Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Les débuts de l'élevage

Problèmes des débuts de l’économie de production en Italie sud-orientale

Mirella Cipolloni-Sampo

Résumé

Le tableau qui se dégage des plus récentes recherches sur les origines du Néolithique dans la Méditerranée centrale nous invite à revoir les interprétations formulées jusqu’à présent. Dans le Sud-Est italien le Mésolithique est presque inconnu et cela empêche d’évaluer réellement le contexte dans lequel le phénomène de néolithisation s’est inséré. Les dernières découvertes montrent dans cette région la présence d’agriculture et d’élevage et en particulier la domestication locale des bovidés et des suidés au 6e millénaire.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

1Les débuts de l’économie de production en Italie sud-orientale ont fait l’objet d’interprétations très différentes (Bernabo Brea, 1962, 1970 ; Trump, 1966 ; White-house, 1968 a, 1968 b). Le manque de témoignages direct sur les activités de subsistance des plus anciennes communautés paysannes a conduit à exploiter les déductions réalisées à partir du peu de sites fouillés, gisements souvent situés dans des milieux écologiques très différents. Le point commun entre les diverses hypothèses était de considérer la documentation disponible dans le cadre des théories générales sur la néolithisation de la Méditerranée. Cependant les données orientées vers une telle problématique sont actuellement très fragmentaires ; mais si l’on ne peut parvenir à une synthèse, on peut au moins envisager des moyens et des méthodes utiles pour étudier ce processus. Essayer de saisir en profondeur le développement économique et social des groupes envisagés doit être accompli en revenant à ce problème spécifique.

2L’étude du Néolithique ancien de l’Italie méridionale a été conduite jusqu’à présent surtout sur la base des styles céramiques, dans le but de définir une séquence chronologique et culturelle (Tiné, 1973, 1976, 1983). Cependant, la variabilité de ces styles, qui reflète un ensemble de facteurs en rapport ou non avec la chronologie, ne constitue pas en elle-même un indice chronologique si elle n’est pas reliée à des progressions stratigraphiques. Les datations C14 obtenues jusqu’à présent dans plusieurs gisements de la région n’éclaircissent pas encore définitivement le problème (fig. 1).

3Le grand nombre d’ensembles céramiques publiés nous a donné longtemps l’impression de bien connaître le Néolithique de cette région ; au contraire, d’autres témoignages, qui sont tout à fait fondamentaux pour la compréhension des dynamiques culturelles, pendant la formation et au cours de la néolithisation, sont restés presque inconnus. Les données indispensables pour comprendre réellement la structure économique et sociale des plus anciennes communautés paysannes sont encore en grande partie absentes de notre documentation.

Figure 1 : Datations absolues des sites du Néolithique ancien et moyen en Italie sud-orientale.

Figure 2 : Représentation des datations absolues des sites du Néolithique ancien et moyen en Italie sud-orientale. Il est évident que les datations de plusieurs sites, qui ont donné des matériaux représentatifs des phases IIA, IIB, III, IVA 1 et IVA 2 du Tavoliere (Tiné 1983), se superposent presque complètement.

4On a, dans le passé, cherché à suivre les étapes du processus graduel d’acculturation des derniers groupes mésolithiques pendant les phases initiales du Néolithique (Whitehouse, 1970). Sur la base des données de quatre gisements (Coppa Nevigata, Grotta della Mura, Grotta del Fico et Grotta delle Prazziche), une reconstruction du développement économique et culturel des communautés locales a été proposée.

5La réduction du territoire de chasse, en conséquence du début de l’agriculture, les changements dans la flore et dans la faune, les contacts culturels et la diffusion des idées nouvelles importées par les paysans néolithiques, auraient été à la base de l’acculturation des derniers mésolithiques.

6Cette hypothèse, fondée sur le témoignage de seulement quatre sites, trois en grotte et un, Coppa Nevigata, situé au bord d’une lagune dans un environnement très particulier (Palmieri, 1980), reste cependant la seule tentative de synthèse sur ce problème. Dans les treize années qui sont passées après la publication de cet essai, la connaissance de ce qui précéda le VIe millénaire dans la région n’a pas avancé, par contre on commence à mieux connaître quelques situations du Néolithique ancien.

7Indépendamment des théories d’interprétation du phénomène de la néolithisation (migrationniste, diffusionniste, évolutionniste) le problème de cerner ce qui précèda le VIe millénaire se pose pour dévoiler un contexte spécifique et expliquer comment un processus de développement s’est instauré.

