Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Nouvelles approches de l’anthropisation : malacologie, microfaune, avifaune

Les gastéropodes terrestres traceurs anthropiques et éco-climatiques des niveaux du Mésolithique final et du Néolithique ancien en Méditerranée Occidentale

Joël André

Résumé

Dans ce travail nous abordons l’étude qualitative et quantitative de l’espèce Cepaea nemoralis dans les gisements du Mésolithique final et Néolithique ancien en Méditerranée occidentale.
En ce qui concerne les paramètres anthropiques, les accumulations de nemoralis sont discutées. L’hypothèse d’accumulation par l’Homme préhistorique est retenue. Sur le mode d’utilisation avec hypothèse alimentaire, une étude de l’évolution diagénétique des tests en relation avec la cuisson a été réalisée et ne permet pas de conclure pour l’instant.
En ce qui concerne les paramètres écoclimatiques dont l’étude est basée essentiellement sur le polymorphisme des individus, nous démontrons à l’aide d’un exemple (Dourgne) l’intérêt de l’évolution de la composition phénoty-pique pour regrouper les niveaux archéologiques d’un site sur des critères éco-climatiques. L’analyse régionale du polymorphisme permet de déterminer l’évolution du climat en fonction de la fréquence de principaux phénoty-pes et de l’évolution de la structure de la végétation.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

Introduction

1La période faisant l’objet du colloque est pour le malacologue une période particulièrement intéressante puisqu’elle met en jeu, dans un certain nombre de sites des accumulations du Gastéropode de l’espèce Cepaea nemoralis L., bien décrit en France par ailleurs (André J., 1973, 1975 ; Gerdeaux D., 1975 ; Guerrucci - Henrion M.A., 1966 ; Lambert C, 1980 ; Lamotte M., 1951).

2Or ces accumulations sont connues depuis longtemps par les archéologues, en particulier depuis la fin du siècle dernier. Les premières descriptions de ces accumulations ont été réalisées par Piette (1895) au Mas d’Azil, puis Laplace (1953) et Méroc (1957) pour les principaux auteurs, descriptions qui portent le nom de couches à escargots ou à « Helix » au Mésolithique dans les Pyrénées de l’Ouest. Récemment Guilaine (1979) faisait le point sur cette question et montrait qu’en fait ces couches n’étaient ni limitées dans le temps au Mésolithique, ni dans l’espace aux Pyrénées de l’Ouest, puisqu’on les observe à l’Est de cette région et encore au Néolithique ancien.

Figure 1 : Sites étudiés. Les localités sont ordonnées d’ouest en est. + Fouilles non terminées.

3Curieusement en France, depuis un siècle aucun malacologue ne s’est penché à notre connaissance sur ce problème. Le premier effet a été de perpétuer une appellation d’origine, couche à « Helix », qui n’a aucune signification zoologique, puisque le genre Helix, avec la nomenclature moderne, ne contient que de grosses espèces (Helix pomatia, Helix aspersa, Helix melanos-toma, Helix aperta), apparues bien plus tard au début de notre ère. Il est donc souhaitable de parler de couches ou niveaux à Cepaea nemoralis, à Iberus alonen-sis ou à Eobania vermiculata, etc.

4L’intérêt de l’espèce C. nemoralis dans ces niveaux, en résumé, est de contenir une information éco-climatique et géographique codée par un système de bandes qui orne sa coquille (André, 1973, 1975).

5Ainsi l’étude polymorphique des échantillons constitués par les récoltes de l’Homme préhistorique permet de reconnaître des variations à relier avec des changements éco-climatiques, ou d’évolution de populations, ou des captures dans le temps ou l’espace. Pour chaque site une étude détaillée est nécessaire.

6Nous essayons de présenter dans ce travail une vue globale de ce problème en Méditerranée occidentale. Cette tentative de synthèse s’appuiera à la fois sur des gisements mésolithiques ou néolithiques ou les deux à la fois. Beaucoup de ces sites sont en cours d’étude et ce sera donc les faits les plus importants que nous tenterons de dégager au niveau régional.

Les sites étudiés

7Le figure 1 fournit les informations concernant dix sites dont la stratigraphie contient des niveaux mésolithiques ou néolithiques anciens à coquilles terrestres. La quantité de celles-ci est très variable. D’autre part on remarque d’Ouest en Est une persistance du phénomène de niveaux à Mollusques avec cependant des espèces différentes. Ceci tendrait à montrer une « méditerranéité » plus accusée à l’est, mais on ne peut conclure avec si peu de sites répartis sur un modèle très hétérogène autour de la Méditerranée occidentale, et surtout avec des distances à la mer et des latitudes très différentes.

