Version classiqueVersion mobile

L'eau à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Catherine Jeandel
, 
Rémy Mosseri

Sixième partie. Eau et société

17. Gestion des risques naturels liés à l’eau et vulnérabilités

Magali Reghezza-Zitt

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’eau est à la fois une ressource vitale et un risque* : selon les époques et les territoires, les sociétés ont mis en place différentes réponses pour faire face à l’excès ou à la pénurie d’eau. Le paradigme de gestion dominant s’appuie sur trois piliers : la science, pour connaître et parfois prévoir les processus dommageables (aléas*) ; la technique, pour limiter (sinon éradiquer) l’intensité et/ou la fréquence de ces aléas, ou encore ériger des infrastructures de protection (digues, barrages-réservoirs…) ; et le calcul coût-bénéfice, fondé sur les probabilités, supposé garantir une prise de décision « rationnelle ».

Cette approche, souvent taxée de techniciste et technocratique, repose sur l’idéal de maîtriser l’eau et nourrit l’aspiration des sociétés modernes à une sécurité absolue, incarnée dans l’expression « risque zéro », de sorte que la gestion s’est longtemps résumée au « tout protection ». Elle encourage une culture du risque dans laquelle il s’agit de dominer et de « lut...

Auteur

Géographe, Maître de conférences à l’École Normale Supérieure, Paris, p. 280.
magali.reghezza@ens.fr

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search