Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Nouvelles approches de l’anthropisation : malacologie, microfaune, avifaune

Les modifications de l’environnement post-glaciaire en France méditerranéenne d’après les rongeurs de l’abeurador et de Font-Juvénal

Jean-Claude Marquet

Résumé

Les cortèges de rongeurs des séquences stratigraphiques de la grotte de l’Abeurador et de l’abri de Font-Juvénal permettent d’obtenir des indications d’ordre paléoclimatique et de paléoenvironnement depuis le Dryas III jusqu’au Sub-Boréal. D’après ces données il est difficile de dire si une modification de l’environnement, et notamment de la végétation, est due à un changemnt climatique ou à l’action de l’Homme. A Font-Juvénal, il semble cependant que la présence de l’Homme soit décelable dans l’environnement grâce à quelques indices très ténus.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

1La grotte de l’Abeurador est située sur la commune de Félines-Minervois (département de l’Hérault) à une altitude de 650 mètres sur le versant sud du Massif Central. L’abri de Font-Juvénal se trouve sur la commune de Conques dans l’Aude, à 12 kilomètres au nord de Carcassonne. Il s’ouvre à 170 mètres d’altitude dans une zone de transition entre la plaine de l’Aude et la Montagne Noire, partie la plus méridionale du Massif Central.

2Ces deux gisements se trouvent dans la zone d’influence du climat méditerranéen. La différence d’altitude entre les deux sites joue un rôle important et commande d’une manière non négligeable leur environnement. La fouille des remplissages, très avancée pour Font-Juvénal au moment de cette étude, de démarrage plus récent pour l’Abeurador, a permis la récolte d’une quantité importante de restes de rongeurs que nous allons analyser dans ce travail. Nous examinerons d’abord les différentes espèces rencontrées et donnerons des indications quant aux biotopes qu’elles fréquentent. Nous verrons ensuite quelles sont les modifications de l’environnement et du climat que nous pouvons mettre en évidence à partir de l’examen des différents cortèges de rongeurs. Nous tenterons enfin de voir si ces modifications peuvent être mises en relation avec les fréquentations humaines.

1. Les rongeurs de l’Abeurador et de Font-Juvénal. Caractéristiques écologiques :

A. Espèces boréales d’espaces marécageux : Microtus oeconomus-malei (le Campagnol nordique - de Male) :

3Le Campagnol nordique est très répandu en Europe du nord et en Asie où il occupe la toundra et la taïga. On le trouve également plus au sud jusqu’en Hollande et en Europe Centrale dans le cours inférieur du Danube. Le Campagnol de Male est une espèce connue seulement à l’état fossile. Il est assez difficile de distinguer ces deux espèces à partir des éléments, notamment dentaires, qui sont donnés par les gisements. Le Campagnol nordique vit dans les endroits humides, tels que les bois marécageux, les marais et les bords des cours d’eau. Comme son aire de répartition le montre, c’est une espèce de climat froid ou assez froid. Nous ne la rencontrerons que dans le remplissage de l’Abeurador ; elle a abandonné cette région un peu avant le début de la mise en place du remplissage de Font-Juvénal.

B. Espèces forestières tempérées :

1. Glis glis (Le Loir).

4Il est représenté par un seul individu à l’Abeurador mais il est en revanche beaucoup plus abondant à Font-Juvénal où on le rencontre dans toutes les couches sauf la plus ancienne (couche 17). C’est un habitant de la forêt de feuillus, on le rencontre rarement dans les conifères. Il n’aime que le climat tempéré et disparaît donc lorsque celui-ci devient un peu rigoureux.

2. Eliomys quercinus (Le Lérot).

5Comme le Loir, il est présent dans toutes les couches de Font-Juvénal (y compris la couche 17) et, à sa différence, il est présent également dans toutes les couches de l’Abeurador. Ceci est bien en accord avec le fait connu qu’il est beaucoup moins sensible aux conditions climatiques défavorables que le Loir. Comme cette espèce, il aime fréquenter les bois de feuillus mais il se tient plus fréquemment sur le sol où il recherche les amas de pierres et le dessous des gros blocs.

