Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Nouvelles approches de l’anthropisation : malacologie, microfaune, avifaune

L’Avifaune de quelques gisements du Néolithique ancien dans le Midi de la France : essai de synthèse

Philippe Vilette

Résumé

Les oiseaux sont de très bons indicateurs écologiques et climatiques. L’étude des restes aviaires récoltés dans 6 gisements du Midi de la France montre un net changement de la composition avifaunique lors du passage du Tardiglaciaire au Postglaciaire. Des différences existent entre les régions notamment en ce qui concerne les espèces d’origine méditerranéenne qui apparaissent au Préboréal en Provence et plus tard en Languedoc occidental.

Texte intégral

1Dans un travail récent (Vilette, 1983) est tenté un début d’analyse du paléoenvironnement à partir des oiseaux dont les restes ont été récoltés dans quelques gisements archéologiques de la fin du Pléistocène supérieur et de l’Holocène dans le Midi de la France et en Catalogne.

2En ce qui concerne la période de temps étudiée dans le cadre de ce colloque : « Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale », les gisements retenus sont : la baume de Fonbrégoua à Salernes (Var), l’abri de la Font-des-Pigeons à Châteauneuf-les-Martigues (Bouches-du-Rhône), la grotte de l’Abeurador à Félines-Minervois (Hérault), la grotte Gazel à Sallèles-Cabardès (Aude), l’abri de Font-Juvénal à Conques (Aude) et Leucate-Corrège (Aude) (fig. 1).

3Afin de faciliter l’interprétation du paléoenvironnement, les espèces sont regroupées, en fonction de leurs exigences écologiques et climatiques actuelles, en 11 catégories dites « climato-écologiques » :

catégorie 1 : espèces de bord de mer

catégorie 2 : espèces d’eau froide

catégorie 3 : espèces d’espaces découverts froids

catégorie 4 : espèces de la forêt boréale

catégorie 5 : espèces des forêts tempérées

catégorie 6 : espèces d’espaces découverts tempérés

catégorie 7 : espèces de bordure d’eau

catégorie 8 : espèces de rochers ou de montagne

catégorie 9 : espèces xéromontanes

catégorie 10 : espèces méditerranéennes

catégorie 11 : espèces ubiquistes

REMARQUES

  1. La catégorie des oiseaux xéromontanes est définie par C. Mourer-Chauviré (1975). Ce sont des espèces dont la distribution est limitée au Sud de la province paléarctique et qui, tout en étant indifférentes à la température, recherchent des milieux secs et ensoleillés. Elles se rencontrent surtout dans les régions montagnardes. Exemples : Hirundo daurica, l’hirondelle rousseline ; P. pyrrhocorax, le crave à bec rouge.

  2. Pour les espèces méditerranéennes, il s’agit des formes européennes attribuées au type faunique méditerranéen par K.H. Voous (1960).

Figure 1 : Carte de répartition des gisements.

4Gisement par gisement la situation se présente comme suit :

5- à Fontbrégoua (Courtin, 1975), la catégorie climato-écologique 3 représentée uniquement par Pyrrhocorax graculus, le chocard à bec jaune, n’apparaît que dans les niveaux mésolithiques et est absente des niveaux néolithiques.

6Dans l’ensemble des niveaux postglaciaires, les oiseaux des forêts tempérées sont abondants, représentant de 40 à 60 % du total des oiseaux (en NMI). Au Mésolithique les formes de cette catégorie sont très variées (Picus viridis, le pic vert ; Dendrocopos major, le pic épeiche ; Dendrocopos major, le pic mar ; Parus caeruleus, la mésange bleue ; Parus major, la mésange charbonnière). Mais c’est Columba oenas, le pigeon colombin qui domine très largement, même dans les niveaux récents.

7Les oiseaux d’espaces découverts sont peu nombreux de même que ceux de bordure d’eau et de rochers. Les xéromontanes n’apparaissent qu’au Mésolithique. Curieusement les espèces d’origine méditerranéenne sont absentes des niveaux néolithiques alors qu’elles sont identifiées dans ceux du Mésolithique (Merops apiaster, le guêpier ; Coracias garrulus, le rollier ; Hippolais polyglotta, l’hypolais polyglotte ; Sylvia hortensis, la fauvette orphée).

8- l’avifaune de Châteauneuf-les-Martigues se caractérise, comme pour tous les gisements à remplissage mésolithique et néolithique étudiés, par une plus grande abondance et variété de formes dans les niveaux du Mésolithique.