8Les plus récentes études sur le Néolithique du Proche-Orient ont prouvé que la formation du nouveau mode de vie s’est passée pendant l’Épipaléolithique. Elle a donc commencé à la fin du Pléistocène et non au début de l’Holocène (Moore, 1982, p.232), lorsque le paléoenvironnement était encore tout à fait différent de ce que l’on avait supposé jusqu’à présent. De là la nécessité de regarder avec une attention renouvelée cette période pour essayer de cerner les changements de relations entre l’homme et le milieu.

9Pour l’Europe, où l’agriculture et l’élevage ont été probablement importés, le problème demeure quand même et il a été envisagé de plusieurs façons différentes.

10Certains auteurs ont suggéré la possibilité d’une phase pré-néolithique dans laquelle on s’est adapté aux changements postglaciaires, qui ont donné lieu, dans l’Europe tempérée et méditerranéenne, à un milieu hautement productif. La possibilité de combiner avantageusement les ressources de différents écosystèmes, surtout marins et terrestres (Clarke, 1976) et d’intensifier les activités de cueillette (Guilaine, 1976, 1980), font regarder aujourd’hui le Mésolithique comme une période caractérisée par une haute possibilité d’exploitation des nombreuses ressources du milieu.

11Pour ce qui concerne l’Italie sud-orientale, l’arc chronologique qui va du IXe au VIe millénaire demeure jusqu’à présent presque inconnu, surtout dans les zones qui semblent avoir joué un rôle de toute première importance dans le développement du Néolithique : Tavoliere, vallée de l’Ofanto, Materano, Calabria, etc. Ceci empêche d’évaluer dans quel contexte ont été introduits les éléments fondamentaux de la nouvelle économie. On a jusqu’ici envisagé une exploitation presque exclusive des ressources du milieu marin (Radmilli, 1960) en interprétant le Mésolithique comme une période de crise dans laquelle, après la disparition du gibier de grande taille, on s’est adapté à des ressources toujours plus réduites et spécialisées. Ce point de vue a été en partie révisé, il y a presque vingt ans (Tas-chini, 1964), et la disparition pendant le Mésolithique de la faune de grande taille de ces régions devient de plus en plus improbable ; on voit nombreuses espèces sauvages encore représentées dans les sites du Néolithique ancien. Ces présences sont d’autant plus significatives que les paysans néolithiques utilisaient pour l’alimentation presque exclusivement les ressources de l’élevage.

12L’étude des faunes postglaciaires accuse dans le midi italien un net retard, cependant on sait que le remplacement progressif de la faune et de la flore tardiglaciaire par les associations caractéristiques de la chênaie, qui constitue un milieu à très haute productivité, permettait soit de chasser encore la grande faune (sourtout sangliers et aurochs, mais aussi cerfs, chevreuils, ours, etc.) soit d’exploiter les ressources végétales spontanées qui sont très nombreuses et variées surtout dans la chênaie mixte, bien répandue au Boréal (Follieri, 1983).

13L’attention plus marquée envers les disponibilités du territoire doit aussi avoir augmenté le nombre d’activités des groupes humains. C’est peut-être là qu’on peut trouver l’explication de certains sites (par exemple Coppa Nevigata ou des grottes au bord de la mer) qui ont révélé des activités étroitement spécialisées. Ils représentent probablement des stations où se déroulaient des secteurs d’activités, peut-être saisonniers, et non des stations de passage du Mésolithique au Néolithique ou de communautés attardées au niveau mésolithique.

14Il est désormais évident qu’une connaissance approfondie de ce qui précéda le VIe millénaire dans la région est fondamentale pour comprendre et évaluer les débuts et les développements de l’économie néolithique.

15Si l’on observe le petit nombre de sites étudiés ayant donné une séquence paléolithique supérieur-mésolithique-néolithique, on rencontre chaque fois une remarquable variété de situations.

16Les découvertes récentes, d’une part de la grotte Franchthi en ce qui concerne le début de l’agriculture (Hansen/Renfrew, 1978), et d’autre part de la grotte de l’Uzzo, en ce qui concerne le début de l’élevage (Piperno-Scali-Tagliacozzo, 1980) et peut-être aussi de l’agriculture (Costantini, 1981), comme la présence du triticum monococcum dans un niveau daté du VIP millénaire le ferait envisager, démontrent que dans la Méditerranée centrale les processus de néolithisation se sont déroulés de façon très variée.