3. Clethrionomys glareolus (Le Campagnol roussâtre).

6Il est peu abondant dans les deux remplissages. Son aire de répartition est nettement décalée vers le nord par rapport à celle du Lérot : il occupe une grande partie de la Scandinavie et tout le pourtour de la Baltique alors qu’il semble fuir la Méditerranée. C’est un habitant de la forêt mais il lui suffit de quelques arbres ou de quelques buissons. Il semble qu’un milieu plutôt chaud et sec ait sa préférence.

4. Apodemus sylvaticus (Le Mulot sylvestre).

7Il est abondant à l’Abeurador et très abondant à Font-Juvénal. Ce rongeur est assez peu sensible au climat puisqu’il fréquente la quasi-totalité de l’Europe. C’est plus un habitant de la lisière de la forêt que de la forêt elle-même. Il aime bien aussi les taillis et les broussailles. Dans la région méditerranéenne, il est certain que la garrigue est un milieu qui lui convient.

C. Espèces d’espaces découverts ou forestiers :

1. Microtus agrestis (Le Campagnol des champs).

8Peu abondant à Font-Juvénal, il est présent dans toutes les couches du remplissage de l’Abeurador. Ce Campagnol habite les berges touffues des ruisseaux dans la forêt. Il fréquente également les prés à herbes hautes et les landes. Il semble que la présence de l’humidité soit une condition de sa présence dans un biotope donné.

2. Pitymys subterraneus (Le Campagnol souterrain).

9Complètement inexistant à Font-Juvénal, il est présent à l’Abeurador mais toujours en faible quantité. Son aire de répartition est une bande est-ouest qui va de la Bretagne au delta du Danube. Il semble donc que sa présence soit liée à une certaine fourchette de température, l’excluant actuellement de la zone méditerranéenne comme de l’Europe du nord y compris des Iles Britanniques. Il fréquente les prairies, les champs à sol meuble et humide. Il affectionne également les bois clairs et tous les talus plus ou moins boisés en particulier à proximité des marais et des étangs.

D. Espèces de bordure d’eau :

10Il semble que nous ayons dans l’un et l’autre site quelques individus appartenant à l’espèce Arvicola sapidus (Le Rat d’eau) mais c’est surtout Arvicola terrestris (Le Rat taupier) qui semble le mieux représenté. Ces deux espèces fréquentent à peu près les mêmes biotopes : les bords des petites rivières, les ruisseaux, les eaux stagnantes mais on peut également les trouver dans les jardins, les terres cultivées et les prairies, donc assez loin des points d’eau.

E. Espèces héliophiles rupicoles : Microtus nivalis (Le Campagnol des neiges).

11Il y a seulement deux individus dans la couche 15 de Font-Juvénal alors que l’espèce est relativement abondante dans le remplissage de l’Abeurador. Sa carte de répartition montre qu’il fréquente surtout la montagne mais il peut également se trouver jusqu’au bord de la Méditerranée pourvu que le substrat soit pierreux et surtout ensoleillé. Il aime les versants rocheux, les herbages rocailleux et également les bois clairs permettant au soleil de toucher le sol.

F. Espèces des steppes continentales :

1. Microtus arvalis (Le Campagnol des champs).

12Contrairement au Campagnol agreste, celui-ci fuit les zones humides et il peut même disparaître complètement lorsque le climat est trop marqué par l’humidité. Il fréquente les prés à végétation basse, les champs. Il apprécie tous les terrains découverts dans les plaines et aussi à la base des montagnes. Ceci est important en ce qui concerne l’Abeurador car, d’une part, il y est très abondant dans le remplissage et, d’autre part, on sait qu’à proximité immédiate de ce gisement se trouve un vaste espace découvert de 2 hectares où les rapaces qui nichaient à l’entrée de la grotte n’ont pas dû se priver de chasser. Le Campagnol des champs est très peu abondant à Font-Juvénal ; il y a quelques individus à partir de la couche 3 et au-dessus, donc dans la partie vraiment terminale du remplissage.

