouvait des espèces nicheuses, tant marines (Puffins, Goélands, Cormorans huppés, Sternes) que terrestres (Rapaces, Colombiformes, nombreux Passereaux...). Elles représentaient sans doute une biomasse comparable à celle du continent, comme c’est encore le cas aujourd’hui (Thibault, 1983). Il faut leur ajouter les nombreux migrateurs qui, comme de nos jours, faisaient escale sur les côtes et plans d’eau côtiers (Anatidés, Barges, Grues...).

Figure 1 : Contribution de la chasse aux Mammifères et Oiseaux et de l’élevage dans l’apport carné de sept ensembles chronostatigraphiques, du « Pré-Néolithique » (PN), du début (Nal) et de la fin (Na2) du Néolithique ancien et du Néolithique moyen (Nm). Les lignes brisées joignent les pourcentages obtenus pour les différents horizons d’un même site (Araguina-Sennola et Strette).

15En conclusion, pour toute ressource cynégétique, les Hommes disposaient essentiellement d’un abondant petit gibier. En dehors du Phoque et du Renard (?), les plus grosses prises potentielles n’apportaient guère plus de 3 kg de viande (Grue, Aigle) et les plus courantes (Prolagus), une livre tout au plus.

2) Importance et évolution de la prédation (fig. 1)

16Remarques préliminaires :

  • Dans l’état actuel d’avancement des travaux où les Poissons et les Mollusques marins n’ont pas encore fait l’objet de déterminations précises, c’est essentiellement sur la chasse aux Mammifères et Oiseaux que se fonde notre réflexion.

  • Le paramètre de quantification paléo-économique est le Poids de Viande et Abats (PVA) fourni par chaque espèce. Il a été calculé sur la base de travaux zoologiques divers.

a) Le « Pré-Néolithique » d’Araguina-Sennola

  • 1 Ce point, débattu par ailleurs (Vigne, 1984), aboutit, dans l’état actuel de la recherche, à une in (...)

17Dans A 18, la chasse constitue 88 à 100 % des ressources carnées, selon qu’on considère les 8 os de Capriné et de Suiné comme les témoins d’un proto-élevage ou comme intrusifs dans la couche1.

18Dans cet horizon qui n’a été affecté par la fouille que sur 4 m2, c’est un Phoque moine, seule espèce chassée dans l’écosystème marin, qui a apporté le plus de viande (70 %). Prolagus, dont au moins la moitié des individus a été consommée (Vigne et al., 1981) a apporté près de 30 % des ressources carnées. La chasse était complétée par quelques gros Rongeurs, comme le montrent une ou deux brûlures distales sur demi-mâchoires de Meridiopitymys. On n’a pas de preuve de la consommation des Oiseaux (Buse et Passereau).

b) Le Néolithique ancien cardial

19A B7, les restes d’un Prolagus, de trois Renards et d’une Brante roussâtre (un des rares Anatidés nicheurs de Corse, Thibault, 1983) représentent moins de 2 % de l’apport carné, l’élevage constituant le reste. S 14 donne une image comparable où 11 Prolagus contribuent pour seulement 4,25 % à l’approvisionnement en viande.

20Il faudrait ajouter à ces chiffres le produit de la collecte des Mollusques marins. Mais il est suffisamment faible (quelques centaines de grammes de matière consommable pour Basi et environ 4 kg, soit 4 % supplémentaires, pour Strette) pour qu’on puisse conclure à une prédation très réduite par rapport à celle de A 18.

c) La fin du Néolithique ancien

21Cette période donne une image semblable si on considère S 13 (un Prolagus, mais environ 400 coquilles d’Huîtres qui représentent, en tout, moins de 1 % de l’apport carné).