17En Italie sud-orientale on connaît seulement des séquences à partir du Néolithique ancien. Les recherches dans le village de Rendina (vallée de l’Ofanto, Basi-licata), ont fourni un échantillon très large et homogène (Cipolloni Sampo, 1977-82). Les fouilles étendues, conduites à partir de 1970 jusqu’à 1976 ont permis de suivre le développement d’un groupe à poterie imprimée au cours duquel on peut distinguer trois phases : la plus ancienne, pour laquelle on n’a pas encore de datations absolues, doit se développer à travers le VIe millénaire, la deuxième, pour laquelle nous disposons de quatre datations au C14, doit être située entre la fin du VIe et la première moitié du Ve, la troisième se développe après cette date dans la deuxième moitié du IVe millénaire.

18Pendant la vie du site on a observé des changements dans divers domaines de la culture matérielle : topographie de l’habitat, architecture, usages funéraires, etc. Les étapes reconnues constituent un point de départ utile, même s’il est méthodologiquement erroné de les étendre à tout le complexe culturel, surtout à défaut, pour l’instant, d’autres documentations parallèles.

19Dans la production céramique de la première phase, on trouve à Rendina la céramique imprimée classique et aussi une céramique non décorée ou avec un décor plastique, fine, lisse, de couleur grise, brune ou presque noire, qui ressemble beaucoup aux céramiques monochromes du Néolithique ancien de la Grèce, surtout à la production connue à Elateia (Weinberg, 1962).

20Dans les phases II et III, au contraire, ce dernier type de céramique est décoré avec une technique et des motifs très particuliers qu’on ne retrouve jamais sur les céramiques imprimées du premier type.

21La séquence stratigraphique de Rendina démontre que seulement un petit pourcentage de formes et décorations de la poterie imprimée classique présente des limites chronologiques spécifiques.

22L’outillage lithique, qui n’est pas encore complètement étudié, est essentiellement en silex, mais il y a aussi des pièces en quartzite et en calcaire. Dans la IIe et IIIe phase il y a aussi de très rares pièces en obsidienne. Il y a des changements dans les trois phases mais dans l’ensemble on peut dire que pour l’outillage taillé le débitage n’est jamais laminaire et qu’il n’y a pas de retouches plates ; le nombre des burins est nettement supérieur à celui des grattoirs ; on trouve beaucoup d’instruments à retouches simples, surtout marginales (Ronchitelli-Sarti, 1977-82).

23Les études palynologiques et sédimentologiques du site sont en cours. On attend d’elles des données sur l’environnement et le climat dans la vallée de l’Ofanto au cours du VIe et du Ve millénaire.

24L’agriculture est pour l’instant attestée par la présence de blé et d’orge dans la Ière et IIe phase et aussi de légumes dans la Illème (Follieri, 1977-82 ; 1983).

25L’étude de la faune, qui n’est pas encore complète, montre clairement le rôle essentiel joué par les espèces élevées. Ce sont les cinq classiques du Néolithique ancien des Balkans et de la Grèce : bovidés, ovicapridés, suidés et, peu important dans l’alimentation mais tout à fait présent, le chien (Bökönyi, 1977-82). On travaille sur un échantillon qui constitue le plus vaste ensemble actuellement disponible pour le Néolithique ancien italien et pourtant les 9730 fragments déterminés et analysés constituent seulement les 2/3 de l’échantillon total.

26La faune sauvage est très importante dans le cadre général de l’environnement exploité par les gens de Rendina au VIe et Ve millénaire. La composition de cette faune reflète les conditions écologiques propres au site. A Rendina, situé dans le bassin de l’Ofanto, non loin des hautes montagnes de l’Apennin, sont représentées 16 espèces caractéristiques d’habitats différents, mais Bos primigenius Boj (70 %) et Sus Scrofa ferus L. (15 %) sont fréquents (Bökönyi, 1977-82 et en préparation).

27Avec cinq espèces, la faune domestiquée représente 97 % du total, tandis que la faune sauvage, avec 16 espèces, représente seulement 3 %. Il est évident que la chasse n’intéressait pas les gens de Rendina. Mais il est aussi évident que ce fait réside dans le type de relation avec le milieu ; il reflète un choix économique car la variété des espèces chassées montre un habitat très favorable à la chasse avec, en particulier, la présence d’animaux de grande taille.

28Pour l’alimentation les espèces sauvages représentent 1/4 ou l/5e du total. 6 des 12 espèces représentées sont des ongulés et on peut penser que les gens de Rendina chassaient ces animaux surtout pour sauvegarder les champs cultivés.