2. Microtus gregalis (Le Campagnol des hauteurs).

13C’est avec Microtus oeconomus-malei la seule autre espèce de l’Abeurador qui indique d’une manière certaine un épisode de climat froid ou assez froid. Cette espèce est également absente de Font-Juvénal. Le Campagnol des hauteurs n’existe plus aujourd’hui en Europe. Il est présent en revanche en Asie dans deux zones immenses au nord et au sud de la taïga. Ce campagnol demande donc un climat froid et certainement sec. Il fréquente essentiellement les zones steppiques et en tout cas découvertes.

G. Espèces méditerranéennes :

1. Microtus brecciensis (Le Campagnol méditerranéen).

14C’est une forme essentiellement méditerranéenne qui a dû exister dans la quasi-totalité de la péninsule ibérique puisqu’on l’a retrouvé à Gibraltar et que, d’autre part, vivent là ses descendants probables : Microtus dentatus et Microtus cabrerae. Ces deux espèces habitent aujourd’hui la montagne.

15D’après F.H. Van Den Brink (1971), l’aire de répartition de ces descendants actuels s’étendrait aussi sur une bonne partie de la péninsule balkanique, en particulier sa moitié est. Ils existeraient également en Cyrénaïque mais il ne semble pas obligatoire de voir là le trait d’union entre les deux régions qu’ils fréquentent aujourd’hui puisque leur disparition du Midi de la France est très récente. Le Campagnol méditerranéen est en effet présent dans la totalité des couches de Font-Juvénal.

2. Pitymys duodecimcostatus (Le Campagnol provençal).

16L’aire de ce campagnol s’étend sur la quasi-totalité de l’Espagne et sur pratiquement tout le Midi méditerranéen français. Il fréquente le même type de biotopes que les autres campagnols souterrains : il séjourne surtout dans les régions peu élevées. Il aime les sols meubles où il peut creuser un terrier peu profond.

H. Espèces commensales de l’Homme : Mus musculus (La Souris grise).

17Elle habite toute l’Europe. En France, elle se trouve partout y compris en Corse et dans les îles de l’Atlantique. Trois sous-espèces ont été distinguées (H. Le Louarn et M.C. Saint-Girons 1977) :

  • Mus musculus domesticus. C’est la forme commensale de l’Homme, elle se trouve un peu partout en France sauf dans le sud.

  • Mus musculus brevirostris. C’est aussi une forme commensale mais qui vit dans le Midi de la France et notamment dans la région méditerranéenne. Cette forme semble vivre aussi en pleine nature dans les champs, les broussailles, les bois clairs et même les steppes.

  • Mus musculus spretus. C’est la forme sauvage qui vit en dehors des habitations sur la côte méditerranéenne. Elle est complètement indépendante de l’Homme. Selon M.C. Saint-Girons (1973), cette dernière espèce pourrait être plus ou moins inféodée aux biotopes humides.

18Il semble bien, en tout cas, que cette espèce soit originaire du Proche-Orient et qu’elle se soit répandue dans le monde entier et en particulier vers l’Europe occidentale en même temps que les céréales. Malgré l’abondance de celles-ci dans le gisement de l’Abeurador, elle n’y semble pas présente. Elle existe en revanche à Font-Juvénal surtout dans les tiers inférieur et supérieur du remplissage.

2. Paléoécologie, paléoclimatologie et chronologie de la grotte de l’Abeurador d’après les cortèges de rongeurs.

1. Paléoécologie et paléoclimatologie :

19L’étude de la succession des diagrammes écologiques des différentes couches nous permet de faire un certain nombre d’observations (Tableaux 1 et 2).

20A. La couche 9 : Le cortège des espèces de cette couche est marqué par la relative abondance de Microtus oeconomus-malei (c’est la couche du site qui contient la plus forte proportion de cette espèce) et par l’absence des espèces méditerranéennes Microtus brecciensis et Pitymus duodecimcostatus. Ce sont les espèces d’espaces découverts secs qui dominent avec surtout le Campagnol des champs : Microtus arvalis. Cette couche correspond donc à une période relativement froide où les espaces découverts dominent assez largement.