22Mais A 17 va à l’encontre de ce schéma, avec 28 % de l’approvisionnement carné dû à la chasse. Le milieu terrestre apporte la plus grande part de la viande (97 %). Il s’agit de la chasse aux Oiseaux nicheurs ou visiteurs, très variés (près de 20 espèces : divers Rapaces diurnes et nocturnes, Bécasses, Rolliers, Corneilles...), mais peu rentables (1,5 % de l’apport cynégétique), de la prise de gros Rongeurs (moins de 0,02 % du PVA) et surtout de la capture de Prolagus qui, avec près de 400 individus consommés, participe pour plus de 95 % à l’apport cynégétique. Mais la prédation en milieu marin n’est pas négligeable puisqu’elle affecte les principaux Oiseaux nicheurs (Goélands, Cormorans, Puffins) et plusieurs espèces d’Anatidés migrants. Elle constitue 2,5 % de l’apport cynégétique. Il faut y ajouter le fruit de la pêche (près de 1 500 restes de Poissons) et de la collecte de Mollusques marins et d’Oursins représentés par plusieurs centaines de restes.

d) Le Néolithique moyen

23A cette époque, la chasse est en nette régression à Araguina-Sennola, avec seulement 14 % de l’apport carné. Elle montre cependant les mêmes caractéristiques qualitatives qu’à A 17, avec une exploitation de tous les écosystèmes. La terre ferme ne fournit plus que 5 % de la viande chassée, grâce à Prolagus, aux gros Rongeurs, au Hérisson, apparu en Corse à cette époque, et aux Oiseaux. Le milieu marin est représenté par des Oiseaux migrateurs, un Phoque, une quantité non négligeable de Poissons (dont un requin) et des Mollusques.

24A Scaffa Piana, l’apport de la prédation est plus faible encore, puisque nous l’avons évalué entre 0,5 et 2 % sur la base des déterminations de T. Poulain (sous presse). On y retrouve la chasse sur terre (Prolagus, Corvidés, Turdités), la pêche et la collecte d’abondants Mollusques marins.

3) Conclusions et discussion

25Il apparaît donc que, dans ce contexte insulaire dépourvu de grosse faune, la prédation du « Pré-Néolithique » au Néolithique moyen s’est portée sur l’ensemble des écosystèmes disponibles, tant marins que terrestres, et n’a pas négligé les plus petites proies (Rongeurs, Mollusques).

26Il existe cependant des différences notables pour le Néolithique ancien et moyen entre des sites tels que Basi, Strette et Scaffa Piana où la prédation est très faible, et Araguina-Sennola où sa part dans l’économie carnée n’est jamais négligeable. On peut y voir la conséquence de deux phénomènes :

  • La destruction différentielle qui nous prive d’une partie de la petite faune. Elle ne suffit sans doute pas à tout expliquer, mais elle est probablement intervenue de manière importante à Basi, en substrat granitique, et à Strette où les eaux acides de la rivière percolent le sédiment à chaque crue. Ce n’est pas le cas à Scaffa Piana.

  • La présence de différents modes d’exploitation du milieu. Plus qu’à une cohabitation de populations culturellement différentes, il faut penser à des implantations saisonnières ou/et à des adaptations à divers milieux écologiques dans une même culture.

27A Araguina-Sennola, l’occupation intermittante, marquée dans la stratigraphie par des passées stériles, la présence de nombreux Oiseaux migrateurs et surtout les courbes d’abattage des Caprinés où apparaissent, au Néolithique moyen, trois classes d’âge bien individualisées et distantes d’une année qui correspondent à des animaux tués et consommés à la fin de l’hiver et au printemps, permettent d’envisager l’hypothèse d’une occupation limitée à la « mauvaise saison », période à laquelle on aurait donné une plus large place à la prédation.

