Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Les débuts de l'élevage

Nouvelles données sur l’élevage au Néolithique ancien dans les Alpes du nord

Louis Chaix, Jean-Pierre Ginestet et Claude Olive

Résumé

Des fouilles récentes dans les Alpes du Nord montrent l’existence de l’élevage au Néolithique ancien déjà.
La grotte de « La Vieille Église » en Haute-Savoie a livré des ossements de caprines domestiques et de bœuf dans un niveau daté de 6500 BP. Dans la haute vallée du Rhône (Suisse), le site de Sion-La-Planta, daté d’environ 6000 BP, témoigne d’un élevage développé des caprines et du bœuf.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Note portant sur l’auteur2

Note portant sur l’auteur3

Texte intégral

1Depuis peu de temps, de nouvelles fouilles et études confirment la présence de cultures attribuables au Néolithique ancien dans des zones jusque-là considérées comme marginales par rapport aux grands courants de la néolithisation.

2Les résultats présentés ici proviennent de la fouille d’un abri sous-roche situé sur la rive droite du Fier, en Haute-Savoie. Il s’agit de la grotte de « La Vieille Église » près du village de la Balme de Thuy (Figure 1).

3Le site présente une surface de 600 m2 dont environ un tiers a été fouillé. Son altitude est de 620 m et il est orienté au Sud.

4C’est au pied d’une falaise urgonienne que les glaciers, l’érosion cryoclastique et les eaux de ruissellement ont creusé la cavité naturelle. Au pied de l’abri, vers le Sud, un talus de 22 m de hauteur raccorde le site à une première plate-forme ; un talus moins pentu, de hauteur comparable, relie l’ensemble au lit actuel du Fier.

Figure 1 : Localisation géographique de la Balme de Thuy.

5L’environnement géologique est celui des Préalpes calcaires et en particulier, dans cette région, celui des séries stratigraphiques du massif des Bornes-Aravis. Les sédiments fluvio-glaciaires appartiennent à ces séries, mais aussi à celle de la klippe de Sulens.

6Les premiers sondages furent réalisés par J. Hubert, l’instigateur de la fouille, mais non son inventeur ; en effet, le site était connu depuis le siècle dernier. Au cours de ces premières recherches, en 1970, « on » fit aplanir le sol de l’abri afin de réaliser une plate-forme abritée devant servir à quelques animations touristiques estivales. Beaucoup de couches furent détruites : les recherches se transformèrent en fouilles de sauvetage. Les résultats positifs de ces recherches nous amenèrent à transformer la fouille de sauvetage en fouilles programmées, avec l’aide financière de l’AFAN et du conseil général de la Haute-Savoie. Douze années de recherches effectuées sur le terrain par des bénévoles nous ont permis de définir la stratigraphie (simplifiée) suivante :

7Cette coupe stratigraphique a été réalisée dans un sondage profond de la cote — 120 cm à — 650 cm.

  • 4 Les études scientifiques spécifiques sont réalisées par les chercheurs suivants : P. Bintz (industr (...)

8Le programme de travail pour les 3 années à venir va être principalement axé sur les thèmes proposés dans le contrat DGRST relatif au « Paléoenvironnement holocène des Alpes françaises du Nord et de leur pied-mont » : Dryas III, Néolithique ancien, repérage de la charnière Atlantique-Subboréal4.

9Les résultats archéologiques et ceux des autres disciplines n’ont pas encore fait l’objet d’une publication exhaustive. Plusieurs articles et rapports sont publiés ou vont l’être (Ginestet, 1970-1971, 1975 a, b, 1977, 1978, 1979, 1980 ; Hubert et Ginestet, 1976 ; Bintz et al., 1981 ; Bocquet et al., à paraître ; Bintz et al., 1984 ; Olive et al., à paraître).

10Lors de l’étude de la faune de cet abri, nous avons été frappés par la présence de vestiges d’animaux domestiques dans le niveau 5 B, daté par le radiocar-bone de 6500 ± 230 BP. Ce niveau n’a pas livré de céramique. L’industrie lithique semble devoir être attribuée à un Mésolithique résiduel (Bintz et al., 1984).

11La faune est dominée par les espèces sauvages qui forment 87,1 %. Le cerf est le mieux représenté (80,2 %). On trouve également quelques ossements de sanglier (6,9 %) ; ces vestiges témoignent d’un environnement sylvatique bien développé. On peut encore ajouter diverses espèces dont l’intérêt est ici anecdotique.

12Le reste de la faune, soit 12,6 %, consiste en vestiges d’animaux domestiques, où deux espèces dominent : 39 ossements sont attribuables à des caprines sans qu’il ait été encore possible de différencier chèvre et/ou mouton. 5 restes appartiennent au bœuf domestique (Bos taurus L.), (Bintz et al., 1984).

13On comparera ces observations à celles faites dans la vallée supérieure du Rhône, sur le site de Sion-Planta (Gallay et Olive, 1982 ; Gallay et al., à paraître), où des niveaux datés du Néolithique ancien (vers 6000 BP) ont livré de nombreux restes d’animaux domestiques. Là aussi, caprines et bœuf dominent. La grande différence réside dans le fait qu’à Sion-Planta, la faune chassée est extrêmement réduite (figure 2). On peut supposer que cette zone du Haut-Rhône montrait au Néolithique ancien déjà, un élevage élaboré et bien développé.

14A la Balme de Thuy, la faible proportion d’espèces domestiques, ainsi que l’absence du porc et du chien, présents à Sion-Planta, font penser à une population encore proche des prédateurs sauveterriens, mais déjà en contact avec des cultures pratiquant l’élevage.

Figure 2 : Chasse et élevage à la Balme de Thuy (Haute-Savoie, France) et à Sion (Valais, Suisse) au Néolithique ancien et moyen.

