Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'eau à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Catherine Jeandel
, 
Rémy Mosseri

Cinquième partie. Qualité de l'eau

22. Quelle qualité d’eau ?

Agathe Euzen

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si les Romains avaient pour habitude d’aller à plusieurs kilomètres de leur lieu de résidence pour capter des sources, comme celles de Rungis pour alimenter Lutèce, alors que la Seine coulait à leur pied, il y a fort à penser que ces eaux étaient reconnues et appréciées pour des valeurs particulières liées aux spécificités d’un terroir ou à des croyances qui se transmettaient au fil du temps. Les eaux blanches, car riches en calcium, étaient recherchées par les druides, les eaux rouges, car riches en fer, par les guerriers… celle des sources par celui qui avait des maux où qui voulait retrouver un peu de jeunesse… Les Romains devaient donc chercher l’eau loin de leurs habitations et ils l’acheminaient via des aqueducs*, afin de satisfaire les usages domestiques ou encore pour alimenter des thermes, espace social d’importance, qui donnait à l’eau de nouvelles fonctions.

Généralement, quelle que soit la nature des sols, les eaux de source sont considérées comme les plus pures. En effet...

Auteur

Anthropologue, Chargée de recherche au CNRS, LATTS, Déléguée scientifique à l’INEE, Paris, p. 16, p. 21, p. 244, p. 268, p. 299, p. 302.
agathe.euzen@cnrs-dir.fr

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540