28Par ailleurs, le choix du plateau bonifacien comme lieu « d’hivernage » était probablement justifié par sa richesse particulière en espèces sauvages. Il supportait en effet de nombreuses colonies de Prolagus et il était bordé de falaises qui pouvaient abriter toutes sortes d’Oiseaux et notamment des Rapaces. De plus, la côte y est jalonnée d’îlots propices aux Oiseaux marins et aux haltes des migrants (Thibault, 1983) et de hauts fonds d’autant plus poissonneux à l’époque qu’ils achevaient d’être conquis par la transgression flandrienne. Le Sartenais (Basi) et le Nebbio (Strette et Scaffa Piana) n’étaient sans doute pas aussi riches.

29Il est intéressant de noter que ce site littoral soulève des hypothèses d’interprétation semblables à celles proposées par D. Geddes (1984) pour la station côtière de Leu-cate (Néolithique ancien, Pyrénées orientales).

30Les différences entre sites contemporains corses rendent difficile l’élaboration de résultats globaux quant à l’évolution de la part de la prédation dans l’économie carnée. Tout au plus peut-on remarquer qu’à Araguina-Sennola, l’apport de la prédation diminue régulièrement du « Pré-Néolithique » au Néolithique moyen (fig. 1), de manière comparable à ce qui a été observé en Provence (Helmer, 1979) et en Languedoc occidental (Geddes, 1981). Mais il existe, dès la fin du VIe millénaire, des sites tels que Basi ou Strette dont l’économie ne semble plus attendre beaucoup de la prédation. Cela s’oppose aux résultats issus des sites provençaux tels que Fontbrégoua (Helmer, 1979) où la chasse au gros gibier reste très présente durant tout le Néolithique ancien et commence à fléchir au Proto-Chasséen pour ne devenir très secondaire qu’au Chasséen ancien.

III) L’évolution de la production carnée au Néolithique ancien et moyen

1) Analyse des ensembles les mieux documentés (fig. 2 A)

a) Basi, couche 7

31Au VIe millénaire, le Bœuf semble encore absent. A Basi les restes de Caprinés (la Chèvre, mais surtout un Ovin encore proche du Mouflon proche-oriental) dominent ceux des Suinés qui ne représentent que 27 % du NR et 22 % du NMI des espèces domestiques.

  • 2 L’exposé de la méthode d’évaluation des PVA ne peut trouver place dans ces lignes. Qu’il suffise de (...)

32Mais le seul paramètre susceptible d’entrer dans une discussion paléoéconomique est le Poids de Viande et Abats (PVA), adapté à la stature des races et aux âges d’abattage2. Il montre que le Porc et les Caprinés interviennent de manière à peu près semblable dans l’apport carné issu de l’élevage.

33L’importance de cette activité pastorale (fig. 1) et les structures d’abattage affectant essentiellement les animaux au meilleur de leur production bouchère (Vigne, 1984) supposent un élevage bien structuré dès la fin du VIe millénaire. Il s’établissait sans doute après défrichement sur les collines environnantes et peut-être dans la petite plaine estuarienne du Tavaro qui s’étend immédiatement au sud du site.

Figure 2 A : Proportions relatives des différents groupes d’animaux domestiques dans les quatre sites représentatifs du Néolithique ancien et moyen.
B : Evolution de la contribution des différents groupes d’animaux domestiques dans la production carnée.
C : Evolution de la rentabilité bouchère des différents groupes d’animaux domestiques.

b) Araguina-Sennola, couche XVII

34Dans cette période finale du Néolithique ancien, le Bœuf a fait son apparition à S 13, mais il n’est pas représenté à A 17.

35Dans ce second site, le Porc est mieux représenté qu’à Basi, surtout au niveau du PVA (80 %). Mais les Ovins ne sont pas délaissés pour autant, comme le montre l’abattage presqu’exclusif de bêtes de moins de 2 ans.

