Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'eau à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Catherine Jeandel
, 
Rémy Mosseri

Sixième partie. Eau et société

14. L’eau : un objet économique complexe

Arnaud Buchs et Olivier Petit

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’eau douce est indissociable de l’évolution de la théorie économique. Le célèbre paradoxe posé par Adam Smith en 1776 de la valeur relative de l’eau et du diamant aura conduit les auteurs classiques à distinguer « valeur d’usage » et « valeur d’échange » : vitale, l’eau a une valeur d’usage très importante mais est quasiment gratuite, à l’inverse du diamant à l’utilité limitée mais à la valeur d’échange très élevée. La résolution de ce paradoxe par William Stanley Jevons en 1871, grâce au principe de décroissance de l’utilité « marginale* » (la satisfaction tirée de la consommation d’un bien diminue quand la consommation augmente), est au cœur de l’approche néoclassique contemporaine et de la théorie de la valeur fondée sur la rareté des biens. En 1879, Alfred Marshall en faisait même un élément fondamental de richesse nationale. Pour autant, l’eau demeure un objet qui pose aux économistes un défi analytique.

Image

Le mode d’usage rend compte de l’articulation entre les pr...

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540