Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'eau à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Catherine Jeandel
, 
Rémy Mosseri

Cinquième partie. Qualité de l'eau

14. Dessalement d’eau de mer

Corinne Cabassud et Hélène Roux-de Balmann

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Selon l’UNESCO, environ 40 % de la population mondiale subit un stress hydrique* et l’évolution démographique devrait porter ce chiffre à 47 % en 2030. Pourtant, les mers et les océans couvrent les trois quarts de la planète et 80 % de la population mondiale habite à moins de 80 km d’une côte. Le dessalement de l’eau de mer est donc une des voies privilégiées pour l’alimentation en eau douce (en croissance de 10 % par an). Malgré les progrès techniques récents, le coût de l’eau dessalée reste supérieur à celui d’une eau douce traitée. Le dessalement est donc une alternative en absence d’autres ressources.

Les procédés majeurs de dessalement

Les eaux de mer contiennent entre 20 et 43 g/l de sel qu’il s’agit d’éliminer ; cela peut se faire selon différents procédés. La distillation* consiste à porter l’eau de mer à ébullition et à condenser la vapeur d’eau produite, afin d’obtenir une eau (distillat) épurée des sels et autres matières contenues dans l’eau de mer. L’osm...

Auteurs

Chimiste, Génie des procédés et Traitement de l'eau, Professeure des Universités à l’INSA de Toulouse, LISBP, Toulouse, p. 228.
corinne.cabassud@insa-toulouse.fr

Chimiste, Directrice de recherche au CNRS, LGC, Toulouse, p. 228.
roux@chimie.ups-tlse.fr

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540