21B. Couches 8, 7 b et 7 : Dans les cortèges de ces différentes couches et en comparant avec la précédente, on assiste à une disparition progressive de Microtus oeconomus-malei et à l’apparition des espèces méditerranéennes. Les espèces d’espaces découverts occupent une place encore plus grande que précédemment, surtout toujours avec Microtus arvalis et dépassent même 70 % dans la couche 8. Nous avons donc ici un radoucissement très net de la température mais celui-ci ne semble pas être tout de suite accompagné d’une augmentation de l’humidité.

22C. Couches 6, 5 et 4 : On assiste ici à un retour de Microtus oeconomus-malei et également à une légère recrudescence de Microtus gregalis après la couche 7 qui semblerait marquer un maximum de radoucissement. Ces deux espèces restent cependant très peu abondantes. Parallèlement à celà, on n’observe pas de retrait des espèces de climat méditerranéen et ceci sans doute à cause de l’installation progressive d’un boisement, notamment de type garrigue, qui constitue un biotope tout à fait satisfaisant pour la survie de ces deux espèces. La plus forte humidié du climat par rapport à la séquence précédente est non seulement marquée par une avancée nette de la forêt mais aussi par la relative abondance d’espèces qui aiment l’humidité comme le Campagnol agreste (Microtus agrestis).

Tableau n° 1 : Les rongeurs de la grotte de l’Abeurador, Félines-Minervois (Hérault). Données numériques. (Les numéros des espèces correspondent à ceux indiqués sur les diagrammes paléoécologiques).

Tableau n° 2 : Diagrammes paléoécologiques des diverses couches du remplissage de la grotte de l’Abeurador d’après les cortèges de rongeurs. (A gauche : numéros des couches ; à droite : nombre d’individus minimum ; au centre : les numéros des espèces correspondent à ceux du tableau n° 1).

23D. Couche 3 : On assiste à une avancée très importante des espèces forestières tempérées (Mulot sylvestre) et des espèces qui fréquentent la garrigue (Campagnols méditerranéen et provençal). On observe une chute très importante de la proportion de Campagnol des champs. Ceci dénote un recul très net des espaces découverts qui sont progressivement remplacés par des zones boisées. Il semble bien que nous soyons en présence d’un nouveau et dernier net radoucissement du climat.

24E. Couche 2 b - 3 : On assiste peut-être ici à un très léger retour du froid mais celà est très difficile à affirmer étant donné le très faible nombre d’individus sur lequel est basée cette observation. En ce qui concerne l’humidité, il est difficile de conclure car si on observe un recul des espèces méditerranéennes qui apprécient les espaces de type garrigue, en revanche on a une légère progression des espèces de forêts tempérées.

25Comme tout au long de la séquence, nous avons ici la présence de Microtus nivalis (Le Campagnol des neiges), espèce qui fréquente les surfaces caillouteuses et surtout les cônes d’éboulis bien exposés au soleil. C’est dans cette couche qu’elle atteint son maximum pour toute la séquence.

26F. Couche 2 : Cette couche semble annoncer un environnement et des conditions climatiques sans doute assez proches de ceux de l’époque actuelle. Microtus oeconomus-malei qui fréquente actuellement le nord de la Hollande donc des régions relativement tempérées a complètement disparu. Les espèces caractériques de la zone d’influence méditerranéenne redeviennent prédominantes faisant reculer le Campagnol des champs dont les biotopes sont en retrait et atteignent, si on en juge par la proportion de cette dernière espèce, leur minimum pour tout ce remplissage (Tableau 3).

2. Chronologie :

27L’évolution paléoclimatique que nous saisissons ici grâce aux différents cortèges de rongeurs nous permet de proposer une chronologie à partir des données déjà connues et concernant les industries lithiques d’une part et les datations Radiocarbone d’autre part. La couche 9 est la seule couche du remplissage qui ne contient pas les rongeurs de type méditerranéen. Il semble bien que cette couche corresponde aux derniers vrais froids, aussi nous la rapporterons au Dryas III. Les couches 8, 7 b et 7 qui sont marquées par un radoucissement assez net, et, semble-t-il, par un assèchement du climat correspondraient au début du Pré-Boréal. Les couches 6, 5 et 4 paraissent marquer un ultime retour du froid, sans doute accentué du fait que nous sommes en altitude mais ce retour est très peu sensible (fin du Pré-Boréal). La couche 3 montre un radoucissement des températures mais la relative abondance des arbres laisse penser que le climat est encore un peu humide. Cette couche pourrait cependant marquer le Boréal.

