Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Du 8e au 4e millénaire en Méditerranée occidentale : les mutations de l'environnement

Discussion

Texte intégral

Les mutations de l’environnement

D. Helmer

1A propos de la disparition de la grande faune, je veux dire que, pour moi, le cerf, le sanglier et l’aurochs font partie de la grande faune ; si dans la majorité des sites provençaux les restes de grande faune sont rares, il existe un site, le site de la Montagne à Senas, daté de 7050 B.C. où il y a 82 % d’aurochs ; le reste de la faune comprend de l’hydrontinus, du cerf, du bouquetin, du chamois et du sanglier.

J.-P. Raynal

2Tout à fait d’accord sur le terme de grande faune qui n’est pas très adéquat dans le texte. Simplement, ce que l’on a voulu souligner, paradoxalement alors que les épipaléolithiques dans la zone considérée chassent des gibiers tels que les chevaux, les rennes, qui sont très abondants et qui sont grégaires, on a à ce moment-là une mutation vers des individus qui sont beaucoup moins grégaires et dans un milieu qui est beaucoup moins aisé à pénétrer. Ce sont les données que l’on a chez nous.

J. Renault-Miskovsky

3M. Firmin, vous avez comparé vos résultats préliminaires obtenus en Ardèche avec d’autres résultats obtenus dans des sédiments archéologiques dans le bassin parisien. Il me semble que vous auriez pu être plus optimiste quant à la valeur à donner aux problèmes des Cichoriées si vous aviez comparé vos diagrammes avec les diagrammes obtenus dans le Midi méditerranéen sur les sites archéologiques. Par exemple si je fais la comparaison de vos résultats avec le diagramme de Châteuneuf-les-Martigues (je prends celui-là parce que les dates C14 obtenues à Châteauneuf, qui avaient été discutées il y a une dizaine d’années, ont été réhabilitées, donc le diagramme pollinique reprend la valeur que je lui avais donnée il y a une dizaine d’années), si vous regardez les courbes polliniques d’avant la période Atlantique et puis ensuite dans la période post-Atlantique, vous retrouvez dans les courbes polliniques un moment où les arbres apparaissent ; lorsqu’ils disparaissent la strate herbacée est comme chez vous envahie par des pollens de Cichoriées. Je suis moins pessimiste que vous, je sais très bien qu’il ne faut pas accorder beaucoup de signification aux problèmes de Cichoriées dans les périodes wurmiennes ; mais pour ces périodes néolithiques lorsqu’on s’aperçoit que les pollens de Cichoriées, même s’ils sont dominants, sont accompagnés de toute une petite série de courbes d’autres plantes plus ou moins steppiques, alors je pense qu’ils reprennent toute leur valeur. Et si l’on regarde la strate arborée qui accompagne ces pollens de Cichoriées, même pour les périodes déboisées, avant l’Atlantique ou après l’Atlantique, on s’aperçoit qu’il reste quand même un petit couvert arboréen, même s’il est clairsemé, et ces arbres sont des arbres tels que, dans le Midi, le Chêne vert, le Pistachier, le Buis, les Cupres-sacées. Ils ont donc une signification climatique, donc il me semble que l’on peut accorder une valeur climatique aux Cichoriées dans ces cas là. Et si l’on regarde en Méditerranée orientale, on s’aperçoit que sur toutes les courbes du Néolithique, qui ont été publiées en Grèce, que ce soit sur le site de Kitsos, que j’ai étudié, ou sur le site de Franchti, au Néolithique, surtout au Néolithique récent, les Cichoriées occupent une grande partie du paysage ; mais elles sont toujours entourées d’une strate herbacée très riche. Le couvert arboréen, qui est très vite dégarni, est composé de ces arbres plutôt rabougris, assez rampants sur le sol : Chênes kermès, Buis, Chênes verts un peu rabougris, Cyprès qui n’ont pas bien pu pousser, c’est-à-dire un ensemble qui a une valeur climatique, certainement anthropique, bien entendu, mais qui redonne de la valeur à vos courbes cichoréennes.