9Les oiseaux des forêts tempérées perdent de l’importance depuis les niveaux les plus anciens jusqu’aux plus récents, à l’inverse de ceux des espaces découverts tempérés.

10Il est à signaler la présence d’Otis tarda, l’outarde barbue, jusqu’au Cardial.

11Les catégories des espèces de bordure d’eau et de rochers sont peu représentées. Enfin les oiseaux d’origine méditerranéenne apparaissent dès le Mésolithique et se maintiennent pendant le Néolithique. Au total, l’avifaune indiquerait un climat tempéré à chaud.

12- à l’Abeurador (Vaquer, à paraître et Barbaza, 1981), les oiseaux d’espaces découverts froids disparaissent des niveaux néolithiques. Les formes des forêts tempérées sont bien représentées (50 % et plus du total des oiseaux) avec surtout Columba oenas, le pigeon colombin.

13Les oiseaux d’eau sont absents des niveaux néolithiques. Par contre les xéromontanes représentent près de 20 % de l’ensemble.

14Il apparaît donc que le climat se radoucit nettement au passage du Néolithique, la forêt gardant toujours une grande importance.

15- dans la grotte Gazel (Guilaine, 1965), la catégorie climato-écologique 5 semble augmenter en proportion depuis les niveaux anciens jusqu’aux plus récents, marquant un éventuel repli au Cardial et une légère reprise à l’Epicardial. Il s’agit là encore surtout de Columba oenas, le pigeon colombin.

16A l’Epicardial, la catégorie des espèces d’espaces découverts tempérés atteint 20 % du total des oiseaux (avec Falco tinnunculus, le faucon crécerelle ; Otis tetrax, la petite outarde ; cf. Turdus torquatus, le merle à plastron ; cf. Corvus corone, la corneille), alors qu’elle ne représente que 4 % au Cardial.

17Les formes de rochers, avec notamment Falco peregrinus, le faucon pèlerin ; Tyto alba, la chouette effraie et Hirundo rustica, l’hirondelle de cheminée, représentent moins de 10 % des oiseaux.

18Enfin les xéromontanes prennent une certaine importance dans les niveaux néolithiques.

19- à Font-Juvénal (Guilaine et alii, 1974 et 1976), la catégorie des oiseaux forestiers est très bien représentée (60 %) dans les niveaux du Néolithique ancien puis perd de son importance dans les niveaux plus récents (à partir du Chasséen ancien). Scolopax rusticola, la bécasse des bois ; Ficedula hypoleuca, le gobemouche noir et Garrulus glandarius, le geai, en font partie.

20Les oiseaux d’espaces découverts tempérés sont affectés d’un sens de variation inverse. Ils comptent entre autres : P. perdix, la perdrix grise.

21Les espèces d’eau apparaissent dans la couche 13 avec Philomachus pugnax, le combattant, qui devait se trouver là en hivernage.

22Les formes de rochers ou de montagne regroupent l’hirondelle de cheminée (Hirundo rustica). Les xéromontanes n’apparaissent pas dans les niveaux de l’Epicardial.

23- les oiseaux récoltés à Leucate-Corrège (Guilaine 1976) expriment surtout la proximité du milieu marin avec Gavia stellata, le plongeon catmarin ; Podiceps auritus, le grèbe esclavon et Haliaeetus albicilla, le pygargue à queue blanche.

24A partir de ces quelques résultats, il est possible de proposer un essai de synthèse du paléoenvironnement pour l’ensemble de la région considérée. D’autre part, afin de bien mettre en évidence le passage au Postglaciaire, la synthèse commencera par la fin du Würm IV :

25- au Dryas III, les oiseaux d’espaces découverts froids sont toujours dominants. II est à remarquer, par rapport aux autres périodes du Würm IV, le développement de la catégorie 5, avec notamment dans le gisement de Gazel le pigeon colombin (Columba oenas).

26- Postglaciaire

27* Préboréal et Boréal (fig. 2). La caractéristique remarquable de cette période repose sur la différence entre les histogrammes obtenus pour les gisements provençaux, avec l’absence totale d’oiseaux à caractère froid et l’apparition en nombre des oiseaux d’origine méditerranéenne, histogrammes qui s’opposent à ceux obtenus pour le Languedoc où persistent encore quelques oiseaux de la catégorie 3, essentiellement des lagopèdes. D’autre part ici la présence d’une seule espèce méditerranéenne est peu sûre. Il s’agirait de l’alouette calandre, Mélanocorypha calandra. Dans tous les cas les formes fréquentant les milieux arborés sont nombreuses avec entre autres : le pic vert (Picus viridis), le pic épeiche (Dendrocopos major), le pic mar (Dendrocopos medius) ainsi que le pigeon ramier (Columba palumbus) et le pigeon colombin (Columba oenas) très abondant dans les niveaux mésolithiques de la baume de Fontbrégoua et dans ceux de l’Abeurador.