Tableau n° 3 : Climatologie du remplissage de la grotte de l’Abeurador d’après les restes de rongeurs.

28Enfin, la couche 2 qui se différencie très fortement des précédentes marque bien un épisode de climat différent et qui est sans doute assez proche de l’actuel : nous entrons dans l’Atlantique.

3. Paléoécologie, paléoclimatologie et chronologie de Font-Juvénal

1. Paléoécologie et paléoclimatologie :

29Nous ne retrouvons pas dans ce remplissage les deux espèces qui donnent un cachet relativement froid à certaines couches de l’Abeurador : Microtus oeconomus-malei et Microtus gregalis. Quatre espèces sont présentes dans la totalité des couches du remplissage ; ce sont trois espèces de forêts tempérées : le Loir, le Lérot et le Mulot sylvestre et une espèce qui fréquente de préférence les zones boisées de type garrigue : le Campagnol méditerranéen. Nous voyons donc dès lors que la totalité du remplissage, comme le montrent bien les diagrammes écologiques, est marquée par la très large prédominance de la forêt. L’association du Campagnol méditerranéen seul à la garrigue pose d’ailleurs un problème car les trois autres espèces, au moins le Loir et le Mulot sylvestre peuvent aussi fréquenter les maquis et les garrigues (Tableaux 4 et 5).

A. Couches 17 à 9 :

30Dans cette succession de couches, il est difficile de détecter des subdivisions. En effet, nous sommes en présence essentiellement d’espèces forestières des deux types cités précédemment auxquelles s’ajoutent quelques individus de bordure d’eau et de très rares autres espèces. A la base de cet ensemble, jusqu’à la couche 13, Mus musculus (la Souris grise) se manifeste et atteste probablement une intense occupation humaine. L’importance du boisement nous laisse penser que le climat doit posséder un caractère humide relativement marqué. Il ne fait aucun doute, étant donné les industries lithiques rencontrées et les céramiques abandonnées, que nous nous trouvons en pleine période Atlantique, ce qui est bien confirmé par les cortèges de rongeurs.

31Nous observons un certain nombre de fluctuations concernant les pourcentages respectifs d’espèces de forêt tempérée et de forêt arbustive méditerranéenne. Il semble difficile de dire si ces fluctuations sont dues au caractère plus ou moins humide du climat, à l’action prédominante de l’Homme sur l’un des deux types de forêt ou bien encore, mais celà semble beaucoup plus improbable, à un changement d’aire de chasse chez les oiseaux rapaces qui ont rapporté les restes de rongeurs dans l’abri.

B. Couches 8 à 4 :

32Nous voyons ici assez nettement les espèces forestières tempérées prendre le dessus sur les espèces méditerranéennes. Ceci pourrait correspondre à une recrudescence de l’humidité peut-être accompagnée d’un peu de froid, mais celà n’a rien de commun avec le froid du Dryas récent observé à l’Abeurador. C’est à ce moment aussi que la Souris grise, qui avait disparu, recommence à se montrer. Cette évolution semble bien, en effet, annoncer un changement climatique qui se traduira lui-même dans l’environnement et qui deviendra encore plus net dans la couche 3. Il semble donc qu’avec ces couches, nous arrivions à la fin de la période Atlantique ou du moins à la fin de sa représentation dans l’abri de Font-Juvénal.

C. Couches 3 à 1 :

33La présence des espèces dites de forêt tempérée est dominante par rapport à celles de la garrigue. Il semblerait donc que nous assistions à une légère dégradation du climat et notamment à un abaissement des températures. Un autre fait est remarquable : c’est l’apparition du Campagnol des champs (Microtus arvalis) qui indique très nettement l’apparition de zones dépourvues de boisement. Ces espaces ouverts restent présents jusqu’à la fin de la séquence sans prendre une place dominante par rapport à la forêt. La place des espèces méditerranéennes conserve une importance limitée jusqu’au sommet du remplissage. Il y a donc bien un léger rafraîchissement du climat qui semble coïncider avec une emprise plus nette de l’Homme sur le milieu naturel.