G. Firmin

4Justement parmi les palynologues il y a eu une grande discussion pendant longtemps à propos justement de ces courbes de Liguliflores qui ont tendance à envahir les diagrammes et pour lesquelles on a proposé x solutions. Vous avez tout à fait raison quand vous dites que ça a encore une valeur climatique. Mais je voulais dire aussi qu’il y a une autre solution qui a été proposée, c’est tout simplement parce que le bétail broute les tiges de graminées dans les sites fortement anthropisés, qu’il laisse de côté les plantes à rosette. Il y a eu encore une autre explication qui a été avancée par Bottema cette fois : le transport des pelotes dans les pattes des Hyménoptères fouisseurs aurait augmenté de façon considérable le taux des Liguliflores dans les sédiments archéologiques. J’ai une explication pour ma part qui est fondée sur l’archéologie expérimentale. Il s’agit d’expériences de brûlis qui ont été réalisées à l’époque actuelle. Certes on sait très bien que les conditions climatiques sont différentes, mais je veux dire que, en voyant ce qui se passe dans un environnement où il y a brûlis et ensuite où il y a agriculture, on assiste à un énorme développement de Laite-rons que l’on ne retrouve pas ailleurs, aux alentours, dans la forêt de Chassemy, mais qui est très nette sur le terrain expérimental lui-même.

J.-L. Vernet

5La communication de M. Firmin nous a montré, à travers des exemples tout à fait probants, la signification de certaines courbes polliniques, en particulier les courbes de Composées et les courbes de plantains et j’ai beaucoup apprécié l’expérience qu’il a menée sur des brebis, où l’on voit que l’action locale de l’homme est très manifeste et se traduit parfaitement dans les diagrammes polliniques. Je voulais intervenir aussi surtout à propos de Font-Juvénal puisque par chance à Font-Juvénal nous avons d’autres informations sur la végétation qui sont apportées par l’analyse des charbons de bois. Celle-ci montre effectivement que la phase ancienne qui se rapporte au Néolithique ancien, correspond à une végétation de Chênes à feuilles caduques avec un peu de Chêne vert. Ce n’est que beaucoup plus tard, à partir du Sub-boréal, disons à partir du Chalcolithique, que l’on tombe dans le système Chêne vert et Buis. Autrement dit, on retrouve le schéma que l’on rencontre dans le Mésolithique méditerranéen avec une action humaine qui se traduit très tard et qui est très efficace comme l’ont montré les géomorphologues tout à l’heure c’est-à-dire des déboisements intensifs. Alors, ce que je veux souligner c’est que la mise en parallèle de méthodes différentes d’étude du milieu végétal peut permettre une meilleure compréhension de l’écologie de l’homme. On voit très bien à travers ces analyses que l’homme avait d’une part, dans un rayon local que manifestement on ne peut pas bien sûr évaluer pour le moment, une action très importante sur le milieu, sur le couvert et que, par ailleurs, de notre côté, avec une autre méthode qui procède d’un échantillonnage plus lointain, on peut avoir une traduction du milieu à une autre échelle.

G. Jalut

6Au sujet de l’importance des Composées Liguliflores, nous commençons à avoir dans les Pyrénées des gisements et des niveaux qui datent du Würm et dans lesquels nous ne retrouvons pas du tout de spectre de Composées Liguliflores. Ça ne dépasse jamais 2 ou 3 % au maximum, alors qu’on ne peut peut-être pas totalement exclure, même dans les épisodes froids du Würm, au voisinage des sites, des abris sous roche, une influence anthropique du développement des Composées Ligulifores même à ces périodes froides. Ainsi à Lourdes, un gisement qui fait au total 45 000 ans pratiquement en continu n’a pratiquement pas fourni de Composées Liguliflores ; de même à Freychinede, dans l’Ariège, on n’en a pratiquement pas.

J. Renault-Miskovsky

7S’agit-il de sites d’altitude ? N’y-a-t-il pas remplacement par d’autres herbacées, des Armoises par exemple ?

G. Jalut

8Sur le territoire de Lourdes, à Biscaye, nous sommes à 410 m d’altitude, c’est-à-dire que l’on peut considérer que c’est quand même en plaine.