36Ici aussi, les pâturages, obtenus sans doute après défrichement, se situaient vraisemblablement aux alentours du site.

c) Araguina-Sennola, couches XVI-XV-XIV

37Le Bœuf, présent dès la couche XVI, prend immédiatement la première place dans la production de viande avec près de 60 % du PVA apporté par l’élevage. Ce sont naturellement ses concurrents directs, les Ovins, qui font les frais de son apparition puisqu’ils ne fournissent plus que 11,6 % de la viande. On peut même se demander s’ils ne sont pas, dès lors, en partie voués à la production laitière, car on note, dans la courbe d’abattage, l’apparition de nombreux agneaux (plus de 25 % des restes dentaires). Il ne serait pas étonnant que l’Homme ait remarqué très tôt les potentialités laitières de ces Ovins, puisque Stubbe et Stubbe (1977 b) ont montré que le lait de Mouflon actuel de Corse, forme très proche de ce qu’étaient les Moutons du Néolithique ancien et moyen, était plus riche que celui de la moyenne des brebis actuelles.

38Le Porc est moins affecté par l’apparition du Bœuf : il intervient encore pour plus de 28 % dans l’apport carné issu de l’élevage.

d) Scaffa-Piana, couches XXIII à XX

39Au niveau du NR et du NMI, la représentation des trois groupes d’animaux domestiques est proche de celle observée à A 17.

40En l’absence de courbes d’abattage pour ce site, nous n’avons pas pu calculer les PVA de manière précise. Toutefois, si on considère que tous les individus ont été abattus à l’âge adulte, on se rend compte que l’apport des Ovins était à peu près le même qu’à A 17, mais que le Bœuf avait moins d’importance, au profit du Porc. Il est possible que l’environnement plus accidenté de Scaffa Piana ait été moins favorable à l’élevage du Bœuf que le plateau de Bonifacio.

2) Evolution des sources de production carnée

41Le graphe de la figure 2 B a été établi en calculant, pour chaque période culturelle, sur les sites concernés, la moyenne du pourcentage de PVA fourni par chaque groupe d’animaux domestiques.

42Le graphe de la figure 2 C représente l’évolution de la rentabilité des trois groupes, c’est-à-dire du PVA moyen apporté par une bête (PVA/NMI, en kg). Cette variable rend compte de la capacité de production carnée d’une race, mais aussi de la qualité de la gestion du troupeau, notamment au niveau de la structure d’abattage, puisque ces facteurs ont été pris en considération dans le calcul des PVA.

43Il apparaît que :

  • dès son arrivée, le Bœuf prend une place de plus en plus importante dans l’alimentation. Il vient en deuxième position, peu avant les Caprinés, à la fin du Néolithique ancien, puis dépasse le Porc au Néolithique moyen où il devient la principale source de nourriture carnée. Parallèlement, il est l’objet d’améliorations zootechniques (fig. 2 C), essentiellement en ce qui concerne la gestion des troupeaux.

  • les Caprinés subissent très tôt le contre-coup de l’arrivée des Bovins et perdent la bonne place qu’ils occupaient sur la table des néolithiques. Les soins zootechniques dont ils étaient l’objet au début du Néolithique ancien, semblent se relâcher, du moins en ce qui concerne la production de viande (fig. 2 C). La légère augmentation de rentabilité entre la fin du Néolithique ancien et le Néolithique moyen n’est pas significative, en raison de l’incertitude attachée au calcul de PVA.

  • le Porc subit, avec un certain retard, les conséquences de l’arrivée du Bœuf et, même lorsque ce dernier domine, au Néolithique moyen, il conserve une place importante dans l’apport carné issu de l’élevage. Cependant, sa rentabilité est en constante diminution du VIe au IVe millénaire, en raison de l’abaissement de la stature.

3) Conclusion et comparaisons

44La période comprise entre le VIe et le IVe millénaire est donc marquée, dans la production carnée, par un passage d’une économie où le Porc et le Mouton étaient pratiquement à égalité, à une économie Bœuf/Porc/ Mouton, par ordre d’importance. Cette mutation, sans doute la plus grande de toute l’histoire corse de la production carnée jusqu’à la fin du Moyen Age, est due à l’apparition du Bœuf.