2. Chronologie :

34Nous avons dit que l’essentiel du remplissage était à rapporter à l’Atlantique. Les couches de base (17 et 16) ne marquent pas de différences avec celles qui se trouvent au-dessus. En revanche, il semble qu’à partir de la couche 3 et plus haut nous soyons dans une phase marquée par un léger rafraîchissement du climat : nous serions au Sub-Boréal.

Tableau n° 4°: Les rongeurs de l’abri de Font-Juvénal, Conques (Aude). Données numériques. (Les numéros des espèces correspondent à ceux indiqués sur les diagrammes paléoécologiques).

Tableau n° 5 : Diagrammes paléoécologiques des diverses couches du remplissage de l’abri de Font-Juvénal d’après les cortèges de rongeurs.

4. Interactions Homme-Milieu naturel du Dryas récent au Sub-Boréal en Méditerranée occidentale d’après les rongeurs de l’Abeurador et de Font-Juvénal

35Il ne semble pas que les Hommes de l’Abeurador aient eu une grande influence sur le milieu environnant. Il nous paraît plutôt que c’est ce milieu qui commande la fréquentation du site au cours du temps.

36Deux remarques peuvent cependant être faites : la grande abondance des graines trouvées au cours de la fouille est très certainement liée à l’importance des espaces découverts qui est bien mise en évidence dans les cortèges de rongeurs par la présence du Campagnol des champs. Il semble que c’est surtout après le Dryas III (à partir des couches 8 et 7) que l’Homme qui vit près de ces espaces découverts, y prélève ou y cultive des plantes dont il rapporte les graines dans la grotte qu’il habite.

37D’autre part, la très forte fréquentation de la couche 3, attestée par une importante succession de foyers et de vidanges avec niveaux à triangles du Sauveterrien, semble correspondre à un changement climatique : l’humidité paraît faire avancer nettement la forêt sur les espaces découverts, la partie restante de ceux-ci étant peut-être alors activement exploitée pour la cueillette ou la culture.

  • 2 La couche 10 a fourni une très grande quantité de graines, c’est la seule couche du tiers moyen du (...)

38A Font-Juvénal, l’occupation humaine est pratiquement continue pendant toute la période de mise en place du remplissage. Si on considère que Mus musculus coïncide avec une forte fréquentation humaine2, on peut dire que l’abri est très fréquenté jusqu’à la mise en place de la couche 13 et à partir de celle de la couche 6. Un peu après la mise en place de cette dernière couche, un changement climatique que nous avons déjà signalé (passage de l’Atlantique au Sub-Boréal) va sans doute favoriser l’impact de l’Homme sur la nature. Une certaine humidité va faire reculer la garrigue au profit de la forêt. Des espaces découverts vont alors apparaître résultant peut-être des premiers grands défrichements dans la région.

39Avant la mise en place de la couche 6, les cortèges de rongeurs ne nous permettent pas de déceler d’espaces découverts. L’Homme vit-il alors, sans doute, encore surtout de prélèvements qu’il effectue sur la flore et la faune. Quant aux avancées et reculs successifs de la forêt et de la garrigue, ils peuvent être dus, comme nous l’avons dit plus haut, soit à de petites fluctuations climatiques (l’humidité faisant reculer la garrigue), soit à des prélèvements effectués par l’Homme sur la forêt (provoquant ainsi une avancée de la garrigue).

40Faisons le rapport du nombre d’individus d’espèces de forêt tempérée au nombre d’individus d’espèces méditerranéennes et examinons les variations de ce rapport. A partir de la couche 8, ce rapport reste supérieur à 1 ; les espèces de forêt tempérée l’emportent donc sur les autres. Ceci pourrait marquer le début du rafraîchissement du climat annonçant la fin de l’Atlantique.