8La découverte de sites de plein air, notamment à l’Ouest du Rhône, ferait beaucoup avancer cette question.

Les enseignements anthropiques

9Ce sujet vaste offre de nombreuses hypothèses de travail, nous allons les passer en revue.

1) Origine des accumulations

10Les énormes quantités de Mollusques trouvées dans les sites Capsiens (Lubell D., 1976 ; Morel J., 1967 ; Roubet C, 1979) peuvent faire douter a priori de l’origine des accumulations de Cepaea nemoralis dans les sites étudiés. On peut dès lors envisager des accumulations in vivo devenant, à la suite de catastrophes naturelles, thanatocénoses, ou des accumulations post-mortem concentrant les coquilles comme n’importe quel matériel détritique. Pour le premier point aucun phénomène biologique du cycle de l’espèce ne peut justifier une migration horizontale, avec « grégarisation » des individus d’une espèce qui ne vit pas à l’entrée des grottes, ni au pied des abris sous roche. Le seul phénomène pouvant l’expliquer serait la mise en hibernation. Mais ici les seuls déplacements importants observés à l’automne sont verticaux. D’abord de bas en haut pour fuir une trop forte hygrométrie, puis de haut en bas pour se réfugier aux premiers froids dans la litière, le pied des buissons et les tous premiers centimètres du sol. Quinze années d’observations dans diverses régions de France n’ont pas permis de mettre en évidence de tels phénomènes. Depuis près de deux siècles la littérature malacologique n’a pas signalé non plus ce type de faits.

Figure 2 : Fréquences relatives des individus de Cepaea nemoralis au mésolithique, néolithique ancien et moyen, de divers sites. A = niveau absent.

11Concernant les accumulations détritiques, de même, ni nos observations, ni la littérature ne mentionnent de telles concentrations. Cependant il faut noter selon Guilaine (1979) dans la grotte de La Valette III une accumulation relativement puissante de l’espèce Pomatias elegans dont l’origine semblerait détritique. Récemment Bahn (1982) citait une expérience peu connue de Barandiaran (1947) concernant l’accumulation naturelle de Cepaea nemoralis dans une grotte du pays Basque. 58 coquilles étaient retrouvées sur un mètre carré après cinq ans d’abandon, présentant toutes les tailles. Cet amas nous semble très important pour une période si courte, et nous ne connaissons pas les circonstances exactes de l’expérience ni l’environnement du site. Les classes de taille de nos échantillons présentent une limite inférieure pour les jeunes de 16 mm en moyenne que nous avons interprétée comme limite consommable. Toutes les tailles ne sont pas représentées, contrairement à l’expérience de Barandiaran.

12Ce faisceau de faits, malgré deux points d’interrogation soulevés par Guilaine et Bahn, confortent cependant notre hypothèse d’accumulation de Cepaea nemoralis, contemporaine de l’Homme préhistorique, que ces accumulations soient des apports volontaires ou non.

13Dès lors se pose le sens des accumulations. Depuis toujours les hypothèses alimentaires ont été avancées, sans véritables preuves physiques. Seules les connexions entre structures d’habitat et amas de C. nemoralis sont le témoignage de leur utilisation. Cette utilisation évolue d’ailleurs dans la période préhistorique. On note (fig. 2) qu’après le Néolithique ancien une faible quantité de coquilles est rencontrée dans les niveaux archéologiques ce qui va aussi à l’encontre d’une accumulation détritique. Ce schéma nous invite donc à penser qu’il s’agit d’une véritable utilisation : laquelle ?

14Dans notre étude de Jean Cros (André, 1979) nous avons envisagé des hypothèses non alimentaires. Rappelons qu’en Irlande et Angleterre des colliers de cette espèce ont été utilisés comme parure et que des jeux donnent aux variétés les plus rares les valeurs les plus élevées (Currey J., Cain A.J., 1967). L’étude de la distribution spatiale, par carrés de la couche, a montré qu’il n’y avait pas de regroupement de phénotypes et donc pas de choix. Pour les autres sites nous avons demandé aux fouilleurs de noter dans la mesure du possible la position de l’ouverture des coquilles afin d’avoir la preuve matérielle qu’il ne s’agit pas de thanatocénoses (Rozoy, 1978).