A. Gob

9Je voudrais intervenir sur la communication de M.M. Raynal et Daugas, dire combien j’ai apprécié leurs références aux travaux d’Alain Testard et rappeler qu’il existe pas mal de groupes ou de sites considérés traditionnellement comme « mésolithiques » qui montrent clairement les conditions énoncées par Testard pour les cultures qu’on pourrait appeler « néolithiques ». Existe-t-il dans le Massif Central des indices d’une tendance à la sédentarisation ou à l’augmentation de la taille des sites ? Avez-vous uniquement des sites de grotte ou avez-vous également des sites de plein air ?

J.-P. Daugas

10Nous avons insisté sur le fait que la sédentarisation s’exerce au sein d’une unité écologique et qu’il demeure très certainement au sein de cette unité écologique, la pratique d’un pseudo-nomadisme. La seule véritable preuve archéologique qui nous paraît pouvoir être recherchée serait les structures de stockage. Il est certain que l’attention des archéologues n’a pas été attirée jusqu’à présent, par manque de modèle de référence, sur ces structures de stockage. Ce que nous avons voulu démontrer, c’est qu’il existe une très nette opposition entre la partie ouest de notre unité morphologique qui est une partie de très haute altitude, voisine de 1 200 m et le Velay où apparaît beaucoup plus tôt la corylaie qui semble donc le dispensateur, le réservoir nécessaire de cette nourriture par voie de collecte ; par là même la corylaie disparaît plus tôt dans le Velay. A ce moment-là l’organisation de chasse, collecte, stockage doit céder la place beaucoup plus tôt à des sociétés du Néolithique affirmé, de véritables organisations villageoises et, comme par hasard, c’est précisément dans le Velay qu’apparaissent le plus tôt ces manifestations archéologiques puisque les dates récentes obtenues par thermoluminescence sur le Cardial des Estables donnent une date de 6890 B.P. et que dès 6200 B.P. il est attesté un Néolithique autochtone et que les premières structures villageoises apparaissent dès 6000 B.P.

P. Marinval

11Effectivement l’approche de Testard est très intéressante mais il faudrait peut-être s’interroger aussi sur les problèmes de fossilisation et de récupération des restes. Il n’y a peut-être pas forcément que des noisettes et des glands qui sont consommés. Par ailleurs les glands sont un apport de protéines très intéressant. Par ailleurs on rencontre, à la même époque, dans d’autres régions un développement des macro-restes de noisettes, donc il y a peut-être une tendance générale qui se dégage.

J.-P. Daugas

12Nous avons insisté sur le rôle de la noisette et du gland parce qu’ils correspondent parfaitement bien à l’unité biogéographique dans laquelle nous avons travaillé. Il est sûr qu’ailleurs il faut chercher des correspondants. Il est vrai également qu’ailleurs apparaissent des traces de prunes, de pommes également qui pourraient être recherchées pour le stockage sur une grande échelle.

J.-P. Raynal

13Je voulais souligner un point qui est tout à fait extérieur au débat, mais qui le conforte ; c’est qu’effectivement on dispose de gisements dans lesquels les restes sont conservés de façon différentielle. Toutefois, il faut faire référence au système climatique dans lequel nous sommes, nous sommes vraiment dans des sites de montagne et on a eu, notamment au début de l’Atlantique mais surtout à la limite Atlantique-Sub-boréal, d’énormes bouleversements, des remaniements dans les stratigraphies, de grands ravinements, des transformations intenses, des percolations, des lavages de sédiments qui font que la collecte des macro-restes est extrêmement délicate. Ce qui nous manque ce sont des sites bien stratifiés. Mais jusqu’à présent ce n’a pas été vraiment le cas et tous nos gisements sont des gisements difficiles.

M. Paccard

14J’aurais aimé savoir ce que vous entendez par « structure de stockage », parce que le terme me semble assez ambigu. Nous trouvons des structures de stockage dès la fin du paléolithique supérieur, par exemple. On peut appeler structure de stockage une aire de fumage ou de conservation des viandes, c’est un stockage, or on ne peut pas parler de néolithisation à ce moment-là.

J.P. Daugas

15Il ne s’agit pas de stockage dans le cadre du fumage. Ce qu’on appelle le stockage, c’est effectivement une collecte massive, due à une ressource exclusivement saisonnière et qui permet effectivement d’organiser son économie d’une saison sur l’autre, et là je veux dire que dans l’intention il y a quelque chose de complètement différent de la simple conservation d’une denrée comme la viande. En ce sens le stockage est un technosystème, alors que le fumage ne l’est pas. Ce que l’on appelle stockage est extrêmement vaste effectivement. Ça va de la simple fosse, du simple silo, jusqu’à la céramique, pourquoi pas.

