Version classiqueVersion mobile

L'eau à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Catherine Jeandel
, 
Rémy Mosseri

Cinquième partie. Qualité de l'eau

13. Les technologies membranaires

Claire Albasi et Philippe Aptel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les membranes permsélectives* utilisées en traitement des eaux continentales peuvent être définies comme des filtres possédant des pores de diamètres très petits : de l’ordre de 0,1 μm pour la microfiltration*, de 0,01 μm pour l’ultrafiltration* et de 0,001 μm pour la nanofiltration*. Les pores d’un filtre à sable, qui permet de tamiser les particules (cf. V.12), sont, quant à eux, de l’ordre de 10 μm. Ces membranes permettent donc l’arrêt de particules dont le diamètre est de 100 à 1 000 fois plus petit que celles stoppées par un filtre à sable. La microfiltration est donc une barrière absolue pour les bactéries, l’ultrafiltration pour les virus et la nanofiltration est capable d’arrêter les ions calcium. Pour le dessalement d’eau de mer, les membranes d’osmose inverse (cf. II.13) utilisées sont, quant à elles, considérées comme non poreuses (cf. V.14). Les technologies membranaires présentent donc un intérêt immédiat pour la qualité de l’eau traitée : en une seule opération physiq...

Auteurs

Chimiste, Directrice de recherche au CNRS, LGC, Toulouse, p. 226.
claire.albasi@ensiacet.fr

Chimiste, Directeur de recherche retraité du CNRS, Toulouse, p. 226.
aptel.philippe@numericable.fr

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search