15Acceptée comme seule possible, l’hypothèse alimentaire pose encore de nombreuses questions. La consommation, oui, mais comment ? Là encore le point a été fait dans l’étude de Jean Cros. Un Mollusque ne peut s’extraire vivant de sa coquille, d’où l’idée classique de cuisson. La remarquable conservation des tests dans tous les sites permet d’affirmer que la technique de cuisson devait être douce et efficace.

16Dans le but de résoudre cette question une série de coquilles préhistoriques ont été confiées au Laboratoire de Paléontologie d’Orsay (J.P. Cuif) pour analyse.

2) L’hypothèse de cuisson. Arguments minéralogiques.

17L’étude des coquilles actuelles de divers âges et préhistoriques, portant ou non des traces de brûlures, a donné lieu à la compréhension de l’évolution diagénétique de Cepaea nemoralis (Ben Mlih, 1981). Les problématiques ont été les suivantes : Est-ce que l’état des tests fossiles peut être dû à des interventions humaines, ou peut-il s’expliquer uniquement par les facteurs intervenant naturellement au cours du processus diagénétique ? Est-ce que les structures minéralogiques ont subi l’effet de la diagénèse ou sont-elles conservées ?

  • L’analyse en diffractométrie à rayons X permet de reconnaître les deux formes minérales de CO3Ca (aragonite et calcite). Les conclusions très globales sont que la calcite apparaît avec le vieillissement de la coquille (origine diagénétique). D’autre part les coquilles avec traces de brûlure montrent un effet conservatoire de l’aragonite par rapport aux individus non brûlés. La cuisson d’individus actuels, entre 150 et 200°, laisse intacte la nature minéralogique.

  • La quantité de matière organique des échantillons analysée en thermobalance pondérale indique que celle-ci se dégrade rapidement au fur et à mesure que l’on s’éloigne dans le temps. Les spécimens brûlés renferment une quantité de matière organique relativement plus faible par rapport aux autres individus.

  • L’analyse microstructurale en microscopie électronique à balayage montre que la diagénèse n’apporte pas de confusions dans les structures de coquilles qui se distinguent plus ou moins bien. Cependant chez les individus « brûlés » l’état de mauvaise conservation des structures est notable et serait dû essentiellement à l’effet de la brûlure.

18Ces analyses ponctuelles permettent de dégager physiquement les deux types reconnaissables à l’œil nu.

19Que représentent-ils réellement ? Les brûlés représentent-ils seulement des coquilles jetées dans les foyers après consommation ? Sinon quelle serait leur signification par rapport aux autres ? Seules des analyses systématiques en séries, avec étude statistique, permettront de connaître la véritable signification et peut-être de préciser les conditions de cuisson.

Les enseignements éco-climatiques

20De nombreuses recherches depuis 40 ans ont montré que la composition phénotypique d’une colonie était le reflet des conditions éco-climatiques générales (André, 1973 ; Gerdeaux, 1975 ; Guerrucci, 1966 ; Lambert, 1980 ; Lamotte, 1966) et que cette composition avait un aspect régional sous forme de faciès. Les interprétations se font surtout en rapport avec les fréquences des formes 00000 et 12345 qui ont des écologies opposées. La première est surtout abondante dans les milieux ouverts secs et chauds, ou froids et humides, la seconde est plus particulièrement inféodée aux formations végétales fermées fraîches et humides. Ainsi cette organisation phénotypique est fixée dans le temps essentiellement en rapport avec le climat et la structure de la végétation.

21Il en découle que l’analyse du polymorphisme des nemoralis de différents niveaux d’un même site peut amener à rassembler ou dissocier ces niveaux selon des critères environnementaux précisés par l’ornementation des coquilles. Si le principe est simple, il faut cependant dans la pratique avoir une certaine habitude pour mener à bien les interprétations.

22Par exemple l’analyse du polymorphisme de C. nemoralis dans les différents niveaux de Dourgne (Aude) permet des résultats intéressants. Nous avons pratiqué un test d’homogénéité de la fréquence absolue (cf. fig. 3) de niveau en niveau, ou tant que la différence de compositions n’était pas significative (sécurité à 95 %).

23+ Résultats niveau à niveau pris deux à deux. C10, C9, C8, C7 (mésolithique et protonéolithique)sont homogènes, les niveaux C6 et C5 s’individualisent.

24+ Résultats en cumulant les fréquences de niveaux homogènes.

25C10, C9, C8 (mésolithique) sont homogènes. C7, C6, C5 (néolithique ancien) s’individualisent.

26Il est intéressant de noter que cette approche permet de regrouper les niveaux les plus anciens (mésolithique) et individualiser chacun des niveaux du néolithique ancien.