P. Marinval

16Comment peut-on déterminer à partir de l’étude anthracologique si l’olivier est sauvage ou bien domestique ?

J.-L. Vernet

17Le problème n’est pas simple car entre l’olivier sauvage et l’olivier domestique il s’agit d’une différence infraspécifique qui apparemment n’est pas marquée au niveau anatomique. On a donc fait appel à deux renseignements. Le premier qui est un renseignement indirect, c’est l’absence totale dans tout le site de la Cova de l’Or de noyaux d’Olea. Ce qui montre indirectement que les olives n’étaient pas récoltées et que a fortiori il n’y avait pas d’oliviers cultivés. Autre renseignement du même genre, à Récambra et surtout à la Cova Ampla on a trouvé par contre des noyaux d’olives mais de petite taille qui semblent se rapporter à l’espèce sauvage. L’espèce sauvage, sur ces bases, est donc reconnue de façon indirecte. Le second critère a consisté à se baser sur l’écologie de l’olivier. Dans ce cas, vous avez d’une part l’olivier sauvage qui pousse dans des conditions de milieu extrêmement difficiles, généralement sur des sols dégradés, érodés, voire sur des parois rocheuses, et d’un autre côté vous avez l’olivier cultivé qui, lui, généralement, pousse dans des sols bien profonds, en général hors de toute concurrence majeure. Alors sur ces bases on a regardé l’accroissement de ces oliviers en se basant sur les cernes mesurés sur les charbons, et on s’est aperçu par comparaison qu’effectivement on avait des Olea plutôt à croissance lente, ce qui laisse penser qu’il s’agit à’Olea sauvage.

P. Marinval

18Est-ce que l’on peut envisager, puisque l’olivier se développe à cette époque, que les hommes aient favorisé sa culture ? Si on retrouve certaines graines c’est parce qu’elles ont été fossilisées après avoir subi l’action du feu. Mais si les olives n’ont pas été brûlées on a peu de chance d’en trouver la trace. Ce n’est pas parce qu’une espèce n’est pas présente dans un site qu’elle n’était pas consommée.

J.-L. Vernet

19C’est pour cela qu’on a essayé d’avoir recours à des critères au niveau de la croissance qui est plus ralentie dans le cas de l’espèce sauvage. Ce sont des arbustes alors que l’olivier peut être un arbre de grande taille, en tout cas de grand diamètre et cela se voit au point de vue anatomique.

P. Marinval

20Est-ce que l’on peut envisager une croissance favorisée de l’Olea ?

J.-L. Vernet

21Ce n’est pas impossible. La première phase de la Cova de l’Or est une phase qui ressemble beaucoup au Mésoméditerranéen du Languedoc bien qu’il y ait beaucoup de Chênes verts et puis ensuite on voit monter la courbe d’Olea ; on s’aperçoit qu’elle augmente beaucoup au moment où le Pin d’Alep arrive, alors il n’est pas impossible que l’olivier sauvage ait été favorisé par les déboisements et les défrichements qui favorisent le Pin d’Alep, les espèces de garrigue, comme les bruyères et donc également l’olivier puisqu’il s’agit des mêmes associations finalement.

H. Camps-Fabrer

22Je voudrais faire deux remarques à propos de l’olivier : la première c’est que j’ai été frappée du fait que l’on ait commencé à parler de l’olivier du moment où l’on a parlé de la Cova de l’Or. Comment se fait-il que dans tous les autres gisements dont on nous a parlé antérieurement l’olivier n’ait pas été cité ? Et, deuxième remarque, c’est que à propos de l’oléastre, les oléastres étaient utilisés par exemple par les carthaginois qui en fabriquaient de l’huile. Le fait de trouver des noyaux n’est pas absolument probant. J’aimerais savoir pourquoi les autres gisements n’ont pas livré d’oliviers.

