Version classiqueVersion mobile

L'eau à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Catherine Jeandel
, 
Rémy Mosseri

Cinquième partie. Qualité de l'eau

21. Hygiène et salubrité de l’eau

Gérard Jorland

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’un des objectifs fondamentaux de l’hygiène publique au XIXe siècle fut d’empêcher que la population n’ingère ses excréments en buvant de l’eau. Non tant par répugnance : au début du siècle, une commission de l’Académie des sciences s’était prononcée en faveur du rejet à la Seine de l’urine collectée dans les fosses d’aisance de la capitale après séparation des matières solides recyclables comme engrais, le rapport volumique d’un pour trente mille la rendant, en effet, imperceptible. Pendant des décennies, les médecins et les vétérinaires furent consultés pour savoir si le rouissage du chanvre dans les rivières provoquait la mort des poissons et l’anémie des bestiaux qui s’y abreuvaient et, pouvait donc être nuisible à la santé humaine.

Dans la seconde moitié du siècle, l’eau fut considérée comme un vecteur de maladies contagieuses après que John Snow, un médecin toxicologue britannique, eut montré dans une enquête épidémiologique – en s’inspirant des idées de Pasteur sur l’origine ...

Auteur

Philosophe et historien des sciences, Directeur de recherche émérite au CNRS, CRH, Paris, p. 242.
jorland@ehess.fr

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search