28Otis tarda, l’outarde barbue, actuellement oiseau des steppes herbeuses, est signalée à Châteauneuf-les-Martigues à une date vraisemblablement postérieure à celle où elle est signalée dans le Vaucluse (Mourer-Chauviré, 1975).

Figure 2 : Histogrammes des catégories climato-écologiques pour le Préboréal/Boréal.

29* Atlantique et Sub-Boréal (fig. 3). Les histogrammes confirment la quasi-totale disparition des oiseaux à caractère froid sauf à l’Abeurador où la situation géographique du gisement dans la Montagne Noire est peut-être la cause de cette perdurance. Les oiseaux de milieux arborés restent dominants sauf à Châteauneuf-les-Martigues. Dans ce gisement, les espèces méditerranéennes restent bien représentées alors qu’elles disparaissent de l’histogramme de Fontbrégoua où elles sont pourtant présentes au Préboréal-Boréal. Châteauneuf-les-Martigues paraît donc prendre un cachet plus méditerranéen quant à l’avifaune tout au moins.

30Il est également possible d’avoir un aperçu de l’évolution climatique de la période de temps considérée en suivant l’importance des types fauniques définis par K.H.Voous (1960).

31En effet, depuis le Würm III jusqu’au Postglaciaire, à un stock d’espèces paléarctiques se sont ajoutées différentes faunules à implantation : soit très ancienne comme le type paléomontagnard dont font partie le lagopède des Alpes et le chocard ou le type arctique avec le lagopède des saules ; soit plus récente et répandue à la faveur du réchauffement climatique. Il s’agit, dans ce dernier cas, du type méditerranéen au sens large.

32Au Würm IV se sont développés puis ont régréssé les types fauniques arctique et paléomontagnard, pour disparaître au tout début du Postglaciaire.

33Le type faunique méditerranéen apparaît et se développe de façon effective à partir du Préboréal/Boréal.

34En conclusion, bien que les résultats soient encore très partiels, il semble que les oiseaux peuvent fournir des renseignements d’ordre paléoclimatiques et paléoécologiques très précis, les oiseaux étant très sensibles aux variations climatiques et pouvant, grâce à leurs facultés de déplacement, rechercher le biotope le plus propice.

Figure 3 : Histogrammes des catégories climato-écologiques pour l’Atlantique - Sub-Boréal.

Bibliographie

Bibliographie

Barbaza (M.) 1981. Recherches sur l’Epipaléolithique en Languedoc et Catalogne. Thèse 3° cycle Ecol. haut. Et. Sc. Sociales, Toulouse.

Courtin (J.) 1975. Le Mésolithique de la Baume de Fontbrégoua à Salernes (Var). Cah. ligures Préhist. Archéol., Montpellier, n° 24.

Guilaine (J.) 1965. La grotte Gazel. Préhist. Spéléo. arièg. Tarascon, n° 20.

Guilaine (J.) 1976. Village néolithique de l’île de Corrège. IXe congr. UISPP. Livret-guide excursion C2. Guilaine et alii (1976). -Abri de Font-Juvénal (Conques, Aude)- IXe congr. UISPP. Livret-guide excursion C2.

Mourer-Chauviré (C.) 1975. Les oiseaux du Pléistocène moyen et supérieur de France. Docum. Lab. Fac. Sc. Lyon, n° 64.

Vaquer (J.) (à paraître). La grotte du Rec des Trémouls près l’Abeurador, Félines-Minervois, (Hérault). Premiers résultats. Congr. préhist. fr., Montauban-Cahors 1979.

Vilette (Ph.) 1983. Avifaunes de la fin du Pléistocène supérieur et de l’Holocène dans le Sud de la France et en Catalogne, Systématique. Paléoenvironnement. Palethnologie. Thèse 3e cycle Fac. Sc. Lyon.

Voous (K.H.) 1960. Atlas of European birds. Nelson édit. Londres.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Carte de répartition des gisements.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1009/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Figure 2 : Histogrammes des catégories climato-écologiques pour le Préboréal/Boréal.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1009/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Figure 3 : Histogrammes des catégories climato-écologiques pour l’Atlantique - Sub-Boréal.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1009/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 255k

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search