Figure 3 : Représentation des diverses espèces animales au Néolithique ancien et moyen à la Balme de Thuy et à Sion.

15On retrouve du reste ce type de situation dans une autre zone marginale, l’arc jurassien : en effet, le niveau XI de la Baume de Gonvillars (Haute-Saône), daté de 6300 BP, a livré quelques ossements attribuables à des animaux domestiques (caprinés et bœuf), (Pétrequin, 1969).

16La situation observée au Néolithique ancien à la Balme de Thuy et à Sion-Planta va se continuer au Néolithique moyen. A la Balme de Thuy, le niveau 5A, à céramique chasséenne, montre toujours la présence en faible nombre, de caprinés et de bœuf, le cerf restant le gibier dominant. A Sion-Planta, les caprinés et les bovidés domestiques continuent à former la part essentielle de l’alimentation carnée des néolithiques moyens (figure 3).

17Pour conclure, et en attendant d’autres résultats plus complets, on peut constater que plusieurs découvertes récentes montrent que la pénétration des massifs alpins, et éventuellement jurassiens, par les nouvelles techniques de contrôle du monde animal, s’est faite plus tôt que l’on ne pensait.

18Il semble que les adaptations à la vie d’éleveur, et peut-être à celle d’agriculteur, aient été diverses suivant les zones. A la Balme de Thuy, le cheptel reste très discret et ne joue qu’un rôle d’appoint à une alimentation carnée provenant essentiellement du cerf ; à Sion-Planta, par contre, nous avons affaire à une population d’éleveurs, la chasse ne jouant qu’un rôle infime dans l’alimentation.

19Les recherches en cours devraient permettre de mieux saisir, dans les zones marginales, les modalités et la chronologie de l’apparition de l’élevage qui reste l’un des critères de la néolithisation.

Bibliographie

Bibliographie

Bintz (P.), Ginestet (J.P.), Mourre (J.), Pion (G.). 1981. L’homme et son environnement à l’épipaléolithique dans les Alpes du Nord d’après les données récentes. BSPF, 78.5, 130-131.

Bintz (P.), Bocquet (A.), Chaix (L.), Ginestet (J.P.), Olive (CL), Olive (Ph.), 1984. L’abri sous-roche de « La Vieille Église ». La Balme de Thuy, Haute-Savoie, BSPF, 81, 10/12 : 320-342.

Bocquet (A.) et al., à paraître. Présence de céramique du campaniforme à la Balme de Thuy. Etudes préhistoriques et protohistoriques.

Gallay (A.), Carazzeti (R.), Brunier (Ch.), à paraître. Le Néolithique ancien des Alpes centrales (fin 5e millénaire) et ses relations avec la Méditerranée. Colloque Montpellier, avril 1983.

Gallay (A.), Olive (Ph.). 1982. Une phase du néolithique ancien en Suisse romande. Puhl. Groupe de Travail Rech. pré. et proto. Suisse, Fribourg.

Ginestet (J.P.), Rapports officiels des campagnes de fouilles (années 1970, 1971, 1975, 1977, 1978, 1979, 1980, 1981). Direction Antiquités préhist. Région Rhône-Alpes, Lyon.

Ginestet (J.P.). 1975 a. Un environnement préhistorique : La Balme de Thuy au Néolithique. Bull. Soc. Hist. nat. Haute-Savoie (n° spécial) : 57-61.

Ginestet (J.P.). 1975 b. Les fouilles préhistoriques de la Balme de Thuy. Revue Amis du Val de Thônes, 1, 29-35.

Ginestet (J.P.). 1980. Esquisse d’un artisanat local aux temps préhistoriques. Revue Amis du Val de Thônes, 5, 100-109.

Hubert (J.), Ginestet (J.P.). 1976. Livret-guide de l’excursion A 9 : Néolithique et âges des métaux dans les Alpes françaises : 172-173 ( + fig. p. 155). IXe Congrès UISPP, Nice.

Olive (Cl.), Olive (Ph.), Ginestet (J.P.), à paraître. La sépulture de l’enfant du Bronze final. In : Sépultures en grotte. Inventaire de G. Gaucher, Collège de France. Gallia-Préhistoire.

Pétrequin (P.). 1969. La grotte de la Baume de Gonvillars (Haute-Saône). Thèse 3e cycle préhistoire, Besançon.

Notes de fin

4 Les études scientifiques spécifiques sont réalisées par les chercheurs suivants : P. Bintz (industrie lithique et sédimentologie) ; A. Bocquet (céramique, métaux) ; L. Chaix (malacologie et archéozoologie) ; M. Girard et Bui Thi-Mai (palynologie) ; Cl. Olive (anthropologie et archéozoologie) ; Ph. Olive (datations au radiocarbone et paléoclimatologie isotopique). L’un de nous (L. Chaix) a bénéficié pour cette étude, de l’aide du Fonds National suisse de la Recherche Scientifique (requête n° 1580-0.82) qu’il tient à remercier ici.

1 Département d’archéozoologie, Muséum d’Histoire Naturelle, Genève.

2 Correspondant de la Direction des Antiquités préhistoriques Rhône-Alpes.

3 Département d’archéozoologie, Muséum d’Histoire Naturelle, Genève et Laboratoire d’Ostéologie, Institut de Limnologie, Thonon-les-Bains.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Localisation géographique de la Balme de Thuy.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1017/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1017/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Figure 2 : Chasse et élevage à la Balme de Thuy (Haute-Savoie, France) et à Sion (Valais, Suisse) au Néolithique ancien et moyen.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1017/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Figure 3 : Représentation des diverses espèces animales au Néolithique ancien et moyen à la Balme de Thuy et à Sion.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1017/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 139k

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search