45Durant cette période, deux phénomènes caractérisent la Corse par rapport au continent proche :

  • L’existence (et l’importance) du Porc domestique dès la fin du VIe millénaire, alors qu’en Provence (Helmer, 1979) et en Languedoc (Geddes, 1981), il ne semble pas faire son apparition avant le Ve millénaire.

  • L’installation tardive des Bovins. Même si l’avenir démontre qu’ils existaient sur l’Ile à la fin du VIe et au début du Ve millénaire, on ne pourra parler que d’une timide apparition, bien en deçà de ce qu’on constate sur le continent proche. En effet, le Bœuf représente alors des pourcentages de NR non négligeables, tant en Italie du Sud (plus de 30 % à Torre Sabea) et du Nord (Barker, 1976, 1977), qu’en Provence (10 à 20 % en moyenne d’après Helmer, 1979 et Ducos, 1977) où il peut atteindre 65 % (Fraischamps II) et qu’en Languedoc (5 à 15 % en moyenne, Geddes, 1981, 1984 ; Bökönyi et Kretzoi, 1983).

46Sur le plan paléoécologique, les progrès de l’élevage de la fin du VIe millénaire et du Ve millénaire ont poussé les néolithiques à se tourner vers les sources de nourriture issues des écosystèmes terrestres qui leur fournissaient encore du petit gibier, mais surtout de quoi alimenter les troupeaux domestiques. Les plaines et collines côtières ont sans doute été aménagées par des défrichements dont il faudrait obtenir une confirmation paléo-botanique. L’Homme a donc peu à peu délaissé (mais pas abandonné) l’écosystème marin qui, au VIIe millénaire, participait encore largement à son approvisionnement carné.

Bibliographie

Références bibliographiques

Azzoroli (A.) 1971. Il significato delle faune insulari quaternarie, Le Scienze, 30 : 84-93, 8 fig.

Bailloud (G.) 1969 a. Fouilles de Basi (Serra-di-Ferro, Corse), campagne de 1968, Corse historique, 33 : 49-64, 7 fig.

Bailloud (G.) 1969 b . Fouille d’un habitat néolithique et torréen à Basi (Serra-di-Ferro, Corse) : premiers résultats, Bull. Soc. Préhist. française, 66 : 367-384.

Bailloud (G.) 1972. Datation C 14 pour le site de Basi (Serra-di-Ferro, Corse), Bull. Soc. Préhist. française, 69 (3) : 71-72.

Barker (G.) 1976. Early neolithic economy at Vhò, Preistoria alpina, 12 : 61-70, 6 fig., 4 tab.

Barker (G.) 1977. Further informations on the early neolothic economy at Vhò, Preistoria alpina, 13 : 99-105, 4 tab.

Bökönyi (S.) & Kretzoi (M.) 1983. La faune, in : Arnal, G.-B., La grotte IV de St Pierre de la Page (Hérault) et le Néolithique ancien du Languedoc, Mém. III, Centre de Recherche archéologique du Haut Languedoc, 1983 : 128-148, 2 fig., 18 tab.

Bonifay (E.) 1976. Maccinagio, C.R. de la réunion extraordinaire Soc. Géol. de France : Corse septentrionale, Bull. Soc. Géol. de France, 18 (7), n°5 : 1153.

Ducos (P.) 1977. Le Mouton de Châteauneuf-les-Martigues, in: L’élevage en Méditerranée occidentale, C.N.R.S. éd., Paris, 1977, pp. 77-85, 10 tab.

Geddes (D.) 1981. Les débuts de l’élevage dans la vallée de l’Aude, Bull. Soc. Préhist. française, 78 (10-12) : 370-378, 12 fig.