J.-L. Vernet

23Je crois que c’est parce qu’il n’y en a pas. On ne se trouve pas dans des conditions optimales ; d’abord c’est une période trop ancienne pour la culture de l’olivier car on n’a vraiment de traces de culture que beaucoup plus tard, dans du Néolithique final au Proche Orient et plus tard encore dans nos régions. Il est clair que ce n’est donc pas l’olivier cultivé et d’autre part on n’est pas dans les conditions écologiques favorables à la croissance de l’olivier sauvage.

H. Camps-Fabrer

24Il me paraît intéressant d’essayer d’arriver à trouver le moment où apparaît d’une part l’olivier et d’autre part la culture de l’olivier. Parce que l’origine de l’olivier est quand même un problème important pour toutes les régions méditerranéennes. J’ai été vraiment frappée par l’importance qu’il revêt à la Cova de l’Or et son absence totale ailleurs.

J.-L. Vernet

25La culture de l’olivier, en France méditerranéenne, d’après les diagrammes polliniques, est quelque chose de très récent. Cela correspond en gros à l’époque historique, au sens large ; il en va de même de la culture du châtaignier.

M. Dupré-Ollivier

26L’analyse pollinique de la Cova de l’Or n’est pas terminée mais est en cours d’étude ; mais je veux simplement indiquer que depuis le début je trouve un déboisement à peu près total. Le maximum d’essences arboréennes atteint à peine 15%, je ne peux donc absolument faire aucune déduction climatique là-dessus. Je crois que dès le début il y a eu une action anthropique très importante, du moins dans les alentours de la grotte ; sur la façade nord du versant il devait y avoir des zones forestières, des zones boisées. Mais, aux alentours de la grotte, dès le début de l’occupation ça a été fortement déboisé. On remarque que dans les niveaux inférieurs de la Cova de l’Or il y a une très grande richesse de matériel industriel qui certainement témoigne déjà d’une très importante occupation dès le début.

H.-P. Uerpman

27Est-ce qu’il est possible de savoir à quelle saison ont été coupés les bois ?

J.-L. Vernet

28C’est une question difficile et je ne suis pas sûr qu’à l’heure actuelle on puisse répondre à cette question. L’explication est la suivante, ce sont des charbons de bois et, comme il y a une certaine fragmentation, nous n’avons jamais le dernier cerne d’accroissement ; si l’on avait le dernier cerne d’accroissement on pourrait savoir à quel moment s’est fait l’abattage. Dans certains cas particuliers (petites branches intactes), la chose doit être possible.

J. Renault-Miskovsky

29Dans les analyses polliniques de la région de Valence on met en évidence deux types d’oléacées, le type Phillyrea, le type Olea. Naturellement il s’agit toujours d’olivier sauvage et on ne peut pas démontrer qu’il y a culture, sauf à la fin du Néolithique lorsque les courbes deviennent des courbes de cultures, mais c’est vraiment à la fin du Néolithique. A propos de la culture du châtaignier, du noyer, de la vigne, du platane, ce sont des problèmes qui sont toujours repris par les palynologues parce qu’il faut souligner que durant tout le pléistocène, depuis le passage Tertiaire/Quaternaire, toutes les courbes polliniques mettent en évidence la présence très rare, mais tout à fait continue, de ces plantes que sont le noyer, le platane, la vigne, le châtaignier, l’oléastre. Ce sont donc des plantes qui n’ont pas totalement disparu au Tertiaire pour réapparaître à la fin du Néolithique en tant que culture, mais des plantes qui ont perduré justement dans le bassin méditerranéen oriental et occidental à la faveur du climat, à la faveur de refuges. Leur culture a donc été mise en évidence par l’anthracologie et par certaines courbes polliniques à la fin du Néolithique, mais on ne peut pas dire que ces plantes là soient apparues, aient été introduites à cette époque. Je pense qu’il faut le souligner, ne pas laisser développer l’idée que ces plantes ont disparu et qu’elles ont réapparu à la faveur d’une culture, d’une introduction.

J.-L. Roudil

30Comment les anthracologues peuvent-ils résoudre les problèmes que pose la valeur de la représentativité des charbons d’un gisement par rapport au milieu environnant ? Je pense qu’il y a des facteurs de conservation des charbons qui risquent d’entrer en jeu, certains bois ne donnant pas ou peu de charbons. Par ailleurs il y a le choix des espèces par les hommes eux-mêmes. Peut-on vraiment à partir des charbons dire que le bois qui est récolté dans les foyers représente la végétation environnante ?