29Même dans les autres sites connus du Sud-Est italien, les ressources sauvages n’ont pas un rôle déterminant dans le système de subsistance ; cependant elles sont un indicateur important des possibilités offertes par l’habitat au début de la période atlantique. Bien que le pourcentage d’animaux chassés soit toujours bas, la variété des espèces est remarquable. A la grande chasse, s’ajoutaient les ressources de la petite chasse, de la pêche et, dans la plupart des villages situés sur le littoral, de la collecte des mollusques.

30En ce qui concerne la domestication, le problème préliminaire est d’évaluer si le phénomène existe au même moment et indépendamment dans plusieurs lieux ou bien s’il a été la conséquence de l’introduction d’espèces déjà domestiquées ailleurs.

31Beaucoup d’auteurs sont d’accord pour soutenir qu’en Europe il n’existait pas d’ovicapridés domesticables pendant le post-pleistocène (Bökönyi, 1974, 1978 ; Uerpmann, 1983). En France le mouton, probablement domestique, apparaît en milieu mésolithique (Gramari, Châteauneuf), le chèvre semble au contraire faire son apparition en même temps que la céramique, le bœuf (à l’exception peut-être de Gazel) et le porc sont représentés à partir du Cardial.

32En Italie on suppose que les ovicapridés ont été introduits déjà domestiqués au cours du Néolithique ancien. Les sources possibles sont les Balkans méridionaux et le Proche-Orient. Selon S. Bökönyi la voie de pénétration vers l’Italie méridionale serait passée de toute façon à travers la péninsule balkanique. En effet durant le Néolithique ancien les ovicapridés sont prédominants dans l’ensemble de la faune domestiquée de toute la Grèce, de la Yougoslavie méridionale et du bassin des Carpathes. C’est seulement dans les zones de forêts plus denses (centre des Balkans, Transylvanie ou localement dans des situations extrêmement spécifiques) que les bovidés sont les plus nombreux.

33A Rendina une domestication locale est proposée pour les bovidés et les suidés (Bökönyi 1977-82). Deux explications sont actuellement probables pour cela : ce processus de domestication peut avoir commencé en Italie sud-orientale de manière autonome ou bien comme conséquence de l’introduction du bétail domestique.

34La première hypothèse est à démontrer complètement, la seconde offre des analogies avec des cas documentés en Europe centrale, dans lesquels on a utilisé les espèces localement domesticables (aurochs et sangliers) pour augmenter le stock d’animaux domestiques (Bökönyi, 1974).

35L’absence de données statistiques et d’études particulières (par exemple indiquant le nombre des individus, les pourcentages, le sexe, l’âge, les choix et les modalités pour l’abattage, etc.) sur la faune du Néolithique ancien en Italie méridionale nous empêche pour le moment de suivre le développement de l’élevage au cours du Néolithique.

36Les problèmes que pose l’apparition de l’élevage demandent une ample gamme d’observations, mais aucune recherche de ce type n’a été réalisée, jusqu’à maintenant, pour les gisements du Néolithique ancien et moyen de cette aire ; dans le meilleur cas, nous disposons seulement de listes d’espèces présentes. Seule une programmation, déjà orientée au niveau de la recherche et de l’enregistrement des données, pourra nous offrir une documentation appropriée.

37Pour le moment, vu le peu d’importance de la chasse et l’absence de témoignages relatifs à la cueillette des produits spontanés, nous devons en conclure que la subsistance des communautés paysannes néolithiques du Midi reposait surtout sur l’élevage mixte et l’agriculture céréalière.

38Les données paléobotaniques relatives au début de l’agriculture en Italie sont généralement plutôt rares (Evett-Renfrew, 1971).

39Dans le Midi, sur la base du peu d’éléments disponibles, on peut dire qu’il y avait une agriculture naissante au VIe millénaire (Follieri, 1977-82, 1983) ; mais les données directes ne permettent pas d’en déduire davantage ni au sujet des systèmes de culture ni des activités qui en dérivent.

40Seule la présence de céréales est attestée, pour l’instant, dans les gisements du VIe millénaire (Follieri, 1977-82, 1983 ; Sargent, 1983). Les légumineuses apparaissent dans le Ve (Follieri, 1973, 1983 ; Nisbet, 1977-82) ; à Rendina, pour l’instant, elles ne sont présentes que dans la IIIe phase.

41Cependant, puisque les données sont actuellement si rares et qu’elles ne constituent pas encore un échantillon statistiquement valable, il est trop tôt pour tenter de déduire, d’après ces présences ou absences, une éventuelle spécialisation agricole ou une introduction plus tardive des légumineuses par rapport aux céréales.