27Autrement dit la séquence climatique, l’environnement végétal, ou le lieu de récolte des animaux n’a pas opéré de sélection sur les phénotypes au mésolithique. Mais il semble bien que pour chacune des couches néolithiques ces paramètres ont varié et ont entraîné des modifications des compositions phénotypiques de C. nemoralis.

28Sur un plan plus général la très forte proportion du phénotype sans bandes dans les sites étudiés (fig. 3 et 4) au mésolithique pourrait rendre compte d’un milieu très ouvert, suite aux glaciations, et d’un climat relativement « sec et chaud » favorisant une abondance extraordinaire de cette forme (exemple bien connu du Poeymäu). Au néolithique (fig. 4) l’apparition de fréquences plus importantes de la forme 12345 tendrait à indiquer des milieux plus boisés et par là plus tamponnés. Il s’agit ici de tendances générales. Les analyses stationnelles sont à prendre en considération en comparant le polymorphisme local et régional. Cette approche permet la mesure de l’évolution de différents paramètres, celle-ci est surtout intéressante à considérer dans des gisements contenant de nombreux niveaux bien répartis chronologiquement.

Figure 3 : Fréquences absolues de différents phénotypes pour les niveaux des divers sites.

Figure 4 : Fréquences relatives des principaux phénotypes obtenues en regroupant les niveaux pour les deux périodes considérées.

Conclusion — Discussion

29Le matériel malacologique pris en compte avec l’espèce C. nemoralis est riche d’enseignements, il permet de résoudre quelques questions mais en pose aussi d’autres.

30L’accumulation naturelle des coquilles malgré les faits signalés par Guilaine (1979) et Bahn (1982) ne doit pas être retenue in vivo, pour des raisons évidentes de l’écologie de l’espèce, ni post-mortem pour des raisons de concentration difficile.

31Sur le mode d’utilisation nous ne pouvons actuellement que confirmer l’hypothèse alimentaire, encore que la technique de préparation soit toujours inconnue. Des analyses physiques très fines n’ont pas permis de déceler de variations de structure de la coquille associée à une technique de cuisson inférieure à 200°, qui laisse apparemment celle-ci intacte et permet un processus de fossilisation normal.

32Au sujet d’une hypothèse d’extraction lorsque l’animal est mort noyé après immersion, nous pouvons dire que cette technique ne semble pas très rationnelle même si l’extraction de l’animal est alors facile. Il faut des récipients étanches, où les animaux meurent en extension après 24 h à 48 h d’immersion. Ils sont alors gonflés d’eau et la plupart du temps présentent un début de fermentation. En peu de temps ils pourrissent et dégagent une odeur effroyable. Nous utilisons très fréquemment cette technique pour nos dissections.

33Un tel raffinement supposerait une consommation rapide et sans cuisson ; en effet, comment pratiquer la cuisson avec des moyens élémentaires lorsque l’animal a perdu sa coquille ? Il est difficile d’associer cette technique d’extraction simple à une technique de consommation.

34En ce qui concerne l’hypothèse de Bahn (1982) à propos d’un « élevage » local qui semble difficile à accepter avec un regard du 20e siècle, on peut dire selon nos hypothèses que si les conditions climatiques furent favorables à l’explosion démographique de l’espèce, ces conditions permettaient de récolter régionalement de nombreux animaux. Comment admettre alors que certains groupes les concentrent pour les fournir à des « voisins » ? Nous savons d’après M. Livache (communication personnelle) qu’il existe près du Poeymäu au moins un site contenant de très nombreux escargots (sondage préliminaire). Le phénomène n’était donc pas isolé et rend encore plus difficile l’hypothèse de concentration à des fins « commerciales ».

35En ce qui concerne l’étude du polymorphisme, son intérêt est incontestable ; il permet au niveau local de préciser l’évolution éco-climatique sur la série chronologique de donner les tendances locales compte tenu de la topographie et la distance à la mer et de préciser les regroupements des niveaux. Au niveau régional cette approche permet de dégager les grandes variations, mais ce sont surtout les sites de chronologies étendues qui manquent pour faire référence, en particulier à l’Est du Rhône. Ici la « méditerranéité » semble assez nette et plus accusée qu’à l’Ouest aux mêmes périodes. Mais le contexte naturel est différent ; le substrat plonge dans la mer et les abris-sous-roches littoraux sont fréquents. En Languedoc les abris-sous-roche sont dans l’arrière-pays, la comparaison souffre donc d’un contexte plus continental. Seuls des sites plus riches en nemoralis en Provence et des sites de plein air, en plaine littorale en Languedoc ou Roussillon, permettront de préciser toutes ces nuances dans un proche avenir.