E. Bazile-Robert

31J’ai pensé au problème et, pendant plusieurs années dans un gisement de l’Ardèche nous avons fouillé, nous avons fait des foyers à midi, pour manger, faire cuire la viande... Les gens allaient ramasser du bois, n’importe où, n’importe comment, on ne leur a rien dit et, à la fin de plusieurs chantiers, j’ai ramassé ces charbons de bois et j’ai essayé de voir ce que ça donnait par rapport à la végétation environnante. En gros ça reflète assez bien l’environnement de la grotte mais je suis aussi arrivée à montrer qu’il existait des problèmes de fragmentation et de combustion différentielle. Le Buis en particulier fragmente beaucoup et, en fait, il est surreprésenté par rapport au Chêne à feuillage caduc. On pourrait de ce fait appliquer ces résultats au problème posé tout à l’heure. Cette représentation du Buis dans les niveaux supérieurs correspond-elle à une dégradation de la végétation ou s’agit-il d’une surreprésentation du buis ? Il faudrait trouver des coefficients pour modérer un peu cette sur-représentation et la sous-représentation des chênes à feuillage caduc.

J.-L. Vernet

32Le problème du Buis n’est pas clair. On ne sait pas très bien comment il fragmente et, d’un gisement à un autre, il y a des résultats contradictoires. En ce qui concerne les comparaisons entre diagrammes anthracologiques et diagrammes polliniques, si l’on considère, par exemple, les travaux qui ont été faits dans la basse vallée du Rhône par des chercheurs qui ont travaillé sur les tourbières de littoral (Mme Triat), l’on s’aperçoit très bien que l’on obtient les mêmes césures chronologiques, les mêmes synchronismes. Ainsi le démarrage du Chêne vert, l’extension maximale de la dégradation, la fin de la courbe du Juniperus s’observent aussi bien avec les pollens qu’avec les charbons de bois. Cela veut dire tout simplement que l’homme préhistorique allait chercher son bois dans le milieu végétal environnant. On ne peut pas dire qu’il y avait un choix particulier dans la mesure où on trouve beaucoup d’espèces, quelquefois dix à douze espèces par niveau. On obtient une image de la végétation qui est une image mais pas plus déformée que l’image pollinique qui pose aussi des problèmes. Ce qu’il faut c’est confronter les données.

F. de Lanfranchi

33Pour revenir très brièvement au problème de l’olivier, je voudrais rappeler que dans le Nord de la Corse, dans la région calcaire de St Florent, on a trouvé dans l’abri de Scaffa Piana des noyaux d’olivier et, à proximité de ces noyaux d’olivier, des vanneries. Le problème est très intéressant car il se pourrait qu’il y ait un rapport avec ces vanneries et ces noyaux d’olivier.

M. Thinon

34Je voudrais revenir sur la question qui a été posée tout à l’heure au sujet de la fragmentation et de la représentativité des espèces rencontrées sous forme de charbons vis-à-vis de la végétation. Le problème de la fragmentation peut être facilement résolu en prenant en compte la masse des charbons et non pas le nombre de fragments, car, de toute façon, pour apprécier une espèce on prend en compte sa biomasse ; l’anthracomasse est donc une bonne approche de la bio-masse, nettement meilleure que le nombre de fragments. D’autre part pour ce qui est du choix de l’homme qui vit dans le milieu et qui le connaît, effectivement toutes les études ethnologiques montrent que l’homme primitif, l’homme qui vit près du milieu choisit les espèces en fonction de ses besoins et il ne va pas prendre un bois dont les étincelles éclatent pour faire du feu à l’intérieur d’une tente. Au sujet des spectres anthracologiques, il est plus sage de ne parler que de la présence d’une espèce. Il est souvent illusoire de vouloir faire des diagrammes et d’en tirer des conclusions climatiques. Au sujet de la forte représentation de l’olivier dans les sites espagnols, on peut penser que si le milieu est effectivement très dégradé, l’arbre qui devait donner des fruits qui étaient récoltés devait sans doute être respecté et on utilisait son bois parce que c’était à peu près le seul arbre qui existait.