42Les céréales et les légumineuses sont associées au Proche-Orient (Zohary-Hopf, 1973), Grèce (Renfrew, 1973 ; Hansen-Renfrew, 1978) et Bulgarie (Dennell, 1978), à partir du VIe millénaire ; les composantes pour une rotation des cultures étaient donc disponibles dans ces secteurs depuis assez longtemps.

43Dans l’agriculture de la Grèce néolithique les légumineuses sont aussi importantes que les céréales. On trouve une situation différente en Europe centrale et septentrionale où les légumineuses semblent avoir été introduites plus tardivement.

44Pour le moment, on ne peut tirer aucun déduction définitive en ce qui concerne l’Italie méridionale parce que les données sont encore trop rares. Chaque future découverte pourra apporter une nouvelle lueur au problème.

45Une recherche finalisée dans une série de gisements permettrait, peut-être, de jeter la base nécessaire pour résoudre le problème, en apportant une confrontation équilibrée des résultats.

46En l’absence de données directes sur les pratiques agricoles aux débuts de l’économie de production, l’étude de l’utilisation du territoire est un type d’analyse qui peut fournir des idées pour la compréhension aussi bien de ces éléments que de l’organisation sociale de la production.

47On a souvent signalé le grand nombre de villages découverts dans le Tavoliere. La vallée de l’Ofanto qui est la frontière sud de la région présente la même situation, mais ici les villages, aussi nombreux, ne sont que très rarement visibles sur les photos aériennes. L’exploration systématique de la vallée, afin de reconstituer (parallèlement aux fouilles conduites à Rendina et dans d’autres gisements) l’histoire de son utilisation à l’époque néolithique, a commencé à partir de 1973 et n’est pas encore achevée (Cipolloni Sampò, 1980, 1977-82, 1982).

48La classification du matériel de surface a été réalisée à l’aide de la typologie établie à Rendina. Il a été tenu compte du fait que dans une telle documentation un élément peut, par hasard, prévaloir sur les autres. Cependant il a été considéré que le tableau obtenu est relativement acceptable.

49Au VIe millénaire on connaît très peu d’habitats ; ils sont caractérisés par des dimensions variées. Ils ne sont pas très grands mais toujours plus grands que ceux du Ve millénaire.

50Au Ve il y a un grand nombre de sites ; ils sont souvent distants d’à peu près un kilomètre. La surface du village semble plus réduite.

51Au IVe il y a une diminution notable dans le nombre de villages mais leur taille a fort augmenté.

52Nous voyons aussi au Ve millénaire (surtout dans la première moitié) un nombre très élevé de sites. Il est impossible ici de résumer tous les mécanismes hypo-thisés ou individualisés ; le résultat au niveau de l’interprétation est qu’il n’y a pas eu dans cette aire une explosion démographique suivie par une désertification, mais seulement un certain type d’utilisation du sol qui présente, pour nous, l’apparence d’une surpopulation. Si nous observons la distribution des villages par rapport aux caractères pédologiques, nous voyons que 80 % se trouvent sur des terrains très favorables pour l’agriculture primitive (Cipolloni Sampo, 1977-82, fig. 2, 3).

53Nous avons constaté qu’à Rendina l’agriculture et l’élevage sont à la base de l’économie de subsistance du groupe. L’analyse de la distribution des villages par rapport à la pédologie a montré que le territoire avec un potentiel optimal est très réduit. Il est clair que pour des communautés qui pratiquent ce type d’économie, l’accès aux moyens de production est un facteur vital. Si nous considérons comme contemporains tous les villages du Ve millénaire appartenant au faciès de Rendina II, on constate que presque tous avaient un territoire si limité qu’il ne pouvait fournir, sur la base du type d’économie pratiquée, les éléments de subsistance nécessaires à chaque petit groupe.

54Le climat, le sol, le relief et l’hydrologie sont les éléments qui pèsent de manière fondamentale dans les pratiques agricoles, mais le degré d’utilisation des ressources potentielles dépend en grande partie de la technologie disponible.

55L’analyse de la répartition des habitats néolithiques de la vallée de l’Ofanto conduit à supposer que cette distribution est une conséquence des pratiques agricoles, c’est-à-dire d’une agriculture mobile sur terrains défrichés (peut-être par le feu) pratiquée dans la vallée pendant plusieurs centaines d’années. Le passage de l’agriculture mobile à l’agriculture sédentaire est peut-être la conséquence de l’exploitation intensive du sol. Les défrichements fréquents ne permettent plus la formation de la forêt mais seulement du buisson, puis de la prairie. Seule l’intervention d’une technologie nouvelle permettant un meilleur travail du terrain, peut permettre d’échapper à cette situation.