Bibliographie

Bibliographie

André (J.). 1973. Recherches écologiques sur les populations de Cepaea nemoralis L. du Languedoc et du Roussillon. Thèse 3e cycle. 150 p., 22 fig., 6 tab. Université de Paris VI.

André (J.). 1975. Ecologie du Gastéropode terrestre Cepaea nemoralis L. en Languedoc et en Roussillon. Vie et milieu, XXV (1), C, p. 17-47.

André (J.). 1979. Étude malacologique du gisement néolithique de l’Abri Jean Cros. L’Abri Jean Cros, C.A.S.R. Toulouse, p. 253-278.

Bahn (P.G.). 1982. La néolithisation dans les Pyrénées Atlantiques et Centrales. Archéologie en Languedoc. Colloque néolithique ancien, p. 191-199.

Barandiaran (J.M.). 1947. A propos des Helix nemoralis dans les gisements préhistoriques. Ikuska Sare, I, p. 105.

Ben Mlih (A.). 1981. Etude de l’évolution diagénétique chez un Gastéropode Pulmoné : Cepaea nemoralis néolithique et mésolithique. D.E.A. 60 p. Paris VII.

Currey (J.), Cain (A.J.). 1967. Climate and selection of banding morphs in Cepaea from the climatic optimum to the present day. Phil. Trans. R. Soc. London, B, 253, p. 483-498.

Gerdeaux (D.). 1980. Recherches écologiques sur les populations naturelles de Cepaea nemoralis L. de Provence. Thèse de 3e cycle, 96 p., 19 fig., Université de Paris VI.

Guerrucci-Henrion (M.A.). 1966. Recherches sur les populations naturelles de Cepaea nemoralis en Bretagne. Arch. Zool. exp. Gen., 107, p. 369-417.

Guilaine (J.). 1979. Les couches à Helix dans les Pyrénées de l’Est. L’Abri Jean Cros, C.A.S.R. Toulouse, p. 281-288.

Lambert (C). 1980. Recherches sur les populations naturelles de Cepaea nemoralis L. et Hortensis M. en Gironde. Thèse de 3e cycle, 100 p., 33 fig., Université de Paris VI.

Lamotte (M.). 1951. Recherches sur la structure génétique des populations naturelles de Cepaea nemoralis L. Bull. biol. Fr., 35, p. 1-239.

Lamotte (M.). 1966. Les facteurs de la diversité du polymorphisme dans les populations naturelles de Cepaea nemoralis L. Lav. Soc. Malac. It., 3, p. 33-73.

Laplace (G.). 1953. Les couches à escargots des cavernes pyrénéennes et le problème de l’Arisien de Piette. Bull. Soc. Préhist. franc, L, p. 199-211.

Lubell (D.) et al. 1976. The Capsian Escargotières. Science, 191, p. 910-920.

Méroc (L.). 1957. Les couches à escargots de la Spugo de Ganties. Bull. Soc. Études Rech. Préhist. des Eyzies. 7, p. 1-8.

Morel (J.). 1967. Découverte d’une pierre à gorge dans une escargotière capsienne de la région de Tebessa. Lybica, 15, p. 125-137.

Piette (E.). 1895. Etudes d’ethnographie préhistorique. L’Anthropologie, 6, p. 276-292, 25 fig.

Roubet (C). 1979. Economie pastorale pré-agricole en Algérie orientale. Le Néolithique de tradition capsienne. C.N.R.S. Paris, 595 p.

Rozoy (J.G.). 1978. Les derniers chasseurs. Charleville, p. 1 038.

Notes de fin

1 Laboratoire de Zoogéographie, Université Paul Valéry, B.P. 5043 34032 Montpellier Cedex. E.R. 289, E.H.E.S.S. - C.N.R.S. Toulouse - R.C.P. 576 Montpellier.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Sites étudiés. Les localités sont ordonnées d’ouest en est. + Fouilles non terminées.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1001/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Légende Figure 2 : Fréquences relatives des individus de Cepaea nemoralis au mésolithique, néolithique ancien et moyen, de divers sites. A = niveau absent.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1001/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Figure 3 : Fréquences absolues de différents phénotypes pour les niveaux des divers sites.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1001/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Figure 4 : Fréquences relatives des principaux phénotypes obtenues en regroupant les niveaux pour les deux périodes considérées.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1001/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 310k

Auteur

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search