Geddes (D.) 1984. La faune néolithique de Leucate-Corrège dans son contexte méditerranéen occidental. Perspectives économiques, in : J. Guilaine, A. Freises & R. Montjardin, Leucate-Corrège, habitat noyé du Néolithique cardial, Centre d’Anthropologie des Sociétés Rurales, Toulouse, p. 235-249, 7 fig. Gliozzi (E.) & Maltesta (A.) 1980. The quaternary goat of Capo Figari (Northeastern Sardinia), Geologica romana, 19 : 295-347, 25 fig., 7 tab., 4 Pl.

Guilaine (J.) 1976. Premiers bergers et paysans de l’Occident méditerranéen. Mouton éd., Paris-La Haye, 286 pp., 57 fig., 32 Pl.

Helmer (D.) 1979. Recherches sur l’économie alimentaire et l’origine des animaux domestiques d’après l’élude des Mammifères postpaléolithiques (du Mésolithique à l’Age du Bronze) en Provence, Thèse univ. Sc. & Tech, du Languedoc, Montpellier, T I : 165 pp., T II: 167 pp.

Lanfranchi (F.) de & Weiss (M.-C.) 1972. Le Néolithique ancien de l’abri d’Araguina-Sensola (Bonifacio, Corse). Le mobilier caractéristique de la sépulture découverte en 1971, Bull. Soc. Préhist. française, 69 : 376-383, 8 fig.

Lanfranchi (F.) de & Weiss (M.-C.) 1978. Araguina-Sennola, dix ans de fouilles préhistoriques à Bonifacio, Archeologia corse, 2 : 1-167, 38 fig., 8 Pl.

Lewthwaite (J.-G.) 1984. The Neolithic of Corsica, in : C. Scarre éd., Ancient France, The University Press, Edinburgh, p. 146-183, 11 fig., 1 tab., 5 pl.

Magdeleine (J.) & Ottaviani (J.-C.) 1983. Découverte de vanneries datées du Néolithique moyen dans un abri, près de Saint Florent, en Corse, Bull. Soc. Préhist. française, 80 (1) : 24-32, 10 fig.

Magdeleine (J.) & Ottaviani (J.-C), sous-presse : L’abri de Scaffa Piana (Poggio d’Olette, Corse) Bull. Soc. Préhist. française.

Malatesta (A.) 1970. Cynotherium sardous Studiati, an extinct Canid from the Pleistocene of Sardinia, Mem. Ist. It. Pal. Um., N.S., 1 : 1-72, 37 fig., 14 tab., 10 Pl.

Malatesta (A.) 1977. The skeleton of Nesolutra ichnusae sp. n., a quaternary otter discovered in Sardinia, Geologia romana, 16 : 173-209, 23 fig. 8 tab., 3 Pl.

Molenat (M.) & Casablanca (F.) 1979. Contribution à la maîtrise de l’élevage porcin extensif en Corse, Bull. Tech, du Département de Génétique Animale de l’Inst. Nat. Rech. Agro., 32 : 1-72, 22 fig., 4 Pl.

Pfeffer (P.) 1967. Le Mouflon de Corse (Ovis ammon musimon, Schre-ber, 1782), position systématique, écologie et ethologie comparée, Mammalia, 31 (suppl.) : 1-262, 35 fig., 15 tab.

Poplin (F.) 1979. Origine du Mouflon de Corse dans une nouvelle perspective paléontologique : par marronnage, Ann. Génét. Sel. Anim., 11 (2): 133-143.

Poplin (F.) & Vigne (J.-D.) 1983. Observations sur l’origine des Ovins en Corse, Actes Congrès Préhist. de France, XXI session, Quercy, 1979, vol. 2, p. 238-245, 1 fig.

Poulain (T.), sous presse : La faune, in : Magdeleine (J.) & Ottaviani (J.-C), L’abri de Scaffa Piana, Bull. Soc. Préhist. française.

Quittet (E.) & Denis (B.) 1963. Races bovines françaises, La maison rustique éd., Paris, 78 pp., 55 fig., 3 tab., 23 cartes.