56Les groupes à céramique trichrome du IVe millénaire avaient certainement acquis ce moyen et c’est probablement à ce moment-là que s’affirme pleinement l’élevage des ovicapridés qui conduit à de nouveaux équilibres (Cipolloni Sampo, 1978).

57Dans un premier temps, il a souvent été fait appel, dans l’interprétation du Néolithique européen, au modèle de l’agriculture mobile (Clark, 1952, Soudky-Pavlu, 1972) ; on assiste actuellement à l’expression de positions différentes. Celles-ci sont basées soit sur des considérations générales (Sherratt, 1980, Jarman et al., 1982) soit sur des analyses spécifiques (Rowley-Conwy, 1981).

58L’étude de la néolithisation du bassin méditerranéen révèle, au-delà de quelques constantes, une grande diversité des situations locales.

59On a amplement démontré en Europe la pénétration sélective de l’agriculture primitive dans des aires limitées caractérisées par une haute productivité (Tring-ham, 1971). Cependant l’analyse détaillée démontre que dans chacune de ces aires, les choix économiques et les modes d’utilisation du territoire suivent des directions diverses (Barker, 1975, Dennell, 1978, Kosse, 1979). Un essai de synthèse à l’aide d’un unique modèle d’interprétation ne peut refléter la réalité.

60Des études récentes ont mis en lumière la grande importance des troupeaux d’ovicapridés dans l’organisation économique des communautés néolithiques (Halstead, 1981, Sherratt, 1981). En ce qui concerne l’Italie méridionale, un tableau de ce genre semble correspondre à une situation qui émerge non pas dans un moment initial mais plus tard dans le courant du Néolithique, vers la fin du Ve et pendant le IVe millénaire.

61Les instruments relatifs à la « révolution des produits secondaires » (Sherratt, 1981), c’est-à-dire au travail du lait et de la laine, courants dans les ensembles du Néolithique moyen, font leur apparition à Rendina à la IIIe période (seconde moitié du Ve millénaire).

62Un nouvel ordre économique se met en place au Néolithique moyen : il s’exprime, entre autre, par des villages plus vastes, avec un territoire beaucoup plus étendu qu’auparavant.

63C’est peut-être à cette époque-là qu’on peut situer l’épanouissement de ce système « agro-pastoral » d’utilisation du bétail, avec une agriculture stable, avancé récemment comme la synergie qui a garanti le succès de la révolution néolithique (Lewthwaite, sous presse et 1983).

64Ce qui émerge à partir de ce moment-là, dans l’aire considérée, c’est le changement très marqué dans le rapport habitat-territoire. Le passage des hypothèses à l’explication demande encore une longue « récolte » de données sur le terrain.

65Le problème de l’apparition de l’économie de production dans cette aire ne peut pas, actuellement, être considéré par rapport au phénomène entendu au sens global, mais seulement à travers l’analyse partielle de certains éléments qui sont à la base de l’économie de subsistance, en séparant donc, artificiellement, à cause de la rareté de la documentation, les termes d’un même problème.

66Moyens de subsistance, organisation sociale de la production, utilisation des biens dans le cercle de la communauté, circulation, échange, niveaux culturels, sont des facteurs étroitement liés, mais pour obtenir une vision complète des problèmes la construction d’une solide base de données est nécessaire.

67Le premier point à fixer, même s’il semble extérieur au problème, est la réalisation d’une trame chronologique absolue qui permettrait de poser dans un juste rapport les diverses situations qui se manifestent.

68Les objectifs encore à atteindre sont une meilleure connaissance du milieu naturel et du fonds culturel dans lesquels s’insèrent les débuts de la néolithisation et recueillir des données à un niveau qui permettrait de mieux connaître les pratiques agricoles et d’en suivre l’évolution pendant les 3000 ans, environ, de la durée du Néolithique.

69En l’absence d’un solide corpus des connaissances, toute théorie générale n’est qu’une hypothèse. Pour obtenir des résultats valables et une vérification, on ne peut désormais éviter un engagement méthodologique dans les projets et dans la réalisation des futures recherches.

Bibliographie

Bibliographie

Bernabo’ Brea (L.) 1962, Il neolitico e la prima civiltà del melalli nell’Ita-lia meridionale, Atti del I Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto, 61-97.

Bernabo’ Brea (L.) 1970, Il neolitico mediterraneo occidentale, in « Sources archélogiques de la civilisation européenne », Actes du Colloque Int. A.I.E.S.E.E., Bucarest, 24-61.