E. Bazile

35Lors de l’expérience que j’ai faite sur les fragmentations de bois, j’ai justement fait des comptages en nombre et j’ai pesé, et je me suis aperçue que en masse les disproportions étaient beaucoup plus grandes qu’en nombre. Par ailleurs vous dites qu’on n’utilisait pas des bois qui éclataient, qui faisaient des étincelles, alors je ne vois pas pourquoi au Würm récent on a utilisé autant de Pin sylvestre car c’est un résineux qui fait beaucoup d’étincelles.

M. Thinon

36Il vaut mieux utiliser un bois qui éclate que pas de bois du tout.

E. Bazile

37Comme il n’y a pas que du Pin sylvestre, là le raisonnement est caduc.

M. Thinon

38Si vous comptez le nombre de fragments, lorsque vous avez de très mauvais fouilleurs vous aurez une sur-représentativité très nette.

E. Bazile

39Les charbons sont aussi bien recueillis à la fouille qu’au tamisage fin.

L. Chabal

40Pour le problème des masses ou des comptages, on peut poser le problème de la sorte : doit-on compter le nombre de fragments dans un niveau ou doit-on mesurer la masse totale de charbons de chaque espèce dans ce niveau ? Le raisonnement que l’on a tendance à faire est le suivant : « Si j’ai d’un côté un gros fragment et de l’autre côté un petit fragment, il paraît légitime d’accorder une mesure plus importante au gros fragment, c’est-à-dire de mesurer en masse totale plutôt qu’en nombre ». Mais si l’on raisonne ainsi on confond deux choses : d’une part la masse moyenne des fragments qui effectivement fluctue est tantôt faible, tantôt élevée ; d’autre part, on confond la masse du fragment moyen, c’est-à-dire la masse statistiquement la plus fréquente, la plus représentée dans les charbons. Masse moyenne et masse du fragment moyen seraient la même chose si l’on avait une répartition des effectifs en fonction des masses de type Gaussien, c’est-à-dire si la masse moyenne et l’effectif maximal correspondaient. On pourrait dire que le fragment moyen donc est représentatif de la masse moyenne, plutôt la masse moyenne est représentative des fragments les plus abondants. Or ce n’est pas du tout ce que l’on obtient. J’ai étudié sur une couche très riche (plus de 600 fragments) la répartition du nombre de fragments en fonction des classes de masse pour chaque taxon. On constate que le fragment moyen a une faible masse, donc beaucoup de petits fragments, peu de gros fragments. On peut dire que la masse moyenne est très peu représentative de la majorité des fragments. En jargon statistique la classe modale et la classe moyenne ne coïncident pas. Si donc on mesure des masses totales, on s’engage à refléter les fluctuations de la masse moyenne, c’est-à-dire que si accidentellement on a un gros fragment en plus, la masse moyenne va bouger, va fluctuer. Si l’on ajoute un petit fragment elle ne va pas fluctuer. Donc les masses moyennes fluctuent avec les aléas de présence ou d’absence de gros fragments. Si, par contre, on mesure le nombre total de fragments, on donne le maximum de poids, d’importance à cette classe modale qui est la même pour tous les taxons. On peut donc dire qu’un fragment représente toujours statistiquement la même chose quel que soit le taxon, l’espèce, puisque cette courbe est la même pour tous les taxons.

M.-A. Courty

41Les résultats obtenus sur le site de La Poujade, dont l’étude anthracologique a été faite par E. Krauss-Marguet, mettent en évidence une action humaine qui n’est pas antérieure à 6000 B.P. Or on remarque au niveau du sédiment une anthropisation très importante dès 8000 BP qui coïncide totalement avec les premières apparitions de céramique. Il est donc possible que les analyses anthracologiques ne traduisent qu’une anthropisation du paysage, alors que les analyses sédimentologiques peuvent mettre en évidence un changement d’activité au niveau du site même.

J.-L. Vernet

42Ceci me fait penser à ce que dit J.-E. Brochier à propos de Gramari. On a donc une perception en auréole en définitive, la palynologie ou la sédimentologie locale pouvant justement traduire des choses dans un rayon relativement faible, et puis d’autres méthodes comme les charbons de bois traduisant un environnement un peu plus large.

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search