41Au cours de la mise en place de la première moitié du remplissage, c’est la garrigue qui semble dominer si on en juge par les espèces qui sont présentes. Pendant quelques épisodes cependant (couches 10, 12 et 14), ce n’est pas le cas. Étant donné la stabilité des conditions climatiques qui semblent alors régner, il n’est pas impossible que ces fluctuations dans les divers types de végétation arborées soient la conséquence d’interventions humaines sur cette végétation, la prédation de l’Homme s’effectuant sans doute de préférence sur la forêt apte à donner un matériau de meilleure qualité que la garrigue.

42Actuellement, cette dualité des espaces forestiers est encore visible dans l’environnement du site ; les versants des thalwegs et les hauteurs sont seuls recouverts par la garrigue, les fonds de vallons plus humides étant occupés par une forêt plus haute et plus épaisse.

43Quoi qu’il en soit, ces quelques indications demandent à être confrontées avec d’autres éléments afin de mieux préciser une interaction Homme-Milieu qu’il n’est pas toujours facile de cerner.

Bibliographie

Bibliographie

Van Den Brink (F.H.). 1971. Guide des mammifères sauvages de l’Europe occidentale. Ed. Delachaux et Niestlé.

Chaline (J.). 1972. Les rongeurs du Pléistocène moyen et supérieur de France. C.N.R.S. Cahiers de Paléontologie, 410 p.

Guilaine (J.) et al. 1976. L’abri de Font-Juvénal. Une stratigraphie Néolithique en Languedoc. Laboratoire de Préhistoire et de Palethnologie. Carcassonne.

Guilaine (J.) et al. 1976. Abri de Font-Juvénal (Conques, Aude). In Livret-guide de l’excursion C.2. Provence et Languedoc Méditerranéen. Sites Paléolithiques et Néolithiques. U.I.S.P.P. Nice. 13-18 sept. 1976.

Jeannet (M.). 1974. Les rongeurs d’Orgnac 3 (Ardèche). D.E.S. Sciences naturelles. Institut des Sciences de la Terre. Dijon.

Le Louarn (H.) et Saint-Girons (M.C). 1977. Les Rongeurs de France. Faunistique et Biologie. Institut National de la Recherche agronomique. Annales de Zoologie-Ecologie animale, numéro hors série, 1977, 159 p.

Saint-Girons (M.C). 1973. Les Mammifères de France et du Bénélux (Faune marine exceptée). Doin Ed. 481 p.

Vaquer (J.), Barbaza (M.). 1981. Rapport de fouilles de la grotte de l’Abeurador (Rec des Tremouls), Félines-Minervois (Hérault). Centre d’Anthropologie des Sociétés rurales, EHESS-CNRS-G.R.44. Toulouse.

Notes de fin

2 La couche 10 a fourni une très grande quantité de graines, c’est la seule couche du tiers moyen du remplissage qui ait livré Mus musculus (la Souris grise). Il ne nous a cependant pas été possible de déterminer la (ou les) sous-espèce en présence desquelles nous sommes.

1 L.A. C.N.R.S. 157. Institut des Sciences de la Terre, 6 Bd Gabriel, 21100 Dijon et 40, Rue Ronsard 37270 Montlouis..

Table des illustrations

Légende Tableau n° 1 : Les rongeurs de la grotte de l’Abeurador, Félines-Minervois (Hérault). Données numériques. (Les numéros des espèces correspondent à ceux indiqués sur les diagrammes paléoécologiques).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1007/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Tableau n° 2 : Diagrammes paléoécologiques des diverses couches du remplissage de la grotte de l’Abeurador d’après les cortèges de rongeurs. (A gauche : numéros des couches ; à droite : nombre d’individus minimum ; au centre : les numéros des espèces correspondent à ceux du tableau n° 1).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1007/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Tableau n° 3 : Climatologie du remplissage de la grotte de l’Abeurador d’après les restes de rongeurs.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1007/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Tableau n° 4°: Les rongeurs de l’abri de Font-Juvénal, Conques (Aude). Données numériques. (Les numéros des espèces correspondent à ceux indiqués sur les diagrammes paléoécologiques).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1007/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Tableau n° 5 : Diagrammes paléoécologiques des diverses couches du remplissage de l’abri de Font-Juvénal d’après les cortèges de rongeurs.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1007/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 626k

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search