Belluomini (G.), Delitala (L.) 1983 Datazione di une sequenza stratigra-fica del villaggio neolitico di Santa Tecchia con i metodi del C14 e della racemizzazione dell’acido aspartico, « Studi sul neolitico del Tavoliere della Puglia », B.A.R., Int. s., 160, 265-267.

Bökönyi (S.) 1974, History of Domestic Mammals in Central and Eastern Europe, Budapest.

Bökönyi (S.) 1978, The introduction of sheep-breeding to Europe, Ethnozootechnie, 65-70.

Bökönyi (S.) 1977-82, The early neolithic fauna of Rendina, Origini, XI, 345-350.

Cassano (S.-M.), Manfredini (A.) 1983, Studi sul neolitico del Tavoliere della Puglia, B.A.R., Int. s., 160, Oxford.

Cipolloni Sampo’ (M.) 1978, Rapporti tra i Balcani e Vitalia meridionale nell’età neolitica : alcuni aspetti e problemi, Convegno Inter-nazionale Lipari, Quaderni Lincei, 257, 55-82.

Cipolloni Sampo’ (M.) 1980, Comunità neolitiche della Valle dell’Ofanto : proposta di lettura di un’analisi territorale, « Attività archeologica in Basilicata 1964-1977 - Scritti in onore di Dinu Ada-mesteanu », Matera, 283-311.

Cipolloni Sampo’ (M.) 1977-82, Scavi nel villaggio neolitico di Rendina (1970-1976). Relazione preliminare, Origini, XI, 183-323.

Cipolloni Sampo’ (M.) 1982, Ambiente, economía e socielà dall ’eneolítico all’età del bronzo in Italia sud-orienlale, Dialoghi di Archeolo-gia, 2, 27-38.

Clark (J.G.D.) 1952, Prehistoric Europe : the Economic Basis, London.

Clarke (D.-L.) 1976, Mesolithic Europe : the economic basis, « Problems in Economic and Social Archaeology, Sieveking - Longworth - Wilson (eds), London, 449-481.

Costantini (L.) 1981, Semi e carboni del mesolilico e neolitico della Grotta dell’Uzzo, Trapani, Quaternaria, 23, 233-247.

Dennell (R.) 1978, Early Farming in South Bulgaria from the VI to the III millennia B.C., B.A.R., Int. S., Suppl. 45, Oxford.

Evett (D.), Renfrew (J.) 1971, L’agricoltura neolitica italiana. Una nota sui cereali, Rivista di Scienze Preistoriche, 403-409.

Follieri (M.) 1973, Cereali del villaggio neolítico di Passo di Corvo, Annali di Botanica, XXXII, 49-58.

Follieri (M.) 1977-82, Le più antiche testimonianze dell’agricoltura neolitica in Italia, Origini, XI, 337-344.

Follieri (M.) 1983, L’agriculture des plus anciennes communautés rurales en Italie, Colloque International, Montpellier.

Guilaine (J.) 1976, Premiers bergers et paysans de l’Occident méditerranéen, Paris.

Guilaine (J.) 1980, Problèmes actuels de la néolithisation et du néolithique ancien en Méditerranée occidentale, « Interaction and Acculturation in the Mediterranean », Best - De Vries (eds), Amsterdam, 3-29.

Guilaine (J.), Simone (L.), Thommeret (J.) et (Y.) 1981, Datations C14 pour le Néolithique du Tavoliere (Italie), B.S.P.F., 78, 5, 154-160.

Graziosi (P.) 1980, Le pitture preistoriche della grotta dí pòrto Badisco, Firenze.

Halstead (P.L.J.) 1981, Counting sheep in Neolithic and Bronze Age Greece, « Pattern of the Past », Hodder-Isaac-Hammond (eds), Cambridge, 307-339.

Hansen (J.), Renfrew (J.-M.) 1978, Palaeolithic - Neolithic seed remains at Franchthi Cave, Greece, Nature, 271, 349-352.

Jarman (M.-R.), Bailey (G.-N.), Jarman (H.N.), 1982, Early European Agriculture : its foundation and development, Cambridge.

Kosse (K.) 1979, Settlement ecology of the Körös and Linear Pottery Cultures in Hungary, B.A.R., Int. S., 64, Oxford.

Lewthwaite (J.), 1982, The Transition to Food Production : a European Perspective, Congr. Soc. of Amer. Arch., Minneapolis, sous presse.