Quittet (E.) & Zert (P.) 1971. Races porcines en France, La Maison rustique éd., Paris, 43 pp., 27 fig., 6 tab., 6 cartes.

Stubbe (I.) & Stubbe (W.) 1977 a. Körpermasse und Gewichtsentwick-lung des Harzer Muffelwildes, Beit. z. Jagd- u. Wildf., 10 : 113-126, 8 fig, 8 tab.

Stubbe (I.) & Stubbe (W.) 1977 b. Uber die Zu Sammensetzung des Milch des Muffelwildes, Beit. z. Jagd- u. Wildf, 10 : 134-138, 2 tab.

Thibault (J.-C.) 1983. Les Oiseaux de la Corse, histoire et répartition au xixe et xxe siècle, Parc naturel régional de la Corse éd., 255 pp., nombreux fig., tab. et cartes.

Vigne (J.-D.), Marinval-Vigne (M.-C), Lanfranchi (F.) de & Weiss (M.C.), 1981 : Consommation du « Lapin-rat » - (Prolagus sardus Wagner) au Néolithique ancien méditerranéen - Abri d’Araguina-Sennola (Bonifacio, Corse), Bull. Soc. Préhist. française, 78 (7) : 222-224, 1 fig., 1 tab.

Vigne (J.-D.) 1983. Les Mammifères terrestres non-volants du Post-Glaciaire de Corse et leurs rapports avec l’Homme : élude paléo-ethno-zoologique fondée sur les ossements, Thèse 3e cycle, Univ. P. et M. Curie, Paris, 707 p., 90 fig., 19 tab.

Vigne (J.-D.) 1984. Premières données sur le début de l’élevage du Mouton, de la Chèvre et du Porc dans le sud de la Corse (France), in : J. Clutton-Brock & C. Grigson, Animais and Archaeology, 3. Early Herders and their Flocks (IVth Int. Courcil for Archaeozoology, Londres 1982), B.A.R. Int. Series, 202 : 47-65, 7 fig., 3 tab.

Notes

1 Ce point, débattu par ailleurs (Vigne, 1984), aboutit, dans l’état actuel de la recherche, à une indétermination que seule la reprise de la fouille à Araguina-Sennola pourra lever.

2 L’exposé de la méthode d’évaluation des PVA ne peut trouver place dans ces lignes. Qu’il suffise de dire que les abaques qui donnent le poids des animaux pour les différentes races du Néolithique corse, ont été établies grâce aux courbes d’accroissement pondéral du Mouflon actuel de Corse (Pfeffer, 1967, Stubbe et Stubbe, 1977 a), du Porc de race corse (Quit-tet et Zert, 1971, Molenat et Casablanca, 1979) et de Bovins domestiques actuels (Quittet et Denis, 1963). Pour plus de détails, voir Vigne (1983).

Notes de fin

2 Centre d'Anthropologie des Sociétés rurales (E.R. 289) ; 56 rue du Taur, 31000 TOULOUSE.

1 Laboratoire d’Anatomie comparée du Muséum national d’Histoire naturelle (R.C.P. 717) ; 55 rue Buffon, 75005 PARIS

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Contribution de la chasse aux Mammifères et Oiseaux et de l’élevage dans l’apport carné de sept ensembles chronostatigraphiques, du « Pré-Néolithique » (PN), du début (Nal) et de la fin (Na2) du Néolithique ancien et du Néolithique moyen (Nm). Les lignes brisées joignent les pourcentages obtenus pour les différents horizons d’un même site (Araguina-Sennola et Strette).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1021/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Figure 2 A : Proportions relatives des différents groupes d’animaux domestiques dans les quatre sites représentatifs du Néolithique ancien et moyen.B : Evolution de la contribution des différents groupes d’animaux domestiques dans la production carnée.C : Evolution de la rentabilité bouchère des différents groupes d’animaux domestiques.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1021/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 295k

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540