Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'eau à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Catherine Jeandel
, 
Rémy Mosseri

Sixième partie. Eau et société

15. Modalités de gestion des services d'eau et d’assainissement : un affrontement public-privé ?

Lætitia Guérin-Schneider

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Grenoble, Paris, Rouen, Nice, Montpellier… Autant de villes qui, après des décennies de gestion déléguée au privé, ont décidé de reprendre la gestion en régie*. Faut-il en conclure que la gestion des services d'eau en France résulte d'un affrontement entre deux modèles ? La réalité est évidement plus nuancée…

Un équilibre évolutif entre gestion publique et privée

La délégation de service publique (DSP) trouve son origine sous l'ancien régime avec les concessions royales. Dans une DSP, l'autorité publique confie à une personne privée la responsabilité de mettre en place et d'exploiter des équipements de service public en monopole. Les motivations sont simples : profiter des compétences et des capacités de financement du privé. Dans le secteur de l'eau, la première concession date de 1776 à Paris. Mais la concession se développe à la fin du xixe et surtout au xxe siècle, avec la mise en place des réseaux urbains d'eau potable et d'assainissement* (cf. I.8). C'est aussi...

Auteur

Sciences de gestion, Ingénieure-chercheuse à l’Irstea, G-EAU, Montpellier, p. 276.
laetitia.guerin-schneider@irstea.fr

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540