Lewthwaite (J.) 1983, Essai pour faire sortir de sa coquille le facteur social dans le cadre du néolithique ancien méditerranéen, Colloque International, Montpellier.

Moore (A.M.T.) 1982, Agricultural Origins in the Near East : a model for the 1980’s, World Archaeology, 14, 244-236.

Nisbet (R.) 1877-82, Le analisi archeobotaniche del villaggio neolitico della Villa Comunale- (Foggia), Origini, XI, 175-180.

Palmieri (A.-M.), Studio sedimentologico del saggio profondo di Coppa Nevigata (Gargano), Quaternaria, 22, 302-313.

Peroni (R.) 1966, Archeologia della Puglia preistorica, Roma.

Piperno (M.), Scali (S.), Tagliacozzo (A.) 1980, Mesolitico e neolitico alla grotta dell’Uzzo, Primi datiper una interpretazione paleoeconomica, Quaternaria, 22, 275-300.

Radmilli (A.-M.) 1960, Considerazioni sul mesolitico italiano, Annali dell’Università di Ferrara, 29-48.

Renfrew (J.) 1973, Paleoethnobotany : the prehistoric food plants of the Near East and Europe, London.

Ronchitelli (A.-M.), Sarti (L.) 1977-82, L’industria litica del villaggio neolitico di Rendina, Origini, XI, 325-332.

Rowley- Conwy (P.) 1981, Slash and Bum in the Temperate European Neolithic, « Farming Practice in British Prehistory, Mercer (ed), Edinburgh, 185-196.

Sargent (A.) 1983, Neolithic plant remains, « Studi sul neolitico del tavoliere della Puglia », Cassano - Manfredini (a cura di), B.A.R., Int. S., 160, Oxford, 250-252.

Sherratt (A.) 1980, Water, soil and seasonality in early cereal cultiva-tion, World Archaeology, 11, 313-330.

Sherratt (A.) 1981, Plough and Pastoralism : aspects of the secondary products revolution, « Pattern of the Past », Hodder - Isaac-Hammond (eds), Cambridge, 261-305.

Simone (L.) 1977-82, Il villaggio neolitico della Villa Comunale di Foggia, Origini, XI, 129-160.

Soudsky (B.), Pavlu (J.) 1972, The Linear Pottery Culture, seulement pat-tems of central Europe, « Man, Seulement and Urbanism », Ucko-Tringham - Dimbleby (eds), London, 317-328.

Taschini (M.) 1964, Il livello mesolitico del riparo Blanc al Monte Cir-ceo, B.P.I., 65-88.

Tine’ (S.) 1973, La civiltà neolitica del Tavoliere, Atti del Colloquio Inter-nazionale di Preistoria e Protostoria delia Daunia, Foggia, (Firenze 1975), 99-111.

Tine’ (S.) 1976, Il neolitico della Basilicata, Atti XX R.S.I.I.P.P., Firenze 1978, 41-61.

Tine’ (S.) 1983, Passo di Corvo e la civiltà neolitica del Tavoliere, Genova.

Tringham (R.) 1971, Hunters, Fishers and Farmers of Eastern Europe : 6000-3000 B.C., London.

Trump (D.-H.) 1966, Central and Southern Italy before Rome, London.

Uerpmann (H.-P.) 1983, The Origins and Relations of Neolithic Sheep and Goats in the Western Mediterranean, Colloque International, Montpellier.

Weinberg (S.) 1962, Excavations at prehistoric Elateia, 1959, Hesperia, 158-209.

Whitehouse (R.) 1968 a, The early Neolithic of Southern Italy, Antiquity, XLII, 188-193.

Whitehouse (R.) 1968 b, Seulement and Economy in southern Italy in the Neothermal period, P.P.S., 34, 332-367.

Whitehouse (R.) 1970, The last hunter-gatherers in southern Italy, World Archaeology, VII, 249-263.

Zohary (D.), Hopf (M.) 1973, Domestication of puises in the Old World, Science, 182, 887-894.

Notes de fin

1 Dipartimento di Scienze Storiche, Archeologiche e Antropologiche dell’ Antichita Universita degli Studi « La Sapienza » - Roma)

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Datations absolues des sites du Néolithique ancien et moyen en Italie sud-orientale.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1015/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende Figure 2 : Représentation des datations absolues des sites du Néolithique ancien et moyen en Italie sud-orientale. Il est évident que les datations de plusieurs sites, qui ont donné des matériaux représentatifs des phases IIA, IIB, III, IVA 1 et IVA 2 du Tavoliere (Tiné 1983), se superposent presque complètement.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1015/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 97k

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search